Archives par mot-clé : indemnités

Jean-Luc Mélenchon annonce mettre en demeure l’Express et Capital avant la publication demain de révélations le concernant

Rappel: LE MILLIONAIRE MÉLENCHON A FAIT SA FORTUNE AVEC SES INDEMNITÉS PARLEMENTAIRES.


Jean-Luc Mélenchon a annoncé mercredi qu’il allait « mettre en demeure », avant une éventuelle plainte en diffamation, les magazines l’Express et Capital, devançant des « révélations » sur des questions de patrimoine ou de népotisme.

« Mon but est de rien laisser sans réponse, sans pour autant donner une place centrale au flot de l’égout médiatique », écrit le chef de file de La France insoumise dans une note de blog, où il renvoie aux demandes formulées par chacun des titres et à ses réponses. « Je fais une mise en demeure et je poursuivrai le moment venu en diffamation », prévient M. Mélenchon, se plaignant à propos des journalistes des « questions qu’ils posent, leur manière d’essayer d’intimider les gens pour les obliger à répondre, les questionnaires du matin pour le soir, l’arrogance et le sentiment d’avoir tous les droits qui les animent, tout est à vomir ».

« Bien évidemment, il est impossible que j’aie commis quelque acte délictueux ou immoral que ce soit. Si ce n’était pas le cas, il y a longtemps que ça se saurait », assure-t-il. Le mensuel économique a interrogé le député des Bouches-du-Rhône sur l’achat de sa permanence à Massy (Essonne) en 1997, lorsqu’il était sénateur.

Ce dernier répond point par point – circonstances de l’achat, moyens de paiement, gestion des aménagements du local, revente Continuer la lecture de Jean-Luc Mélenchon annonce mettre en demeure l’Express et Capital avant la publication demain de révélations le concernant

Gérard Collomb, maire de Lyon : «3000 euros par mois, c’est une situation extrêmement difficile”

Gérard Collomb : « Mon adjoint à l’urbanisme, c’est quand même une fonction à plein temps, il doit je crois être à 3.000 euros d’indemnités. S’il n’a pas un cumul des mandats, il se trouve dans une situation extrêmement difficile.»

Mieux encore, le maire nous apprend que les Lyonnais et les Grands Lyonnais ne payent pas ses salaires pour la bonne et simple raison qu’il ne percevrait pas un centime pour ses mandats : « Cela fait 9800 euros. Au total, ça ferait à peu près 19.000 euros. Mais je ne touche que 9.000, je travaille gratuitement pour la ville de Lyon. »

La sortie du soir est déjà saluée par la maire du 1er arrondissement, Nathalie Perrin-Gilbert. Sur Facebook, la maire du 1er arrondissement écrit : « Gérard Collomb a perdu le sens de la décence et la conscience de la réalité de vie »

Source

Najat Vallaud-Belkacem lâche des mandats… pas ses indemnités

La porte-parole du gouvernement se targue d’avoir démissionné de deux mandats locaux, mais cumule encore avec un troisième. Le mieux payé !

Lorsque la porte-parole du gouvernement lance une opération de communication, elle sait y faire. Point presse, interview… Najat Vallaud-Belkacem s’est autofélicitée le 4 février d’avoir démissionné de ses fonctions de conseillère municipale de Lyon et de conseillère communautaire du Grand Lyon afin de respecter « l’esprit » de la future loi sur le non-cumul des mandats. Et d’insister :

Pour porter plus aisément cette réforme à laquelle je crois beaucoup et dans la clarté la plus grande, c’était bien à moi-même de clarifier les choses. »

Difficile d’être plus… clair ! Sauf que des zones d’ombre demeurent. Surtout pour la ministre des Droits des femmes, qui détenait jusqu’à aujourd’hui un double record au sein du gouvernement : trois mandats locaux et des indemnités atteignant le plafond légal de 2 757 euros, en plus de son salaire de ministre. Une situation qui est loin d’avoir autant évolué qu’elle ne le laisse entendre.

A l’inverse de plusieurs de ses camarades qui ont abandonné toute fonction ou toute rémunération dans leurs terres d’élection, Najat Vallaud-Belkacem conserve un mandat, celui de conseillère générale du Rhône, qui est aussi le mieux payé, de telle sorte qu’elle atteint toujours le même plafond.

Quant au respect de « l’esprit » de la future loi sur le non-cumul, si on suit les recommandations de la commission Jospin, il n’est ici que partiel. Dans sa 14e proposition, l’ancien Premier ministre interdit « le cumul de fonctions ministérielles avec l’exercice de tout mandat local ».

SOURCE