Archives par mot-clé : Jean Roucas

Twitt fatal : je revendique ce que j’ai écrit sur Valls

TchoRoucasLorsqu’il s’agit de commenter un texte, si minime soit-il, il faut juger du fond et de la forme.

En ce qui concerne le twitt fatal qui me vaut ma condamnation à une mort sociale et professionnelle, j’admets que la forme peut laisser à désirer, et que ce n’est pas ce que j’ai écrit de mieux. Les références au nazisme sont des arguments de gauchiste impubère, et j’ai glissé sans doute dans la banalisation du langage twitté. J’admets volontiers que la forme laisse à désirer. Mais en ce qui concerne le fond, je revendique totalement ce que j’ai écrit sur Manuel Valls.

Voila un homme qui est le chef du gouvernement, donc la plus haute autorité morale du pays, et qui pendant des semaines désigne à la vindicte publique 25 pour cent de l’électorat, soit un tiers du peuple français.

Il l’a annoncé à l’Assemblée Nationale : je vais stigmatiser le front national !

Cela veut dire quoi ? Simplement qu’il va accréditer et faire passer l’idée que nous serions des monstres racistes, des nazis et des homophobes.

Lorsque la violence et la bêtise reçoivent la caution morale de l’état, le résultat ne se fait pas attendre.

La mairie de Hénin-Beaumont incendiée, la maison d’un candidat FN également, des menaces de morts, une vieille dame de 83 ans sauvagement battue parce qu’elle collait des affiches du RBM.

J’ai eu le malheur et l’honneur de le dire, alors ils ont fait pression sur mon directeur (ils ne font jamais le sale boulot eux-mêmes) et il m’a viré.

Je l’avais dit aux assises sur la liberté d’expression : les patriotes et les français doivent disparaître. Je suis le premier. A qui le tour ?

Jean Roucas

Jean Roucas: « La gauche caviar qui tient notre métier pardonne plus facilement à Cantat qu’à moi » (Vidéo)

Dans une interview accordée au site Internet de Nice Matin , Jean Roucas est revenu sur son soutien au Front National qui a entraîné la déprogrammation de ses spectacles par plusieurs municipalités .

« Ce qui m’a choqué et qui me choque encore, c’est qu’on m’interdise de travailler, parce que j’ai affiché mes sympathies politiques. J’ai été carrément déprogrammé de plusieurs municipalités. Et ça, ça me choque en tant que citoyen et ça me révolte » explique l’humoriste.

Et d’ajouter : « Je lisais l’autre jour que Monsieur Bertrand Cantat avait sorti un album et qu’il allait probablement refaire une tournée et je m’aperçois avec effroi, et je dis bien avec effroi, que la gauche caviar qui tient les rênes du métier du spectacle finalement pardonne plus facilement à un type qui a massacré sa femme à coups de poings qu’à moi qui ai eu le tort de dire mes sympathies ».

Jean Roucas : « On est dans le stalinisme le plus total »(vidéo) + Louis Aliot

Invité des GG de RMC, Jean Roucas s’explique sur son engagement pour le FN, son spectacle annulé à Gardanne, Guy Bedos et Antoine de Caunes. Yves Pujol se défend de ne plus vouloir jouer avec son (ex-)ami. Avec Marie-Anne Soubré, Pascal Perri et Mourad Boudjellal.

 

« Je suis ravi, je croyais que Guy Bedos était muet. Parce que depuis l’élection de François Hollande en 2012, on ne l’entend plus ! J’ai au moins eu le mérite de réveiller les momies. […] Voilà Antoine de Caunes qui revient, le malheureux, sur le Grand Journal et figurez-vous qu’en 2 minutes de présence au Front National, j’ai réuni plus de presse, moi, que lui en 20 ans de cinéma. Et il me traite de has-been ! » – Jean Roucas

Intervention de Louis Aliot (FN) réagit à l’intervention de Jean Roucas et interpelle Mourad Boudjellal.

Dictature du Bien : Le maire communiste de Gardanne (13) censure Jean Roucas

Addendum :

Communiqué de presse de Marine Le Pen.

Affaire Jean Roucas : où est le sectarisme ?

L’annulation soutenue et encouragée par la Mairie de Gardanne de la représentation de la pièce de Jean Roucas à la suite de la participation citoyenne de ce dernier à une réunion publique du FN est un événement de la plus haute gravité.

En effet, si l’on se place au niveau des principes de notre République et de notre démocratie, elle représente une atteinte directe à la liberté artistique dont devrait se saisir publiquement Madame Filipetti, Ministre de la culture, pour la condamner de la manière la plus ferme.

Au moment où le « sectarisme » est un sujet à la mode, celui-ci s’exprime d’une façon brutale et scandaleuse qui ne peut laisser indifférents les Français mais aussi les responsables politiques qui auront là une occasion de lutter, enfin, contre une discrimination en bonne et due forme.

Marine Le Pen et le Front National expriment leur soutien à Jean Roucas et leurs encouragements pour la création de l’ « association des Hommes libres » en coopération avec l’avocat Gilbert Collard afin que cesse dans notre pays cet odieux terrorisme intellectuel.

– – – – – – – – – – – –

Nos grands républicains ont une haute idée de la liberté. Comme le souligne un lecteur de Fdesouche cette décision des producteurs du spectacle et de la mairie de Gardanne est totalement discriminatoire et normalement punie par la loi : personne n’a le droit d’être discriminé en raison de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une race, sa religion, ses convictions, son âge, son handicap, son orientation ou identité sexuelle ou son sexe.

– – – – – – –

La décision officielle est tombée aujourd’hui : l’humoriste Jean Roucas, qui s’est rallié à Marine Le Pen, ce week-end aux universités d’été du Front national à Marseille, a été déprogrammé de la saison culturelle gardannaise.

Les idoles des communistes français applaudissent à la décision totalitaire de Roger Meï, maire communiste de Gardanne
Les idoles des communistes français applaudissent à la censure de Roger Meï, maire communiste de Gardanne


Son spectacle, qui devait être présenté à la Maison du peuple en octobre, a été retiré « en accord avec les producteurs du spectacle », indique la mairie. Les acteurs se sont désolidarisés de l’humoriste du fait de son engagement en faveur du FN. Un choix qui correspond à « la philosophie » de la municipalité, « notamment en matière de culture et de solidarité ».

La Provence,

Petit rappel historique : C’est le front populaire qui vote les pleins pouvoirs à Pétain. Les communistes vont collaborer avec les nazis jusqu’à la fin du pacte germano-soviétique qui lie Staline à Hitler, pendant que De Gaulle est à Londres avec la droite Maurassienne et les synagogues. Le leader du PPF ( parti fasciste français) est Jacques Doriot. Formé dans les écoles du Komintern à Moscou, député communiste à 25 ans, maire de Saint-Denis à 32, Jacques Doriot (1898-1945) fut au sein du PCF le grand rival de Maurice Thorez.

On ne fera pas l’injure au petit staline de Gardanne de lui rappeler que le gouvernement de Pétain était composé à 80% d’hommes de gauche. Que le Fascisme est une idéologie de gauche créer par le leader du parti socialiste italien, Benito Mussolini et que le National Socialisme a été créer par Adolphe Hitler, chef d’un groupuscule d’extrême gauche,le Parti des ouvriers Allemands. On épargnera également au Mao des Bouches du Rhones les100 millions de morts du communisme, et nous ne préciserons pas que jamais les artistes ou intellectuelles français qui ont soutenus cette idéologie totalitaire n’ont été interdit d’exercer leur métier dans des villes tenues par la droite gaulliste, pompidolienne, ou même giscardienne.

En interdisant Jean Roucas en raison de son engagement politique, le maire communiste de Gardanne prouve que le totalitarisme est une seconde nature pour la gauche !