Archives par mot-clé : jardins du Vatican

Le Pape piégé par sa prière inter religieuse: le Jihâd déclamé dans les jardins du Vatican

Addendum 16 juin :

Un incident lors des prières pour la paix dans les jardins du Vatican avec les Présidents israéliens et palestiniens. Un imam de la délégation islamique a alors récité  – allant au-delà du programme – en arabe les trois derniers versets de la deuxième sourate  du Coran. Voici les dernières phrases dans une traduction : «Pardonnez-nous (Allah), pardonnez-nous et ayez pitié de nous! Vous êtes notre Protecteur. Aidez-nous contre ceux qui rejettent la foi ! »

Note de FDS : La traduction française présente dans de nombreux corans : « Tu es Notre Maître, accorde-nous donc la victoire sur les peuples infidèles »

Ce dernier verset est maintenant considéré par  certains observateurs comme une attaque envers les deux autres religions, comme « une insolence sur une terre chrétienne ». Que signifie ce passage ? Interrogé, le Père Felix Körner, un jésuite qui enseigne à l’Université Pontificale Grégorienne de Rome a répondu.

« Un musulman comprend toujours le Coran comme ses premiers auditeurs l’ont entendu. Nous devons nous plonger dans la première période de l’Islam, nous sommes peut-être ici encore à la Mecque ou dans les premières années à Médine; L’Islam est alors un petit groupe qui se voit persécuté par des polythéistes, par des groupes païens qui veulent se débarrasser de Mahomet et de ses disciples. Incrédule signifie dans ce cas les gens qui ne reconnaissent pas le seul Dieu. Par conséquent, dans le Coran, lorsque est mentionné le terme de non-croyants, contre qui nous allons demander l’aide de Dieu,  ce ne sont pas les Juifs, ni les Chrétiens qui sont visés, ce qui est clairement signifié est bien  sûr, de reconnaitre l’unicité de Dieu!  » […]

 Radio Vatican

——–

Lu sur l’observatoire de l’Islamisation

Invité au Vatican à prier pour la paix, le représentant musulman n’a pas pu s’empêcher d’ajouter un verset prônant la guerre. Lu sur le blog d’Yves Daoudal :

« Bernard Antony a été le premier francophone à le remarquer et à le commenter, et il est toujours le seul au moment où j’écris. Il avait été alerté par une musulmane convertie, qui a été stupéfiée d’entendre le représentant musulman, dans les jardins du Vatican, au cours de la prière pour la paix, réciter (bien sûr en arabe) les derniers mots de la deuxième sourate : « Tu es notre Maître, accorde-nous la victoire sur les peuples infidèles. »

La deuxième sourate, la plus longue, est une sorte de résumé hétéroclite du Coran et de la charia. Elle prône bien sûr le jihad, mais surtout elle est violemment anti-juive et anti-chrétienne. C’est dans cette sourate qu’on trouve (verset 191) : « Et tuez-les où que vous les rencontriez (…) l’association est plus grave que le meurtre (…) et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. » (L’association, c’est la Trinité.)

Un écrivain égypto-allemand, Hamed Abdel-Samad, a lui aussi été stupéfié d’entendre cela, et il a écrit sur sa page Facebook : « Dans les jardins du Vatican, le clerc musulman conclut sa prière par le verset : “Qu’Allah nous aide à remporter la victoire contre les infidèles !” J’appelle ça une prière pour la paix ! »

[…] Il est inutile de se demander qui a laissé passer cet appel à la victoire contre les peuples kafir (ou koufar). Le texte des prières avait été publié en plusieurs langues, et naturellement ce verset n’y figurait pas. C’est le représentant musulman qui, au dernier moment, a ajouté ce qu’il devait ajouter pour être un bon musulman…«