Archives par mot-clé : gendarmes

Toulon : la vidéo d’un policier en train de frapper à mains nues des Gilets Jaunes fait le buzz (Il s’agit de didier Andrieux qui vient de recevoir la légion d’honneur de la part de Macron)

Je ne sais pas ce qui est le plus courageux: mettre des coups de poing à un mec bardé d’un casque et d’un bouclier ou enfiler des baffes à des mecs pacifistes qui n’ont aucune protections et n’ont même pas le droit de répondre aux coup qu’ils reçoivent?

Gens du voyage : « On fait ce qu’on veut, on est intouchables, on n’a pas peur des gendarmes !»

Gens du voyage : « On fait ce qu’on veut, on est intouchables, on n’a pas peur des gendarmes !»

En Haute-Garonne, le problème est récurrent chaque été. Des incidents opposent certains groupes de gens du voyage à des mairies, complètement démunies. Plusieurs maires témoignent.

[…] A Ondes, 150 à 200 caravanes sont arrivées dimanche. «On pensait avoir sécurisé le terrain de sports. Avec des meuleuses et des disqueuses, ils ont découpé les barrières. Ils sont trop forts pour nous. J’ai tenté de m’interposer, j’ai été bousculé. Il y a eu 60 ou 70 gendarmes, ça a été très chaud, et finalement, on les a laissés s’installer» raconte le maire. André Pavan est amer : «On se sent impuissants. Il y a 720 habitants au village, ils sont plus nombreux que nous !

A la préfecture ou à la gendarmerie, on nous dit de ne pas faire de vagues.

[…] A Merville, sa consœur, Chantal Aygat, suit de près un groupe qui a fait irruption il y a deux jours sur un terrain privé, dans la zone d’activités de la Patte d’Oie. […] On a du mal à avoir des réponses de la préfecture.

L’an dernier […] on a été menacés, insultés, certains sont entrés chez nous. On a eu le tort de tirer deux coups de feu en l’air pour les faire partir. Ils sont revenus à cinquante et ont détruit pas mal d’équipements. […]

A Thil, des semi-remorques, camions, caravanes occupent le terrain de rugby depuis le 6 juillet. «Ils ont enlevé de grosses pierres avec un engin, se sont branchés sur les compteurs d’eau et d’électricité de la salle des fêtes. Ils devaient rester une semaine, ça en fait quatre. Le terrain est tout abîmé, à cause des camions, des gymkhanas du soir. J’y suis allé, on m’a ri au nez :

« On fait ce qu’on veut, on est intouchables, on n’a pas peur des gendarmes !»

[…]  «Désespéré, scandalisé», Jean Léonard a écrit au préfet le 17 juillet, pour relayer «l’exaspération des habitants». Dans sa lettre, restée sans réponse, il s’interroge […]

Source

Les gendarmes à court d’essence et d’équipements

Le directeur général de la gendarmerie nationale a averti être « en difficulté » pour régler les factures de son administration.

Impreza

Entendu devant les commissions de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale et du Sénat, le général Denis Favier, récemment nommé directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN), a poussé, selon l’expression du député Daniel Boisserie, un «cri d’alarme» lors de ces auditions à propos du projet de budget 2014.

En cause, des contraintes budgétaires qui mettent la gendarmerie en difficulté pour assurer ses missions : «Aucune commande de véhicules n’a pu être passée pour le moment alors que ces moyens sont des outils de travail quotidien, aucune commande d’ordinateurs n’a pu être réalisée pour la deuxième année consécutive. Nous sommes également en difficulté pour assurer les paiements sur des lignes incontournables, par exemple les dépenses d’énergie pour lesquelles il manque aujourd’hui 16 millions d’euros. Je ne serai plus en capacité de payer ces factures à la fin du mois d’octobre… Aussi, pour continuer d’assurer le bon fonctionnement des Continuer la lecture de Les gendarmes à court d’essence et d’équipements

Hérault : Ces gendarmes pas payés depuis juillet

Après les soldats, voilà maintenant des gendarmes privés de salaires…  quand une Nation commence a retarder les paiements qu’elle doit à ceux qui sont censés la protéger, c’est que les grosses difficultés ne sont pas loin….

Plusieurs réservistes sont concernés, ils ne sont pas payés depuis juillet. La grogne monte.

« Moi, je n’ai pas été payé depuis le mois de juillet. Un mail, récemment reçu nous dit que nous devrons attendre jusqu’en février 2013. Et ce, alors que nous allons être intégrés au planning opérationnel pour les fêtes de fin d’année », lâche, sous couvert d’anonymat, ce sous-officier.

4 mois sans salaire…

Un gendarme qui fait partie de la réserve opérationnelle du Groupement de gendarmerie de l’Hérault. Et qui, à l’instar de plusieurs de ses collègues, commence à trouver le temps long. Car pour certains, cela fait déjà quatre mois qu’ils attendent une feuille de paie.

« Personnellement, cela porte sur plus de 2 200 €. Mais encore, je n’ai pas que cela pour vivre », poursuit ce gendarme. En revanche, cette situation a de quoi poser de sérieux problèmes à ces réservistes. Qui, le reste du temps, sont (par exemple) étudiants.

Alors problème informatique du logiciel chargé des paies, comme cela avait été le cas plusieurs mois durant au sein de l’armée de Terre ? Peu probable dans la mesure où le système mis en cause (baptisé Louvois) n’est pas encore utilisé par la Gendarmerie nationale.

« Il s’agit d’une situation transitoire », a fait savoir, à la suite de nos sollicitations, la région de gendarmerie du Languedoc-Roussillon. Laquelle dispose « d’un vivier de 1 250 réservistes qu’elle emploie, en moyenne, vingt-huit jours par an en complément du personnel d’active ».

Toujours selon le commandement, « entre le 1er  janvier et le 31 octobre, 2,37 M€ d’indemnités ont été réglés, en moyenne au bout de deux mois. La priorité du traitement ayant été apporté aux situations individuelles les plus fragiles. Pour les autres, à la date du 20 novembre, le montant des paiements en suspens s’élève à 525 000 €. Deux cent onze réservistes sont concernés… Sauf situations exceptionnelles qui seront examinées au cas par cas, ces indemnités seront versées dès la mise en œuvre des premiers crédits de paiement 2013″.

En clair, pour certains réservistes, la ligne de crédit dédiée pour 2012 est épuisée.

 

Source : Sud Ouest