Archives par mot-clé : le grand remplacement

Ces écoles où l’on ne parle plus le français (Valeurs Actuelles)

C’était une fin de journée d’automne. Hélène, une institutrice chevronnée, raccompagnait chez eux quelques élèves de la cité voisine. « Je m’y revois encore, raconte-t-elle. J’étais au coin de cet immeuble quand j’ai entendu qu’on m’appelait : “Madame la maîtresse, madame la maîtresse.” Je me suis retournée, j’ai vu deux petites filles voilées. J’ai dû faire un effort pour les reconnaître. C’était deux de mes élèves. Je leur ai demandé pourquoi elles étaient voilées puisqu’elles ne l’étaient jamais en arrivant à l’école. Elles m’ont répondu qu’elles allaient assister à leur cours d’arabe. »

La scène s’est déroulée dans une cité d’une petite ville au nord de Paris. On y arrive par le train. Dès la sortie de la gare, le regard découvre les magasins fermés, les stores baissés et l’impression que l’activité qui subsiste malgré tout a changé de visage : enseignes de restauration rapide, maisons à vendre, boutiques de téléphonie, supérettes bas de gamme, coiffeurs exotiques… Dans la rue, on croise des groupes de jeunes, maghrébins ou turcs, beaucoup d’Africains aussi, et des jeunes filles voilées. Cette ville, parmi les plus pauvres de France, compte une cité qui a longtemps défrayé la chronique avant d’être l’objet d’un programme de réhabilitation qui, si elle a changé la forme, n’a rien réglé sur le fond. C’est dans les écoles de cette cité qu’enseigne Hélène.

« Dans ma classe, il n’y a aucun primo-arrivant, mais les origines sont pour un tiers africaine, un tiers turque et un tiers maghrébine, explique-t-elle. J’ai quelques Picards, souvent issus de familles très défavorisées, des “cas sociaux”, comme ils disent eux-mêmes, et aussi quelques enfants de “gens du voyage” qui se sont sédentarisés. Pour la religion, c’est 90 % de musulmans. En tant qu’institutrice, ce qui m’inquiète au plus haut point, c’est que ces enfants, qui sont tous français, sont de moins en moins capables de comprendre notre langue. » Et de décrire une cour de récréation scindée en plusieurs groupes, définis non plus par l’ancestrale séparation entre le football, la marelle ou l’élastique, mais par la langue parlée : le turc, l’arabe ou le soninké. Le français a presque disparu. Les parents d’élèves, très impliqués, ont d’ailleurs récemment émis le souhait que le compte rendu du conseil de classe, qui leur est adressé, soit désormais rédigé en trois langues.

L’apprentissage du Coran est jugé prioritaire par les parents

Les conséquences sur le niveau scolaire sont dramatiques. « Je passe des heures à leur apprendre à lire, reprend l’institutrice. Ils accusent en Continuer la lecture de Ces écoles où l’on ne parle plus le français (Valeurs Actuelles)

Les dernières statistiques prouvent-elles le Grand Remplacement ?

Les bien-pensants nient avec véhémence que les immigrés venus d’autres continents remplacent progressivement les « autochtones » européens (j’utilise ce terme avec précaution, alors qu’il est employé sans aucune restriction pour les « progressistes « dès qu’il s’agit d’anciennes colonies). Le « Grand Remplacement » ne serait qu’un fantasme de la fachosphère, vaste conglomérat d’individus dont les avis sont immédiatement rejetés avec indignation par les partisans du « camp du bien », quelles que soient les preuves apportées.

Pourtant, les chiffres sont têtus (et ne mentent pas) et même Libération, chantre de la pensée correcte, est obligé de les admettre en relayant une étude d’Eurostat, office statistique de l’Union européenne. Depuis deux ans, le nombre de décès égale celui des naissances dans l’Union européenne (autour de 5,1 millions). Par contre, 2 millions d’immigrés extra-européens sont venus s’installer dans notre continent en 2015, et 1,5 en 2016. Trois bébés pour un migrant !

Et encore, ces chiffres officiels sous-estiment peut-être la réalité, du moins pour la France. Il n’y aurait chez nous, selon cette étude, que 65.900 arrivées alors que l’INSEE certifie qu’elles seraient 220.000, en y incluant les clandestins et les originaires de l’Union européenne.

Les bien-pensants, pour nous rassurer, mettent en avant que 35 % Continuer la lecture de Les dernières statistiques prouvent-elles le Grand Remplacement ?

L’archevêque de Strasbourg évoque “le Grand Remplacement”

L’archevêque de Strasbourg a décidé de braver le politiquement correct, qui caractérise le plus souvent la parole des représentants de l’Église française. “L’avortement n’est pas seulement concédé mais promu”, déplore ainsi Mgr Luc Ravel dans les Dernières nouvelles d’Alsace.

“C’est une promotion et ça, je ne peux pas l’accepter, pas que pour une question de foi mais parce que j’aime la France”, ajoute-t-il. Puis, l’archevêque diplômé de l’École polytechnique n’hésite pas à convoquer “le Grand Remplacement”, la fameuse expression inventée par l’écrivain sulfureux Renaud Camus.

La fécondité des croyants musulmans en cause

Continuer la lecture de L’archevêque de Strasbourg évoque “le Grand Remplacement”

Dupont-Aignan : “Immigration : vers le grand remplacement ?”

Le candidat souverainiste à l’élection présidentielle Nicolas Dupont-Aignan, s’explique sur le Grand Remplacement.

Il est de bon ton parmi les “experts” de l’immigration, ceux qui assurent que celle-ci est un bénéfice net pour la communauté nationale quelles que soient son ampleur et les conditions de son intégration – ne leur parlez jamais « d’assimilation » (Hou, le vilain mot !) -, de s’indigner du « grand remplacement ». Et de vouer aux gémonies ceux qui osent en pointer le risque. L’existence d’une immigration de peuplement massif, susceptible de remplacer peu à peu la population de nos quartiers et de nos villes ? « Pouah, un fantasme d’extrême-droite, agité par des ignorants et des démagogues ennemis des valeurs de la République ! »

Et pourtant…

Et pourtant les chiffres sont là, qui démontrent au fil de leur publication régulière que cette crainte renvoie à une réalité. Non pas qu’un tsunami migratoire risque de tout emporter du jour au lendemain, laissons ce genre de caricature aux extrêmes, mais bel et bien que l’immigration non maîtrisée (ni sérieusement régulée à l’entrée ni correctement gérée pour ce qui concerne les éloignements du territoire) représente un mouvement de population continu et d’ampleur qui prend une place importante et croissante dans le peuplement de la France. Et qui rend de plus en plus difficile l’assimilation qui demeure la condition du fonctionnement de notre Pacte républicain. L’égalité des droits, quelle que soient l’origine ou la religion, ne peut être opérationnelle si on laisse se multiplier dans tout le pays des ghettos et des « territoires perdus de la République ». C’est parce que je suis un gaulliste, patriote et humaniste, que je tire aujourd’hui la sonnette d’alarme.

Les derniers chiffres disponibles en attestent une fois de plus. En 2016 nous dit le ministère de l’Intérieur, l’immigration légale se traduit par l’entrée de 227 550 personnes sur notre sol, une hausse de 4,6% par rapport à l’année précédente. C’est presque autant que la population de Bordeaux en une seule année ! On apprend aussi que l’immigration déclarée au titre du travail représente 10% de l’effectif, environ 38% étant dus à l’immigration familiale (regroupement familial et mariage avec un conjoint étranger) soit plus de 88 000 personnes, tandis que les étudiants (dont une minorité quitte le pays à la fin de leurs études) pèsent 77 000 entrées. Enfin, les entrées pour motif humanitaire (qui se Continuer la lecture de Dupont-Aignan : “Immigration : vers le grand remplacement ?”

Médaille de la famille française à Dijon : seize mères décorées

Samedi, seize mères ont ­reçu l’insigne de la famille française des mains de ­Françoise Tenebaum, ­adjointe au maire et vice-présidente du CCAS de ­Dijon et du conseil régional, salle de Flore.

DBQmPxd

Accompagnée de représentants du CCAS, de la CAF, de l’Udaf, des familles de France de Côte-d’Or et des Familles dijonnaises, Françoise Tenenbaum a rappelé, au nom d’Alain Millot, tout le mérite de ces femmes et de ces familles qui ont su élever et accompagner leurs nombreux enfants jusqu’à l’âge adulte en leur transmettant les valeurs fondamentales de la vie en société.

Durant cette cérémonie, Mmes Addi, Affan, Allali, El Bakkouchi, Asnar, Boussouf, El Gharbi, El Moussaoui, Grenier, Kamli, Naui, Rabhi, Remili, Rousseaux, Stitou et Wiaouf ont reçu la médaille de la famille française, ainsi qu’un diplôme de l’Udaf, 700 € du CCAS et un bouquet de fleurs.

Source

Jean-Marie Le Pen craint le «remplacement des populations» françaises par l’immigration (+ Vidéo du meeting)

Le président d’honneur du FN participait à une réunion publique sur les européennes.

Le président d’honneur du FN Jean-Marie Le Pen a dit craindre mardi soir lors d’une réunion publique à Marseille consacrée aux européennes un «remplacement des populations» françaises par celles issues de l’immigration.

«Dans notre pays et dans toute l’Europe, nous avons connu un phénomène cataclysmique : l’invasion migratoire dont nous ne connaissons mes chers amis aujourd’hui que le début du commencement», a lancé, très acclamé, le candidat aux européennes dans la circonscription Sud-Est au Palais de l’Europe du Parc Chanot devant environ 1 500 personnes. «Cette immigration massive risque de produire un véritable remplacement des populations si nous n’arrivons pas assez tôt au pouvoir pour mettre un terme à la politique de décadence menée depuis des décennies», a-t-il prédit.

Cette immigration «est le fruit de l’explosion démographique et du fait que dans le même temps, la production des biens n’a pas connu la même courbe. On gagne 20 euros par mois au Népal, 40 euros au Bangladesh, 100 millions d’habitants vivent avec un dollar par jour dans le triangle du delta du Nil» en Egypte. «Il y a 735 millions d’habitants en Europe. En face, il y en a 7 milliards», a-t-il encore compté.

D’après celui qui a été élu député pour la première fois à l’Assemblée nationale en 1956, «l’Europe n’est plus qu’un radeau de la méduse dans lequel nous avons de l’eau jusqu’à la poitrine»«Le problème qui nous est posé est extraordinairement difficile. Il nécessitera le sursaut de tout un peuple, la volonté de se défendre et de défendre notre liberté, notre vie et celle de nos enfants et de nos petits-enfants», a lancé, martial, Le Pen.

Ce «phénomène d’immigration massive est aggravé chez nous par un fait religieux : une grande partie de ces immigrés sont des musulmans, une religion qui a une vocation conquérante, d’autant plus conquérante qu’elle se sent forte et qu’ils se sentent nombreux. Elle va jusqu’à conquérir jusque dans nos propres rangs –pas au FN mais en France– de nombreux et nouveaux fidèles». «Cette immigration pèse d’un poids écrasant sur notre économie et notre société. L’immigration ne rapporte pas 20 milliards par an, elle coûte 100 milliards par an», a-t-il accusé.

Cette question de l’immigration a été «encore aggravée par la mise en oeuvre d’une fausse bonne idée, une erreur tragique, qui a été la volonté absurde et l’avenir le démontrera, criminelle, de créer des Etats-Unis d’Europe (…). Votre président d’honneur s’honore d’avoir eu la lucidité en 1957 de voter au Parlement français contre le traité de Rome», s’est-il félicité. Sa fille, qui s’exprimait ensuite, a loué «Marseille, toujours à l’avant-garde du pays» qui a fait élire en mars dans le 7e secteur un maire frontiste, Stéphane Ravier, sous les applaudissements du public qui scandait : «On est chez nous». D’après elle, «Marseille est le symbole que Schengen est une erreur, une faute, une monstruosité». «Ca suffit, nous voulons redevenir maîtres chez nous !», a lancé Marine Le Pen.

La députée européenne sortante, candidate à sa réélection dans la circonscription Nord-Est, a dénoncé la «trahison» de la gauche, «dont la justification était la défense des pauvres et des exploités» ou de la droite «qui devait protéger notre identité nationale et notre culture contre les assauts de tous les communautarismes.»

D’après elle, la France est «prise en tenaille par deux mâchoires d’acier: d’un côté, l’importation de cultures étrangères par un flot d’étrangers qui à l’inverse de ceux d’hier veulent (…) imposer le changement de nos comportements et de nos vies. De l’autre, des commissaires européens qui nous imposent dans tous les domaines de la vie quotidienne leurs délires administratifs».

Libération

Quand Libération accrédite le grand remplacement: «Tu te souviens quand il y avait les Européens»

Marseille : «Tu te souviens quand il y avait les Européens»

Dégoûtés du clientélisme du PS, les quartiers Nord accueillent l’élection de Stéphane Ravier dans le 7e secteur avec détachement.

Latifa, qui tient un petit restaurant en bas de la Busserine, cultive la nostalgie d’un passé où la mixité n’avait pas déserté le quartier. «Tu te souviens quand il y avait les Européens glisse-t-elle à un copain d’enfance».

La cité Picon fait partie du Grand Saint-Barthélémy, vaste ensemble du 7e secteur de Marseille, qui a élu un maire Front national fin mars. «Mais tout le monde s’en fout, assure monsieur Roger, le gardien. Ils savent que le FN leur fera rien. C’est juste un vote antipolitique. Il y a eu trop de promesses non tenues.» Les cités marseillaises ont assez peu voté FN, elles ont juste arrêté de voter à gauche et comme le Front national reste très fort tout autour, Stéphane Ravier a été élu maire d’un secteur de 150 000 habitants. Sans émouvoir grand monde. En 1983, quand le FN avait gagné Dreux, certains avaient pleuré ici, manifesté. Trente ans plus tard, cela se passe chez eux, mais personne ne bronche. L’indifférence s’impose. Le FN ne fait plus peur dans ces cités, où le découragement domine. […]

«Moi, j’en connais du quartier qui ont voté FN, dit un jeune. C’est les racistes et les « chibanis » [vieux maghrébins, ndlr] qui ont élu Ravier.»

«Mais des gens issus de l’immigration ont voté pour lui, parce qu’ils ont peur que leurs enfants finissent dealers ou guetteurs», assure Nasser. Les réseaux de vente de drogue sont oppressants dans ces cités. Indéracinables, ils imposent leurs horaires, contrôlent parfois les accès, font peur aux familles, qui craignent que leurs gamins se laissent tenter, ou prennent une balle perdue. […]

«A Font-Vert, le quartier est plus familial. Quand un appartement se libère, les familles se débrouillent pour placer un de leurs enfants. Ils ne sont que 16 à avoir voté FN (sur 400 votants).

Le taux de chômage explose dans ces cités. Les écoles et collèges font ce qu’ils peuvent, Continuer la lecture de Quand Libération accrédite le grand remplacement: «Tu te souviens quand il y avait les Européens»

Zemmour sur l’élection de Finkielkraut à l’Académie Française et sur le grand remplacement. (vidéo)

 

 

 

 

 

À quand un débat contradictoire sur l’immigration en France ? (vidéo)

Lu sur Boulevard Voltaire.

En 2007, en Martinique, la chaîne KMT diffusait une émission sur « le génocide par substitution », expression employée dans les années 70 par le poète Aimé Césaire qui voyait dans ce dernier « le remplacement des populations locales par des gens venus d’ailleurs ». Des Brésiliens, des Surinamais, des Colombiens, des Haïtiens, des Dominiquais, comme c’est le cas pour la proche Guyane ou la Guadeloupe, bref, des étrangers ? Absolument pas ! Les quatre personnes présentes sur le plateau s’insurgaient contre l’arrivée massive… des Français : « Il y a de plus en plus de Français, de blancs. » « Ces populations françaises, ces populations blanches » ; « Ces Français se comportent comme des colons » ; « On est dans des transferts de population du fait de la mondialisation et de notre statut particulier », déplore, à tour de rôle, chacun des intervenants.

Ça, alors ! Il nous avait pourtant semblé que les Martiniquais, depuis 1946 et sous l’impulsion d’Aimé Césaire lui-même, le plus jeune des députés d’Outre-mer, étaient aussi Français que les Métropolitains. Les Martiniquais seraient donc – fièrement et sans hésitation – des Français de papier, un peu comme nous sommes enclin à le penser d’une partie de nos compatriotes sauf que nous, Français métropolitains qui aurions l’outrecuidance d’émettre publiquement pareille opinion, serions illico priés de nous présenter devant la 17e chambre.

Au fond, qu’attendent ces quatre Martiniquais des Français qui débarquent dans leur île ? La même chose que nous vis-à-vis de nos immigrés : qu’ils vivent comme eux et qu’ils aiment leur pays.

Car si l’on se froisse de tels propos tenus par des Martiniquais de souche qui Continuer la lecture de À quand un débat contradictoire sur l’immigration en France ? (vidéo)

« Rumeur du 9-3 », la vidéo qui dérange

20/02/2014 – VIDÉO – Une « rumeur » circule, laissant entendre que certains élus auraient accepté de recevoir certaines populations originaires de la Seine-Saint-Denis (93) en échange d’enveloppes d’argent. Chiffres à l’appui, le réalisateur de cette vidéo jette une lumière particulière sur un aspect méconnu de l’immigration de peuplement en France.

Immigration de remplacement : « Ceux qui s’inquiètent d’une dissolution de l’identité française ont-ils raison ? » (vidéo)

Cette course à la surpopulation est effrayante. On vivrait aussi bien avec moins de zigotos sur notre sol. Il y aurait moins de béton déjà… mais c’est un autre problème que celui que nous propose les têtes bienpensantes de l’émission C dans l’Air. En effet dans cette émission vous allez pouvoir découvrir, derrière le brouillard du bavardage, les chiffres (minimisés) du grand remplacement en cours.
Nous avons ajouté à la suite de la vidéo quelques commentaires pour rectifier l’assaisonnement des salades que cherche à nous faire avaler le faux sociologue et vrai menteur du PS, jean Viard.

——————

On est à 17% d’enfants d’étrangers en France(…)

(…) Et trois enfants sur dix de parents sont issus directement de l’immigration extra-européenne.

(Attention ! il s’agit des étrangers et pas de ceux qui viennent d’être naturalisés. Si on ajoute les deux c’est à dire les naturalisés, qui sont entre 50 000 à 100 000 par an, et les immigrés, le chiffre des naissances est de 40%. Le problème en France c’est que les statistiques ethniques sont interdites, on se base sur la nationalité, ce qui a pour effet de maquiller le grand remplacement dans les chiffres officiel…. mais pas dans la rue. )

Les femmes immigrées font un petit peu plus d’enfants »

un petit peu plus qui fait quand même 3 contre moins de deux… c’est un très gros petit peu plus

C’est le département de la Seine saint Denis qui a la plus grosse fécondité de tous les départements français de métropole. Et outre mer c’est la Guyane et Mayotte parce que c’est les départements qui accueillent le plus de jeunes femmes

Petite précision : le pseudo-sociologue jean Viard qui cherche à noyer le poisson quand on parle d’immigration, est un homme de gauche apparenté PS, il est membre du Groupe Socialiste (Faire Gagner Marseille) au Conseil Municipal de Marseille, et Vice-Président de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, chargé de l’évaluation des politiques publiques communautaires et au réaménagement du Vieux-Port de Marseille.

De plus ce clown qui n’est rien d’autre qu’un commis d’état chargé par le PS de se faire passer pour un savant et d’aller dire des mensonges sur les plateaux télé sort une énormité. Il déclare que les immigrés qui entrent en France sont diplômés. Du grand n’importe quoi démonté par une étude de l’Ocde qui démontre au contraire que 54% des immigrés en France ont un niveau collège ou inférieur, 27% un niveau lycée et 18% un niveau supérieur au bac. La particularité de la France c’est  l’importance de cette immigration de bas niveau par rapport aux autres pays.

Sur l’immigration à Marseille, là encore il dit n’importe quoi. Il déclare qu’il y avait presque 50% d’immigrés italiens à Marseille en 1914. Faux ! Chiffres issus des cahiers du gretha
l’immigration italienne entre 1870 et 1914 p15 : en 1914 les italiens représentent 20% de la population Marseillaise.

Vérifier par vous même on n’est pas sur un plateau télé ici… y a pas d’escrocs du PS :
Page 15

A télé française on préfère rester entre personnes de bonne compagnie qui pensent bien et dans la ligne… pitoyable comme d’habitude.

Exemple du Grand Remplacement avec l’état civil de Villeneuve Saint Georges (Val de Marne – 94) :

cliquer pour agrandir
cliquer pour agrandir