Archives par mot-clé : Médine

Tahafs Bouhafs ( France Insoumise/ Le MediaTV) soutien Médine qui appelle à crucifier les laïcs.

Tahafs Bouhafs est un membre de la France Insoumise qui avait inventé la légende d’un étudiant plongé dans le coma à cause d’un CRS.

On serait curieux de savoir ce qu’en pensent Corbière et mélenchon qui semblent très silencieux sur les paroles pas très « catholiques » des chansons de Médine et sur sa volonté de faire un concert au Bataclan.

Ulysse Rabaté, proche de mélenchon et candidat France Insoumise aux dernières législatives face à manuel Valls, soutient son ami Médine pour son concert au Bataclan.

Ulysse Rabaté et Farida Amrani sont conseillers municipaux d’Evry et ex-candidats de la France insoumise en Essonne.

Caroline Wassermann, avocate des victimes du Bataclan «  »Les familles des victimes ne peuvent pas comprendre que, dans ce même lieu qui a été le théâtre des horreurs islamistes, ce rappeur se produise »

Médine: l’ambassadeur » du site islamiste Havre de Savoir.

Ennasri Nabil, président du Collectif des Musulmans de France (CMF), proche de Tariq Ramadan, écrivait sur Havre de savoir le 28 mars 2012 :

« Pourquoi parle-t-on de Merah comme s’il avait effectivement été le responsable de tous ces meurtres ? Que je sache, la justice n’a pas encore rendu son verdict ? En parlant d’“assassin“, de “monstre“ et de “tueur“, comment les plus hautes autorités de l’Etat peuvent se permettre à ce point de fouler aux pieds la règle élémentaire de la présomption d’innocence ? Parce qu’en l’occurrence le présumé avait tout pour être désigné comme le coupable idéal ?«

Nabila Ennasri est un ancien élève de l’UOIF dans son Institut IESH, son école d’imâms inaugurée par Qaradawi en 1992 . Nous avions parlé de lui en 2009 dans un article. Nous écrivions : « Suite à la relaxe d’un gendarme ayant tué un cambrioleur maghrébin en délit de fuite, le 1er octobre 2009, par la Cour d’assise du Gard, (alors qu’il était encore élève de l’école d’imams de l’UOIF) Nabil Ennasri publiait un texte enflammé sur Oumma.com, premier site musulman de France intitulé « A quand les prochaines émeutes en France ? » Son article se termine par cette phrase :

 « Qu’on ne s’étonne pas alors si une autre flambée de violences, plus dure et plus violente, risque d’embraser à nouveau les banlieues françaises. En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu… »

Lors de l’interdiction de séjour en 2012 de plusieurs orateurs extrémistes au congrès de l’UOIF, Nabil Ennasri,dans une conférence donnée devant des Musulmans et retransmise par l’association « Havre De Savoir »  s’indignait : « Vous avez également vu ce qui s’est passé cette semaine, le Cheikh Al-Qaradawi, le Cheikh Mohamed Al-Masri que l’on interdit comme ça de manière brutale et frontale. En plus de ça, on dit que ce n’est pas seulement ces deux cheikhs, Continuer la lecture de Médine: l’ambassadeur » du site islamiste Havre de Savoir.

Quand des twittos rappellent que Le Bataclan est propriété du groupe Lagardère, dont le fonds souverain qatari QIA détient la plus grosse quote-part du capital.

Quand Médine faisait le rabatteur au congrès des Frères Musulmans de l’ UOIF en 2017 et participait à des conférences avec les indigènes de la républiques et Tariq Ramadan

Quand le rappeur Médine participait à des conférences avec Houria Bouteldja (PIR), Tariq Ramadan ou encore Moncef Zenati (UOIF)

 

Médine et son album « Jihad » pas les bienvenus au Bataclan, dénoncent le RN et LR

Partie des milieux identitaires qui avaient très largement oeuvré à l’annulation du concert de Black M à Verdun, l’indignation s’est étendue aux hautes sphères du Front national et du parti Les Républicains. Ces samedi 9 et dimanche 10 juin, plusieurs élus et responsables de la droite et de l’extrême droite se sont vivement opposés aux deux concerts que doit donner le rappeur Médine en octobre au Bataclan à Paris.

A l’origine de leur courroux: les paroles délibérément provocatrices du rappeur qui avait signé un album intitulé « Jihad, le plus grand combat est contre soi-même » en 2005 ainsi qu’un titre « Dont Laïk » dans lequel il s’en prenait à l’hypocrisie de la laïcité, déclarant notamment « Crucifions les laïcards comme à Golgotha ».

Huffington Post

Continuer la lecture de Médine et son album « Jihad » pas les bienvenus au Bataclan, dénoncent le RN et LR

Polémique autour de Médine, ce rappeur qui crucifie «les laïcards» en concert au Bataclan ( Il reçoit le soutien de « l’humoriste » Yassine belattar » et de l’islamiste du CCIF Marwan Muhammad)

Continuer la lecture de Polémique autour de Médine, ce rappeur qui crucifie «les laïcards» en concert au Bataclan ( Il reçoit le soutien de « l’humoriste » Yassine belattar » et de l’islamiste du CCIF Marwan Muhammad)

France 2 invite le rappeur Médine pour sa « Nuit du Ramadan »™

[extrait] Médine est un rappeur havrais™ né en 1983. Son père est kabyle de Tizi-Ouzou et sa mère est originaire de Constantine. Il est membre du label indépendant DIN Records.

786728779_small

«L’histoire de Din records c’est l’histoire de Sals’a et proof, deux amis unis par la foi, et par la musique et le goût pour l’écriture. En 1997 ils fondent leur groupe : Ness & Cité. » Ce premier groupe a écrit des chansons aux titres qui laissent rêveurs : « ghetto moudjahidine» ou « Havre de guerre ».

En 2002, Din records devient une SARL et commence à produire une pléiade de rappeurs ayant un point commun : l’Islam. Le I de DIN est d’ailleurs en forme de minaret.

Voici quelques textes des groupes produits par Din Records, maison pour laquelle Médine était « chargé de la communication et de la promotion »:

« Si j’étais blanc, je sortirais sans carte d’identité / Vu que le racisme chez les porcs est commandité  »

« Alors écoutes sale chien entends sale chien depuis quand l’être humain se prend pour Dieu sale chien » (en référence aux juges français ne rendant pas la justice d’ Allah)

[…]

Lire l’article sur L’observatoire de l’islamisation

Nathan fait entrer un rappeur islamiste admirateur de Merah dans ses manuels d’Histoire

Alors que des pans entiers de notre histoire disparaissent des manuels scolaires, le rappeur islamiste Médine fait son entrée dans les livres des éditions Nathan. C’est bien évidemment une action de propagande dont la gauche post-moderne est coutumière. L’objectif est multiple:

– Se donner bonne conscience en matière de diversité.
– Affirmer un relativisme culturel de bon aloi en ces temps de décivilisation galopante
– Lutter idéologique contre le caractère patriotique et gaulois de l’enseignement en Histoire.
– Manipuler des faits historiques afin d’imposer ou simplement accompagner une vision culpabilisante de la mémoire et de l’Histoire française.

Comme dans d’autres secteurs de la société française, la gauche bénéficie d’un pouvoir quasi dictatorial au sein de l’éducation nationale. Et elle s’en sert depuis trente ans pour mener une véritable bataille orwellienne contre la vérité politique, sociale, et scientifique de ce pays.
On peut regretter que Sarkosy n’ait pas eu le courage de mettre fin à l’omnipotence anesthésiante de de tous ces idéologues qui gangrènent les corps intermédiaires, et fragilisent la démocratie.

Caroline Alamachère de riposte laïque nous présente le pédigrée du « Jacques Prévert » musulman de la gauche islamophile.
Et elle s’inquiète de voir comment les manuels scolaires de nos enfants font l’objet d’une véritable opération de propagande.

Les manuels d’Histoire de France se vident des illustres personnages qui, populaires ou détestés, n’en ont pas moins fait de notre pays un phare pour le monde. Exit Napoléon, Louis XIV et autre Charles Martel, grâce aux éditions Nathan nos riches racines communes connaissent aujourd’hui un nouvel anti désherbant aussi puissant et efficace que le mortel Roundup sur vos courges : le rappeur Médine.

Barbu islamiste qui appose des minarets sur ses pochettes de disques, admirateur assumé du Frère Tariq Ramadan, fervent fidèle du rassemblement annuel de l’UOIF (mais dans un but purement commercial, bien sûr), et accessoirement promoteur des idées de Mohamed Merah, Médine Zaouiche n’est pas peu fier de voir désormais sa tête et son nom entrer dans les manuels scolaires pour avoir fait une chanson intitulée « 17 octobre 1961 » : « Je m’inspire des livres pour écrire… désormais c’est l’inverse, ce sont les livres qui s’inspirent de nous… content de faire du rap qualifié de « trop scolaire » ! ».

En mars dernier il avait été invité pour faire du prosélytisme islamique dans un collège de Châtellerault où les élèves s’étaient plaints de ses diatribes ouvertement favorables au tueur de Toulouse. Bien entendu, sa venue avait été soigneusement parrainée par les inébranlables promoteurs de la charia, les trucideurs de la Nation, de l’Occident et finalement de la démocratie, à savoir le Secours Islamique, Salam News et Terra Eco, mais également par les nettoyeurs de jeunes cerveaux formatés au plus tôt à la pensée unique plutôt qu’à l’apprentissage de leurs propres réflexions, à savoir la FSU et le Ministère de l’Education Nationale.

Devenu musulman pratiquant à 14 ans, Médine justifie son intérêt pour le dogme mahométan par une quête « d’identité » (tiens donc…), mais aussi par le désir de retrouver « ses racines ». Racines ?! Oh le vilain mot !

Or, maintenant que le rappeur au mono-sourcil a trouvé son identité et ses racines intouchables et bobos-compatibles en raison de leur exotisme, il a pour mission divino-mondialiste de détruire les nôtres avec l’encouragement très appuyé de nos instances orwello-éducatives. Car il est bien entendu et établi que nos racines stupidement françaises n’ont pas la même valeur aux yeux des bien-pensants que les racines tellement plus précieuses, puisque plus lointaines, des autres peuples.

Ainsi donc, les éditions Nathan ont ouvert leurs pages éducatives à un rappeur islamiste au seul prétexte qu’il a écrit une chanson sur les évènements dramatiques du 17 octobre 1961, évènements qui faisaient suite à la mort de 22 policiers tombés sous les balles du FLN, lequel multipliait les attentats en métropole, ce qui donna lieu à un couvre-feu.

Ce jour-là quelques dizaines de personnes tout au plus ont été tuées dans des manifestations. Or, si certains décès restent certes imputables à la police, les morts sont majoritairement des victimes du FLN (1). Pour preuve les malheureux égorgés abandonnés dans les rues, une méthode d’assassinat réputée pour être traditionnellement utilisée de l’autre côté de la Méditerranée.

En octobre dernier, à l’occasion de la commémoration de ces tueries, le site du parti de l’In-nocence apportait deux témoignages détonants dans le paysage politiquement correct (2) :

« Le déferlement de falsifications à laquelle nous assistons à l’occasion de ce sinistre anniversaire est incroyable. Du Monde à Mediapart en passant par Télérama et Le Nouvel Observateur, on se surpasse dans le mensonge. Pas un mot sur le travail scientifique de Jean-Paul Brunet, Continuer la lecture de Nathan fait entrer un rappeur islamiste admirateur de Merah dans ses manuels d’Histoire