Archives par mot-clé : Libéral

Hollande jette le masque : la gauche est bien le fossoyeur du modèle français !

Dans un récent entretien, François Hollande a déclaré qu’exercer le pouvoir, aujourd’hui était très dur tout en ajoutant une précision complémentaire aussi inattendue qu’explicite :

« je pense que pour la France, c’est mieux que ce soit la gauche qui fasse cette mutation, qu’elle le fasse par la négociation, dans la justice, sans blesser les plus fragiles ni les déconsidérer. Les autres l’auraient fait sans doute, mais brutalement ».

La mutation dont parle Hollande est cette adaptation forcée à la mondialisation destructrice de nos emplois, de notre système social, de nos services publics, de notre identité et de nos valeurs.

Le président de la République vient de l’avouer, il continuera la politique menée par ses prédécesseurs. La même, avec les mêmes buts, les mêmes objectifs et au final les mêmes résultats de souffrance et d’austérité. Il concède que la droite aurait fait de même mais avec d’autres méthodes reconnaissant ainsi implicitement à la gauche cette faculté de pouvoir accompagner cette mise sous tutelle étrangère sans provoquer de troubles sociaux.

L’impopularité de cette gauche ne fait que commencer. Ce ne sont pas les rodomontades des leaders de la droite déconsidérée qui inciteront à descendre dans la rue. C’est le peuple qui contestera directement ce système de mensonges et de soumissions en rétablissant la première de ses libertés, la souveraineté.

Louis Aliot.

La Révolte des masses de José Ortega y Gasset. (Radio « émission Répliques & Vidéo)

La Révolte des masses est un livre de José Ortega y Gasset publié pour la première fois en Espagne en 1929. En France, l’auteur a toujours été considéré par une large partie de l’intelligentsia de gauche comme un Libéral-conservateur infréquentable, c’est ce qui explique que la diffusion de « La révolte des masses » soit demeurée confidentielle. Une excommunication aujourd’hui réparée par sa réédition aux Belles Lettres.

Dans cet ouvrage, José Ortega y Gasset utilise un personnage conceptuel, l’Homme-masse. L’auteur désigne ainsi l’Homme moyen. L’ Homme conformiste. L’ Homme du nivellement épris d’égalitarisme et qui se complait dans une médiocrité démagogique. L’ Homme-masse, c’est l’enfant gâté, sans passé ni tradition.
Il faut cependant éviter de faire une confusion: l’Homme-masse ne correspond pas à l’ouvrier ni à l’homme du peuple, il n’y a pas chez Ortega y Gasset la volonté de produire une critique de classe.
L’Homme-masse serait plutôt le fruit d’un relativisme fou. Il est l’archétype de celui qui éprouve un sentiment de domination engendré par la disparition des « élites »(que José Ortega y Gasset désigne par l’ expression: les minorités exemplaires), et qui en vient à mépriser toute forme de hiérarchie intellectuelle:
Continuer la lecture de La Révolte des masses de José Ortega y Gasset. (Radio « émission Répliques & Vidéo)