Archives par mot-clé : JDD

Où l’on apprend que Jean-Yves Le Drian fournit à Emmanuel Macron des fiches sur la Défense

Là on atteint le sommet de la fumisterie… on reproche à Marine Le Pen d’avoir des assistants parlementaires militant, et on trouve rien à dire contre un ministre qui bosse avec l’argent des contribuables pour la campagne d’un candidat à la présidentielle?!

Cette info est une preuve supplémentaire que Macron est le candidat de la Hollandie et qu’il fut lancer par la Mafia PS…


Jean-Yves Le Drian est, de l’aveu général au Parti socialiste, « l’un des meilleurs ministres de la Défense de la Ve République ». Et visiblement, Emmanuel Macron partage cette admiration. Le candidat à la présidentielle aimerait beaucoup recevoir le soutien de ce pilier de la hollandie. Le Breton serait d’ailleurs sur le point de franchir officiellement la frontière, comme un certain nombre d’élus PS avant lui. En sous-main déjà, il filerait quelques coups de main au leader d’En Marche !.

C’est en tout cas ce que l’on découvre dans Le JDD dimanche 12 mars. Un « proche » de Jean-Yves Le Drian assure à l’hebdomadaire :

Cela fait des semaines qu’il nourrit Macron de fiches sur les affaires de Défense.

Voilà donc l’ancien ministre de l’Économie, qualifié par beaucoup à gauche de « Brutus » pour avoir contribué à l’empêchement de François Hollande, sponsorisé en secret par l’un des amis les plus proches du Président au gouvernement... Continuer la lecture de Où l’on apprend que Jean-Yves Le Drian fournit à Emmanuel Macron des fiches sur la Défense

« Pourquoi François Fillon fait-il appel à un ami pour régler ses costumes ? »

Ça devient franchement n’importe quoi… 

Petites précisions:

Le JDD appartient à Lagardère Active, qui possède également Europe1 et d’autres média comme Paris-match qui a battu des records de Une pro-Macron.
Mais pourquoi Lagardère aime tant Macron?: Ce dernier était secrétaire général adjoint à l’Elysée en charge des affaires économiques, dans le dépeçage de EADS en 2013 qui permit au groupe Lagardère d’empocher un jackpot à 2 milliards d’euros ( !) et au principal intéressé de se renflouer à hauteur d’une centaine de millions d’euros. Comme le décrivait à l’époque le journal Marianne, « en fait, la négociation n’a pas eu lieu avec le ministère, mais entre Marwan Lahoud, numéro 2 d’EADS, et le tandem Emmanuel Macron, secrétaire général adjoint de l’Elysée et ex-banquier d’affaires chez Rothschild, accompagné de David Azéma, directeur de l’Agence des participations de l’Etat, haut fonctionnaire lui aussi passé par le privé, chez Vinci en l’occurrence. Un observateur de la négociation décrit leur attitude pendant le deal : « Ils ont été for-mi-dables ! Enfin des responsables qui gèrent les participations de l’Etat comme s’ils étaient un fonds de pension… » Il y a des compliments qui tuent ».


Le 20 février, deux costumes de Fillon ont été payés en chèque par un ami généreux, pour un montant de 13 000 euros https://t.co/kOi9CMdyol pic.twitter.com/4wa3vISz4s

Laurent Valdiguié, journaliste au Journal du dimanche, revient sur les interrogations soulevées par les révélations sur l’achat de costumes sur-mesure par François Fillon.

Après les accusations d’emploi fictif ou encore celles sur le détournement de fonds sénatoriaux, François Fillon fait l’objet de nouvelles révélations embarrassantes dans les colonnes du Journal du dimanche. Cette fois, elles concernent sa garde-robe et l’achat, en espèces puis grâce aux chèques d’un ami, de différents costumes dans une grande enseigne parisienne.

« On a enquêté sur les costumes sur mesure de François Fillon et on a découvert que depuis le mois de septembre, il avait commandé trois costumes sur mesure », explique le journaliste Laurent Valdiguié au micro d’Europe 1. « Selon nos sources, un costume pour 7.000 euros et une veste pour 5.000 euros ont été réglés en espèces. En revanche, le 9 et 10 Continuer la lecture de « Pourquoi François Fillon fait-il appel à un ami pour régler ses costumes ? »

Un quart des français déclare avoir « rencontré des problèmes » avec un Maghrébin, un Rom ou un Musulman en 2015

Mais comment interroger des juifs ou des musulmans dans un pays qui refuse de découper sa population en catégories ethnico-religieuses? « Il n’existe aucune définition parfaite de qui est juif ou musulman et de qui ne l’est pas, tant ces groupes sociaux ne se définissent pas uniquement par la religion, explique Brice Teinturier d’Ipsos. La meilleure façon de procéder est de partir de la définition par l’interviewé lui-même, quels que soient les critères qu’il mobilise pour cela : religieux, culturels, familiaux… C’est ce que nous avons fait et c’est ce qui permet d’obtenir l’échantillon le plus représentatif, le moins biaisé et qui reste très significatif même sur une base réduite. »

 

CaDNxXaXEAAVa2W

Journal du Dimanche