Archives par mot-clé : Manuel valls

Présidentielle : Valls officialise son soutien à Macron

C’était attendu depuis plusieurs semaines, ce mercredi matin l’ancien Premier ministre a annoncé qu’il soutenait Emmanuel Macron. Et ce malgré son engagement lors de la primaire socialiste à soutenir le vainqueur.

Cette fois c’est fait. Il y a 15 jours, le Parisien-Aujourd’hui annonçait que Manuel Valls appellerait à voter Emmanuel Macron dès le premier tour. Et ce matin sur BFMTV-RMC, l’ancien Premier ministre a officialisé son soutien. «Non», a-t-il répondu, il ne votera pas pour Benoît Hamon. «Je voterai pour Emmanuel Macron», a-t-il assur

«Je ne veux prendre aucun risque pour la République», a justifié Manuel Valls mettant en avant «le danger du populisme, de l’extrême droite, du Front national». Il assure que ce soutien «n’est pas un ralliement» mais «une prise de position responsable».

« L’intérêt du pays va au delà des règles»

Continuer la lecture de Présidentielle : Valls officialise son soutien à Macron

Un livre accuse François Hollande de basses manœuvres pour détruire ses adversaires politiques

François Hollande est-il pour quelque chose dans la déconfiture de certains de ses adversaires politiques ? C’est ce que suggère un livre à paraître,Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat (éd. Robert Laffont), des journalistes d’investigation au Canard enchaîné Olivier Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé (déjà auteurs de L’Espion du président en 2012). Que contient cet ouvrage ?

“Difficile de ne pas voir la patte de Hollande”

 D’après les bonnes feuilles publiées par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, il décrit un vaste système de surveillance de ses adversaires mis en place par François Hollande depuis son arrivée à l’Élysée. Ce “cabinet noir” aurait eu pour objectif de discréditer les concurrents du président à l’élection présidentielle, en particulier Nicolas Sarkozy et  Manuel Valls, son propre Premier ministre. Les auteurs écrivent ainsi, de manière éloquente, à propos des “affaires” et révélations sur la vie privée des candidats :

“Derrière ces ennuis à répétition qui ciblent les principaux rivaux du président sortant, difficile de ne pas voir la patte de Hollande”.

Ainsi certaines fuites d’informations dans la presse sur la vie privée de certains responsables politiques à des fins malveillantes ne seraient pas étrangères au président de la République. Continuer la lecture de Un livre accuse François Hollande de basses manœuvres pour détruire ses adversaires politiques

Avant de partir Valls signe un decret plaçant la cour de cassation sous le contrôle direct du 1er ministre (Rediff)

Première diffusion 7 décembre 2016

Communiqué de presse de Marine Le Pen

Le décret portant création de l’inspection générale de la justice prévoit qu’à partir du 1er janvier 2017, cette inspection générale, soumise à l’autorité du garde des Sceaux, pourra désormais contrôler la Cour de cassation ce qui ne s’était jamais fait dans l’histoire de la république.

Il s’agit d’une tentative étonnante du garde des sceaux pour contrôler la Cour de Cassation. Cette tentative est certainement vouée à l’échec, étant donné la tradition d’indépendance de cette juridiction. Continuer la lecture de Avant de partir Valls signe un decret plaçant la cour de cassation sous le contrôle direct du 1er ministre (Rediff)

Hamon ou le crépuscule de la gauche républicaine ?

Ça fait belle lurette que la gauche n’est plus républicaine… ils ont même un problème avec la démocratie.


Arrivé deuxième au premier tour, Manuel Valls n’a pas réussi à percer lors de la primaire de la gauche. Laurent Bouvet estime que la gauche républicaine risque d’être écartée du jeu politique au profit d’un renforcement de la ligne Terra Nova.

FIGAROVOX. – Dans un entretien à FigaroVox le 6 juin 2015, vous prophétisiez la mort du parti d’Epinay. Le premier tour de la primaire confirme-t-il cette hypothèse pessimiste?

Laurent BOUVET. – On arrive, à l’occasion de l’élection présidentielle et des législatives de 2017, au bout d’un processus de lente décomposition du PS sous sa forme «Epinay», c’est-à-dire depuis sa refondation en 1971 sous la houlette de François Mitterrand. L’élément principal de cette décomposition étant que les conditions de victoire électorale (au niveau local ou au niveau national selon l’époque) qui tenaient ensemble les différentes composantes idéologiques du PS (en gros une aile droite sociale-libérale et une aile gauche sociale-étatiste) depuis des décennies ne sont plus présentes, ne sont plus même possibles aujourd’hui.

Pour plusieurs raisons. D’abord le fait que l’exercice du pouvoir a révélé au grand jour, en raison des choix à faire et au regard de l’ambiguïté de la promesse hollandaise en 2012, et comme l’a bien souligné Manuel Valls lorsqu’il était Premier ministre, qu’il y avait deux gauches irréconciliables, tant sur le plan économique et social qu’en termes de «valeurs», d’identité culturelle ou à propos de la laïcité. Ensuite parce que ces deux composantes du PS sont
débordées dans cette campagne électorale, de l’extérieur, par des offres politiques plus attractives que celles qu’elles proposent, autour des candidatures de Jean-Luc Mélenchon et d’Emmanuel Macron. C’est-à-dire que pour la première fois, le PS n’est plus au centre du jeu, qu’il n’est plus non seulement le parti hégémonique à gauche mais encore qu’il n’est plus le lieu vers lequel les regards se tournent afin de permettre à la gauche d’accéder à nouveau au pouvoir. Enfin, on arrive aussi au moment d’un épuisement de la forme-parti telle qu’incarnée par le PS avec ses structures totalement sclérosées, son nombre restreint d’adhérents et de cadres dont le principal souci est la candidature à l’élection ou la préservation de leur siège.

On est donc, bien plus qu’en 1993 ou en 2002, à un véritable moment de rupture par rapport au PS que l’on a connu jusqu’ici. Sur quoi est-ce que cela peut déboucher, sous quelle forme… Il est trop tôt pour le dire, surtout avant les élections.

Le score décevant de Manuel Valls semble indiquer que la gauche républicaine est de plus en plus minoritaire au sein du PS…

Continuer la lecture de Hamon ou le crépuscule de la gauche républicaine ?

Primaire à gauche: Pour Malek Boutih, «Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste»

Ils sont en train de se torpiller entre eux en révélant au grand jour leur penchants communautaires respectifs. Ça va devenir sanglant.


La tension monte encore d’un cran. Manuel Valls a fustigé la position de Benoît Hamon sur la laïcité mardi, à la veille du dernier débat de la primaire à gauche. L’ancien Premier ministre a accusé son adversaire d’« ambiguïtés », et dénoncé les « risques d’accommodements » du député des Yvelines sur ces sujets. Contacté par 20 Minutes, Malek Boutih, député de l’Essonne, et soutien de Manuel Valls, tire à boulets rouges sur Benoît Hamon.

Benoît Hamon est-il « ambigu » sur les questions de laïcité ?

Ceux qui défendent la laïcité ont toujours un propos clair. Benoît Hamon, comme tous les Tartuffe, cultive une ambiguïté. C’est un peu, « cachez ce voile que je ne saurais voir ». Sa théorie est claire : il est normal qu’il y ait du communautarisme car les musulmans sont maltraités. Il justifie des comportements sexistes, mais aussi une montée de la radicalité.

Ces accusations rejoignent celles que faisait Manuel Valls contre l’« islamo-gauchisme », visant Clémentine Autain…

 

Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste et fait un appel du pied électoral. C’est une stratégie d’attrape-tout. Pour obtenir un vote, tout est valable. C’est le pire des discours possibles, un discours de faiblesse. Autour de lui, il y a un certain nombre de gens, comme Pascal Cherki [porte-parole de Benoît Hamon], qui vont encore plus loin et ont soutenu par exemple une réunion qui était interdite aux blancs.

 

Benoît Hamon a réagi ce matin, en estimant qu’il s’agissait d’accusations « graves »…

Continuer la lecture de Primaire à gauche: Pour Malek Boutih, «Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste»

Eric Zemmour : « Hamon et Valls, c’est un peu Corbyn et Blair »

Après que le premier tour de la primaire de la gauche a désigné ses finalistes, Manuel Valls et Benoît Hamon, Eric Zemmour y a vu ce matin sur RTL une correspondance avec le Parti travailliste britannique : « Do you speak english ? Le Parti socialiste parle anglais mais ne le sait pas, ne veut pas le savoir. Il croit être l’héritier du parti d’Épinay, fondé par François Mitterrand en 1971, alors qu’il est devenu une copie du Parti travailliste britannique. »

« Manuel Valls, c’est Tony Blair, poursuit l’éditorialiste, mais il en a honte aujourd’hui, alors qu’il en était si fier naguère. Il imitait son style direct, son obsession de la com, son souci de l’efficacité, son respect de l’ordre, son rejet de la culture de l’excuse, son libéralisme, son culte de l’ouverture au monde, sa modernité, sa proximité décomplexée avec le patronat, son goût de la transgression son mépris des tabous de la gauche. »

« Au début de cette campagne des primaires, se gausse Eric Zemmour, [Valls] a essayé de se travestir en socialiste à l’ancienne, en roi de la synthèse à la Hollande, et le costume lui allait aussi bien que des lunettes roses à un canard. Il l’a compris mais un peu tard. » Continuer la lecture de Eric Zemmour : « Hamon et Valls, c’est un peu Corbyn et Blair »

Philippe Doucet, porte-parole de manuel Valls, visé par une enquête

Il est l’un des huit porte-parole choisis par Manuel Valls pour sa campagne présidentielle. Selon nos confrères du Parisien, de nouveaux éléments accusent Philippe Doucet, député PS du Val-d’Oise et ancien maire d’Argenteuil d’irrégularités dans la gestion de sa ville. Au vu de ces informations, Serge Tournaire, le juge d’instruction en charge de l’affaire Bygmalion, a demandé aux enquêteurs d’« élargir leur champ d’investigation ».

Des failles dans la gestion d’Argenteuil

 

Depuis le début de l’année 2016, ce proche de l’ancien Premier ministre est visé par une enquête sur des failles dans la passation de marchés publics et d’emplois fictifs dans la ville d’Argenteuil. C’est son successeur à la mairie d’Argenteuil, Georges Mothron (LR), qui a Continuer la lecture de Philippe Doucet, porte-parole de manuel Valls, visé par une enquête

Vincent Peillon opposé à la politique de Manuel Valls contre le port de burkini sur les plages

Peillon est un franc maçon cathophobe. Son objectif: Supprimer définitivement de l’identité française toute notion culturelle à la chrétienté.

Rappel:

Vincent Peillon : « La laïcité est une religion »

« on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique »
(2008)

Valls accuse Clémentine Autain (FDG) de «passer des accords» avec les Frères Musulmans

La vidéo a été supprimée. Voir l’article de 20 minutes

France Inter – 15/12/16

Rappel:

CLÉMENTINE AUTAIN (FDG) NUMÉRO 2 SUR LA LISTE PS APPELLE À PARTICIPER À UNE SOIRÉE AVEC L’ISLAMISTE TARIQ RAMADAN.

LA FÉMINISTE MÉLENCHONISTE CLÉMENTINE AUTAIN: « LE BURKINI EST INSTRUMENTALISÉ DANS UNE LOGIQUE DE CHASSE AUX MUSULMANS »