Archives par mot-clé : L’humanité

Sarkozy meilleur ami des islamistes et… des communistes

En 2008 et 2009, l’ancien président s’est appliqué à sauver la vie du journal communiste. Une tâche qui ne fut pas une mince affaire…

« Rendez à César ce qui appartient à César » dit l’adage. Voilà pourtant un fait d’armes que le « héros » de l’histoire s’est bien gardé de revendiquer. Entre 2008 et 2009, les services de l’État se sont afférés à un sauvetage un peu particulier, piloté directement depuis le palais de l’Élysée : celui du journal L’Humanité.

L’ancien organe du Parti communiste français (PCF) fait alors face à de lourdes difficultés financières qui mettent son avenir en péril. Touchée à la fois par la crise de la presse et celle du PCF, L’Humanité affiche des résultats déficitaires : elle perd ainsi 2,72 millions d’euros en 2007 puis 3,17 millions en 2008. Pour assurer sa survie, le journal, endetté à hauteur de plus de 8 millions, se résigne à mettre en vente son siège.

Le bâtiment, conçu par l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, attise la convoitise d’un investisseur suisse, le comte Richard Von Goetz. (…) Mais la crise financière qui éclate entre-temps fait capoter la vente. Le journal se trouve alors plus que jamais en difficulté. (…) Le salut de L’Humanité viendra d’ailleurs. En mai 2008, le président Nicolas Sarkozy a annoncé que des états généraux de la presse écrite, télévisée et radiophonique seraient organisés à l’automne. Objet de ce grand raout : mettre à plat les difficultés économiques du secteur des médias. La concordance des temps ne pouvait Continuer la lecture de Sarkozy meilleur ami des islamistes et… des communistes

Procès du comité d’entreprise d’EDF-GDF : entre emplois fictifs et financement du Parti communiste

Addendum 16/06/2014

CGT, PCF : Omerta autour d’une affaire d’abus de confiance…

(…) Seize prévenus, comparaissent en effet depuis le 2 juin devant le tribunal de Paris, accusés d’abus de confiance au préjudice de la Caisse Centrale des Activités Sociales, le plus important comité d’entreprise de France doté d’un budget de 400 millions d’euros… Une sénatrice membre du PCF fait partie des prévenus. Les débats doivent durer trois semaines… On voit là qu’il s’agit là d’un gros dossier, théoriquement « sexy » pour la presse.

Enterrement médiatique de première classe. Est-il permis de comparer avec les tonnes de commentaires concernant la droite ?

Cette omerta médiatique ne doit rien au hasard. Il faut se souvenir que le Syndicat National des Journalistes (majoritaire dans la profession) et le syndicat CGT étaient solidaires du Syndicat de la Magistrature lors de l’affaire du mur des cons.

(…) Valeurs actuelles

—————–

07/06/2014 -PARIS
Alors qu’une procédure a été lancée, il y a 10 ans maintenant, ce n’est que cette semaine que s’est ouvert le procès autour du détournement de fonds du comité d’entreprise d’EDF.
Lutter-plus-CGTAvec un budget annuel de 400 millions d’euros, le comité d’entreprise de la société semi-publique EDF, dénommé « Caisse centrale des activités sociales » (CCAS), est l’un des plus importants de France. La Cour des comptes avait alerté sur les pratiques dispendieuses de l’organisme. Les fonds de la structure auraient été utilisés pour financer des prestations de service au profit du Parti communiste français, ainsi que des emplois fictifs mis à disposition de la CGT et du même PCF. On relèvera notamment le financement de la traditionnelle fête de l’Huma entre 1997 et 2005 pour un coût avoisinant 1,2 million d’euros.

Qui trouve-t-on parmi les prévenus ?

Seize entités sont impliquées dans cette affaire, notamment la CGT, la société du journal L’Humanité, et la sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin. Cette dernière est soupçonnée d’avoir bénéficié d’un emploi à la CCAS alors qu’elle exerçait son activité au Parti communiste. Ce qu’elle nie, reconnaissant cependant « ne pas avoir beaucoup mis les pieds à la CCAS car j’étais sur le terrain, au parlement, à l’Unesco, dans des colloques, le but étant d’avoir toujours un coup d’avance ».

 

La CCAS s’est portée partie civile sur l’affaire… Continuer la lecture de Procès du comité d’entreprise d’EDF-GDF : entre emplois fictifs et financement du Parti communiste

L’ancien présentateur météo de TF1 et ex-communiste Michel Cardoze se met au service de Robert Ménard à Béziers.

Michel Cardoze est devenu le conseiller culturel du maire soutenu par le Front national.

Des colonnes de L’Humanité au cabinet d’un maire soutenu par le FN. Michel Cardoze, ancien journaliste et ex-monsieur météo de TF1 vient de rentrer au service du premier magistrat de Béziers, Robert Ménard.

Source

200906190021Un point biographique:

Il milite dès sa jeunesse au PCF à Bordeaux où il est étudiant. Journaliste, il est passé par la presse écrite (l’Humanité), la radio et la télévision. Certains se souviennent des Chroniques sur France Inter en 1981, d’autres de ces citations poétiques (particulièrement celles de Ramón Gómez de la Serna) et des fleurs de la météo sur TF1 de 1987 à 1991 et d’Extérieur Nuit émission culturelle sur TF1, d’autres encore des contes ou des feuilletons sur France Bleu et d’un Sud méditerranéen mis en gloire sur TMC. Il s’est aussi passionné pour Georges Bizet, les procès de Jeanne d’Arc, la vie et l’œuvre de Cyrano de Bergerac2.

——

Profanation d’une mosquée : Le journal l’Humanité s’indigne et déplore le silence de Manuel Valls

Le journal l’Humanité est indigné. Vendredi dernier l’un de ses journalistes a poussé un grand cri d’horreur. Une lamentation éprouvante. Une pleurnicherie inconsolable. Dans un article ayant pour titre : Mayotte. Loin des yeux, loin des indignations de Manuel Valls, les communistes accusent le ministre de l’intérieur d’être resté silencieux à la suite de la profanation d’une mosquée à Mayotte. Pour le quotidien, autrefois bouffeur de curé aujourd’hui lécheur de babouche, c’est la preuve que Manuel Valls vire facho.

Il faut dire que là bas l’affaire n’a pas été prise à la légère.

Tout commence le 31 décembre. Des militaires en goguette et méchamment éméchés déposent la tête d’un porcelet devant une mosquée de l’île. Sur un territoire où plus de 90% de la population est de confession musulmane, l’affront est de taille. Aussitôt les autorités montent au créneau et 30 000 mahorais se répandent dans les rues pour condamner les profanateurs.

Il ne s’agit pas de la mosquée de Labattoir qui a été profanée mais réellement la religion et tous les mahorais à travers leur identité (à partir de 3mn58)

Ces derniers sont mis en examen et seront jugés le 26 février pour « provocation à la haine, à la violence, ou à la discrimination en raison de l’appartenance à une religion ». En attendant le jugement, le procureur de la république leur demande de quitter le territoire. « Compte tenu de la gravité de cette profanation qui heurte ce que les gens ont de plus profond, il me paraît difficile maintenant pour ces personnes-là de continuer à rester à Mayotte dans leur propre intérêt », a averti Mansour Kamardine, avocat au barreau de Mayotte et ancien député UMP.

Que veut dire cette précaution? Est-ce-que cela signifie que dans un département français (Mayotte est devenu le 101ème département de France en 2011) dont la population est à majorité musulmane, l’état est incapable de garantir la sécurité et l’intégrité d’un citoyen ayant porté atteinte à la religion d’Allah ?

Que risquent les militaires ? le Lynchage ?

Quoi qu’il en soit, cette profanation en pleine affaire Dieudonné est passée totalement inaperçue en métropole. Pour l’organe de propagande de la CGT et du PCF, c’est un scandale. Et le mutisme de Manuel vall sur cet incident islamophobe est la preuve que celui-ci n’agit que par calcul. Car les musulmans, selon l’Humanité, ne représentent pas je cite : « un grand intérêt en termes de récupération politique… ».

Pas loin d’y voir le symptôme d’une islamophobie d’état, les plumitifs du quotidien Continuer la lecture de Profanation d’une mosquée : Le journal l’Humanité s’indigne et déplore le silence de Manuel Valls

Collectif budgétaire 2013 : Marion Maréchal Le Pen dénonce la hausse de la fiscalité et le soutien clientéliste au journal l’Humanité.

addendum : 19 décembre.(première diff 18 decembre)

Intervention lors de la lecture définitive du vote du projet de loi de finance 2014

——————————

Marion Maréchal Le Pen est pour l’instant la seule responsable politique à s’être indignée de la politique clientéliste du PS, et de l’amendement voté en faveur de l’effacement de la moitié de la dette du journal l’Humanité. (voir notre article : Scandale : la Ripouxblique socialiste efface la dette du journal l’Humanité avec l’argent des contribuables). Elle dénonce cette caste composée d’incapables qui depuis plus de trente ans se refilent entre eux les postes après avoir le plus souvent faillit à leur tache.

A chacun de ses passages à la tribune de l’assemblée nationale je me félicite de cette députée patriote. L’esprit de la démocratie serait bien plus vif si elle n’était pas aussi isolée. Bravo à elle. ( on remarquera l’empressement de la président de séance pour faire taire la députée… 5mn pour les patriotes mais pas une de plus…)

 

France Terre d’Asile, L’Humanité, Harlem Desir : elle est pas belle, la gauche morale ?

Lu sur Riposte Laïque
billets
Pendant que l’obscène campagne antiraciste orchestrée par la gauche, bat son plein, sans arriver à le faire, dans l’ombre, humanitaires, journalistes, députés, labellisés à gauche détournent l’argent du contribuable à des fins qui servent leurs propres intérêts.

Ce n’est pas nouveau, mais ça choque plus de la part d’une gauche qui donne à tout va des leçons de morale. Voici une liste non exhaustive des derniers manquements graves à l’éthique. Et encore, on ne nous dit pas tout, pour reprendre la fameuse phrase d’ Anne Roumanoff dans son facétieux « Radio bistrot »
– Du côte des humanitaires .
France Terre d’asile, a un directeur qui s’applique à lui-même le dicton : « Charité bien ordonnée… » Il est soupçonné de détournement de fonds publics

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/12/05/01016-20131205ARTFIG00526-le-directeur-de-france-terre-d-asile-dans-la-tourmente.php

L’association que dirige cet indélicat, France Terre d’asile, n’est pas dans le besoin : elle jouit d’un budget de 50 millions d’euros entièrement à base de subventions publiques (70% du ministère de l’Intérieur). Mais à un article du Monde qui pointait du doigt les associations les plus grassement subventionnées, France terre d’asile précise que ce ne sont pas des subventions, mais « des dotations en contrepartie de prestations réalisées dans le cadre de la mise en œuvre de politiques publiques ». Tout est question de langage.

Continuer la lecture de France Terre d’Asile, L’Humanité, Harlem Desir : elle est pas belle, la gauche morale ?

Le journal l’Humanité au tribunal pour licenciements abusifs

Précision : le journal des cocos, à l’instar de la majorité de la presse française, ne se vend plus. Il reçoit donc en échange de sa perte de clientèle des subventions publiques. Selon l’infographie de l’OJim, le journal fondé par Jean Jaurés a reçu de la part de l’État, qui rappelons le est en faillite, 3 millions d’euros en 2012, 6 millions en 2011, et près de 7 millions en 2010. L’Humanité est un journal communiste dont les actionnaires majoritaires sont Lagardère (via sa filiale Hachette Filipacchi), TF1 et la caisse d’épargne.

– – – – – – –

Une société satellite du groupe L’Humanité, la SDPP, employait 23 salariés pour promouvoir des abonnements au quotidien communiste. La structure étant une-hq_25déficitaire, elle fut liquidée en 2011. S’ensuivirent deux jugements estimant que L’Humanité aurait dû proposer des mesures de reclassement aux licenciés.

L’enjeu financier est essentiel pour le journal communiste, une condamnation en 2014, après confirmation du jugement par la cour de cassation, pourrait représenter jusqu’à deux millions d’euros d’indemnités pour licenciements abusifs, soit environ les deux tiers des subventions étatiques reçues en 2012… La fédération CGT des professionnels de la vente accuse la direction communiste « d’adopter les pratiques de la ligne la plus dure du patronat qu’elle dénonce pourtant à longueur de colonnes ».

Ojim.fr

L’Humanité: « Décès: Thierry Roland ne dérapera plus »

Voici des extraits de l’article que consacre le journal du PCF à la mort de Thierry Roland. On vous invite aussi à lire la réaction de Pierre cassen au sujet des précautions prises par les commentateurs qui ont rendu hommage au journaliste décédé…. il relève une prudence qui en dit long sur l’idéologie de notre temps et la haine insatiable des petits flics de la pensée… (Thierry Roland, l’homme qui faisait aimer la préférence nationale à la France du football)

Petites phrases et gros racisme

En près de 60 ans de carrière, le journaliste, aussi populaire que controversé pour ses débordements verbaux et ses saillies franchouillardes, a commenté 13 Coupes du Monde et 9 Championnats d’Europe des Nations. Sa renommée, il l’a bâtie à force de longévité et de dérapages plus ou moins contrôlées, tirant sur le franchouillard et le racisme:

[…]

En 1986, lors du quart de finale du Mondial entre l’Angleterre et l’Argentine, il s’offusque du but de la main accordé à Maradona et prend à témoin Jean-Michel Larqué: « Honnêtement, Jean-Michel, ne croyez-vous pas qu’il y a autre chose qu’un arbitre tunisien pour arbitrer un match de cette importance ? ». La phrase fait scandale et ses propos sont qualifiés de « racistes ». Il s’en excusera ensuite auprès de la Tunisie et de l’arbitre, M. Ali Bennaceur, se défendant d’être xénophobe.

En 1997, le journaliste accorde cependant une interview au quotidien d’extrême droite Présent, ce qui contribue à brouiller un peu plus son image.

« C’est vrai que Le Pen est un peu excessif, mais c’est vrai qu’il y a certains points sur lesquels je suis d’accord avec lui », explique-t-il en évoquant notamment la peine de mort.

« Un piège », dira-t-il plus tard à propos de cet entretien, même si, cette fois-ci, il n’a pas l’excuse du direct.

[…]

Avec lui s’en va une certaine façon de commenter un match qui n’a plus lieu depuis le milieu des années 1980 et l’avénement du « ton » Canal Plus.

L’Humanité