Archives par mot-clé : manipulation

Comment François Hollande est intervenu dans les affaires judiciaires (Rediff)

Première publication: le 26/10/2015

C’est une enquête inédite sur l’affrontement que se livrent François Hollande etNicolas Sarkozy qui sera diffusée ce soir sur Canal+ dans l’émission Spécial Investigation. Une plongée dans les coulisses les moins reluisantes de l’Élysée, devenu le théâtre d’une guerre de l’ombre entre les futurs rivaux de la présidentielle de 2017. « Car depuis 2012, ils n’ont jamais cessé de penser à la revanche », rappelle le documentaire.

Au coeur de ce combat, les affaires judiciaires qui menacent Nicolas Sarkozy. Bien sûr, François Hollande, en campagne, jurait que « nul ne devait intervenir dans les affaires de justice, encore moins au sommet de l’État ». Mais ça, c’était avant que l’affaire Cahuzac n’éclabousse la gauche au pouvoir… L’enquête des deux journalistes montre comment, pris de panique, l’entourage du président a tenté d’allumer un contre-feu en facilitant le travail des juges qui enquêtent sur l’affaire Tapie. Le témoignage du chef de la cybersécurité de l’Élysée, remercié en mai 2013, se révèle accablant pour l’équipe Hollande. Face caméra, Bernard Muenkel raconte comment le colonel Bio-Farina, chargé de la sécurité du Château, lui a demandé de fouiller dans les archives informatiques du cabinet Sarkozy, en toute illégalité. Le militaire veut des informations sur des personnes bien précises. Il lui fournit une liste, sur laquelle les noms de Bernard Tapie, Christine Lagarde, Claude Guéant et une dizaine d’autres sont surlignés… L’informaticien raconte comment, face à son refus, le militaire a lui-même pris – illégalement toujours – l’initiative de fouiller le « fichier des loges », qui recense toutes les entrées et sorties du Château. C’est ainsi que le gendarme a découvert que Bernard Tapie avait rendu visite à Nicolas Sarkozy à 12 reprises. Une information qui a relancé les investigations de la justice, et qui a opportunément « fuité » dans la presse…

L’Élysée, nid d’espions

Continuer la lecture de Comment François Hollande est intervenu dans les affaires judiciaires (Rediff)

Quand Anne Hidalgo pose avec Mickey… et recadre la photo

Quand on vous dit que les socialistes sont des censeurs et des manipulateurs dans l’âme…

La maire de Paris a provoqué une vague d’indignation sur Twitter après avoir retiré d’une photo Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France.

Anne Hidalgo a le sens du montage. C’est le constat des internautes qui ont réagi ce samedi à une photo postée sur Twitter par la maire de Paris. Pour tourner en dérision une déclaration de Donald Trump qui affirmait vendredi que son « ami Jim » avait peur de se rendre dans la Ville lumière, Anne Hidalgo a posté une photo aux côtés de Minnie, Mickey et de Catherine Powell, présidente du groupe Euro Disney, à l’occasion des 25 ans du parc d’attractions parisien.

« À Donald et son ami Jim, depuis la tour Eiffel », a-t-elle écrit. Seulement, une cinquième personne figure sur cette image recadrée : Valérie Pécresse, présidente LR de la région Île-de-France. […]

Le Point

En meeting, Marine Le Pen s’attaque aux médias, « les petits fayots du système »

Les médias ne sont pas un contre-pouvoir démocratique mais un pouvoir contre démocratique. Il n’y a pas de diversité d’opinions au sein des différents canaux médiatiques mais une démultiplication de la pensée unique.

MLP : « Le véritable contre-pouvoir ce n’est plus la presse. C’est Internet, les réseaux sociaux, c’est vous »

Voir: Médias français : qui possède quoi

I-MEDIA: CLINTON TRUMP LES MÉDIAS VOUS TROMPENT

01:34 Election présidentielle américaine : Clinton, Trump, les médias vous trompent !

Clinton, Trump le débat télévisé pour la présidentielle américaine. Pour les médias américains et français, aucune hésitation : Clinton « a détruit Donald Trump ». Une affirmation à chaud qui se révèle être fausse. Les nombreux votes internet semblent prouver que pour les citoyens américains, Trump n’a pas été battu pendant le débat.
Décryptage dans I-Média

12:21 Le Zapping d’I-Média
Canal plus dans sa tour d’ivoire : La Nouvelle Edition se penche sur les « mini Calais en France ». Sur le terrain, les Français ne s’en laissent pas compter et contestent avec de solides arguments les autorités préfectorales venues leur imposer la politique gouvernementale.
A Valffleury, dans le département de la Loire, 55 hommes imposés par la préfecture auraient abandonné leur famille. Pour Jean Yves Le Gallou, ces « migrants » ne sont donc pas des « réfugiés » mais des clandestins voire des envahisseurs.
Le Journal La Croix envoie une revue à ses 74 000 abonnés. Pour Jean Yves Le Gallou, cet envoi est un tract anti Front-National et représente une fraude à l’élection présidentielle.

23:14 Le gouvernement veut avorter la liberté de penser.

Continuer la lecture de I-MEDIA: CLINTON TRUMP LES MÉDIAS VOUS TROMPENT

VILLENEUVE-LOUBET : L’HISTOIRE DE L’AUSTRALIENNE EN BURKINI CHASSÉE D’UNE PLAGE ÉTAIT BIDONNÉE

Bravo à LCI de reconnaitre s’être fait gruger. Pour les autres ils fait comme si tout était vrai, et vous ont une nouvelle fois manipulé.
Comme souvent ce sont les sites de la réinformation qui ont révélé la supercherie.


C’est l’histoire d’une Australienne, qui portait un burkini sur une plage de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes), et qui affirmait avoir été chassée par d’autres plagistes. En fait, la scène a été montée de toute pièce par une télévision australienne. Plusieurs médias français, dont LCI, sont tombés dans le piège.

Elle voulait montrer sa solidarité avec les musulmanes françaises. Une Australienne, qui portait un burkini sur une plage de Villeneuve-Loubet – dont le Conseil d’Etat a récemment suspendu l’arrêté contre le port de ce vêtement – affirme avoir été contrainte de déguerpir. Des faits que la mairie conteste, invoquant l’attitude provocatrice de la jeune femme.


En fait, ce simulacre servait juste aux interêts de la chaîne de télévision australienne Channel Seven pour son émission Sunday Night. A l’arrivée, un « soi-disant » reportage, intitulé « Une menace voilée ».

Dans cette vidéo, Zeynab Alshelh, étudiante en médecine de 23 ans, raconte que son voyage récent en Europe Continuer la lecture de VILLENEUVE-LOUBET : L’HISTOIRE DE L’AUSTRALIENNE EN BURKINI CHASSÉE D’UNE PLAGE ÉTAIT BIDONNÉE

Le reportage de propagande pro-niqab de France Info TV était il prémédité? ( Pire dérives du journalsime)

Le 20 Septembre
(…) 3 minutes d’échange et de compréhension mutuelle. Trop beau pour être vrai ? C’est ce que pensent certains, qui dénoncent une vidéo mise en scène. C’est notamment le cas de Françoise Laborde, membre du Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes, qui s’est longuement épanchée sur Facebook :

« Ce reportage […] résume les pires dérives du journalisme : l’info spectacle, la manipulation de la vérité, la fabrication de toutes pièces d’une histoire qui n’existerait pas sans le journaliste. Ce genre de reportage emprunte aux codes de la télé-réalité pour la fabriquer artificiellement« , écrit-elle.

« Qu’a à voir le journalisme avec ça ? Qu’est-ce que c’est que cette nouvelle façon de fabriquer l’information ? […] Les journalistes ont-ils oublié toute mesure et tout esprit critique ? Qu’est-ce que c’est que ces journalistes qui se prennent au mieux pour des animateurs sociaux-culturels au pire pour des militants de la burqa ?« , ajoute-t-elle.

Visiblement remontée, elle parle encore sur Twitter de « journalisme de connivence et de sensationnalisme » et dit à la JRI (journaliste reporter d’images) du reportage : « Vous devez aiguiser votre sens critique pas votre angélisme.«

Françoise Laborde n’est pas la seule à avoir vu rouge. Outre plusieurs internautes, Continuer la lecture de Le reportage de propagande pro-niqab de France Info TV était il prémédité? ( Pire dérives du journalsime)

Manipulations et subventions : Quand Jean-Michel Baylet règle ses comptes avec « Jazz In Marciac ».

La presse nationale salue la 39eme édition de « Jazz In Marciac ». Le Monde, Le Parisien,L’Express, Challenges évoquent une programmation exceptionnelle et un vrai succès. En revanche le quotidien de Jean-Michel Baylet fait dans le « couac » et parle d’une première semaine creuse. `Le décalage est troublant.

Problème de goûts musicaux ? Pas du tout. Ce n’est pas une affaire d’oreille mais debusiness et de protocole. Le mauvais traitement de la Dépêche du Midi est lié à une fibre culturelle particulière. Une fibre culturelle version familiale : le sens du clan et un « crime de lèse majesté » envers l’héritier Baylet mais aussi la fin d’un partenariat commercial entre l’entreprise Baylet et « Jazz In Marciac ».

Festival Jazz In Marcia. Photo MaxPPP

Festival Jazz In Marcia. Photo MaxPPP

« Le plus beau festival de jazz du monde ». « Jazz In Marciac : Ahmad Jamal, un monument du jazz enflamme le public». Le journal Le Monde, le quotidien Le Parisien, l’hebdomadaire L’Express, le journal Lacroix et le titre économique Challenges ne tarissent pas d’éloges sur le festival gersois. Belle affiche et affluence. Problème, la Dépêche du Midi décrit un tout autre tableau. Dans un article publié dans l’édition « Grand Sud » du 6 août, le quotidien de la famille Baylet pointe une mauvaise ambiance et une grogne des commerçants. Entre la réalité des faits et la présentation faite par le quotidien de Jean-Michel Baylet, il existe un gouffre.

La patronne de la Maison de la Presse de Marciac, Véronique Berné, relativise la mauvaise humeur des commerçants : « ce sont quelques commerçants et très peu. Je peux montrer mes tickets de caisse. Il y a une très bonne fréquentation journalière ». Un restaurateur est sur la même ligne : « Je n’ai rien à dire. Je suis très content. On travaille bien. J’ai le nez dans le guidon et on bosse. Je n’ai pas entendu parlé d’un mécontentement ».

Selon nos informations, il y a bien des grincements de dents du côté de certains commerçants. Mais il est surtout lié au tarif de location des emplacements et, s’agissant de la grogne mise en avant par la Dépêche du Midi, elle est circonscrite à quelques personnes. L’autre clou planté dans la chaussure de « Jazz In Marciac », à savoir la fréquentation et la qualité de l’affiche, est également « tordu ».

Plusieurs journalistes couvrant le Festival démentent catégoriquement le « flop » décrit par le quotidien de Jean-Michel Baylet. Erwan Benezet suit pour Le Parisien, les concerts. Ce n’est pas sa première édition de « Jazz In Marciac ». Il déclare : « La salle est remplie tous les soirs. C’est le même succès qu’en 2015 et même plus haut ». L’envoyé spécial du magazine Challenges, Thierry Fabre dresse le même bilan de la première semaine du Festival : « Autant l’an dernier on aurait pu espérer de meilleures fréquentations pour certaines soirées autant cette année le chapiteau est quasiment plein tous les soirs. Il faut dire que c’est vraiment une belle affiche. D’un point de vue artistique, c’est meilleur que l’an dernier ».

Visiblement, les journalistes de la presse nationale n’assistent pas au même festival que leur confrère de la Dépêche du Midi. En fait, c’est normal car les envoyés spéciaux du Parisien et de Challenges n’ont pas comme patron le fils de Jean-Michel Baylet.

Le ministre n’a pas du tout apprécié l’affront subi par son successeur de fils lors de la précédente saison de « Jazz In Marciac ». Le 25 juillet 2015, Manuel Valls assiste au festival gersois. Jean-Nicolas Baylet est présent mais « relégué » en dehors des premières places. Colère volcanique de Jean-Michel Baylet.

Continuer la lecture de Manipulations et subventions : Quand Jean-Michel Baylet règle ses comptes avec « Jazz In Marciac ».

Média complices: Élections départementales, quand les média paniquent.

« Plus une organisation est grande et autoritaire, plus les chances sont grandes que ses hauts dirigeants évoluent dans des mondes purement imaginaires », remarquait l’économiste américain Kenneth E. Boulding (1910-1993). Cette règle se vérifie en ce qui concerne l’État et c’est un lieu commun que de constater combien le pouvoir éloigne de la réalité ceux qui l’exercent. La nouveauté, c’est que cet enfermement dans un monde imaginaire s’applique désormais à la plupart des grands médias dont la grille de lecture n’arrive plus à rendre compte de l’évolution du pays. Le résultat, c’est l’incompréhension et la panique, mais aussi la surenchère dans la violence, laquelle nait, comme on le sait, de l’impuissance des mots à nommer la réalité.

CAaUjKTWQAEhigq

Vers un nouveau bouleversement politique ?

Depuis décembre dernier, une batterie de sondages donne régulièrement le Front national gagnant des élections à venir, dans des proportions que ce parti n’a jamais connues. Le dernier en date, effectué par Odoxa pour RTL le 9 mars place le parti de Marine Le Pen à 31% des votes au premier tour, devant l’UMP/UDI (29%) et le PS (20%). Après la victoire des élections européennes, le franchissement de la barre des 30% au premier tour par le Front national serait un nouveau bouleversement politique susceptible de remettre en cause le bipartisme de fait sur lequel repose la vie politique française depuis plusieurs décennies. Les états-majors des deux grands partis menacés ont donc élaboré des stratégies pour tenter de limiter la casse : affirmation d’une alliance électorale objective du PS et du FN pour l’UMP. Dramatisation à outrance sur le mode de « la République en danger » pour le gouvernement socialiste. Manuel Valls a ainsi sorti l’artillerie lourde en affirmant craindre que la France ne vienne se « fracasser » contre le Front national, en revendiquant la « stigmatisation » de Marine Le Pen et en appelant « les élites intellectuelles et culturelles » à s’engager plus avant dans ce qu’il considère désormais comme un combat de civilisation et non plus seulement un combat politique. Le lyrisme du Premier Ministre a ceci de paradoxal que s’il a pour but de sidérer l’électorat de gauche pour le conduire aux urnes, il risque dans le même temps d’encourager davantage encore au vote FN tant il est vrai que c’est précisément contre ces élites intellectuelles et culturelles qu’une partie grandissante des Français se révolte, notamment par le biais du vote pour un parti encore largement perçu comme « anti-élites ».

Comment lutter contre le Front national ?

Les médias dominants prennent évidemment leur part dans cette tentative désespérée de contenir ce qu’ils perçoivent dans leur immense majorité comme une « menace » à laquelle leur conscience citoyenne leur intime l’ordre de lutter de toutes leurs forces, en contradiction parfois avec leur statut de journalistes censé leur conférer sinon l’objectivité, du moins une certaine neutralité. Mais comment lutter contre le Front National ? Depuis de nombreuses années, cette question hante les rédactions mais aucun consensus ne s’est jamais dégagé. Pour certains journalistes, il faut inviter les dirigeants du parti sur les plateaux pour démonter leurs arguments ; pour d’autres il faut au contraire ne pas les inviter pour ne pas leur offrir de tribune. Certains estiment qu’il faut continuer à « diaboliser » Marine Le Pen quand d’autres affirment à l’inverse qu’il faut la traiter comme les autres hommes et femmes politiques pour lui ôter cette odeur de soufre qui attirerait précisément les mécontents. Aucun pour dire qu’il faudrait peut-être simplement se limiter à informer sur Marine Le Pen et le Front national de la même façon qu’il faut informer sur les autres dirigeants et partis politiques. C’est donc un joyeux bouillonnement intellectuel et stratégique, dont la réflexion proprement journalistique est souvent très éloignée, qui occupe les rédactions autour de cette question, avec cette petite précision utile : aucune de ces stratégies n’a jamais fonctionné. Le FN grimpe inexorablement.

Impuissance des journalistes

On pourrait attendre des élites intellectuelles et culturelles, dont les journalistes font partie, qu’elles se posent enfin la question du pourquoi et non seulement celle du comment. Pourquoi leurs stratégies ne marchent pas ? Pourquoi le FN grimpe inexorablement ? Pourquoi son programme séduit-il de plus en plus de Français ? Certains intellectuels le font : Michel Onfray, Christophe Guilluy ou Jean-Claude Michéa, pour ne citer que ceux d’entre les plus connus qui sont marqués à gauche, et il est intéressant de remarquer au passage qu’aucun d’entre eux n’est rattaché à une institution.

Une hypothèse serait d’avancer que les institutions, y compris les grands groupes de presse, ont tellement partie liée avec l’ordre économique et social actuel qu’ils sont incapables non seulement de le remettre en cause mais de voir combien cet ordre, s’il profite à une minorité, nuit de plus en plus à la majorité qui le rejette ainsi logiquement de plus en plus violemment. Le travail d’analyse qui consisterait à mettre à jour ce que cet ordre a de punitif et d’injuste est ici rendu compliqué, voire impossible, par l’intérêt personnel que tirent la plupart des journalistes de cet ordre. Le remettre en cause consisterait pour certains journalistes à scier la branche sur laquelle ils sont assis et il ne leur reste alors plus qu’à se convaincre, à défaut de convaincre leurs lecteurs, que les électeurs du FN sont au mieux manipulés par « des semeurs de haine » (que l’on est donc moralement autorisé à « stigmatiser »), au pire des salauds. De la concurrence sauvage à laquelle sont soumises les petites PME provinciales depuis la fin des frontières à l’immigration incontrôlée qui déstabilise les modes de vie en passant par les bandes d’Albanais et autres balkaniques qui mettent une partie du pays en coupe réglée au point de donner naissance à des milices privées, on ne dira pas un mot si ce n’est pour se moquer des « fantasmes » d’une population tentée par le « repli sur soi », comme Le Petit Journal s’en est fait une spécialité.

Un aveuglement touchant

Les stratégies politiques des médias pour endiguer le Front National ont toutes échoué ? Appliquons-les quand même. Telle est aujourd’hui la tragique impuissance des médias dominants qui à mesure que l’échéance électorale approche ressortent leurs lance-pierres et leurs sarbacanes face aux panzers de Marine Le Pen qui sont eux portés par une situation objective, c’est-à-dire par une forme de fatalité tant que cet ordre demeurera ce qu’il est. Le journalisme n’est souvent pas très loin de la communication et peut-être ceci explique-t-il cette foi naïve dans les slogans et dans la tentative de culpabilisation morale face à des gens réels vivant des situations réelles et désireux de changer cette réalité dont ils sont les victimes.

Face à l’ouvrier licencié d’une entreprise de construction, qui pour survivre à la compétition est obligée d’avoir recours à une main d’œuvre intérimaire polonaise, les médias affirment que le parti pour lequel il s’apprête à voter n’est pas républicain. Face au paysan à qui des gangs de Roumains volent essence, tracteurs, vaches et chevaux, on brandit les années 1930. Face à la mère de famille dont le cours de piscine de sa Continuer la lecture de Média complices: Élections départementales, quand les média paniquent.

Propagande et Manipulation: Dans Plus belle la vie Kevin va tomber amoureux de Fatiha, ado voilée victime d’islamophobie

Les gens qui suivent cette série subissent une propagande d’État effroyable. Beaucoup pensent que Plus Belle la Vie s’inspire du réel. C’est faux. Si c’était le cas, les scénaristes auraient mis en scène l’antisémitisme et la francophobie d’un grand nombre de musulmans, la folie communautariste des juifs, et la souffrance qu’éprouvent les français de souche face à la destruction de la civilisation dont ils sont les héritiers.
Or il n’en est rien. Plus belle la vie est l’inverse du réel. Cette série impose les dogmes de l’époque auquel doivent se soumettre le français les plus récalcitrants.

Jamais dans l’histoire de ce pays nous avons eu des programmes audiovisuels aussi politiquement orienté et clairement propagandistes.
Il serait temps d’ouvrir les yeux.


 

Une fois encore, le feuilleton de France 3 s’inspire de l’actualité. Mercredi 25, Kevin va tomber amoureux de Fatiha, une ado qui porte le voile. De quoi nourrir le débat autour de la question des pratiques religieuses et du radicalisme.

Cette intrigue sera traitée sur le ton « de la comédie et de la bienveillance », prévient Christine Coutin, conseillère des programmes de France 3. Pour évoquer la question des préjugés liés à la religion, Plus belle la vie introduit, à partir de cette semaine, le personnage de Fatiha, incarné par la comédienne Nadia Zeddam.

Cette lycéenne d’origine kurde porte le voile en dehors du lycée et du Mistral. Et c’est parce qu’elle arbore ce signe distinctif religieux que Fatiha va être agressée. Fort heureusement, Kevin Belesta (Théo Bertrand) volera au secours de la jeune fille. « Il va avoir un coup de foudre pour elle, et une histoire d’amour à la Roméo et Juliette va naître entre eux », révèle Christine Coutin.

Les événements de janvier dernier ont-ils inspiré les auteurs du feuilleton ? La réponse est non. « Nous avons imaginé cette intrigue, il y a au moins six mois, explique la conseillère des programmes. Mais le thème était déjà dans l’air du temps. » En 2007, était apparu le personnage de Djamila, la cousine de Samia et Malik, une étudiante algérienne voilée. Un personnage qui avait soulevé le débat entre les héros de Plus belle la vie.

Cette fois, le feuilleton va plus loin. À travers cette romance entre Kevin et Fatiha, sera aussi abordé le départ en Syrie de jeunes Français convertis. La mère de Kevin, Laetitia, pensera que son fils va basculer dans le radicalisme. Réalité ou fantasme ? À suivre…

Télé Star

Propagande et manipulation des masses: « Meilleur apprenti de France » : Prix décerné à un clandestin pour la 4ème fois en 5 ans

Réaction de Philippot

Article de Fdesouche

2015 : Armando Curri , meilleur apprenti de France… et sans-papiers

Auréolé du titre de Meilleur Apprenti de France dans la filière bois, un jeune Albanais de 19 ans, scolarisé dans un lycée du Coteau, ne pourra pas recevoir sa médaille d’or mercredi dans les salons feutrés du Sénat.FDS

2013 : Gurmit Singh, meilleur apprenti de France… et sans-papiers

Gurmit Singh, un jeune Indien travaillant en France, vient d’obtenir la médaille d’or du Meilleur apprenti de France. Sans-papiers, il risque pourtant l’expulsion même s’il a réuni toutes les conditions pour être régularisé. RMC

2012 : Meilleure apprentie de France et sans papiers

Pour la deuxième année consécutive le concours des meilleurs apprentis de France a distingué une jeune femme d’origine rom, Cristina Dumitru, qui vit en France sans papiers depuis plus de six ans. Le Monde

2011 : Cette meilleure apprentie de France est sans papiers

Elle a deux médailles d’or au ruban tricolore, une médaille d’argent, est bardée de diplômes, a été qualifiée de « génération montante » par Gérard Larcher, alors président du Sénat… Mais toutes les dorures de la République n’empêchent pas Linda de se retrouver à tout moment sous le coup d’une obligation de quitter le territoire. Une inquiétude ravivée par une procédure de justice. Mardi, le tribunal de Juvisy devait statuer sur l’expulsion du camp rom dit de l’ex-gendarmerie de Viry, où Linda a vécu jusqu’à début septembre […] Le Parisien

Dictature médiatique/ TF1 : 50% du temps de parole pour le PS, 7% pour le FN

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a adressé aujourd’hui une sévère mise en garde à plusieurs médias audiovisuels français en raison du déséquilibre des temps de parole entre les partis politiques durant la campagne des élections européennes.

les_nouveaux_chiens_de_garde« A deux jours de la fin de la campagne, le Conseil souligne l’extrême urgence pour les radios et télévisions de respecter le principe d’équité, en remédiant sans délai aux déséquilibres constatés », dit le communiqué du CSA. Le CSA souligne que certains partis ou groupements politiques n’ont « pas encore bénéficié d’un accès à certaines antennes ». Il dit avoir « fermement » mis en garde « ferme » TF1, RMC Découverte et RTL, et avoir également alerté France Info et France Bleu.

Selon les relevés du CSA sur la période du 14 avril au 16 mai, TF1 a accordé 49,80% du temps de parole au Parti socialiste, 32,81% à l’UMP. Cinq autres formations se partagent le reste, dont le Front national (6,78%) et 12 n’ont eu aucun temps de parole. […]

Le Figaro

Média-complices : Melenchon explique comment il a copié Dray pour attirer l’attention (vidéo)

Pour des raisons de stratégie politicienne Mélenchon a voulu se faire passer pour un paria du système. Alors il a adopté un comportement de grosse gueule. Mais Mélenchon est tout sauf un dissident. Il est même le parfait exemple de ce que peut produire le système.
Plus jeune sénateur de la 5ème république ( fonction qu’il a occupé pendant presque 30 ans…), il a été ministre, et a mouillé dans toutes les combines du PS. Il a reçu une éducation d’extrème gauche dans les organisations les plus violentes, totalitaires et sectaire du trotskysme. Contrairement aux apparences, le petit père sans peuple fréquente l’ensemble de la classe médiatique. Ses coups de gueules font partis du scénario. Mais souvent jean-luc surjoue, ça se voit et son petit théâtre ne trompe plus personne.

94371010

Dans cette vidéo on le voit notamment plaisanter avec Patrick Cohen après s’être faussement énervé contre lui à l’antenne de France Inter. Ils rient ensemble en compagnie du journaliste socialo-bobo Thomas Legrand et du chroniqueur économique Bernard Maris, Keynésio-gauchiste qui sévit dans les pages du journal Charlie Hebdo financé par BHL et dont l’ancien rédacteur en chef était Philippe Val, aujourd’hui responsable des programmes de… France Inter. Ça se passe comme ça dans les média de la gauche bien-pensante : on fait semblant de s’engueuler, on fait croire qu’on ne se connait pas; et en coulisse, une fois la pièce terminée, on enlève le masque, on partage de bonnes blagues en se tapant sur l’épaule comme à la fin d’une réunion du politburo.

On vous l’a toujours dit : Mélenchon est un manipulateur. Il tient le rôle du clown dans le grand cirque médiatique. Il n’y a pas une once de vérité dans ce qu’il dit. Comme il l’avoue dans cette vidéo, ses coups de gueule font partie d’une stratégie médiatique qui pourrait se résumer en quelques mots : faire de l’esbroufe.

Les manipulations de la courbe du chômage, pour au final 7 millions de chômeurs (vidéo)

Quand la catégorie A recule c’est que les autres augmentent. Il suffit d’une heure de travail dans la semaine pour sortir de cette catégorie. Les politiques se félicitent donc de la baisse de la catégorie A quand les travaux saisonniers et les vendanges sont là… évidement ils ne communiquent que sur la catégorie A; et les journalistes travaillent sur une synthèse que leur procure le gouvernement. Pris par le temps, personne n’est capable d’analyser ces chiffres… c’est des bourrins qui ne savent pas travailler. Seul à leurs yeux comptent les dépêches des agences de l’AFP… or quand on prend du recul et que l’ on fait le compte de toutes les catégories… on dépasse largement les 11% de chômeurs en France.

En bref les politique de l’UMPS se foutent de votre gueule….. regardez c’est effrayant.