Archives par mot-clé : jean-marie Le Pen

Marion Maréchal-Le Pen désavoue son grand-père sur « les chambres à gaz »

Elle n’avait pas réagi aux propos de son grand-père sur les chambres à gaz, jusqu’à maintenant. Marion Maréchal-Le Pen, député du Front national a décidé de sortir de son silence sur Valeurs Actuelles.

La plupart des ténors du Front national ont condamné les propos de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz tenus hier matin. On ne vous a pas entendue, et certains vont jusqu’à interpréter ce silence comme une marque de soutien envers votre grand-père. Quelle est votre position ?

Je ne suis pas une adepte de l’indignation ou de la condamnation sur commande, néanmoins je ne voudrais pas que l’on me prête dans mon silence une position qui n’est pas la mienne.  C’est pourquoi je tiens à éclaircir ma pensée. Je regrette que le verbe de Jean-Marie Le Pen, qui servit si longtemps à clamer des vérités face au silence abdicateur et aux erreurs historiques de ses adversaires, soit devenu un moyen de provocation inutile. Inutile car elle nuit à la clarté de notre ligne politique à laquelle s’accrochent avec espoir des millions de Français. Elle est aussi stérile car tout le temps passé à se justifier sera autant de temps perdu à ne pas aborder les vrais problèmes des Français qui, légitimement, pourront nous le reprocher.

Vous vous désolidarisez donc de Jean-Marie Le Pen?

Je suis en désaccord sur le fond et je ne peux soutenir de tels propos car même le plus fier et le plus sage des hommes politiques tire bien peu de gloire à s’installer dans sa vérité et à l’asséner comme une certitude sans tenir compte des conséquences. Qu’importe l’instrumentalisation politique et le rabâchage outrancier de la même phrase depuis 20 ans. Cela a bien peu d’importance à côté de la blessure sincèrement ressentie par de nombreux compatriotes pour laquelle Jean-Marie Le Pen s’était d’ailleurs lui-même excusé au lendemain de ses déclarations.

Cela est d’autant moins compréhensible que, après ces déclarations, le prix fort fut payé par un grand nombre de nos courageux militants et candidats qui durent subir sur le terrain l’opprobre et endosser une responsabilité qui n’était pas la leur.

Pour justifier sa position, le président d’honneur du Front national dit pourtant que votre parti compte des pétainistes en son sein. Est-ce vrai?

Je le dis clairement, je connais suffisamment bien les personnes qui composent notre mouvement de la base au sommet pour savoir que la seconde guerre mondiale est loin, très loin des motivations qui animent leur combat politique. Si le Front National put être un parti de réconciliation lors de sa création dans les années 70 fondé sur  la lutte contre l’hégémonie communiste meurtrière et sur les décombres et les plaies de la guerre d’Algérie, mes compagnons actuels ne se trompent pas de combat. Ils viennent aujourd’hui défendre leur nation face aux défis du 21ème siècle que constituent la mondialisation, les dérives de l’Union européenne, l’explosion démographique et ses conséquences migratoires, le bouleversement géopolitique et la montée de l’islamisme.

 Si tel n’était pas le cas, je ne serais pas aujourd’hui au Front National car j’ai beau être sans cesse injustement considérée comme étant d’extrême droite, je n’oublie pas que le régime nazi et ses alliés ont mis mon pays à feu et à sang, que des milliers de mes compatriotes sont morts dans des conditions atroces, certains de confession juive victimes d’une politique raciste qui aura fait date dans l’histoire, et enfin que mon grand-père tenta lui-même d’entrer dans la résistance à 16 ans, ce qu’on lui refusa en tant que jeune pupille de la nation à la suite du décès de son père victime d’une mine allemande.

On sait que vous avez songé, il y a quelques mois, à briguer la tête de la liste FN en PACA pour les prochaines élections régionales. Si Jean-Marie Le Pen, qui doit finalement conduire cette liste, était sanctionné par votre parti, pourriez-vous le remplacer ? Continuer la lecture de Marion Maréchal-Le Pen désavoue son grand-père sur « les chambres à gaz »

Jean-Marie Le Pen et le front républicain : « Ils défendent leur gamelle »

Le président d’honneur du Front national était ce jeudi l’invité de France Info. Il a notamment réagi à l’appel à faire barrage au candidat du FN dans le Doubs lancé par Alain Juppé.

À partir de 5mn 27
 » Il y a une chose qui m’étonne. Il y a dans le pays 6millions de citoyens qui à peu près régulièrement pour le Front National.Ils sont représentés au parlement par deux députés. Qui représentent chacun trois millions de personnes. Et alors le fait qu’il y aurait un troisième député apparait comme une monstruosité à la classe politique. Il n’y a pas d’autres problèmes dans le monde, ni le chômage, l’insécurité ect..en Franc, non!non! y a un danger terrible… le Front National… le Front National… Pourquoi?! c’est parce qu’ils ont peur pour leurs gamelles.


Le Pen et le front républicain : "Ils défendent… par FranceInfo

Roland Dumas dit avoir « Sauvé la République » en validant les comptes irréguliers de Chirac en 1995

« C’était mon premier dossier, je venais d’entrer en fonction », a déclaré au Figaro l’ancien avocat puis ministre des Affaires Etrangères de François Mitterrand, nommé à la présidence du conseil constitutionnel par ce dernier peu avant son départ de l’Elysée en 1995.

« Je peux le dire aujourd’hui, les comptes de campagne d’Edouard Balladur et ceux de Jacques Chirac étaient manifestement irréguliers », poursuit M. Dumas. « Que faire ? C’était un grave cas de conscience. J’ai beaucoup réfléchi. Annuler l’élection de Chirac aurait eu des conséquences terribles. J’ai pensé à mon pays. Je suis un homme de devoir. Nous avons finalement décidé, par esprit républicain, de confirmer, à l’unanimité au deuxième tour, son élection présidentielle. je suis convaincu que j’ai sauvé la République en 1995« .

Selon la constitution, le rôle du Conseil constitutionnel est de veiller à la régularité de l’élection du Président de la République, examiner les réclamations et proclamer les résultats du scrutin. Le président du Conseil est nommé par le Président de la République. Il a voix prépondérante en cas de partage.

En 2011, Jacques Robert, un juriste qui siégea de 1989 à 1998 rue de Montpensier, avait affirmé au Parisien-Aujourd’hui en France avoir servi « de caution à une belle entourloupe » lors de l’examen de ces comptes. Ceux de M. Balladur « accusaient 10 millions de francs de recettes d’origine inconnue ». Ceux de Jacques Chirac l’étaient également « mais les irrégularités n’avaient pas une telle ampleur », selon lui.

Edouard Balladur et son ancien ministre de la Défense François Léotard devront s’expliquer devant la Cour de justice de la République (CJR) sur le financement de la campagne présidentielle de l’ex-Premier ministre en 1995, dans le volet financier de Continuer la lecture de Roland Dumas dit avoir « Sauvé la République » en validant les comptes irréguliers de Chirac en 1995

Quand Raymond Barre attaquait le lobby juif. (vidéo)

Raymond Barre était du bon côté. Ses déclarations sur le lobby juif, qui si elles avaient été prononcées par un patriote auraient soulevées un tollé et auraient été jugées antisémites, ne lui ont jamais été reprochées et ne l’ont jamais empêchées de mener une grande carrière politique.

Extrait de la réaction du Premier ministre Raymond BARRE après l’attentat à la bombe contre la synagogue de la rue Copernic à Paris. Raymond BARRE se déclare « plein d’indignation » à l’égard de cet attentat « odieux » « qui voulait frapper les Israélites qui se rendaient à la synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic

La guerre est déclarée entre Jean-Marie Le Pen et sa fille

La tension monte Jean-Marie Le Pen et sa fille suite aux propos du président d’honneur du FN sur la “fournée d’artistes”. Interrogé par “Les Inrocks”, le président d’honneur du FN dit avoir été “poignardé dans le dos”. Le parti serait-il sur le point d’imploser ?

“La fin du FN à papa”. Le titre s’étale en une du Parisien de ce mardi 10 juin. Jamais Marine Le Pen n’avait désavoué publiquement son père, c’est désormais chose faite. La présidente du FN a qualifié de “faute politique”, les propos polémiques tenus par son père sur Patrick Bruel. A Montretout, sur la colline de Saint-Cloud, Jean-Marie Le Pen tire la tête des mauvais jours. “La fin du FN à papa, ça serait le fin du FN tout court”, s’agace le président d’honneur du FN.

L’affaire remonte à vendredi dernier. Sur son traditionnel journal de bord vidéo, le président d’honneur du FN s’est laissé aller à une nouvelle provocation à connotation antisémite. Il s’en est pris à plusieurs artistes qui avaient pris position contre le FN : Guy Bedos, Madonna et Yannick Noah. Avant que Marie d’Herbais (une militante qui fait office d’intervieweuse – ndlr) n’évoque le chanteur Patrick Bruel, qui est juif. “On fera une fournée la prochaine fois”, lui répond alors Jean-Marie Le Pen.

SOS Racisme a dénoncé ces propos relevant selon l’association “du plus crasse logiciel antisémite et non du simple dérapage” tandis que le Mrap a déclaré que cette sortie témoignait de “l’adhésion idéologique” de la direction du parti “aux thèses racistes distillées à longueur d’idées et/ou de jeux de mots par Jean-Marie Le Pen”.

Fin du journal de bord vidéo de Jean-Marie Le Pen

En conséquence, Marine Le Pen a décidé que le site du FN n’hébergerait plus le Journal de bord vidéo incriminé. Depuis plusieurs années, Marine Le Pen multiplie les efforts pour limiter la visibilité médiatique de son père mais il continuait à disposer sur le site du FN d’un créneau d’expression libre chaque vendredi où il commentait l’actualité de la semaine avec des bons mots et des blagues polémiques. “Cela fait des années que Marine Le Pen cherche à supprimer ce journal de bord compte tenu des dérapages récurrents de son père, elle a saisi la balle au bond”, commente un cadre du mouvement.

Furieux de voir sa fille le désavouer publiquement, Jean-Marie Le Pen a violemment réagi :

“Ma fille m’a poignardé dans le dos. C’est elle qui a créé le problème. Si elle ne s’était pas exprimée, la polémique n’aurait pas duré plus de 6 heures (…). Je n’ai pas l’intention de changer à 85 ans. Si je les emmerde, ils n’ont qu’à me tuer. Je ne me suiciderai pas. Je préfère vous prévenir, s’il m’arrivait un accident prochainement, ça ne sera pas de mon fait.”

Le président d’honneur du FN affirme qu’il n’a pas encore eu d’explications avec sa fille :

“Elle ne m’a pas fait l’honneur de m’appeler, non. Je pense qu’elle a honte car elle sait qu’elle a accrédité le procès d’intention établi par des adversaires du Front national (…) Elle sait que j’ai le sens du devoir et que je hais la trahison.”

En 2005, Marine Le Pen avait menacé d’abandonner la politique…

Ce n’est pas la première fois que Marine Le Pen et son père se prennent le bec. En 2005, suite à des propos off de Jean-Marie Le Pen publiés dans l’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol où il déclarait que ”l’occupation allemande n’avait pas été aussi inhumaine”, Marine Le Pen avait menacé de démissionner de son poste de vice-présidente.

“Je crois qu’en son for intérieur, elle a envisagé d’arrêter la politique”, nous confiait l’un de ses amis. Furieuse, elle ne délaissera finalement que temporairement sa fonction, mais s’exile sur le champ dans la maison familiale de La Trinité-sur-Mer pour faire le point. C’est Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du mouvement et amie de Marine Le Pen qui avait permis la reconciliation entre la père et sa fille. Lors d’un dîner avec Le Pen dans un restaurant italien du XVIIe arrondissement, elle avait raisonné le vieux chef.

J-M. Le Pen : « ma fille m’a poignardé dans le dos »

La rupture entre la vieille garde du FN et la nouvelle génération semble consommée. Pas sûr que cela soit une bonne nouvelle…
voir aussi: La guerre est déclarée entre Jean-Marie Le Pen et sa fille

——–

L’avocat du Front national, Wallerand de Saint-Just, a annoncé mardi que le blog vidéo de Jean-Marie Le Pen ne sera plus hébergé sur le site du parti, pour des « raisons juridiques », après une nouvelle polémique suscitée par des propos du fondateur du mouvement. Une décision que le président d’honneur du FN dit avoir appris par la presse, ce qu’il regrette, a-t-il confié au site du Point. « La courtoisie ne domine pas dans cette affaire. Sur le plan affectif, je suis très blessé », a-t-il assuré, avant de poursuivre : « je supporte assez bien les coups de face mais pas ceux qui sont donnés dans le dos, lâchement. »

Depuis la publication de la vidéo polémique, Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen ne se sont pas adressé la parole. « Je n’ai plus aucune communication avec elle », assure le député européen de 85 ans. Un journaliste des Inrockuptibles l’a également contacté, et les propos de Jean-Marie Le Pen sont plus durs encore :

Polémique JMLP : une tempête dans un verre d’eau vaseuse.

Les média sont sous le choc. Même la tuerie de Nemmouche ne les a pas autant indigné. Faut dire que l’affaire est grave. Le diable est de retour. Et un seul mot de sa part aura suffit à faire aboyer tout les chiens galeux du journalisme français.

leeurope

Fournée, voilà l’objet du délit. Accolé au patronyme déguisé d’un ménestrel juif et sans talent, les média ont tout fait pour faire passer ce désormais »vilain » mot pour une nouvelle provocation de Jean-Marie Le Pen. Or à mon avis si dérapage il y a , il est incontrôlé et la sortie de route n’était pas préparée.
Car si l’on prend la peine de regarder l’ensemble de la séquence vidéo incriminée, on constate que le mot « fournée » n’est pas utilisé dans le sens que lui prête les média.
En effet, surpris par la question de la présentatrice sur Noah et Bruel, Jean-Marie Le Pen lâche : « on en fera une fournée la prochaine fois » ce qui, dans le contexte, signifie : on en reparlera à l’occasion d’un prochain journal de bord dans le cadre de la rubrique « le pauv’con de la semaine ». Le mot fournée prend donc ici son sens familier : ensemble de personnes appelées aux mêmes fonctions, aux mêmes dignités (exemples : une fournée de sénateurs, une fournée de touristes). Si l’expression est maladroite et peut prêter à confusion en raison de la présence d’un juif dans la « fournée d’artistes », il est faux de dire comme l’a fait Europe 1 que « LE PEN VEUT ENVOYER NOAH, BEDOS ET MADONNA AU FOUR ». (Avec des journalistes capables d’une aussi grande finesse dans l’interprétation de l’information le monde n’a plus besoin de tribunal internationale pour juger des crimes contre l’Humanité.)


Jean-Marie le Pen et la fournée du prochain… par prechi-precha

Pris dans la tempête médiatique le vieux menhir comme à son habitude n’a pas reculé d’un pouce. Sur les ondes de RMC il a expliqué que jamais il n’avait pensé à faire un jeu de mot antisémite.
Mais dans le climat de manipulation permanente auquel nous soumet le clergé médiatique ses explications sont vaines. D’autant que l’accusé n’est pas un perdreau de l’année et qu’il est connu pour aimer danser au bord des volcans. C’est ce qui explique l’irritation de certains cadres du FN à son encontre. Beaucoup lui ont notamment reproché son manque de sens politique. Se sachant sous la surveillance d’une horde de petits flics qui se croient journalistes, Jean-Marie Le Pen aurait dû se douter que le mot fournée serait utilisé contre lui et éclabousserait le FN. Et au moment même où forte de ses 25% Marine Le Pen tente de constituer un groupe au parlement européen, une telle déclaration du président d’honneur du parti qu’elle préside apparait comme une faute politique évidente.

Cependant le FN aurait tort de donner à cette affaire plus d’importance qu’elle n’en a. Et certains beaux parleurs du RBM, devraient se méfier du linge sale qu’ils aiment laver en public. C’est la pire des façons de réagir face à une meute qui ne manquera pas de les morde à la gorge le jour où par mégarde ils feront une sortie de route.

Ce comportement de petite vierge effarouchée ne sert que les buses sans envergure comme Nicolas Dupont-Aignan. Gonflé d’orgueil et de mesquinerie, le président de Debout la Continuer la lecture de Polémique JMLP : une tempête dans un verre d’eau vaseuse.

Médias, antisémitisme et désinformation (vidéo)