Archives par mot-clé : immigration

L’ancien directeur de la DGSE dresse un bilan désastreux de l’immigration en France

Pierre Brochand, ambassadeur de France, ancien directeur général de la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) de 2002 à 2008, intervenait il y a quelques mois lors du séminaire « Immigration et intégration » de la fondation ResPublica.

Extraits choisis de son intervention, disponible dans son intégralité (60 pages) : Fondation-res-publica.org

Sur l’accélération spontanée de l’immigration : 

Le mouvement de l’immigration par le droit, dans la mesure où il est auto-entretenu – l’effet devenant la cause qu’il renforce –, s’accélère spontanément sans crier gare, selon une loi mise en évidence par Paul Collier, éminent économiste d’Oxford. En vertu de ses recherches, 10 immigrés installés en font venir 7 autres par le jeu du droit (regroupement familial, mariages, études, naturalisations) et ces 17 en appellent 12 autres, et ainsi de suite à l’infini, comme dans une pyramide de Ponzi, dont il faut bien payer un jour la note.

Sur l’effet « goutte d’eau » de l’immigration :

Les flux, même s’ils sont considérables (400 000 personnes en 2018 pour les seuls légaux et semi-légaux, mineurs non compris), ne provoquent pas de choc immédiat : pour reprendre un autre anglicisme, ils sont incrémentaux, c.-à-d. s’additionnent, au jour le jour et d’année en année, pour produire des effets de « stock » progressifs, auxquels les esprits ont le temps de s’habituer. Illusion d’optique bien naturelle, puisque les courants annuels ne représentent « que » 3 à 4 % du « stock ». Ce processus de la (grosse) goutte d’eau est néanmoins néfaste en ce qu’il fournit un alibi à la passivité de la classe politique, qui (…) ne demande que ça, quoiqu’elle puisse en penser par ailleurs.

Ainsi, dès lors qu’il n’en résulte pas de catastrophe immédiate et spectaculaire, tout peut continuer comme si de rien n’était. Et même, si des événements dramatiques, liés de près ou de loin à l’immigration (émeutes de 2005, attentats de 2015), viennent occuper le devant de la scène, ils sont peu à peu normalisés et banalisés, voire oubliés, par une sorte d’effet de cliquet propre à encourager l’aveuglement volontaire.

Le paradigme de la terrasse de café : Continuer la lecture de L’ancien directeur de la DGSE dresse un bilan désastreux de l’immigration en France

L’Historien payé par l’Etat Gérard Noiriel avoue faire de la propagande en faveur de l’immigration dans les écoles

Propagande évidement financée par vos impôts, puisque l’association grâce à laquelle il intervient dans les écoles doit très certainement toucher des subventions publiques. On note que Noiriel est outré qu’un média puisse donner la parole à Zemmour en revanche il ne trouve rien d’anormal d’intervenir dans les écoles pour endoctriner les enfants et leur faire accepter l’immigration.
Rappelons que Noiriel est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), autant dire que c’est un agent de la propagande d’Etat. Il fut très longtemps communiste, une obligation dans les années 70  quand on voulait devenir professeur à l’université. A voir sa fiche wikipédia nous avons donc affaire ici à un Lyssenko des sciences sociales. (https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Noiriel)


En 2013, les immigrés et descendants d’immigrés représentaient 12,5 millions de personnes soit 19,3% de la population française

[…] Connaissez-vous le nombre d’immigrés en France? Combien y a-t-il de naturalisations chaque année? Autant de questions auxquelles il n’est pas évident de répondre, même en ordre de grandeur, malgré l’omniprésence du débat en France. Et ce d’autant que les autorités françaises établissent généralement leur communication en s’appuyant sur les chiffres publiés d’une année sur l’autre, ce qui ne permet pas de mesurer l’ampleur du phénomène à long terme. À deux semaines d’un débat parlementaire sur l’immigration, souhaité par le président Macron, Le Figaro propose dix graphiques pour mesurer l’étendue réelle du phénomène migratoire en France sur plusieurs décennies.[…] Continuer la lecture de En 2013, les immigrés et descendants d’immigrés représentaient 12,5 millions de personnes soit 19,3% de la population française

L’étude de Fdesouche sur les prénoms arabo-musulmans confirmée par l’Ifop et à la une du Point, deux ans après sa publication

Jérome Fourquet : « Démographie, nous allons assister à un basculement de très grande ampleur »

Depuis 20 ans nous disons que l’immigration mène la France à une perte d’identité culturelle, religieuse et raciale. On nous traite de tous les noms. On parle de Grand Remplacement. On est des fascistes.
Et puis un jour de février 2019, un expert médiatique qui court depuis 20 ans de plateaux télé en station de radio pour dire combien nous racontons des conneries, sort une étude et confirme tous ce que nous avancions…

30 ANS de FOUTAGE DE GUEULE!


Rapport Frontex : baisse record d’arrivées de migrants vers l’Italie, mais crainte d’une « vague migratoire incontrôlable »

En 2018, ils ont été 23.000, soit 80% de moins que l’année précédente. Mais la pression sur les côtes espagnoles et grecques s’accentue, et l’alerte à la crise syrienne pourrait provoquer un exode massif.

En 2018, le nombre global des arrivées illégales de migrants en UE a baissé de plus de 25% par rapport à 2017, pour tomber à 150.000. C’est ce qu’a expliqué Fabrice Leggeri, le directeur de Frontex, lors d’une rencontre avec la presse à Bruxelles. Cette baisse est due à l’effet combiné de la chute d’environ 80% des arrivées par la Méditerranée centrale (l’Italie), à 23.276, et de l’augmentation des arrivées par la Méditerranée occidentale (+157% par la mer, à 55.307) et par la Méditerranée orientale (environ 56.000, +32%).

La pression sur l’Espagne s’est clairement accrue en 2018, et le nombre d’arrivées à été le double de celui de 2017. Les départs du Maroc ont quintuplé, tandis que la majeure partie des migrants qui ont entrepris ce trajet venaient de pays subsahariens. Sur la route des Balkans occidentaux, en revanche, les traversées ont baissé à 5.451 (-55%), et 4.327 depuis l’Albanie (-30%).

« La route de la Méditerranée centrale » vers l’Italie « a connu en 2018 son niveau le plus bas depuis 2012 » révèle le rapport Frontex. Continuer la lecture de Rapport Frontex : baisse record d’arrivées de migrants vers l’Italie, mais crainte d’une « vague migratoire incontrôlable »

Macron : « Nous sommes dans un monde de migrations, je ne crois pas du tout aux gens qui font des murs, ça ne marche pas »

L’Histoire du monde prouve le contraire….


Le chef de l’État a dit, ce lundi soir lors du grand débat qui a eu lieu dans l’Essonne, ne pas croire en « ceux qui font des murs » pour contrer les vagues migratoires, martelant: « ça ne marche pas! ».

« Il ne faut pas se tromper: nous sommes dans un monde de migrations » a assuré le président Macron, vers 23h30, face aux 300 maires, députés et représentants associatifs franciliens qui participaient à ce premier débat organisé en banlieue.

(…) BFMTV

Ile-de-France : 96.300 titres de séjour délivrés, 54% à des Africains

Avec 96.300 titres de séjour délivrés, l’Ile-de-France est la région française qui a accueilli le plus grand nombre d’immigrants en 2017, selon une étude publiée ce lundi 28 janvier par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU)

Un record par rapport aux années précédentes qu’il convient de nuancer, alors que – dans le même temps – la place de l’Ile-de-France dans l’accueil des étrangers s’atténue en France. Voici les 5 chiffres clés à retenir de cette étude.

C’est un record. En 2017, 96.300 titres de séjour ont été délivrés à des ressortissants étrangers en Ile-de-France. Soit 4 cartes de séjour sur 10 délivrés en France cette année-là, selon l’IAU.

Les titres ont été attribué en majorité à des hommes et des femmes venus principalement des pays du Maghreb, de nationalité algérienne en tête. Les Algériens représentent 12 % des arrivées sur le territoire francilien en 2017, juste avant les Marocains (8 %) et les Tunisiens (près de 7 %).

Plus de la moitié des titres franciliens sont d’ailleurs accordés à des Africains (54 %) dont la plupart sont francophones (Mali, Côte d’Ivoire, Sénégal, Congo, Cameroun…).

Selon l’IAU, l’immigration familiale reste le premier motif d’arrivée en France et dans la région. Elle constitue ainsi 36 % des arrivées en Ile-de-France, mais tend à diminuer, puisqu’elle représentait plus de la moitié dans les années 2005-2007. Continuer la lecture de Ile-de-France : 96.300 titres de séjour délivrés, 54% à des Africains

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Alain Destexhe analyse les tensions autour de l’immigration en Belgique. Le modèle multiculturaliste a échoué, argumente-t-il.

Pourquoi la question de l’immigration a-t-elle une telle importance en Belgique?

Par rapport à sa population, la Belgique a reçu beaucoup plus d’immigrés que ses voisins, y compris la France. Dans les années 2000, le solde migratoire a été quatre fois plus important en Belgique qu’en France ou en Allemagne! Les problèmes qui en résultent (absence d’intégration, communautarisme, développement de l’islamisme) ont été niés ou minimisés.

Il y a aussi un clivage entre Flamands et Wallons. Au nord du pays, la NV-A et le Vlaams Belang (parti proche des thèses de Marine Le Pen) se sont emparés depuis longtemps de ces questions migratoires. Au sud du pays, la presse et les partis politiques se sont montrés plus réticents. De plus, le nord du pays vote majoritairement à droite (l’extrême droite et la droite nationaliste comptent pour près de 40% du corps électoral alors que le sud vote à gauche.

(…)

A quel point Bruxelles est-elle aujourd’hui une ville multiculturelle?

Bruxelles compte déjà probablement 30% de musulmans. En quelques années à peine, les Belges d’origine sont devenus minoritaires à Bruxelles. Continuer la lecture de

Net « durcissement » de l’opinion des Français sur la question migratoire, 67% jugent négative la politique actuelle

Le deuxième volet de l’étude réalisée par BVA pour la Presse régionale dans le cadre des élections européennes de 2019, consacré à la question migratoire, révèle un durcissement des Français sur le sujet.
67 % des Français ont ainsi une opinion négative de l’action menée par la France en matière d’immigration et 68 % ont une opinion négative de l’action menée par l’Europe dans ce domaine.

Sur le plan régional, c’est en Normandie (72 %) et dans les Hauts-de-France (70 %) qu’on trouve des parts plus élevées d’interviewés jugeant négativement l’action de la France en matière d’immigration. Continuer la lecture de Net « durcissement » de l’opinion des Français sur la question migratoire, 67% jugent négative la politique actuelle