Archives par mot-clé : Jack Lang

Rediff: Prostitution de mineurs dans la villa marocaine d’Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé ? et Jack lang ?

Première diffusion: 7 avril 2013

Le journal VSD vient de consacrer un dossier à l’« enquête impossible » de la police sur la pédophilie au Maroc dans le cadre de l’« affaire Luc Ferry ». Voici un extrait du dossier de VSD, où apparaissent les noms d’Yves Saint-Laurent, Pierre Bergé et Jack Lang…

source E&R via Pedopolis

Jack Lang, déclarait le 31 janvier 1991 à Gay Pied (revue Homosexuelle) :
« La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle den aborder les rivages.

Extrait d'un article de VSD (cliquer pour agrandir)
Extrait d’un article de VSD (cliquer pour agrandir)

En mai 2011, alors que l’affaire DSK faisait trembler le monde Continuer la lecture de Rediff: Prostitution de mineurs dans la villa marocaine d’Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé ? et Jack lang ?

Jack Lang « Paris est une capitale arabe ou orientale »

Du Front de gauche à Macron la gauche travaille pour la mort culturelle et historique de notre pays.

Vidéo de 2014

Jack Lang : “Paris est une sorte de capitale arabe ou orientale en son genre”

Jack Lang : “Paris est une sorte de capitale arabe ou orientale en son genre”

A l’occasion de l’exposition événement “Il était une fois l’Orient Express”, le président de l’Institut du monde arabe, Jack Lang, est revenu sur le symbole de ce train mythique. Il a notamment affirmé : “Paris est une sorte de capitale arabe ou orientale en son genre”.

source

Ce qui est dégoûtant, Anne Sinclair, c’est d’avoir voulu faire de votre soudard un président de la République (vidéo)

Article de Riposte Laïque
La grande prêtresse d’Huffington Post, Anne Sinclair, fait part, dans son édition du 6a010534a85cc1970b016760c66413970b-pijour, de son « dégoût » pour le film d’Abel Ferrara, Welcome to New York, où Gérard Depardieu interprète le rôle de son ancien mari, et où Jacqueline Bisset joue son rôle. Elle ne paraît pas satisfaite de la vision que le film renvoie de sa propre image, celle d’une femme ambitieuse, qui rêve de se voir en première femme de France à l’Elysée, et mobilise tous ses réseaux pour parvenir à ses objectifs.

Naturellement, histoire de discréditer davantage le film, elle nous fait le coup de l’antisémitisme, reprochant au réalisateur d’avoir relié ses origines juives à sa fortune. Il est vrai que si on ne peut plus dire qu’Anne Sinclair – qui a affirmé qu’elle n’aurait jamais pu épouser quelqu’un d’autre qu’un juif – est fortunée et juive sans se retrouver qualifier d’antisémite, cela va devenir vraiment difficile, dans cette France, de parler librement…

D’un ton pleurnichant, elle nous fait donc part de son dégoût pour le film. Ce qui me donne le dégoût, curieusement, à moi, ce n’est pas ce film, que je n’ai pas vu, et n’irai pas voir. C’est la volte-face de toutes celles et ceux qui, pardon pour la trivialité de l’expression, mais je reste dans l’esprit du film, « taillaient des pipes » à Strauss-Kahn, matin, midi et soir, que cela soit dans les colonnes de journaux, sur les plateaux de télévision, et que cela vienne des socialistes, des journalistes, du show biz, où tout le monde savait pourtant dans quelle vie de débauche se complaisait le patron du FMI.

Anne Sinclair, qui a quitté son ancien mari, nous a fait le coup, dans une émission de réhabilitation de sa propre image, sur le service public, de la femme qui ne savait pas. Nous prend-elle pour des demeurés ? Pouvait-elle ignorer les nombreux témoignages, dans le livre « Les Strauss-Kahn », d’Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, qui confirmaient ce que l’épisode de l’Hôtel Sofitel a mis en lumière ?

http://www.lepoint.fr/politique/extraits-argent-pouvoir-sexe-et-mauvaises-frequentations-07-06-2012-1476099_20.php

Elle savait, mais tant que Strauss-Kahn pouvait lui permettre de siéger à l’Elysée, et de l’accompagner dans tous les grands voyages du monde, aux côtés des chefs d’Etat, elle préférait fermer les yeux. Elle ne les a ouverts que quand le rêve s’est brisé au Sofitel de New York.

Ce qui est dégoûtant, c’est la défense inconditionnelle de son mentor par Cambadelis, n’ayant pas un mot pour la victime…

Ce qui est dégoûtant, c’est cette formule de Jack Lang, « Y’a pas mort d’homme », pour banaliser l’agression du patron du FMI.

Ce qui est dégoûtant, c’est la solidarité de caste de ce grand bourgeois de Badinter, à Continuer la lecture de Ce qui est dégoûtant, Anne Sinclair, c’est d’avoir voulu faire de votre soudard un président de la République (vidéo)

Jack Lang : « la circulaire de Manuel valls n’est pas conforme au droit » (vidéo)

Oups quelques socialiste commencent à douter de la stratégie de leur petit génie catalan qui est à la tête du ministère de l’intérieur. Déjà des spectateurs déposent des recours contre l’interdiction du spectacle auprès du tribunal administratif. S’il y en a 10 milles, ça va faire lourd pour le contribuable…..

Dieudonné : des doutes sur la validité de la circulaire Valls

Comme l’a rappelé dès mardi le maire PS de Toulouse, Pierre Cohen, si l’humoriste saisit la justice pour contester ces interdictions, les communes pourraient d’être condamnées à lui verser des milliers d’euros à titre de préjudice, ainsi que le fut la ville de la Rochelle en 2012. Un risque difficile à prendre à l’approche des élections municipales.

source

 

Tiens un éclair de lucidité de la part de Lang… ça se savoure.

Dieudonné : la circulaire de Manuel Valls « n… par LCP

Patrice Chéreau est mort : quel média rappellera son passé pro-pédophile ?

Lu sur Enquête et débat

Le metteur en scène et réalisateur Patrice Chéreau (photo) vient de mourir, tous les médias s’en font l’écho, positif naturellement, l’homme ayant soutenu la gauche toute sa vie (1). Mais comme la gauche, il a été pro-pédophile dans les années 70-80. Toutefois ne comptez pas sur les médias pour vous le rappeler…

Libération, média ayant ouvertement milité pour la pédophilie fin 70 – début 80, rend hommage à Patrice Chéreau, qui vient de mourir à 68 ans d’un cancer du poumon. 68, comme mai 68, on ne se refait pas. Et comme Alain Dugrand, l’un des fondateurs de Libération qui vient de commettre un livre sur les débuts de Libé (1973 – 1981) en omettant soigneusement de rappeler l’apologie de la pédophilie de ce journal, nos médias oublient soigneusement que Patrice Chéreau fut l’un des signataires d’une pétition pro-pédophiles, comme nous le rappelions dans notre Livre noir de la gauche :

« Des dizaines de pétitions ont circulé, réclamant une plus grande liberté sexuelle pour les enfants. Le 27 janvier 1977 comparaissent devant la cour d’assises des Yvelines trois hommes inculpés pour « attentats à la pudeur sans violence sur mineurs de moins de 15 ans », en l’occurrence des ados de 13 et 14 ans. Le texte proteste contre les trois ans de détention préventive subis alors que « les enfants n’ont pas été victimes de la moindre violence » et qu’ils étaient « consentants ». A l’époque, comme aujourd’hui, le concept même de consentement n’est pas admis par la loi française en cas de relation sexuelle Continuer la lecture de Patrice Chéreau est mort : quel média rappellera son passé pro-pédophile ?