Archives par mot-clé : Grèce

Le Crédit Agricole plombé par la crise grecque (Audio-RTL)

Les dirigeants de CASA, filiale cotée du groupe Crédit Agricole, ont affronté ce mardi matin la colère des actionnaires. Ils reprochent à la direction le plongeon de son cours de Bourse depuis l’été dernier, et les pertes enregistrées par la banque en Grèce.

Sanction des marchés

(…) Il y a tout d’abord le refus des autorités grecques d’inscrire Emporiki dans le programme national de recapitalisation. Elles considèrent qu’étant détenue à 100% par le Crédit Agricole, la cinquième banque du pays n’est pas un établissement grec. Par conséquent il revient au Crédit Agricole d’assumer seul, les difficultés de sa filiale.

La sanction des marchés est sans appel, depuis l’acquisition d’Emporiki en 2006, la capitalisation boursière du Crédit Agricole SA a été divisée par plus de six.

[audio:http://www.prechi-precha.fr/wp-content/mp3/creditagricole.mp3]
source : RTL
Difficulté

Cette chute en bourse n’a fait qu’envenimer les relations entre la direction et les puissantes caisses régionales. Ces dernières représentées par la Fédération nationale du Crédit agricole, possèdent 54 % du capital de CASA, la filiale cotée du groupe. Aujourd’hui elles remettent en question l’internationalisation même du groupe. Car en plus de la Grèce, le Crédit Agricole a investi dans d’autres pays européens, comme le Portugal et l’Italie aujourd’hui eux aussi en grande difficulté.

http://www.prechi-precha.fr/wp-content/mp3/creditagricole.mp3 [Télécharger]
Play in new window [Télécharger]
|
Download [Télécharger]

La Grèce fait à nouveau déchanter l’Europe

“Le New York Times rapporte un échange révélateur du brusque coup de froid entre Athènes et la troïka. Il s’est produit la semaine dernière, lorsque le négociateur du FMI Poul Thomsen a posé de nouvelles exigences budgétaires sur la table.

Le ministre des Finances, Yannis Stournaras, lui a alors désigné la fenêtre du doigt: «Vous voyez cet impact? C’est celui d’une balle. Monsieur Poulsen, souhaitez-vous renverser mon gouvernement?»

La troïka a depuis «suspendu» sa mission.”

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/09/25/20002-20120925ARTFIG00627-la-grece-fait-a-nouveau-dechanter-l-europe.php

Grèce : il manque à Athènes 20 milliards d’euros pour satisfaire les conditions de la troïka (vidéo)

Vingt milliards d’euros c’est, selon le journal allemand Spiegel, la somme qu’il manque au budget grec pour satisfaire les conditions de la Troïka à l’attribution de l’aide internationale. Athènes ne pourra toucher la prochaine tranche d’aide, soit 31 milliards d’euros, que quand elle aura comblé ce trou budgétaire. Un décalage était bien prévu, mais il serait donc au final presque deux fois plus important, à vingt milliards d’euros au lieu de onze et demi.

En attendant, les dirigeants de la zone Euro sont bien obligés d’admettre que le plan de 173 milliards, décidé en mars, a déjà commencé à déraper.

Flexibilité : le droit du travail en question en Grèce (vidéo)

Et si les grecs étaient en train de vivre l’avenir que nous prépare François Hollande ?

Exemple avec ce reportage d’Arte:

En échange de l’aide financière européenne, la Grèce est astreinte à de multiples réformes qui impactent directement le quotidien des Grecs. Après les retraites et les salaires, le droit du travail est maintenant dans la ligne de mire du gouvernement. P

our relancer la compétitivité du pays, un maitre mot, la flexibilité. Les conventions collectives sont brutalement remises en question. Premières victimes de cette réforme, les emplois peu qualifiés, notamment dans un secteur vital pour la Grèce, le tourisme.

En Grèce, « la société a dépassé son seuil de tolérance »

Avec un tiers de la population sous le seuil de la pauvreté, 23 % de chômage, dont 45 % chez les jeunes, le migrant est d’abord perçu comme une menace sur le marché du travail, deux ans après l’explosion de la crise sociale. Pour le sociologue Thanos Dokos, « la société grecque a dépassé son seuil de tolérance.

Le déséquilibre des populations dans certains quartiers est trop visible pour ne pas créer de problèmes ».

De plus, souligne-t-il,

« il s’agit d’une population majoritairement musulmane, qui rappelle les quelque quatre cents ans d’occupation ottomane ». Issue des Balkans et de l’ancienne URSS, la première vague de migration, dans les années 1990, était composée de chrétiens proches des Grecs et décidés à s’intégrer.

La seconde vague, depuis 2005, est composée essentiellement d’Asiatiques et de Subsahariens musulmans qui n’ont qu’une seule idée : quitter la Grèce inhospitalière pour l’Europe du Nord.
[…]

Le flot continu de 150 à 300 migrants passant quotidiennement la frontière gréco-turque a légitimé l’opération « Zeus Xenios » menée au mois d’août : des rafles policières qui ont permis d’interpeller plus de 17 000 migrants et d’en placer 2 000 dans des camps de rétention dans l’attente de leur expulsion. Dernièrement, ils ne sont plus qu’une poignée chaque jour à franchir la frontière.

La Croix

La Grèce est le bilan de Schengen : des milliers de clandestins arrêtés à Athènes. (vidéo)

Les autorités grecques ont baptisé l’opération “Zeus Xenios”, (“Zeus protecteur des hôtes”). Il s’agit d’un coup de balai permanent sur l’immigration illégale. Le 4 août, plus de 4 500 policiers ont été mobilisés dans le centre d’Athènes et à Evros, à la frontière avec la Turquie, l’un des principaux points d’entrée de l’immigration clandestine en Europe. 4900 migrants ont été interpellés dont 1 130 placés en centre de rétention, l’opération devrait se renouveler avec de nombreux rapatriements.,

D’après les estimations du ministère de la Protection des citoyens, 5 000 d’entre eux devraient être placés dans des centres d’accueil d’ici décembre. La volonté du ministère est de montrer que les sans-papiers ne sont pas les bienvenus et qu’ils n’ont pas à revenir. Certains athéniens considèrent qu’il est trop tard et que le centre d’Athènes s’est ghettoïsé.
 
Notez que le présentateur-collabo qui est au journalisme ce que Ken est à Barbi, parle de « chasse aux sans papiers ». Cette sémantique en dit long sur le pouvoir médiatico-culturel de la gauche qui parvient à nous imposer 24h/24h sa novlangue Orwellienne.
Un sans papier n’est pas une victime qui aurait été privée de ses papiers. Un sans papier est un clandestin; c’est à dire un délinquant qui a violé la loi. Et n’en déplaise aux valets des média-complices, nous ne leurs devons aucun papier.

Journal de 20h du 6 août 2012 – France 2

 

Le gouvernement socialiste grec a violé l’accord UE-FMI

La Grèce avait violé un accord avec l’UE et le FMI en embauchant quelque 70.000 fonctionnaires en 2010-2011, selon des rapports publiés dimanche par le magazine To Vima.

Cet hebdomadaire de centre-gauche cite un premier rapport interne en ce sens de la mission permanente de la Troïka (UE, BCE et FMI), ainsi qu’un deuxième établi par le ministre des finances par intermim, George Zannias.

« Pendant que le gouvernement (dirigé par les socialistes du PASOK, NDLR) passait des lois réduisant le nombre de fonctionnaires, il en faisait rentrer par la fenêtre », selon un membre anonyme de la Troïka, cité par To Vima. Il a ajouté que 12.000 autres personnes avaient également été embauchées dans des collectivités locales alors que des mesures d’économies par fusion de municipalités étaient officiellement en cours.

Le rapport que Zannias devait transmettre à son successeur désigné après l’élection du 17 juin, Vassilis Rapanos, révèle qu’il y a toujours officiellement 692.000 fonctionnaires, sans changement, alors que 53.000 ont pris leur retraite en 2010.

Hospitalisé d’urgence vendredi, Rapanos n’a toujours pas pu prêter serment.
Alors que 40.000 départs ont eu lieu en 2011, le réduction nette n’a été que de 24.000, indique To Vima.

La Grèce s’était engagée à ne remplacer sur cette période qu’un fonctionnaire sur cinq dans le premier mémorandum négocié en l’échange d’une aide massive financière.

Euro/Grèce: Pour François Lenglet, e retour à une monnaie nationale et une dévaluation est la solution (vidéo)

Attention François lenglet continue à parler comme les souverainistes. Se serait-il fait envouter par Marine Le Pen ? On ne sait pas, mais nous sommes certains en revanche que lenglet journaliste au service de la caste pendant l’élection présidentielle semble avoir retrouvé sa liberté…

En effet dans sa chronique quotidienne sur BFM Business, le chroniqueur faisait remarquer que « la stratégie européenne mise en place depuis deux ans en Grèce est une catastrophe absolue pour les Grecs et pour ceux qui ont prêté de l’argent ».

Après avoir expliqué la situation que tout le monde connait et le scénario d’une sortie de la Grèce de la zone-euro, François Lenglet revient sur la possibilité qu’offre le retour à une monnaie nationale avec une dévaluation monétaire compétitive tout en prenant l’exemple de l’Argentine, un pays couramment cité par Marine Le Pen lors de la campagne de l’élection présidentielle.

« Des pays qui ont abandonné une politique monétaire qui contraint considérablement leur économie, il y a eu l’Argentine (…) immédiatement le capital arrive, mais il arrive par vagues, c’est-à-dire que le fait de dévaluer déclenche une ruée sur les achats d’entreprises, sur le financement du pays en question. »

En conclusion, le chroniqueur économique expose le scénario qui lui parait idéal : « On pourrait très bien avoir une sortie de la Grèce de la zone euro tout en maintenant une espèce de SME (Système monétaire européen) reconstitué qui permettrait au moins d’avoir une espèce d’attelle et de signifier que le centre de la Grèce reste l’Europe. »