Archives par mot-clé : Harlem désir

Si vous êtes un repris de justice vous avez des chances d’être au gouvernement.

OutlookRappel : François Hollande : « Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées »

14 avril 2012

« […] Si je suis demain président de la République, la justice ira jusqu’au bout sur toutes les affaires. Elle ne sera pas entravée, les parquets ne feront pas appel. Ils ne recevront aucune instruction individuelle de la chancellerie. Et si des élus, socialistes ou autres, sont condamnés pour des faits de corruption, ils ne pourront pas se présenter pendant dix ans. Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées. Je ne ferai aucun déplacement officiel en Afrique avec tel ou tel personnage controversé. » – François Hollande

France Terre d’Asile, L’Humanité, Harlem Desir : elle est pas belle, la gauche morale ?

Lu sur Riposte Laïque
billets
Pendant que l’obscène campagne antiraciste orchestrée par la gauche, bat son plein, sans arriver à le faire, dans l’ombre, humanitaires, journalistes, députés, labellisés à gauche détournent l’argent du contribuable à des fins qui servent leurs propres intérêts.

Ce n’est pas nouveau, mais ça choque plus de la part d’une gauche qui donne à tout va des leçons de morale. Voici une liste non exhaustive des derniers manquements graves à l’éthique. Et encore, on ne nous dit pas tout, pour reprendre la fameuse phrase d’ Anne Roumanoff dans son facétieux « Radio bistrot »
– Du côte des humanitaires .
France Terre d’asile, a un directeur qui s’applique à lui-même le dicton : « Charité bien ordonnée… » Il est soupçonné de détournement de fonds publics

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/12/05/01016-20131205ARTFIG00526-le-directeur-de-france-terre-d-asile-dans-la-tourmente.php

L’association que dirige cet indélicat, France Terre d’asile, n’est pas dans le besoin : elle jouit d’un budget de 50 millions d’euros entièrement à base de subventions publiques (70% du ministère de l’Intérieur). Mais à un article du Monde qui pointait du doigt les associations les plus grassement subventionnées, France terre d’asile précise que ce ne sont pas des subventions, mais « des dotations en contrepartie de prestations réalisées dans le cadre de la mise en œuvre de politiques publiques ». Tout est question de langage.

Continuer la lecture de France Terre d’Asile, L’Humanité, Harlem Desir : elle est pas belle, la gauche morale ?

Harlem Désir voterait « évidemment » pour Sarkozy, en cas de duel avec Le Pen (vidéo)

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir (de son vrai prénom Jean-Philippe, ça fait moins racaille que harlem) était interrogé sur les propos de Jean-François Copé, qui a refusé la veille de faire connaître le choix qui serait le sien en cas de duel Hollande-Le Pen.

Pour lui, pas d’hésitation. Harlem Désir, le premier secrétaire du PS, voterait « évidemment » pour Nicolas Sarkozy si ce dernier affrontait Marine Le Pen, la présidente du FN, au second tour de l’élection présidentielle de 2017. […]

« Quand il y a le risque de l’extrême droite, il ne doit pas y avoir d’hésitation », a-t-il affirmé.

Il a donc trouvé le député-maire de Meaux « ultra réactionnaire sur le plan social », « ultra politicien sur les rythmes scolaires », et « ultra pas clair sur la lutte contre le FN ».

France TV Info

Quand les jeunesses socialistes comparaient Sarkozy à Hitler

sarkozy_roms

Antifas, chasseurs de skins : Julien Terzics* expose leurs collusions avec Julien Dray, Harlem Désir, SOS racisme, le PS (vidéo 2008)

Extrait d’un documentaire hagiographique de 2008 (« ANTIFA – Chasseurs De Skins ») :

« La grande différence entre l’extrême droite et nous, c’est que nous on chassait l’extrême droite ; eux, ils attendaient : si on se trouvait, on se tapait. Nous, on cherchait du faf’ ! » Blackskin

*Julien Terzics est le patron du bar le Saint Sauveur, QG des Antifas à Paris. Il est considéré comme le chef historique des redskins parisiens (les « Red Warriors »). Après avoir été recalé par les Bandidos, il vient de créer son propre MC antifa, le « Black Block MC ».

Rennes : Un jeune homme décède après avoir reçu un coup au visage (vidéo)

Avez-vous entendu Mélenchon et ses disciples appelaient à manifester pour rendre hommage à ce jeune homme ? Mais où est donc passé Manuel Gaz ?. Est-il encore en train de philosopher sur la méchante violence de droite et la gentille et salutaire violence de gauche ? Et Jean Philippe Désir (alias Harlem) il est trop occupé à finir le manuel du petit anti-fasciste illustré ?

Décidément les victimes n’ont pas la même importance dans ce pays… et les vautours sélectionnent leur cadavres.

  Un Rennais de 25 ans est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi, à l’hôpital Pontchaillou, à Rennes. L’homme était dans le coma depuis plusieurs jours, après avoir reçu un coup au visage, rue Saint-Michel, dans la nuit de vendredi à samedi dernier. L’auteur a peut-être employé un coup-de-poing américain. La police a lancé un appel à témoin pour retrouver l’auteur du coup.

Moralisation de la vie politique: le repris de justice Jean Marc Ayrault ne consultera pas le FN

Le chef du gouvernement du parti des voleurs et des violeurs ne veut pas recevoir un parti qui fait 20% et qui a réussit à Marseille, à Perpignan et dans le Nord à faire la lumière sur la corruption des barons du PS .

On vous le dit : la gauche est intrinsèquement anti-démocratique et sectaire.

Petit Rappel :

Jean-Marc Ayrault ‘actuel premier ministre) a été condamné en 1997 à six mois de prison avec sursis et 30.000 francs d’amende (4.600 euros) pour favoritisme dans l’attribution d’un marché public à Nantes, et dix ans plus tard, il a bénéficié d’une réhabilitation pour cette condamnation, comme le prévoit le Code pénal.

Harlem Désir (actuel premier secrétaire du PS) a été condamné en 1998 à dix-huit mois avec sursis pour avoir reçu des salaires fictifs d’une association de 1986 à 1987.


Harlem Désir, condamné il y a 14 ans à Lille par France3Nord-Pas-de-Calais

– – – – – – – – – – – – –

Lu sur l’express

Jeudi, Jean-Marc Ayrault commencera à recevoir les principaux responsables politiques à Matignon pour entendre ce qu’ils ont à proposer en matière de transparence. Le FN n’en fera pas partie.

Avec le FN, c’est un coup « oui », un coup « non ». Début juin, François Hollande fraîchement élu président, avait écarté le Front national de ses consultations en marge du G20. Six mois plus tard, Marine Le Pen était cette fois reçue dans le cadre des consultations autour de la mission Jospin.

Une fois « non », une fois « oui », la « logique » voudrait que la prochaine fois, elle soit de nouveau écartée. Eh bien! ce sera le cas. Dès jeudi, Jean-Marc Ayrault va recevoir les principales formations politiques pour recueillir leurs propositions en matière de transparence et de moralisation de la vie politique. Le FN n’en sera pas.

Matignon a décidé de convier les présidents des groupes politiques au Parlement, ainsi que les présidents du Sénat et de l’Assemblée, les socialistes Jean-Pierre Bel et Claude Bartolone.

A l’issue de ces rencontres, le gouvernement communiquera un projet de loi. Ce sera le 24 avril.

Nos ministres n’ont aucune parole !

Aurélie Filippetti, notre ministre de la Culture, vient de se faire prendre en flagrant délit de mensonge, dans l’exercice de ses fonctions. Son ministère a officiellement nié un voyage d’amoureux à l’Ile Maurice, que des photos de Voici l’ont obligée à reconnaître. Je pensais, éternel candide, que lorsqu’un ministre, qui engage la parole de la France, mentait aussi cyniquement, le minimum de décence, pour préserver la crédibilité de son gouvernement, aurait été qu’elle présente sa démission, et que celle-ci soit acceptée. J’ai tout faux, mais je m’accorde des excuses !

Incorrigible candide, je croyais, moi athée, que les promesses d’un homme devenu président de la République étaient parole d’Évangile.

Je pensais que, lorsque celui-ci donnait l’ordre, avec moult effets de communication, à ses ministres d’être mobilisables pendant les fêtes dans les 2 heures, c’était valable aussi pour Filippetti et Fabius, parti lui à Zanzibar. Certes, avec Tapie et Mellick, on pouvait faire Béthune – Paris en 1 heure. Mais Maurice et Zanzibar en 2 heures, c’est plus dur à vendre…

Je pensais que, lorsque le candidat Hollande annonçait qu’il ne prendrait dans son équipe personne qui ait eu des ennuis avec la justice, cela concernait aussi son Premier ministre. Tout faux !

Je pensais que pour l’image du Parti dont il est issu, il veillerait – bien que « Moi président » soit au-dessus de tout cela – à ce Continuer la lecture de Nos ministres n’ont aucune parole !

Maffia PS : Quel repris de justice à la tête du Parti socialiste ? (vidéo)

Non seulement il n’y a pas de démocratie au PS mais en plus Martine Aubry va devoir choisir entre deux repris de justice.

Martine Aubry, 62 ans, qui doit bientôt passer la main au poste de premier secrétaire du PS, va choisir cette semaine, après en avoir discuté avec Jean-Marc Ayrault, le nom du candidat à sa succession, qui devrait être soit Harlem Désir, soit Jean-Christophe Cambadélis.

Libération

Harlem Désir (vrai prénom : Jean-Philippe… ça fait moins « gars de la cité »)

De novembre 1986 à octobre 1987, il occupe la présidence de SOS Racisme tout en étant salarié par l’« Association régionale pour la formation et l’éducation des migrants », basée à Lille en tant que « formateur permanent » et il perçoit pour cet emploi fictif, un salaire mensuel net de 8 900 francs.

 

Cela lui vaut d’être condamné, le 17 décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux.

 

Harlem Désir aurait également bénéficié d’une amnistie de François Mitterrand concernant une dette de 80 000 francs au Trésor public, relative à des amendes de stationnement (décision de justice du 9 mai 1992) alors qu’il était président de SOS Racisme.

 

Jean-Christophe Cambadélis

Affaire Agos

Poursuivi pour recel d’abus de biens sociaux dans l’affaire Agos, société gestionnaire de foyers de travailleurs immigrés, car il avait bénéficié d’un emploi fictif entre 1993 et septembre 1995 qui lui a rapporté plus de 442 000 francs (67 382,466 €), Jean-Christophe Cambadélis fut condamné en janvier 2000 à 5 mois de prison avec sursis et 100 000 francs (15 244,902 €) d’amende par le tribunal correctionnel de Paris.

Affaire de la MNEF

Quand éclate l’affaire de la MNEF, les médias pointent du doigt les liens connus entre l’imprimerie Efic et le député socialiste. Les enquêtes concluront, en effet, sur un système de fausses factures mis en place notamment par l’intermédiaire de cette imprimerie. Jean-Christophe Cambadélis sera condamné dans le cadre d’un autre volet de ce scandale.

Mis en examen le 7 juin 2000 pour abus de confiance dans l’affaire de la MNEF, car soupçonné d’avoir bénéficié d’un emploi fictif au sein de la mutuelle étudiante MNEF entre 1991 et 1995, pour lequel il aurait touché 620 500 francs (94 580 euros) d’une filiale de la MNEF, au titre d’une activité permanente de conseil: « De 1991 à 1993, c’est en qualité de «sociologue» que Jean-Christophe Cambadelis a été rétribué à hauteur de 420 499 francs par la Mutuelle interprofessionnelle de France (MIF), une filiale de la Mnef. Cambadelis était alors député, avec revenus afférents. Non réélu en 1993, il reçoit jusqu’en 1995 quelque 200 000 francs supplémentaires de la MIF, en tant qu’administrateur «chargé des contacts auprès des ambassades ou des universités». » Seuls «trois documents manuscrits» auraient attesté du «travail» du député.

Le 2 juin 2006, reconnu « coupable de recel d’abus de confiance », il est condamné, à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende, dans l’affaire des emplois fictifs de la MNEF, par la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Cette peine n’est assortie d’aucune interdiction d’exercer un mandat politique.

Eric Zemmour : “Les vieilles ficelles d’Harlem Désir” (vidéo RTL)

Comme nous l’avons déjà écris sur ce blog; la gauche se plait à définir ce qu’il est bon de dire et ce qui ne l’ai pas. Ses représentants incarnent un petit clergé dogmatique, dégoulinant de moraline, et largement étranger aux valeurs républicaines, mais qui, sans aucune pudeur et avec un aplomb de petit juge, ordonne selon ses propres critères les bons républicains d’un côté et les fachos de l’autre.

Le bon républicain étant évidemment un européiste convaincu, un multiculturaliste militant, un immigrationniste acharné et un libre échangiste engagé.

Les autres, ceux qui n’adhèrent pas au dogme, ceux qui sont pour la patrie, pour la nation, la lutte contre l’immigration, le protectionnisme, l’assimilation ; sont à ranger dans le camps des fachos, des « extrêmes droites », des suppôts de satan.

Cette classification se faisant bien sûr avec la complicité des média, petites mains serviles d’un système avachi sur le divan de ses certitudes, dont l’omnipotence sert à enfoncer plus profond le clou du mensonge et de la propagande dans le cerveau disponible de leur public engourdi par des années de conditionnement.

Dans cette chronique Éric Zemmour taille un costard au petit Pol-Pot de l’antiracisme: Harlem Désir… et on s’en réjouit:


"Z comme Zemmour" du 30 août 2011 par rtl-fr