Archives par mot-clé : gilets jaunes

Gilets Jaunes à Marseille : affrontements, incendies, pillages, intervention des blindés de la gendarmerie, 33 interpellations

Le bilan des échauffourées de la journée se monte ce soir à 36 interpellations dans les Bouches-du-Rhône, dont 33 à Marseille, a indiqué la préfecture de police.

Jean-Claude Gaudin, a réagi ce soir après les violences qui ont suivi la manifestation des gilets jaunes cet après-midi. Comme la semaine dernière, à la tombée de la nuit, plusieurs magasins ont été vandalisés et la mairie des 1er et 7e arrondissements a été dégradée. […]

La Provence

À Paris, les heurts entre casseurs et forces de l’ordre ont continué dans la nuit

Toulouse : les casseurs montent des barricades à St Cyprien. Situation très tendue (Maj: des dégradations considérables)

Le 9 décembre 2018

Emeutes à Toulouse : le douloureux réveil des habitants et commerçants de Saint-Cyprien
Les équipes de nettoyage sont déjà à pied d’oeuvre, tôt ce dimanche 9 décembre.
Il s’agit d’effacer au plus vite les stigmates de cet après-midi de violences, dans le quartier Saint-Cyprien. Bris de verre, tags, mobilier urbain incendié, voitures caillassés ou brûlées…

Samedi après-midi et jusqu’à 20h30 environ, des centaines de casseurs, refoulés par les forces de l’ordre du centre ville, ont investi la rive gauche de Toulouse. Ils ont attaqué tous les commerces ou agences liés à l’argent : assurances, banques, agences immobilières. Mais également des bureaux de tabac, un salon de coiffure.
Des matériaux de chantier ainsi que des cailloux du ballast de la voie ferrée ont servi de projectiles.

Une responsable d’agence située dans le quartier avait fermé boutique, à l’approche des casseurs. Sa vitrine a été fracassée, le mobilier brûlé sur la chaussée. La jeune femme a tenté d’arrêter les 5 ou 6 individus qui pillaient les lieux. « Ils m’ont clairement dit : »Aujourd’hui, on est venu casser », raconte-t-elle à notre équipe de France 3 Occitanie.
France3

Le 8 décembre 2018 Continuer la lecture de Toulouse : les casseurs montent des barricades à St Cyprien. Situation très tendue (Maj: des dégradations considérables)

Finkielkraut sur les Gilets Jaunes : « On ne voyait pas cette France car on ne voyait que la diversité. Toutes les réserves de compassion étaient épuisées par les banlieues et les migrants »

Le philosophe Alain Finkielkraut apporte son soutien à la France des oubliés, et se sent plus proche «des ploucs que des branchés» mais s’insurge contre le «déchaînement de barbarie» qui a eu lieu samedi dernier.

Finkielkraut : (…) La classe moyenne et les classes populaires vivent en France dans un double état d’insécurité économique et d’insécurité culturelle. Ces gens ordinaires ont été chassés des métropoles par les loyers prohibitifs et des banlieues parce qu’ils ont perdu la « guerre des yeux », comme dit Christophe Guilluy.

D’autres, qui habitent depuis longtemps les villes moyennes, voient leurs commerces fermer du fait de la concurrence des grandes surfaces et leurs emplois détruits du fait de la désindustrialisation provoquée par la mondialisation. Celle-ci, qui devait signer l’apothéose de l’Occident, se transforme en défaite, au moins provisoire.

(…) Ce surgissement soudain, cette révolte des « somewhere » (les « gens de quelque part ») contre les « anywhere » (les « gens de partout ») m’a, en effet, ravi.

Le Figaro : Pourquoi cette France oubliée resurgit- elle avec tant de violence aujourd’hui ? Continuer la lecture de Finkielkraut sur les Gilets Jaunes : « On ne voyait pas cette France car on ne voyait que la diversité. Toutes les réserves de compassion étaient épuisées par les banlieues et les migrants »

Les Gilets Jaunes de Flixecourt (80) éloignent Ruffin (LFI) : « Il ne nous soutient pas, il veut être soutenu par notre mouvement »

Bravo. La gauche et la droite sarkozyste sont responsables de la situation économique, sociale et identitaire actuelle de la France. La France Insoumise et ses alliés ne feraient que transformer notre pays en un Vénézuela islamiste.


Le groupe change de porte-parole à la suite de dissensions. Et marque une distance avec le député François Ruffin.

Signe de débats internes animés, les Gilets jaunes de Flixecourt ont changé de porte-parole. C’est désormais Christophe Ledoux, 35 ans, (« Je suis ingénieur du son, j’ai créé une société de prestation de services techniques et je ne peux me verser qu’un salaire de 600 euros par mois »), qui est le «médiateur » du groupe.

(…) Un bus part ce matin de Flixecourt avec 63 Gilets jaunes à bord Continuer la lecture de Les Gilets Jaunes de Flixecourt (80) éloignent Ruffin (LFI) : « Il ne nous soutient pas, il veut être soutenu par notre mouvement »

Militant gauchiste professionnel, Xavier Renou, invité sur CNEWS ou BFM est un faux Gilet Jaune de la France Insoumise

Gilets jaunes: un syndicat de police dépose un préavis de grève à partir de samedi

« Gilets jaunes » : débat Alexis Corbière – Éric Zemmour

L’histoire de la gauche n’est faite que de revirements et de récupérations. Au début des Gilets jaunes, Philippe Martinez présentait ce mouvement comme étant d’extrême droite et proche du RN. Le numéro un de la CGT demandait donc à ses militants de ne pas manifester aux côtés des gilets jaunes. Aujourd’hui Martinez appelle son syndicat à accompagner le mouvement voir même à le noyauter.
Mélenchon a agit de la même manière. D’abord c’était un mouvement anti-impôt de poujadiste, aujourd’hui les gilets jaunes sont devenus les meilleurs amis de la France Insoumise.
Comme le souligne Zemmour la gauche a quelques chose de profondément pourris en elle…
Les gilets jaunes devraient comprendre que si ils en sont là ce n’est pas qu’à cause de Macron, mais en raison de l’idéologie dépensière, cleptomane, mondialiste, sans frontièriste, francophobe et immigrationiste à laquelle nous a soumis la gauche depuis 40 ans.

Éric Zemmour :

Voilà un mouvement qui rejette tous les partis politiques, y compris la France insoumise (…) c’est un mouvement qui part à droite, c’est à dire un mouvement anti-impôts, un mouvement de conservatisme culturel, un mouvement qui dénonce les migrants aux gendarmes. Et ce mouvement-là, qui est traité de facho, de beauf, etc., par tous les amis d’Alexis Corbière (…) est en train d’être manipulé, d’être noyauté par la gauche.

Ce mouvement qui partait à droite, sociologiquement et idéologiquement, est en train de finir dans un mouvement à gauche à protester contre l’ISF et pour l’augmentation du SMIC.

D’ultra droite les casseurs de la manif gilets jaunes à Paris?

A part deux ou trois drapeaux de royaliste, 4 ou 5 guignols de chez Dieudonné et Soral… on n’a pas vu de signes de l’utra et de l’extrême droite, en revanche beaucoup de symboles… d’extrême gauche. Le soir les racailles ont pris la relève.

Des têtes de Black Bloc et de racailles

Le compte des Black Bloc lance les hostilités avec l’incendie d’un restaurant au préalablement taggé du A des anarchistes

ACAN = « All Cops Are Bastards » (tous les flics sont des bâtards)