Archives par mot-clé : logement social

La mélenchoniste Simonnet ne veut pas quitter son logement social pour « ne pas enrichir un propriétaire privé »

Et donc elle préfère empêcher une famille avec de faibles revenus de bénéficier du logement social qu’elle occupe….

Les gens de gauche adorent vivre aux crochets  des contribuables qui sont souvent les propriétaires, les patrons, les cadres sur lesquels ils vomissent … il n’y en a pas un pour rattraper l’autre  chez les bolchos de Mélenchon ?


La conseillère de Paris occupe avec son conjoint un 83 m2 avec balcon dans le quartier Saint-Fargeau (XXe) pour un loyer de 1 300€. Ce n’est pas illégal, mais cette occupation fait débat.

Après le HLM d’Alexis Corbière, député de la France Insoumise, le logement RIVP de Danielle Simonnet. La conseillère de Paris, candidate aux dernières municipales et législatives, porte-parole et fidèle de Jean-Luc Mélenchon (la France insoumise), est logée depuis 1999 par le bailleur social la RIVP (Régie immobilière de la ville de Paris).
En 2003, l’élue a obtenu un appartement plus grand (en moins d’un an). Et occupe avec son conjoint un 83 m2 avec balcon dans le quartier Saint-Fargeau (XXe) pour un loyer de 1 300€. Cela n’a rien d’illégal. C’est un loyer libre, établi par la RIVP sans barème. Continuer la lecture de La mélenchoniste Simonnet ne veut pas quitter son logement social pour « ne pas enrichir un propriétaire privé »

INSEE : 59% des ménages dont la personne de référence est africaine habitent dans un logement social

A qui profite les HLM?
INSEE : 59% des ménages dont le locataire est africain, habitent dans un logement social.

Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez!

En 2013, parmi les ménages dont la personne de référence est africaine, 90,2% % sont locataires, dont 59 % dans le secteur social – contre 46,9% en 1984.

Extraits : Les ménages originaires d’Afrique hors Maghreb sont les moins nombreux à être propriétaires (seulement 13 % en 2013). 51 % d’entre eux sont locataires dans le secteur social (figure 4), soit 14 points de plus qu’en 1996, et leur part dans le secteur locatif libre a fortement diminué (passant de 46 % à 34 %). La moitié des ménages d’origine maghrébine résident dans le secteur social et seuls 24 % Continuer la lecture de INSEE : 59% des ménages dont la personne de référence est africaine habitent dans un logement social

Alexis Corbière/Front de gauche : un logement social pour un salaire de 4 000€ par mois (rediff)

21 novembre 2011

Alexis Corbière est l’un des bras droit de Mélenchon. Parfait petit apparatchik , il s’est dernièrement illustré pour avoir fait pression sur le maire du 16ème arrondissement, Claude Goasguen, afin qu’il interdise la participation de Christine Tasin et Pierre Cassen au salon du livre du B’nai Brith, et de facto qu’il censure le livre  » La faute du Bobo Jocelyn « . Dans son entreprise inquisitoriale, Alexis Corbière a pu compter sur la complicité de l’inénarrable journaliste trotskyste Abel Mestre.
Aujourd’hui on apprend que le Torquemada du petit père sans peuple bénéficie d’un logement social alors que ses rémunérations dépassent les 4 000 euros par mois.

C’est beau la morale de gauche !

Est-il normal que Corbière, avec ses revenus, bénéficie d’un logement social de la Ville de Paris ?

En mai dernier, il avait été accusé sur le site Agence Bretagne Presse d’occuper abusivement un logement social de la RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris qui se présente comme « Ethique à travers nos actions guidées par les principes de transparence, d’équité et de respect du droit. Nous nous préoccupons de nos locataires les plus fragiles et des générations futures »…) alors qu’il gagne 4 000 euros mensuels pour son seul poste d’adjoint sans compter ses autres emplois, et que son épouse Raquel Garrido est avocate en droit international et gagne donc bien sa vie a priori.

Lire l’article sur Riposte laïque

La vice-présidente PS d’Ile-de-France bénéficie d’un HLM à Paris depuis 10 ans

Michèle Sabban habite depuis une dizaine d’années dans un logement social de 70m², dans le 13ème arrondissement. C’est Michèle Sabban qui transmet les dossiers de demande de logement social aux bailleurs franciliens.

Alors que 500 000 dossiers de demande de logement social sont actuellement en attente en Ile-de-France, Michèle Sabban a tenté de justifier ce privilège dont elle bénéficie: « J’étais en difficulté personnelle. Je n’ai demandé aucun passe-droit. Les élus doivent-ils être coupés de leur base ? ».

Observatoire des subventions

NKM et la transparence dans le logement social : paroles, paroles…

Communiqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen

marion-maréchal-le-pen-assemblée

Candidate à la mairie de Paris pour l’UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet a proposé, dans un prétendu souci de transparence, de confier la présélection des attributions de logements sociaux à des jurys citoyens.
L’UMP découvre ainsi, après dix années au pouvoir, qu’il existe un grave problème d’opacité dans ces attributions, alimentant le clientélisme et l’incompréhension des candidats évincés.

Etrangement, alors que j’avais proposé à l’Assemblée de rendre publiques les commissions d’attribution, Madame Kosciusko-Morizet n’avait pas jugé bon de soutenir cette initiative en votant l’amendement. Pas plus que le PS qui, par la voix d’Anne Hidalgo, a qualifié cette proposition de « populiste ».

Il est vrai que de nombreux élus socialistes ou UMP ont bénéficié, en dépit de confortables Continuer la lecture de NKM et la transparence dans le logement social : paroles, paroles…

Duflot veut céder des terrains déjà vendus !

Est-il possible d’être plus bête ?

Parmi les promesses de campagne du candidat Hollande pour le logement figurait la cession gratuite ou à bas coût aux communes de terrains appartenant à l’État. Le 5 septembre, Cécile Duflot, la ministre de l’Égalité des territoires et du Logement a présenté en conseil des ministres le projet de loi encadrant cette cession. Elle a également présenté une liste des terrains concernés. Problème : nombreux parmi ces terrains avaient déjà été cédés !

Une liste de 930 terrains a été publiée dans la presse, puis sur le site du ministère du Logement le 6 septembre… avant d’être retirée le 7. En effet, dans cette liste figurent de nombreux terrains n’étant plus disponibles. Ainsi, à Bordeaux, la ville annonce que c’est 60 % des 50 hectares figurant dans la liste qui ont déjà été vendus ou ont été affectés à un nouvel usage.

Le ministère du Logement a réagi le 7 septembre dans un communiqué de presse annonçant qu’une liste « actualisée et complétée » sortirait avant le 30 septembre. La raison invoquée n’est pas la présence de terrains déjà cédés, mais « l’absence, dans la liste, de terrains potentiellement éligibles ».

En attendant, on note le rachat déjà entériné d’un terrain au Havre, la construction sur le terrain d’une ligne de métro à Rennes, ou encore la réhabilitation du terrain mentionné en foyer de jeunes travailleurs à Bordeaux.
Quoi.info a réalisé une carte reprenant la première liste publiée, et qui contient donc les terrains n’étant plus disponibles. Peut-être que d’autres communes y découvriront également des terrains déjà cédés ou construits !

Source

Mais à qui profitent les logements sociaux de cécile Duflot ? (vidéo)

La réponse à la fin de ce sujet:

… la majorité des logements sociaux sont aujourd’hui attribués aux foyers gagnant moins de 1 000 euros/mois, les familles monoparentales et immigrés y sont sur représentées…

Voilà ce qui explique le syndrome NIMBY « Not In My BackYard » que l’on rencontre chez les bobos comme Duflot.

ps: Nous conseillons à cette journaliste d’être plus discrète… elle va finir par se faire virer.

Le droit au logement est ouvert à tous les étrangers, sans distinction de titres de séjour

Sarkozy fait encore mieux que la gauche. On savait qu’il avait largement augmenté le nombre d’immigrés légaux sur le territoire, mais on avait oublié qu’il avait mis en place le droit au logement opposable. Ce droit (loi DALO) permet à toute personne habitant sur le territoire français de façon régulière et stable qui n’est pas en mesure d’accéder par ses propres moyens à un logement décent et indépendant de pouvoir exercer un recours amiable – ou judiciaire- en vue d’obtenir une habitation.
Or à partir du 1er octobre 2012, les étrangers n’auront plus à remplir la condition de résidence permanente pour faire valoir leur droit au logement opposable

Pour les étrangers non communautaires, la possibilité de ce prévaloir du Dalo est en principe réservée aux titulaires d’une carte de résident de dix ans ou à ceux qui peuvent justifier d’au moins deux ans de présence ininterrompue sur le territoire national, sous couvert d’un titre de séjour d’un an et renouvelé au moins deux fois. Ces conditions viennent d’être annulées par le Conseil d’Etat.

[…]

Le Particulier

 

 

Le scandale des appartements touche le PS

Nous avions vu avec le logement social d’Alexis Corbière ( bras droit de Mélenchon) que les représentants de gauche savent se loger à petits prix malgré leurs gros salaires. Ce serait bien que les bobos partagent leur savoir-faire avec les Français qui ne parviennent pas à se loger et dont les fins de mois sont difficiles… ce serait presque une démarche socialiste !

La députée socialiste des Deux-Sèvres et porte-parole de François Hollande, Delphine Batho, refuse de quitter un appartement de la Ville de Paris au loyer bon marché.

Quelques années après Jean-Pierre Chevènement sur une affaire d’appartement loué à un prix trop bas, c’est une députée socialiste qui est épinglée pour ses conditions de logement.(…)

(…) L’ancienne présidente de la FIDL et vice-présidente de SOS Racisme assure qu’elle s’acquitte d’un surloyer dont le versement se ferait directement à son bailleur. En outre, la députée, dont le salaire de 7100 euros bruts mensuels auxquels s’ajoutent 6412 euros de frais de représentation, se dédouane en arguant que même «des locataires avec des revenus nettement supérieurs ne paient pas de surloyer pour le même type de logement». Selon la chambre régionale des comptes, il reste plus de 37% d’écart entre ce que Delphine Batho verse et ce que paient les locataires du secteur privé.

Si elle nie le caractère social de son logement, son loyer reste en inadéquation avec les prix habituellement pratiqués sur le marché libre. (…)

Le Figaro