Archives par mot-clé : mafia UMP

Eric Darques: Au Nord il y avait les corrom…pus

Eric Darques, le « Zorro de la transparence dans le Nord », de Mauroy à Aubry en passant par Borloo.Depuis quinze ans, ce consultant traque les dérives financières commises dans la Nord-Pas-de-Calais. La plus emblématique : l’affaire du grand Stade de Lille, objet d’une information judiciaire.
Dans un livre qui vient de paraitre, il raconte avec force détails le combat qu’il mène contre les fautes et les manquements à la déontologie des élites du Nord-Pas-de-Calais. Combat qui lui a valu, à maintes reprises des menaces de mort.

Sarkozy : Enquête sur un contrat avec le Kazakhstan (maj)

Addendum:
La justice française enquête, depuis le printemps 2012, sur une affaire d’Etat, susceptible d’impliquer le pouvoir sarkozyste. Dans la plus grande discrétion, deux juges d’instruction parisiens, saisis de faits de « blanchiment en bande organisée », « corruption d’agents publics étrangers », « complicité et recel » de ces délits, explorent les dessous de contrats signés en 2010 entre la France et le Kazakhstan, pour près de deux milliards d’euros.

Quels sont les faits reprochés à l’entourage de Nicolas Sarkozy ? S’agit-il d’un scandale d’Etat ? Réponse avec Gérard Davet, journaliste enquêteur au Monde.

« Kazakhgate » : « Le début d'une affaire d… par lemondefr

Lire aussi l’itw du Président des Fédéralistes démocrates francophones (FDF, centre), le député belge Olivier Maingain : « Kazakhgate » : « Si la Belgique a été utilisée, c’est un scandale d’Etat »

Des juges français enquêtent depuis mars 2013 sur des soupçons de commissions en marge d’un contrat de vente d’hélicoptères au Kazakhstan conclu en 2010 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a rapporté mardi le quotidien Le Monde. Ce contrat de deux milliards d’euros porte sur l’achat de 45 hélicoptères fabriqués par Eurocopter (devenu Airbus Helicopters). Une source judiciaire a confirmé qu’une information judiciaire avait été ouverte en mars 2013 pour blanchiment en bande organisée et corruption active d’agents publics étrangers. Dans ce dossier, une avocate française a été mise en examen (inculpée) pour corruption active d’agent public étranger et blanchiment, a précisé la source judiciaire. Deux intermédiaires sont également poursuivis, a ajouté Le Monde. Mais les enquêteurs ont également entendu en garde à vue une proche collaboratrice de Claude Guéant, un proche de Nicolas Sarkozy alors secrétaire général de l’Elysée, ainsi qu’un ancien préfet qui, selon le quotidien, a été un conseiller de l’ancien président de droite. Selon Le Monde, l’enquête est partie d’un signalement de Tracfin, la cellule antiblanchiment du ministère des Finances, sur un virement sur le compte de cet ancien haut fonctionnaire.

(…)

Lire la suite sur Romandie 

Bygmalion : Soirée UMP sur l’Afrique facturée 680.000 euros pour… 300 invités !

Comment a fonctionné le système de surfacturation dans l’affaire Bygmalion ? France 2 publie la facture éditée pour la location de la salle Gaveau pour Event &cie : 17.000 euros. Celle adressée par la société à l’UMP est 30 fois plus chère: 680.000 euros!

Exemple de surfacturation pratiqué par la société Bygmalion auprès de l’UMP. Le 14 avril 2012, à une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, le parti organise une convention intitulée « La France avec les ‘printemps africains’ – Regards croisés». Quelques centaines de personnes sont réunies autour de Jean-François Copé, salle Gaveau à Paris, dans un décor des plus sobres.

Jean-Marie Fournier, directeur de la salle Gaveau, l’explique devant la caméra, factures en mains : « Ça a coûté 11.200 euros, plus la salle en dessous, 3.500 euros. » Même si l’on ajoute le coût du petit cocktail qui a été servi aux participants, la somme finalement déboursée par l’UMP est plus de trente fois celle qui a été réellement payée.

Mafia UMP : Des perquisitions à l’UMP et chez Bygmalion . (Maj vidéo)


INFO E1 – Les perquisitions ont démarré quelques minutes après les déclarations de Me Maisonneuve, l’avocat de Bygmalion, chargeant l’UMP.

politique-siege-UMP-maxppp-930620_scalewidth_630Quelques minutes après la conférence de presse de l’avocat de Me Maisonneuve, l’avocat de la société Bygmalion, Europe 1 a constaté que des policiers ont entamé des perquisitions dans les locaux de l’UMP. Les locaux de Bygmalion, dans le 9e arrondissement de Paris, sont également actuellement perquisitionnés.

Me Maisonneuve a affirmé lundi que des « fausses factures » avaient bien été établies lors de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Selon lui, Bygmalion « a bien travaillé à des meetings de campagne » qui ont été facturés à l’UMP sous le libellé de « convention ». C’était ça ou rien. C’est du chantage économique », s’est encore justifié Me Maisonneuve, qui assure que « soit c’était facturé à l’UMP, sous le libellé ‘convection’, soit Bygmalion n’était pas payé ».

Arbitrage Tapie : Claude Guéant a été placé en garde à vue ce lundi matin, selon des sources judiciaires

Appelé à clarifier son rôle dans le cadre de l’affaire Tapie, Claude Guéant a, comme prévu, été placé en garde à vue par les enquêteurs de la brigade financière de la PJ parisienne.

303319_le-president-nicolas-sarkozy-g-et-le-ministre-de-l-interieurclaude-gueant-a-l-inauguration-d-une-nouvelle-gendarmerie-a-londe-les-maures-sud-est-le-19-mai-2011

L’ancien secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, a été placé lundi 26 mai en garde à vue dans l’enquête sur l’arbitrage controversé dont a bénéficié Bernard Tapie dans son litige avec le Crédit Lyonnais.

Les enquêteurs de la brigade financière de la PJ parisienne devraient interroger leur ancien patron à l’Intérieur sur son rôle dans la décision de recourir à l’arbitrage, dans celle de ne pas contester la sentence, et dans la fiscalité jugée avantageuse appliquée à l’indemnité de plus de 400 millions d’euros octroyée en 2008 à Bernard Tapie.

RTL

Mafia UMP : Enquête sur de possibles détournements de fonds au profit de sénateurs UMP

Article du journal Le Monde

Le parquet de Paris vient d’ouvrir une information judiciaire sur de possibles détournements de fonds opérés au profit de plusieurs sénateurs UMP, révèle mardi 20 mai Le Parisien.

PHO3fdc9650-0897-11e3-af97-eb467245bc82-805x453

QUARANTE MILLE EUROS

Les policiers de la BRDA ont été chargés d’enquêter après un signalement de la cellule antiblanchiment Tracfin. Au cœur de cette affaire apparaissent deux associations de loi 1901, l’Union républicaine du Sénat (URS) et le Cercle de réflexion et d’études sur les problèmes internationaux (Crespi).

Le service Tracfin « avait adressé, au mois de juin 2012, un rapport au procureur de la République de Paris, après avoir repéré des flux financiers suspects entre les comptes de l’URS et ceux du Crespi », selon un proche de l’affaire, rapporte Le Parisien.

Selon les premières investigations, l’URS, dont le siège est situé à Saint-Valérien (Yvelines) a perçu des fonds de la part du groupe UMP du Sénat, versés par la questure de la chambre haute, avant de les rétrocéder à ses membres. Selon les informations du quotidien, ces sommes auraient notamment servi à rembourser les frais de relations publiques des sénateurs UMP, membres de l’URS, au cours de différentes élections. Les détournements de fonds pourraient s’élever à près de 400 000 euros en l’espace de deux ans, toujours de même source.

Mafia UMP / Bygmalion: l’UMP aurait payé 20 millions d’euros

Nota Bene : sarkozy et la bande à copé remercient une nouvelle fois tous les adhérents qui ont participé au sarkhoton pour renflouer les caisses vides de l’UMP.

——–

L’UMP a réglé pendant la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 près de 20 millions d’euros à une filiale de Bygmalion, agence de commmunication dirigée par des proches de Jean-François Copé, affirme ce jeudi Libération, assurant que certains des évènements généreusement rétribués semblent fictifs.

Article de Libé

Combien l’UMP a-t-elle vraiment dépensé pour tenter de faire gagner son candidat à la présidentielle de 2012 ? D’après une enquête de Libération, qui a pu consulter les factures réglées par l’UMP à Event & Cie, la filiale de Bygmalion chargée de l’événementiel, le parti n’a pas seulement financé une partie des meetings de Nicolas Sarkozy. Pendant la période de la campagne, entre janvier et juin 2012, l’UMP a réglé à Continuer la lecture de Mafia UMP / Bygmalion: l’UMP aurait payé 20 millions d’euros

Écotaxe : les doutes s’accentuent autour du contrat Ecomouv’

Encore une fois l’équipe de sarkozy nous laisse une ardoise à régler plus que salée. Les pratiques de ces messieurs de l’UMP sont toujours à la limite de la légalité.  Il semblerait que le contrat signé avec Ecomouv’ soit entaché d’irrégularités. Le journal Le Parisien n’hésite pas à parler de corruption. À mes yeux le fait même de devoir payer 800 millions d’euro à Ecomouv’ si l’État décide de ne pas appliquer l’écotaxe est en soit une traitrise de la part de l’UMP….mais le pire réside dans le fait que l’État a choisi de déléguer son pouvoir de prélever l’impôt à une entreprise privée… on marche sur la tête dans ce pays!

– – – – – – –

Critères d’attribution flous, soupçon de corruption… La signature du contrat liant l’État à la société gestionnaire de l’écotaxe en 2011 soulève des interrogations, mises en avant par des documents que révèle Le Parisien. MERCI SARKOZY

«Hasardeux». C’est ainsi que le ministre du Budget Bernard Cazeneuve qualifiait jeudi dernier le contrat signé entre l’État et Ecomouv’, cette société chargée de la mise en œuvre de l’écotaxe. Ce contrat de partenariat public-privé conclu par la droite en 2011 sème le doute dans l’esprit de l’actuel gouvernement. Des documents, dont Le Parisien dévoile le contenu ce samedi, témoignent en effet du flou qui a entouré cet appel d’offres dès 2009.

A Truck passes under an Ecotax control portal in Saint-Sebatien-sur-Loire near Nantes

A cette époque, la mission d’appui aux partenariats public-privé (PPP) explique dans un rapport que la mise en œuvre de cette écotaxe dans le cadre d’un marché public aurait été plus avantageuse financièrement pour l’État puisqu’elle lui aurait coûté moins cher d’environ 250 millions d’euros. La mission valide toutefois ce PPP, tout en émettant des réserves: «il conviendra de vérifier avant la signature du contrat que les avantages attendus d’un tel choix ont bien été obtenus». Aujourd’hui, la facture qui lie Ecomouv’ à l’Etat oblige ce dernier à lui verser 250 millions d’euros sur un rendement annuel de 1,2 milliard, soit 20% des recettes attendues de l’écotaxe. Ce montant fait d’ailleurs l’objet d’interrogations.

Comment Ecomouv’ a pu obtenir ces 20% lorsque l’on sait que les PPP traditionnels ne décrochent qu’en moyenne 2 à 3% des recettes?

Selon des sources proches du dossier, citées par Le Parisien, une anomalie intervient aussi lors de la procédure d’attribution de l’appel d’offres. Autostrade, la société italienne autour de laquelle s’est formé le consortium ayant donné naissance à Ecomouv’, a changé les délais de réalisation des travaux en cours de route alors qu’il s’agit d’un des éléments déterminants dans l’attribution du contrat. Alors que l’offre concurrente d’Alvia (réunissant Siemens, Sanef et Atos notamment) proposait des délais de travaux de 22 mois, Autostrade tablait sur 24 mois. Puis, la société italienne a revu ces délais à la baisse en cours de route à 21 mois, ce qui lui a permis de remporter le contrat.

Autre bizarrerie: Autostrade concourrait au départ seul face à Alvia. Ce n’est qu’après coup que la société italienne se serait associée à des groupes français dont l’État est actionnaire comme la SNCF et Thales.

Soupçon de corruption

En plus de ces anomalies, des soupçons de corruption viennent entourer la signature de Continuer la lecture de Écotaxe : les doutes s’accentuent autour du contrat Ecomouv’

Après Tapie, Guéant, Lagarde et Balladur, à qui le tour ?

Que d’eau, que d’eau, s’exclamait le brave maréchal de Mac Mahon, impressionné, voire débordé par le spectacle de la crue de la Garonne. Que de boue, que de boue, aurait-on envie de dire devant la déferlante de convocations, d’interrogatoires, de gardes à vue et de mises en examen qui s’abat depuis quelques jours sur les premiers rôles et les seconds couteaux de la Sarkozie. Christine Lagarde, Stéphane Richard, Bernard Tapie, Claude Guéant, c’est du beau monde, et du beau linge, comme on disait dans le mitan, qui se bouscule dans le cabinet des juges d’instruction, et qui fait ou refait connaissance avec les cellules inconfortable de la rue du Château-des-Rentiers et les chambres spécialement aménagées pour les hôtes de marque de la police du vieil Hôtel-Dieu.

boulevard-voltaire-nicolas-sarkozy2

On devrait, dans les jours qui viennent, voir de prestigieux défroqués de la politique tels François Léotard, des battus du suffrage universel comme Renaud Donnedieu de Vabres et de paisibles retraités de la haute politique comme Édouard Balladur, arrachés à la douceur de la Côte d’Azur ou à la quiétude de leur appartement des beaux quartiers y répondre aux convocations et aux questions des juges.

Rien, je dis bien rien, n’autorise à mettre en doute l’indépendance de magistrats tels que Continuer la lecture de Après Tapie, Guéant, Lagarde et Balladur, à qui le tour ?

Mafia UMP : Claude Guéant a touché 10 000 euros de primes par mois de 2002 à 2004

Après l’affaire Tapie, voilà une nouvelle affaire qui prouve que Sarkozy et sa bande sont des gredins. Selon une enquête de l’inspection générale de la police nationale (IGPN) et de l’inspection générale de l’administration (IGAS), Claude Guéant, alors directeur de Cabinet du ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, aurait touché, entre mai 2002 et l’été 2004, quelque 10 000 euros par mois prélevés sur les frais d’enquête et de surveillance de la police.

Ça s’appelle du détournement de fonds publics.