Archives par mot-clé : La croix

Le FN s’en prend à La Croix, «le journal le plus anti-patriote de France»

La Croix est un tract de gauche, les  prêtres ouvriers  se touchent la nouille quand ils le lisent.


Le journal catholique, qui va publier un fascicule pour inviter ses lecteurs à réfléchir sur le vote Front national, suscite la colère des responsables frontistes.

Si une part croissante de l’électorat catholique penche vers le Front national, les rapports entretenus par le parti de Marine Le Pen avec la représentation hiérarchique et médiatique de l’église restent compliqués, si ce n’est tendus. Nouvel épisode ce jeudi matin: Marion Maréchal-Le Pen, qui au sein du FN affiche régulièrement son souci de s’adresser aux chrétiens, a décidé ne pas honorer l’invitation qui lui avait été faite sur le plateau de Face aux Chrétiens, l’émission politique organisée conjointement par la chaîne KTO, le journal La Croix, RCF, Radio Notre Dame. Sujet de la discorde: une campagne adressée aux lecteurs de La Croix pour les inviter à réfléchir sur le vote Front national à la veille de la campagne présidentielle. Comme révélé mercredi sur RTL, le journal enverra à partir du 7 octobre prochain un fascicule de 100 pages à ses 74.000 foyers en France. Faisant le constat que la proportion des catholiques pratiquants ayant déclaré vouloir voter pour Marine Le Pen est passée de 4% aux présidentielles de 2012 à 24% lors des dernières élections régionales, la rédaction invite ses fidèles à «réfléchir, comprendre et agir» sur le phénomène. Au FN, on oscille entre colère, indifférence et incompréhension.

«On ne lutte pas contre la volonté des imams d’imposer leurs discours pour recevoir par ailleurs des leçons des curés!», répète-t-on volontiers dans l’entourage de Marion Maréchal-Le Pen. Au cours d’une explication musclée mercredi soir, le journal La Croix a été accusé de vouloir proposer des «cellules de déradicalisation politique à ses lecteurs». «C’est quand même embêtant car le journal et son supplément seront distribués à plus de 70.000 foyers avec un titre biaisé: “Face à l’extrême droite”. Évidemment, il n’y sera pas question de skinheads ou du PNFE (groupuscule néo-nazi actif dans les années 90) mais du FN», peste un conseiller de la députée du Vaucluse. «Force est de constater qu’il y a un décalage entre la représentation des catholiques et la base. La hiérarchie est restée au modèle du prêtre-ouvrier des années 70, avec sa guitare aux Journées Mondiales de la Jeunesse. Malgré la tentation communautariste qu’eux aussi essaient de distiller, les croyants restent confrontés à la vraie vie. La base s’ouvre à nous parce que nous sommes pionniers sur les questions qui la concerne: immigration, insécurité, défense de l’identité…», croit-on savoir. Le souvenir d’évêques affirmant l’incompatibilité du discours frontiste avec l’esprit des évangiles est, par exemple, encore vif.

«Le journal catholique le plus anti-patriote de France»

Continuer la lecture de Le FN s’en prend à La Croix, «le journal le plus anti-patriote de France»

Un rapport accuse le renseignement intérieur d’entraver la justice

Un rapport que La Croix a pu consulter dénonce des dysfonctionnements de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Rédigé par des officiers du renseignement intérieur, il a été remis confidentiellement aux députés du groupe de travail parlementaire sur l’exil fiscal constitué en janvier 2013.

C’est un document d’une sévérité inédite rédigé par un collectif d’officiers de la DCRI, ce « FBI à la française » issu, en 2008, de la fusion entre la Direction de la surveillance du territoire (DST) et les Renseignements généraux (RG) voulue par Nicolas Sarkozy. Rédigé sur 14 pages en style parfois télégraphique, ce véritable audit du service de renseignement, mais aussi de nombreuses autres directions de la police compétentes en matière de délinquance financière, a été remis le 16 février dernier aux parlementaires du groupe de travail sur les exilés fiscaux dirigé par le député socialiste Yann Galut.

Banque suisse UBS

Cette note très précise, que La Croix a pu consulter, encourage les élus à interroger, si possible dans le cadre d’une commission d’enquête parlementaire, les anciens et actuels patrons ou responsables de la DCRI (dont Bernard Squarcini, Gilles Gray, Éric Bellemin-Comte…), notamment celles et ceux qui étaient et sont encore chargés du renseignement économique et financier, ainsi que ses chefs du « département sécurité » ou du « groupe action » de la sous-direction chargée du renseignement économique.

Car les auteurs de la note se livrent à un véritable réquisitoire, révélant d’une part la surveillance étroite opérée par le renseignement intérieur sur l’organisation de la fraude fiscale internationale, notamment celle qui fut organisée en France par la banque suisse UBS, et dénonçant d’autre part la non-transmission à la justice des informations considérables recueillies lors de cette surveillance.

« Pourquoi, après avoir découvert cette infraction pénale (NDLR : celle commise par UBS), la sous-direction K (renseignement économique et financier) de la DCRI ne l’a-t-elle pas dénoncée au procureur de la République (…) ? Pourquoi la sous-direction K a-t-elle axé son travail de surveillance sur les cadres de l’UBS qui dénonçaient le système de fraude plutôt que sur ceux (qui étaient) à l’origine du système ? », peut-on lire dans ce document confidentiel.

service interministériel d’intelligence économique Continuer la lecture de Un rapport accuse le renseignement intérieur d’entraver la justice