Archives par mot-clé : Inch’Allah

L’anti-républicaine Najat Vallaud-Belkacem :  » J’appartiens à la culture berbère depuis ma naissance … Inch’Allah ! » (vidéo)

Addendum : Cet entretien vidéo au cours duquel Najat Vallaud-Belkacem répond “Inch Allah”, lorsque la personne qui l’interroge lui demande “Un Berbère à L’Elysée”, aurait été réalisé en 2009. C’est-à-dire avant qu’elle ne devienne ministre, mais c’est bien dans un cadre officiel, à savoir l’Hôtel de Ville de Lyon. De plus, cela ne change rien au fond des propos tenus.(novopresse)

– – – – – – – – – – – – – – –

Najat Vallaut-Belkacem, porte-parole franco-Marocaine de Mimolette et propagandiste de la théorie du genre, était présente lors de la célébration du nouvel an berbère, Yennayer 2963, organisée à l’initiative de l’association Awal Grand-Lyon.

L’occasion pour elle de dire son attachement communautariste à la culture Berbère… avec l’argent du contribuable français. L’inculte ignore sans doute que la république oblige à ses citoyens de s’élever au-delà de leurs appartenances particulières. Mais pour cette collaboratrice du roi du Maroc (1) cette obligation est sans soute superflue. Quand on couvre d’un voile pudique les atrocités autocratiques du régime marocain, on ne peut avoir qu’une faible considération pour les principes républicains français.
Il faudra que l’on m’explique comment on peut se dire républicain et être le porte voix de la torture, des bagnes et de la mafia économique de la monarchie marocaine.
Et comment on peut se revendiquer de gauche quand on s’en remet à la bonté divine pour que les Berbères accèdent un jour aux plus hautes responsabilités en France.? Décidément les voix du PS sont impénétrables !

– Bientôt les Berbères à l’Elysée ?
– Inch’Allah !

(Dans un précédent article j’ai appelé cette gauche la gauche Inch’Allah : Arnaud Montebourg, caricature de la gauche Inch’Allah)


Najat Belkacem – Yennayer 2963 par BladnaNl

En ce qui nous concerne on préfère Zineb El Rhazoui, une militante démocrate qui était intervenue avec force contre la présence de Driss El Yazami lors d’un pince-fesse des verts. Mais les organisateurs écolo-bobos avaient pris la défense de leur ami qui est aussi le président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, autant dire un intime de sa majesté du Maroc.

(1)La ministre est Membre du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger de décembre 200744 à décembre 201114. « Depuis décembre 2007, elle fait partie des 37 membres du Conseil consultatif des Marocains à l’étranger (CCME) directement nommés par Mohammed VI, où elle perçoit des émoluments de complaisance dont le montant est presque un secret d’Etat. Une Information confirmée par l’ambassade du Maroc en France, ainsi que par le site du CCME. Face aux journalistes (Marocains), elle assume totalement cette double allégeance politique et bi-nationale. Dans une interview à Bladi.net, elle expliquait, sans ciller, que ce conseil « s’exprimera d’abord sur les sujets dont [il] sera saisi par Sa Majesté en faisant valoir un point de vue de Marocains de l’étranger, et pour ce qui me concerne de Franco-Marocaine engagée dans la vie politique française ».

Dictature du Bien: Dimanche, j’irai voter Inch’Allah (vidéo)

Il y a plus d’un an (1), Arnaud Montebourg, l’irrésistible bobo de l’antimondialisation, avait déjà bien intégré le changement de vocabulaire au sein de l’A-france (2) . Il fut le précurseur d’une nouvelle gauche que nous avons nommé ici même la gauche Inch’Allah. La carte des résultats électoraux du premier tour montre justement très clairement un vote ethnico-religieux en faveur de la gauche au sein des territoires ayant connu une forte substitution de population. Un constat qui confirme le séparatisme culturel que décrit Christophe Guilluy dans son livre Fracture Française. Et qui ne peut que déboucher sur un vote Inch’Allah….

Comprenez bien que tout ceci n’est qu’une étape vers la gauche Allah akbar…. si tout se passe comme prévu, après 5 ans au pouvoir, Hollande devrait nous mener vers ce vote d’avenir !!!…. Inch’Allah !

(1) Montebourg à Rillieux : contre le vote FN « Inch’Allah »

(2) je vous rappelle qu’à partir d’aujourd’hui la France devient l’ A-france. ( le a privatif étant justifier par l’abandon de toutes nos souverainetés à l’Europe de Bruxelles)

« François Hollande, inch’allah » (vidéo)

Souvenez-vous, il y a un an nous dénonçions le minuscule Montebourg dans un article intitulé: Arnaud Montebourg, caricature de la gauche Inch’Allah
En distribuant des tracts anti-FN en banlieue, le sémillant démondialisator avait été surpris en train de lancer aux habitants des lieux de vigoureux «Inch’Allah». Il semblerait que le PS ce soit habitué à cette apostrophe musulmane, comme s’en indigne Malika Sorel

C’est ce qui est exprimé dans la vidéo ci-dessous (1’13 et 2’19). En arabe, inch’Allah signifie : « Si Allah le veut ». Il est dangereux, pour une République qui a instauré la séparation des Églises et de l’État et surtout une hiérarchie entre les deux, qu’un candidat soit porté par un tel message.

François Hollande ne peut ignorer l’existence de cette vidéo qui est relayée par sa porte-parole Najat Vallaud-Belkacem sur son blog, assortie de ce commentaire : « Transition parfaite entre la fin du festival L’Original Hip Hop à Lyon, et la campagne présidentielle à j-11, c’est à dire à l’heure de la mobilisation générale, et notamment des jeunes… ce très beau clip par 2H12 CREW. Quel talent! Merci à eux! »

J’ai été indignée par les propos de François Hollande (2’34), s’adressant aux populations de l’immigration que cible ce clip, afin de les inciter à aller voter ; voter pour lui, bien sûr. Différentes études, dont celle de Terra Nova, ont en effet déjà mis en évidence le fait que les migrants extra-européens et leurs descendants, lorsqu’ils se rendaient aux urnes, votaient massivement pour la gauche, ce que Ségolène Royal a pu vérifier aux élections présidentielles de 2007.

François Hollande: « Les quartiers, les cités, sont une chance pour la République. Ne sous-estimez pas la force de votre décision.

Avec le suffrage universel une voix en vaut une autre, et si certains sont plus riches que vous, vous, vous être plus nombreux qu’eux. »

Ce qui est grave, c’est le clivage qu’il met en scène de façon subliminale : votez pour moi contre le vote des Français de souche européenne, car nous savons très bien ce que signifient désormais dans la bouche des politiques: « cités, « quartiers », « banlieues »… (…)

 

Le blog de Malika Sorel

 

Tunisie : l’offensive des fondamentalistes à l’université

Il ne faut pas s’attendre à ce que les islamistes au pouvoir dans les pays du Maghreb décident de changer les lois du jour au lendemain. La main mise du totalitarisme islamique se fait comme toujours par la pression sociale. Des individus revendiquent, des groupuscules manifestent, des fondamentalistes attaquent… et le pouvoir ne dit pas un mot…. attend que les mentalités changent sous l’effet de la propagande, de la contrainte, et de la peur.

Si l’on en croit le Mouvement démocratique arabe, c’est ce qui se passe dans les universités Tunisiennes..

Tunisie : l’offensive des fondamentalistes à l’université

« Nous sommes libres de porter ce que nous voulons. Nous voyons notre liberté dans le niqab ! » Dans l’enceinte de la faculté des lettres du gouvernorat de la Manouba, Sana, dont seules les pupilles noires sont visibles, brandit une pancarte « my niqab = my freedom » (« mon niqab = ma liberté », en français). Avec une petite centaine d’autres jeunes, cette étudiante en première année d’anglais appliqué manifeste, jeudi 1er décembre, devant l’administration de l’université pour l’instauration d’une salle de prière et le droit pour les femmes portant le voile islamique intégral d’assister aux cours et aux examens.
Depuis le début de la semaine, cours et examens ont été suspendus dans cette faculté située à 25 kilomètres de Tunis. Lundi 28 novembre, un groupe d’extrémistes a pris possession du bâtiment de la direction et organisé un sit-in. Certains appartiennent à l’université, d’autres non, à l’image de Salman Elzigui, étudiant en théologie à l’université Zitouna, toujours présent, alors que l’accès à la faculté est interdit à tout étudiant non inscrit depuis mercredi soir. Des évènements qui ont poussé le corps universitaire tunisien à lancer une grève générale ce jeudi 1er décembre.
Barbe, qamis (tunique) et calotte sur la tête, ce jeune homme à la voix posée est arrivé sur les lieux dès qu’il a « su que l’administration avait empêché une étudiante de passer un examen à cause de sa tenue vestimentaire ». « L’université doit engager des femmes qui s’occuperaient de vérifier les identités », défend Rania, 22 ans, le visage cerclé de rose et les mains gantées. Et les tricheries ? « Une femme pourrait passer dans les rangs pour vérifier si les étudiantes n’ont pas d’écouteurs ou si des documents ne sont pas camouflés sous leurs vêtements », soutient une étudiante en droit qui souhaite garder l’anonymat.
Derrière elle, Raja Ben Slama, maître de conférences et écrivaine, est prise à partie par une jeune femme dont on ne distingue pas les traits. La professeur refuse d’entamer la conversation : « Le niqab est déshumanisant. Je suis Tunisienne et cela m’angoisse beaucoup d’essayer de parler à des gens dont on ne voit pas le visage. » « On ne peut pas accepter cela dans ce pays qui a tant fait avancer la cause des femmes grâce au Code du statut personnel [instauré en 1956 par Habib Bourguiba, NDLR] », renchérit Habib Melak, enseignant au département de français et ancien responsable syndical estimant mener « une bataille civilisationnelle ».
Debout, sur le portail fermé de la faculté, un étudiant brandit un coran. De l’autre côté, certains appartenant à l’UGET, syndicat des étudiants, commencent à grimper sur les grilles vertes. Les deux camps s’affrontent à coups de slogan. « Dégage ! » versus « Allah Akbar ». Les yeux rougis, Safa, étudiante, observe, désarmée, la scène.

Suite sur le site du Mouvement démocratique arabe et une petite pensée pour Mélenchon

Continuer la lecture de Tunisie : l’offensive des fondamentalistes à l’université

Égypte : encore des journalistes agressées sexuellement (audio et vidéos)

Souvenez-vous, il y a quelques mois les belles âmes de gôche et de l’UMP nous présentaient les révolutionnaires égyptiens comme de grands démocrates modernes. Mélenchon y voyait même un appui politique. Selon le petit père sans peuple les révolutionnaires du « printemps arabe » demandaient: « de la liberté, de la démocratie, et la possibilité de vivre dignement de leur travail, c’est à dire des choses qui sont les mêmes que celles que réclament nos peuples.« 
Cependant, il semblerait qu’ils aient quelques efforts à fournir pour se comporter comme de véritables démocrates, émancipés de leurs réflexes religieux et patriarcaux. Il faudrait notamment qu’ils cessent de violer des femmes lors de leurs rassemblements. Mélenchon devrait dire à ses petits apprentis révolutionnaire du Caire que ça ne se fait pas. Que c’est pas très progressiste comme comportement !. C’est en tout cas ce qu’aurait souhaité leur dire Lara Logan avant qu’ils ne la violent et la battent sur la place Tahrir, le jour des célébrations saluant la chute du président Hosni Moubarak.

Hier, ce fut au tour de la journaliste de France 3, Caroline Sinz de faire l’amère expérience de cette montée de testostérones chez les « démocrates » Égyptiens . Cette dernière a déclaré avoir été violemment frappée et agressée sexuellement en plein jour sur la place Tahrir au Caire, où elle effectuait un reportage.

J’ai été tabassée par une meute de jeunes et d’adultes qui ont arraché mes vêtements et qui ont procédé à des attouchements répondant à la définition du viol. J’étais lynchée. Cela a duré environ trois quarts d’heure jusqu’à ce qu’on puisse m’extraire. J’ai cru que j’allais mourir. »

Continuer la lecture de Égypte : encore des journalistes agressées sexuellement (audio et vidéos)

Du 11/09 aux révolutions arabes: les Etats-Unis et l’allié islamiste

Les média français nous ont vendu une petite fable bien puérile à l’occasion du soit-disant « Printemps arabe ». Libérés du joug de leur dictateur les peuples allaient enfin accéder librement à la démocratie. Or dans son dernier livre, Vérités et Mythologies du 11 septembre, l’ancien chef du service international de RFI, spécialiste des questions de défense et expert du monde arabo-musulman, Richard Labévière, affiche son scepticisme.
Il y dénonce notamment l’alliance qui lie les américains avec les frères musulmans. Une alliance qui rappelle tristement celle qui fut nouée par la CIA avec les talibans dans les années 80 pour mettre fin à la présence soviétique en Afghanistan, et qui fut la genèse de l’épopée islamiste d’Al Qaïda.
Et il suffit de prendre connaissance des derniers sondages effectués en Tunisie ou en Egypte (1) pour se rendre compte que le danger de voir des républiques islamiques s’imposer dans ces pays est bien réel.

Comme le souligne Marianne 2 et Richard Labévière dans son dernier livre, Vérités et Mythologies du 11 septembre, a trop vouloir jouer avec le feu, on se brûle les doigts:

(…) constatant que l’orientation du « pacte de Quincy » (1) continue à dicter la logique des pouvoirs aux Proche et Moyen-Orient, l’auteur émet une hypothèse : « Comme la révolution de mai 1968 a pu tourner à la contre révolution néo-libérale et globale, les « révolutions » arabes pourraient, tout aussi bien, générer des contre-révolutions post-mondialisation se caractérisant par une purification ethnico-religieuse et un hyper libéralisme généralisés ».

Un scénario idéal pour des Etats-Unis, toujours soucieux, de préserver leurs intérêts pétroliers et la stabilité à long terme de la région, quitte, comme le recommandent les think-tanks américains les plus influents à faire affaire avec les Frères musulmans. Les mêmes très inspirés cercles de réflexion (la Rand Corporation notamment, proche de la CIA, dont le chercheur français Laurent Murawiec sera écarté car il osait qualifier l’Arabie Saoudite « d’épicentre du terrorisme »), qui dans les années 80-90, recommandaient au pouvoir américain de renforcer son alliance stratégique avec l’Arabie Saoudite et ce qui allait quelques années plus tard devenir Al-Qaïda. Retour vers le futur ?

source

(1)http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110714.OBS7057/l-emergence-des-freres-musulmans.html

(2) Le Pacte de Quincy a été scellé en février 1945 sur le croiseur Quincy entre le Roi Abdel Aziz Ibn Saoud, fondateur du royaume d’Arabie Saoudite, et le président américain Franklin Roosevelt, en route pour la conférence de Yalta.
Il s’articule sur cinq points.
Le président Roosevelt en compagnie de Abdel Aziz Ibn Saoud et de William Leahy sur le Quincy

– La stabilité de l’Arabie Saoudite fait partie des “intérêts vitaux” des États-Unis qui assurent, en contrepartie, la protection inconditionnelle du Royaume contre toute menace extérieure éventuelle. Par extension la stabilité de la péninsule arabique et le leadership régional de l’Arabie Saoudite font aussi partie des «intérêts vitaux» des États-Unis.

– En contrepartie, le Royaume garantit l’essentiel de l’approvisionnement énergétique américain, la dynastie Ibn Saoud n’aliénant aucune parcelle de son territoire, les compagnies concessionnaires ne seraient que locataires des terrains.

– Les autres points portent sur le partenariat économique, commercial et financier saoudo-américain ainsi que sur la non-ingérence américaine dans les questions de politique intérieure saoudienne.

Mermet: le sergent des faux dissidents

Pas un jour sans propagande. Du lundi au dimanche, les média sont formels : l’immigration est une chance pour la France. De France Inter à France 3 en passant par les pseudo-débats de France 24 et les documentaires militants de Canal+, nuit et jour, le rouleau compresseur tourne à plein régime. C’est un matraquage de grande ampleur. Une intoxication massive. S’y opposer demande courage et ténacité. La police de la pensée est à l’affût du moindre mot déviant. Les journalistes qui oseraient s’opposer à cette intoxication des masses sont illico désignés, listés, soupçonnés, jugés pour crime d’arrière-pensée raciste.

Zemmour, Ménard, Rioufol, Levy en savent quelque chose (1). La critique de l’immigration et du multiculturalisme représente aujourd’hui la ligne de crête à ne pas franchir. N’en déplaise à Didier Porte, Stéphane Guillon, Bedos père et fils, Charlie Hebdo ou tout autre guignol de l’info, l’oligarchie n’a rien à craindre de leurs saillies humoristiques aussi poilantes qu’un article du Monde diplomatique. Ils peuvent bien faire semblant de s’indigner en chœur, de menacer d’un doigt vengeur le pouvoir capitaliste, de geindre, de minauder, de droit de l’hommiser, les oligarques s’en balancent. Ce qui compte c’est qu’ils attaquent les cibles désignées. De faire là où on leur a dit de faire.

Et c’est bien là que réside la double victoire du système :

– s’être doté d’une armée de faux rebelles qui croit s’en prendre aux tabous dominants alors qu’elle n’est là que pour enfoncer des portes ouvertes ;

– et avoir su absorber, digérer et expulser la vrai contestation de la caste médiatico politique quand celle-ci pointait le bout de son nez.

Les faux rebelles sont partout. Omniscients, omnipotents, leur noms s’affichent plusieurs fois par jour sur votre téléviseur, en bas des pages de vos journaux, sur les ondes de vos postes de radio. Ils sont pour l’insolence calculée des émeutiers émoussés, l’insurrection anesthésiante des opposants lénifiants. Parmi eux figure la crème du gauchisme bedonnant, le dragon sans flamme, le chiot sans croc, le porc-épic sans pic, l’éternel radoteur radiodiffusé : Daniel Mermet. Plus discret que tous les autres, il n’en demeure pas moins un agent efficace de la Propagandastaffel .

Daniel Mermet : la potiche de la sédition.

Tout n’est pas fichu en ce bas monde. Il reste dans notre pays des journalistes qui font de la résistance. Des frondeurs qui prennent à la gorge le monde d’en haut pour lui mettre la tête en bas. Des engagés avec de l’ambition. Daniel Mermet est de ceux là. Sur France Inter depuis plus de 20 ans, il guerroie contre le capitalisme et milite en faveur d’un monde sans porte ni serrure où tous les damnées de la terre serait « ici et là-bas » chez eux.
Du lundi au vendredi, à 15h00, le gargarisme ronflant de cet anarchiste à paillette berce d’illusion les adeptes de son émission sectaire « Là-Bas-si j’y suis ». Sur l’Islam, Mermet ne rate jamais une occasion de caresser les barbus dans le sens du poil (2). Sur l’immigration, sa feinte dissidence consiste à toujours s’insurger dans le sens du vent… et sa litanie gauchiste de l’Autre résonne comme l’écho à peine déformé des idées du MEDEF.

Le lundi 23 Mai 2011 (3), les factieux factices de « Là bas si j’y suis » avaient choisi de s’épancher sur les malheurs des tunisiens clandestins. Quelle fresque tragique ! Quelle juste et cruelle restitution de notre époque pré-fasciste ! C’est indéniable cet homme a du talent: il serait capable de faire passer Géricault et son radeau pour une attraction d’Eurodisney.

L’émission « Là bas si j’y suis » devrait être interdite aux âmes sensibles. Et à ceux qui ont un goût un peu trop prononcé pour la vérité, le débat contradictoire, ou le doute.
Car, sous couvert de subjectivité, le grand timonier de la maison ronde impose aux auditeurs une vision manichéenne et mensongère du réel. Le journalisme pratiqué par Daniel Mermet consiste à déguiser la malhonnêteté intellectuelle en subjectivisme souriant.
Dans son reportage du 23 mai sur les tunisiens clandestins à Paris, Mermet et sa clique de clowns tristes nous dépeignent une jeunesse tunisienne merveilleuse, avide d’aventures révolutionnaires. En revanche le français est un con, lui. Un salop même. Un vrai. Un peu à l’image de Dupont Lajoie. Touriste exploiteur à l’époque de Ben Ali, le français rechigne aujourd’hui à tendre la main à celui qui lui servait sa limonade sur la terrasse d’un hôtel d’Hammamet.

Mais maintenant c’est fini, nous menace Mermet, les tunisiens sont là et sont décidés à prendre leur revanche. Parce qu’ils n’ont plus de boulot, persiste le rebelle fonctionnarisé de radio rance. Et voilà nos insurgés de Tunis devenus demandeurs d’emploi en France. Alors vous n’avez qu’a vous pousser pour leur faire de la place. Vous effacer. Vous barrer. Vous biffer. Vous annuler. Vous détruire.
Devant tant d’audace, l’avant garde éclairée de Terra Nova jubile et le Medef se pâme.

Inutile de préciser que Mermet déplore le renvoie de 3 000 clandestins sur les 30 000 présents en France. 10 % c’est déjà du Nazisme pour le soviet Mermet. Le journaliste de la gauche vigilante et citoyenne ne peut pas avouer à ses zélateurs auditeurs que ces clandestins tunisiens viennent s’ajouter à une immigration légale et illégale qui s’élève à près de 500 000 personnes par an.
Mermet doit maintenir son image de bon rebelle, vertueux et souriant auprès de son troupeau de sectateur. Il lui est donc interdit de dire que l’immigration pèse à la baisse sur les salaires, et qu’elle représente à 80 % une immigration de peuplement. Au risque de passer pour un social traitre, l’islamo-chaviste ne peut pas dire non plus que la France n’a jamais accueilli autant d’immigrés que depuis l’arrivée de Sarkosy au pouvoir. Il ne dira pas un mot sur les 300 000 euros de subventions de la Mairie de Paris pour aider les tunisiens clandestins (4). Rien sur les gymnases occupés. Rien sur les hôtels gracieusement réquisitionnés. Rien sur les campements sauvages dans des parcs normalement dédiés aux enfants. Rien sur les violences dont se sont rendus coupables certains de ces clandestins. Et rien sur ceux qui continuent à entrer en Italie pour rejoindre la France.

Non Mermet ne dira rien. Rien qui pourrait le ranger du coté de ceux qui n’ont rien à perdre à dire la vérité. Mermet a encore beaucoup à gagner sur le dos des contribuables qui s’acquittent de leur redevance pour subir ses mensonges. Et ses rodomontades. Et ses lamentations. Et ses manipulations. Voilà plus de 20 ans qu’il se dit menacé, qu’il dit qu’il va se faire virer… ça lui plairait tant à Mermet. Un honneur. Un signe qu’il est vraiment subversif. Mais cela fait plus de 20 ans que Mermet aboie avec la meute…et que la caravane passe…et repasse.

Jèrôme Cortier.

(1) http://www.atlantico.fr/decryptage/eric-zemmour-robert-menard-elisabeth-levy-pensee-unique-politiquement-correct-reactionnaires-populistes-journalistes-

(2) Si il y a bien un journaliste qui a toujours pris la défense de l’islam c’est bien Mermet. A tel point que ses auditeurs se sont dit agacés par son islamophilie. Voir « Les auditeurs de France Inter estomaqués par Daniel Mermet »: http://www.islamisation.fr/archive/2009/10/04/les-auditeurs-de-france-inter-estomaques-par-daniel-mermet.html

Quelques émissions pro-voile et pro-Islam: http://www.la-bas.org/recherche.php3?recherche=Islam

(3) http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2187

(4) http://www.fdesouche.com/208403-paris-la-mairie-triple-l%E2%80%99aide-prevue-pour-les-clandestins-tunisiens-video

Lybie: les islamistes à la manoeuvre !

A l’exception de Marine Le PEN, l’ensemble de la classe médiatico-politique a soutenu l’intervention militaire française en Libye. Alors que Nicolas Sarkosy s’apprête aujourd’hui à envoyer des conseillers militaires sur le terrain, quelques médias commencent enfin à s’interroger sur l’opportunité de cette guerre et sur les fameux « insurgés » que nous sommes censés protéger.

Dans le Nouvel Observateur:
La journaliste reporter Sara Daniel découvre qu’un émirat islamique est en formation en Cyrénaïque, et les djihadistes forment une part non négligeable des bataillons de l’insurrection armée par l’Otan…
Des combattants islamistes ont-ils investi les rangs de l’insurrection, comme on le répète à Tripoli? Les services secrets occidentaux n’y croient pas. Et pourtant…
Pour renverser Kadhafi, ce n’est pas de l’Otan dont nous avons besoin, c’est de Dieu!» Abdelkarim alHasadi, l’homme qui se tient devant moi dans sa veste de camouflage se définit comme un militaire et un croyant qui dirige une katiba (camp d’entraînement) forte de près d’un millier d’hommes. Il enrage quand on évoque l’organisation de défense qui a repris ses bombardements autour d’Ajdabiya: « Quand un homme se noie, il tend la main à n’importe qui, même au diable. » La tête d’Al-Hasadi a été mise à prix par Kadhafi. Au cours d’une réunion avec les ambassadeurs des pays de l’Union européenne, Khaled Kaïm, le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères, a affirmé que ce membre d’Al-Qaida a établi un émirat islamique en Cyrénaïque, qu’il impose le port de la burqa et liquide les personnes qui refusent de se plier à ses oukases religieux.

Dans L’express:
Pour rappel, en 40 ans de pouvoir, le colonel Kadhafi, qui prônait l’émancipation des femmes et aimait s’entourer d’une garde rapprochée de soldates en treillis, a brisé les schémas musulmans traditionnels et alimenté les foyers islamistes dans son pays. « D’après des informations recueillies en Irak par les Américains en 2007, les Libyens représentaient, après les Saoudiens, le plus fort contingent des jihadistes recrutés par Al-Qaïda, et qui ont ensuite rejoint Ben Laden en Afghanistan. Il y a une filière libyenne vers Al-Qaïda », note Denis Bauchard, ancien ambassadeur de France en Jordanie, conseiller à l’Institut français des Relations internationales pour le Moyen-Orient. « L’Est du pays a toujours été sous influence des Frères musulmans », ajoute-t-il par ailleurs.

Ces islamistes profiteraient-ils du chaos libyen pour s’armer?

Qu’ils soient présents ou non parmi les rebelles, les islamistes pourraient être tentés de se renforcer miltairement, sans être inquiétés par les autorités libyennes, désormais absentes du côté Est du pays. D’autant que les rebelles ont déjà amassé, depuis le début de la révolte, une grande partie des armes stockées dans cette zone. « Il y a des filières d’approvisionnement en armements venant d’Egypte, via les Frères musulmans, avec un soutien de gens du Hezbollah, et maintenant des gens du Hamas qui viennent acheter des armes dans cette zone », souligne Pascal Le Pautremat, spécialiste des questions de défense et du monde arabe. Au final, « le risque, c’est que le vide politique qui s’est créé dans l’Est du pays ne soit comblé par les jihadistes. On l’a vu en Irak, on le voit au Yémen », indique Denis Bauchard.

Dans le Figaro, Le grand reporter George Malbrunot fait le point à son tour :

« Le responsable des médias au sein de la branche maghrébine d’al-Qaida a accordé une intéressante interview au journal saoudien Al-Hayyat publié à Londres.
Saleh Abi Mohammad y affirme que l’organisation terroriste a des implantations (des émirats dans le langage d’al-Qaida) à Benghazi, Al-Bayda, Al-Marj, Shihat et surtout à Dernah.
«Nous sommes spécialement présents à Dernah, où sheikh Abdul Hakim est notre émir et où il a formé – aux côtés d’autres frères – un conseil islamique pour gouverner la ville en vertu de la sharia», la loi islamique, déclare Saleh Abi Mohammad.
À l’est de la Libye, les villes d’implantation d’al-Qaida correspondent aux principaux fiefs de la rébellion, appuyées par la coalition occidentale. Le responsable d’al-Qaida confirme également que l’organisation terroriste a acquis récemment des armes, «destinées à protéger nos combattants et à défendre la bannière de l’islam». Des dignitaires algériens et tchadiens s’étaient inquiétés de tels transferts d’armes à al-Qaida

Arnaud Montebourg, caricature de la gauche Inch’Allah

Dans les années 80-90, nous avons connu la gauche caviar. Dans les années 90-2000, ce fut le tour de la gauche Marrakech. Il semblerait que depuis une décennie nous assistions à l’émergence de la gauche Inch’Allah.

Quand il se déplace dans des contrées qui lui sont étrangères, l’Homme de gauche se fait un devoir d’épouser les us et coutumes des autochtones. Le mardi 22 mars, Arnaud Montebourg était venu apporter son soutien à Renaud Gauquelin, maire et candidat au poste de conseiller général à Rillieux-la-Pape, canton situé en banlieue nord-est de Lyon.
Et, c’est en distribuant des tracts anti-FN, que le sémillant Montebourg a éprouvé le besoin de montrer qu’il n’était pas insensible à la culture dominante des lieux, en lançant un vigoureux «Inch’Allah» (1). Un peu comme avait su le faire avant lui l’apprenti révoutionnaire Olivier Besancenot lors de sa venue dans un quartier de Toulouse en 2008 (2).

Outre le fait qu’il est curieux de voir un socialiste solliciter les faveurs du tout puissant pour une campagne électorale, comment comprendre que son choix ne se soit pas porté sur l’une des nombreuses expressions françaises comme : « Que Dieu vous entende. Qu’à Dieu ne plaise. Seul Dieu le sait…ainsi soit-il ! »

Démagogie + essentialisme = Citoyenneté musulmane

Pourquoi donc «Inch’Allah»? Pour faire plus couleur locale ? Pour leur rappeler, à eux, les enfants de l’autre rive, que lui aussi vient de là-bas et qu’il fait parti de la famille ?
Comme le clin d’oeil complice que l’on adresse à l’ouvrier plein d’espoir, comme la main que l’on pose sur l’épaule du paysan fatigué, comme la caresse sur la tête de l’enfant qui vient vous offrir un dessin, comme la petite claque dans le dos que l’on prodigue au militant découragé… le «Inch’Allah» de Montebourg est un sourire de démagogue… un attrape nigaud… un geste de mépris. On est en droit d’attendre de la part d’un homme politique qui se dit volontiers républicain, qu’il s’exprime avec un peu plus de distance, et qu’il fasse la promotion de la langue nationale. Quelle sera la prochaine étape pour Montebourg ? Saluer les gens des quartiers avec un tonitruant «Salam Alikoum» en portant sa main droite au niveau du coeur ?

Cependant, ne voir dans cette anecdote qu’un exemple supplémentaire de la démagogie de gauche serait réducteur. Il convient ici de souligner que l’on assiste à une montée d’anti-républicanisme à gauche au profit d’un multiculturalisme débonnaire mais désastreux pour l’unité de notre pays. Le «Inch’Allah» de Montebourg est le signe que la gauche s’est soumise à une approche culturaliste et essentialiste des minorités. C’est ce renversement idéologique qui est à l’origine de l’effacement des valeurs et des principes de la République assimilationniste. Après ses multiples échecs aux élections présidentielles, on aurait pu s’attendre à ce que le Ps se retourne vers le passée et rectifie le tir.
Or il n’en est rien. C’est même pire ! Si l’on en croit une note de synthèse produite par un groupe de réflexion proche du PS Terra Nova (3), il faudrait renforcer l’évolution de notre société vers le multiculturalisme, et inscrire un jour des religions au nombre des fêtes célébrées par notre calendrier républicain. Dans un chapitre dont le titre claque comme un reniement total de l’histoire de ce pays «Débat sur l’islam : pour une citoyenneté musulmane» (4) Terra Nova annonce la couleur : «la communauté nationale, hier blanche et d’origine judéo-chrétienne, s’enrichit aujourd’hui des apports des Français issus de l’immigration d’après-guerre, aux couleurs de la diversité et d’origine musulmane pour l’essentiel. A l’épicentre de cette mutation, il y a la question de l’islam, religion quasi-inexistante en France il y un siècle et référence aujourd’hui pour plus de 10% des Français. […]
C’est aux Français « de souche » de porter cette mutation, mais aussi aux Français musulmans […]»

Voilà donc un exemple supplémentaire de l’abandon définitif par la gauche du modèle républicain assimilationniste et émancipateur. Si certains s’interrogent encore pour savoir si le FN est un parti républicain ou pas, on peut d’ores et déjà affirmer que la gauche l’est de moins en moins.
A l’avenir, la gauche Inch’Allah laissera-t-elle la place à la gauche Allah Akbar ?… Nous ne sommes pas dans le secret des dieux, mais au train où vont les choses cela ne m’étonnerait qu’à moitié !

Jérôme Cortier

(1)

http://www.lyoncapitale.fr/lyoncapitale/journal/univers/Politique/Cantonales-2011/Montebourg-a-Rillieux-contre-le-vote-FN-Inch-Allah

(2)

(3)http://www.tnova.fr/note/musulmans-de-france-pour-une-citoyennet-inclusive
Notons que ce Think tank de gauche réagit à l’actualité sur le site du journal Le Monde, (http://www.lemonde.fr/idees/terra_nova/). Le Monde qui est devenu le journal de la gauche bien pensante ( un de plus !) avec à sa tête le banquier de gauche Matthieu Pigasse, le mécène historique de la gauche Pierre Berger , et Xavier Niel soutien de ségolène Royale aux dernières élections présidentielles… qui a dit que la presse était pro Sarkosy ?.

(4) Terra Nova a mis quelques jours avant de changer de titre. Voilà une partie du blabla pour se justifier: » il semble que le titre que nous avions choisi, « pour une citoyenneté musulmane » , puisse donner lieu à une interprétation erronée du propos, de nature communautariste. Par « citoyenneté musulmane » nous ne parlons pas d’une citoyenneté spécifique, à part, encore moins en contradiction avec la citoyenneté tout court. Nous voulons souligner que les Français d’origine musulmane ne sont pas encore pleinement citoyens : ils sont très peu reconnus dans la classe politique, et participent de ce fait peu au débat citoyen. «

Jérôme Cortier