Archives par mot-clé : manuel scolaire d’histoire

« L’histoire fabriquée ? Ce qu’on ne vous a pas dit à l’école… » (RMC+France inter)

France Inter le 5/7 de Laurence Garcia 15/9/2012

RMC les GG 30/8/2012

Vincent Badré, professeur d’histoire-géographie, qui publie « L’histoire fabriquée ? Ce qu’on ne vous a pas dit à l’école… » (Ed. du Rocher).

Foch, Joffre ou encore… Pétain. Ces noms, vous les connaissez. Vos enfants peut-être pas. Et pour cause : ils n’apparaissent pas dans leurs manuels ! Les nouvelles éditions des livres d’histoire pour troisième et terminale sont aujourd’hui au centre de la polémique.
Orientation des programmes d’histoire : qu’est-ce qui cloche ?

voir le blog consacré au livre

 

Quatre manuels de cinquième sur six affirment en effet que le statut de dhimmi (protégé de l’islam) est une marque de “tolérance” (les références sont dans le livre L’histoire fabriquée?). L’ancien cours de CM1 proposé par le site “académie en ligne” affirmait explicitement que l’islam “doit son succès à sa tolérance”. Ce cours a été modifié depuis

Dans les huit manuels d’histoire de première publiés en 2011, Bécassine est le seul exemple d’engagement volontaire dans le premier conflit mondial. Les nombreux autres témoignages de soldats qui se trouvent dans ces livres parlent de leurs souffrances, mais pas de leurs raisons de se battre.

Foch, Joffre, Pétain : Les manuels d’histoire oublient les héros de 14-18

Mais où sont passés les héros de la Grande Guerre ? Pas de trace de Foch, Joffre, voire du rôle du maréchal Pétain, vainqueur de Verdun, dans les nouveaux manuels d’histoire de troisième… En revanche, plusieurs d’entre eux développent sur deux pages pleines le génocide arménien de 1917, l’œuvre du peintre expressionniste allemand Otto Dix ou encore la bataille de Verdun, mais sans citer le maréchal Pétain.

Des choix éditoriaux qui ne sont pas du goût d’Hubert Tison, secrétaire général de l’Association des professeurs d’histoire-géographie. «Dans plusieurs manuels, Philippe Pétain n’apparaît que dans le chapitre sur la Seconde Guerre mondiale. Comment comprendre son arrivée au pouvoir sans avoir évoqué le héros de la Première Guerre mondiale ?», lance-t-il. Il y a mieux: chez Hachette, aucun général français n’est cité mais dans le chapitre sur Verdun, c’est celui du général allemand von Falkenhayn qui seul apparaît. Un choix surprenant… Chez Belin, l’armistice de Rethondes est signalé, quand à apprendre que c’est le maréchal Foch qui l’a signé… […]

Le Figaro