Archives par mot-clé : immigration

L’étude de Fdesouche sur les prénoms arabo-musulmans confirmée par l’Ifop et à la une du Point, deux ans après sa publication

Jérome Fourquet : « Démographie, nous allons assister à un basculement de très grande ampleur »

Depuis 20 ans nous disons que l’immigration mène la France à une perte d’identité culturelle, religieuse et raciale. On nous traite de tous les noms. On parle de Grand Remplacement. On est des fascistes.
Et puis un jour de février 2019, un expert médiatique qui court depuis 20 ans de plateaux télé en station de radio pour dire combien nous racontons des conneries, sort une étude et confirme tous ce que nous avancions…

30 ANS de FOUTAGE DE GUEULE!


Rapport Frontex : baisse record d’arrivées de migrants vers l’Italie, mais crainte d’une « vague migratoire incontrôlable »

En 2018, ils ont été 23.000, soit 80% de moins que l’année précédente. Mais la pression sur les côtes espagnoles et grecques s’accentue, et l’alerte à la crise syrienne pourrait provoquer un exode massif.

En 2018, le nombre global des arrivées illégales de migrants en UE a baissé de plus de 25% par rapport à 2017, pour tomber à 150.000. C’est ce qu’a expliqué Fabrice Leggeri, le directeur de Frontex, lors d’une rencontre avec la presse à Bruxelles. Cette baisse est due à l’effet combiné de la chute d’environ 80% des arrivées par la Méditerranée centrale (l’Italie), à 23.276, et de l’augmentation des arrivées par la Méditerranée occidentale (+157% par la mer, à 55.307) et par la Méditerranée orientale (environ 56.000, +32%).

La pression sur l’Espagne s’est clairement accrue en 2018, et le nombre d’arrivées à été le double de celui de 2017. Les départs du Maroc ont quintuplé, tandis que la majeure partie des migrants qui ont entrepris ce trajet venaient de pays subsahariens. Sur la route des Balkans occidentaux, en revanche, les traversées ont baissé à 5.451 (-55%), et 4.327 depuis l’Albanie (-30%).

« La route de la Méditerranée centrale » vers l’Italie « a connu en 2018 son niveau le plus bas depuis 2012 » révèle le rapport Frontex. Continuer la lecture de Rapport Frontex : baisse record d’arrivées de migrants vers l’Italie, mais crainte d’une « vague migratoire incontrôlable »

Macron : « Nous sommes dans un monde de migrations, je ne crois pas du tout aux gens qui font des murs, ça ne marche pas »

L’Histoire du monde prouve le contraire….


Le chef de l’État a dit, ce lundi soir lors du grand débat qui a eu lieu dans l’Essonne, ne pas croire en « ceux qui font des murs » pour contrer les vagues migratoires, martelant: « ça ne marche pas! ».

« Il ne faut pas se tromper: nous sommes dans un monde de migrations » a assuré le président Macron, vers 23h30, face aux 300 maires, députés et représentants associatifs franciliens qui participaient à ce premier débat organisé en banlieue.

(…) BFMTV

Ile-de-France : 96.300 titres de séjour délivrés, 54% à des Africains

Avec 96.300 titres de séjour délivrés, l’Ile-de-France est la région française qui a accueilli le plus grand nombre d’immigrants en 2017, selon une étude publiée ce lundi 28 janvier par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU)

Un record par rapport aux années précédentes qu’il convient de nuancer, alors que – dans le même temps – la place de l’Ile-de-France dans l’accueil des étrangers s’atténue en France. Voici les 5 chiffres clés à retenir de cette étude.

C’est un record. En 2017, 96.300 titres de séjour ont été délivrés à des ressortissants étrangers en Ile-de-France. Soit 4 cartes de séjour sur 10 délivrés en France cette année-là, selon l’IAU.

Les titres ont été attribué en majorité à des hommes et des femmes venus principalement des pays du Maghreb, de nationalité algérienne en tête. Les Algériens représentent 12 % des arrivées sur le territoire francilien en 2017, juste avant les Marocains (8 %) et les Tunisiens (près de 7 %).

Plus de la moitié des titres franciliens sont d’ailleurs accordés à des Africains (54 %) dont la plupart sont francophones (Mali, Côte d’Ivoire, Sénégal, Congo, Cameroun…).

Selon l’IAU, l’immigration familiale reste le premier motif d’arrivée en France et dans la région. Elle constitue ainsi 36 % des arrivées en Ile-de-France, mais tend à diminuer, puisqu’elle représentait plus de la moitié dans les années 2005-2007. Continuer la lecture de Ile-de-France : 96.300 titres de séjour délivrés, 54% à des Africains

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Alain Destexhe analyse les tensions autour de l’immigration en Belgique. Le modèle multiculturaliste a échoué, argumente-t-il.

Pourquoi la question de l’immigration a-t-elle une telle importance en Belgique?

Par rapport à sa population, la Belgique a reçu beaucoup plus d’immigrés que ses voisins, y compris la France. Dans les années 2000, le solde migratoire a été quatre fois plus important en Belgique qu’en France ou en Allemagne! Les problèmes qui en résultent (absence d’intégration, communautarisme, développement de l’islamisme) ont été niés ou minimisés.

Il y a aussi un clivage entre Flamands et Wallons. Au nord du pays, la NV-A et le Vlaams Belang (parti proche des thèses de Marine Le Pen) se sont emparés depuis longtemps de ces questions migratoires. Au sud du pays, la presse et les partis politiques se sont montrés plus réticents. De plus, le nord du pays vote majoritairement à droite (l’extrême droite et la droite nationaliste comptent pour près de 40% du corps électoral alors que le sud vote à gauche.

(…)

A quel point Bruxelles est-elle aujourd’hui une ville multiculturelle?

Bruxelles compte déjà probablement 30% de musulmans. En quelques années à peine, les Belges d’origine sont devenus minoritaires à Bruxelles. Continuer la lecture de

Net « durcissement » de l’opinion des Français sur la question migratoire, 67% jugent négative la politique actuelle

Le deuxième volet de l’étude réalisée par BVA pour la Presse régionale dans le cadre des élections européennes de 2019, consacré à la question migratoire, révèle un durcissement des Français sur le sujet.
67 % des Français ont ainsi une opinion négative de l’action menée par la France en matière d’immigration et 68 % ont une opinion négative de l’action menée par l’Europe dans ce domaine.

Sur le plan régional, c’est en Normandie (72 %) et dans les Hauts-de-France (70 %) qu’on trouve des parts plus élevées d’interviewés jugeant négativement l’action de la France en matière d’immigration. Continuer la lecture de Net « durcissement » de l’opinion des Français sur la question migratoire, 67% jugent négative la politique actuelle

Pacte des Migrations : La question taboue des chiffres, le coût de l’immigration « un déficit annuel de 12,2 milliards pour la France »

Derrière le “Pacte des Migrations” de l’ONU, la question taboue du coût et des chiffres de l’immigration

A l’heure de la signature à Marrakech le 10 décembre du pacte “historique” (officiellement “non contraignant”) des pays membres des Nations Unies qui vise en fait à “faciliter” (mot qui revient plus de 60 fois dans le document de 34 pages) la migration, et pas seulement à la réguler, il est important de revenir sur l’aspect financier des mouvements de population en général dans nos pays développés post-coloniaux sommés d’accepter depuis des décennies, et sans sélection aucune, toute la misère du monde.

Souvent passé sous silence et abusivement polémisé lorsqu’il est débattu, ce coût incroyable de l’immigration (légale et illégale) permet de penser que ce n’est pas en termes de bénéfices pécuniaires qu’il convient de comprendre les mesures immigrationnistes auxquelles voudraient nous faire souscrire les Nations Unies, l’Union Européenne et moult lobbies cosmopolitiquement corrects et autres minorités idéologiques tyranniques. D’évidence, si le succès du « projet migratoire » ne se situe pas sur le plan économique, contrairement à une idée reçue que nombre d’experts ont invalidée, c’est qu’il se situe ailleurs.

(…)

Coût de l’immigration : un déficit annuel de 12,2 milliards pour la France

Continuer la lecture de Pacte des Migrations : La question taboue des chiffres, le coût de l’immigration « un déficit annuel de 12,2 milliards pour la France »

Gérard Collomb se lâche sur l’immigration : « D’ici à 5 ans, la situation deviendra irréversible. Je crains la sécession. Les gens ne veulent pas vivre ensemble »

Les socialises, responsables de 40 ans d’immigration, ont passé leur temps à poursuivre en justice et censurer les quelques individus qui s’opposaient au grand Remplacement. Aujourd’hui qu’ils sont vieux et qu’ils n’ont plus aucune chance de revenir au pouvoir, ils dévoilent la vérité aux français en faisant mine de découvrir que leur politique nous a mené au chaos. Pour leur  cynisme matiné d’incompétence ces salopards devraient être traduits en justice pour haute trahison.



 

Nous sommes le 13 février 2018. (…) Dans une antichambre de la préfecture du Loiret, le ministre de l’Intérieur se confie en toute gravité à Valeurs actuelles.

« Les rapports entre les gens sont très durs, les gens ne veulent pas vivre ensemble… »

– Quel est la part de responsabilité de l’immigration ?

« Énorme (…) »

– Votre loi ne s’attaque qu’à l’immigration illégale. La légale permet de faire entrer plus de 200.000 personnes sur le territoire chaque année.

« C’est vrai. On fait étape par étape. Mais ça reste un problème… »

– Vous pensez qu’on n’a plus besoin d’immigration en France ?

« Oui, absolument »

« Des communautés en France s’affrontent de plus en plus et ça devient très violent… »

« Je dirais que, d’ici à 5 ans, la situation pourrait devenir irréversible. Oui, on a cinq, six ans, pour éviter le pire. Après… »