Archives par mot-clé : Méditerranée

Déferlante migratoire Libyenne: Kadhafi avait prévenu et Sarkozy savait. (vidéo)

Première publication le 02 mai 2015

En organisant la chute de Kadhafi – après l’avoir reçu à l’Elysée pendant une semaine- Sarkozy savait qu’un pouvoir islamiste allait prendre sa place et qu’une déferlante migratoire allait s’abattre sur l’Europe.
De Sarkozy à Juppé en passant par BHL, les média, le PS, et Mélenchon, c’est l’ensemble de la caste politico-médiatique qui a une responsabilité dans les naufrages qui surviennent en méditerranée et dans la déferlante migratoire actuelle qui met en péril les fondements identitaires de l’Europe.

Dans le cas où notre pouvoir devrait s’achever il y aurait un déversement de millions d’ africains clandestins en France, en Italie; et l’Europe deviendrait noire en très peu de temps.
C’est notre pouvoir qui bloque l’immigration clandestine. C’est grâce à nous qu’il regne la stabilité en Méditerranée.

lire aussi : Immigration: Quand Mouammar Kadhafi réclamait de l’argent pour stopper l’immigration clandestine.

Méditerranée : plus de 2 150 migrants secourus dimanche, dix morts

Ce chiffre porte le total du week-end à plus de 5 800 migrants secourus, alors que quatre autres opérations étaient encore en cours.

Dix migrants ont été retrouvés morts dimanche en Méditerranée pendant un week-end qui a vu plus de 5 800 personnes secourues, alors que quatre autres opérations étaient encore en cours. Ce total est parmi les plus élevés de ces dernières années, même s’il ne représente pas un record. Les 12 et 13 avril, plus de 6 600 migrants avaient été secourus en deux jours. Plusieurs opérations de secours étaient encore en cours au large de la Libye, selon Continuer la lecture de Méditerranée : plus de 2 150 migrants secourus dimanche, dix morts

Méditerranée: plus de 3.400 migrants secourus, 219 par un navire français

Un total de 3.427 migrants ont été secourus samedi en mer, principalement au large de la Libye, dont 217 par un patrouilleur de la marine française envoyé pour renforcer le dispositif européen en Méditerranée, à la suite d’une série de naufrages meurtriers en avril.

Sans constituer un record, ce bilan est l’un des plus élevés de ces dernières années pour une seule journée. Lors de leurs deux dernières journées « très chargées », les gardes-côtes italiens avaient coordonné les secours de 3.791 migrants le 12 avril et de 2.850 le 13 avril.

un-camp-des-saints-par-jourEngagé dans l’opération coordonnée par les gardes-côtes italiens, le patrouilleur « Commandant Birot » était parti en début de semaine dernière, avec du matériel médical et sanitaire, pour renforcer le dispositif de surveillance européen Triton mis en place pour faire face à l’afflux de bateaux de migrants.

Il a porté secours à trois embarcations, mettant leurs 219 passagers en sûreté. Deux d’entre eux sont soupçonnés d’avoir été des passeurs, a expliqué la préfecture maritime française de la Méditerranée, précisant que les naufragés et les passeurs allaient être « remis aux autorités italiennes ».
En Italie, les gardes-côtes ont annoncé tard samedi soir avoir coordonné depuis leur quartier général à Rome le secours de 16 embarcations dans la seule journée de samedi, pour un total de 3.427 passagers recueillis.

En plus du patrouilleur français, les opérations de samedi ont mobilisé quatre navires des gardes-côtes italiens, deux navires de la marine italienne, deux cargos, deux navires de la police douanière italienne et deux remorqueurs.

La marine militaire a en particulier annoncé sur Twitter que sa frégate Bersagliere avait secouru 778 migrants et son patrouilleur Vega 675 autres.

Certains des migrants secourus sont attendus dans la nuit sur l’île italienne de Lampedusa, Continuer la lecture de Méditerranée: plus de 3.400 migrants secourus, 219 par un navire français

Clandestins : L’ONU et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker demande de faciliter l’immigration légale ( Opposition de Marine Le Pen et Nigel Farage)

Source et Source

L’instance onusienne, par la voix de son secrétaire général, plaide pour la légalisation de l’immigration.

“Il n’y a pas de solution militaire à la tragédie qui est en train de se produire en Méditerranée”, a déclaré, hier, Ban Ki-moon dans un entretien au journal italien La Stampa. Ban Ki-moon s’est dit préférer “un encouragement à l’immigration légale comme solution globale”, selon des propos cités par l’AFP. […]

Même Amnesty International réclame que les “opérations européennes de sauvetage de migrants en Méditerranée doivent impliquer des missions de recherches et secours au plus près des côtes libyennes”. “Nous voyons seulement cette mission patrouiller le long des frontières de l’Italie. Mais tous les bateaux qui ont coulé se trouvaient beaucoup plus loin, bien plus près de la Libye, et les navires (de Triton) ne vont pas dans cette zone”, selon Gauri Van Gulik, directrice adjointe d’Amnesty International pour l’Europe citée par l’agence Reuters. […]

Pour Ban Ki-moon, “une approche globale est cruciale qui prenne en compte les racines du problème, la sécurité et les droits humains des migrants et des réfugiés, comme avoir des canaux légaux et réguliers d’immigration”. “Les Nations unies sont prêtes à collaborer avec nos partenaires européens à cette fin”, dit-il.

Réponse de la dictature Européenne:

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a demandé mercredi aux pays de l’Union européenne de faciliter l’immigration légale pour éviter les drames en Méditerranée, et s’est attiré l’hostilité du Parti populaire européen, sa famille politique, au Parlement européen.

L’eurodéputée française Marine Le Pen, dirigeante du Front National, le parti d’extrême droite français, a fustigé la proposition de M. Juncker. « Vous voulez la migration, c’est votre projet. Mais avez-vous demandé au peuple, aux Nations, ce qu’ils en pensent ? », a-t-elle lancé.

L’élue libérale néerlandaise Sophie In’t Veldt a déploré « l’utilisation des tragédies en Méditerranée à des fins populistes et xénophobes ». « L’UE a besoin d’une politique migratoire car sa population décline. M. Farage, vos déclarations sont populistes et méprisables« , a-t-elle accusé.

« Nous devons travailler sur l’immigration légale. Si nous fermons les portes, les migrants entreront par effraction par les fenêtres« , a-t-il averti lors d’un débat au Parlement européen sur les résultats d’un sommet européen extraordinaire la semaine dernière, qu’il a jugé « insuffisants« .

La Commission européenne doit présenter le 13 mai une stratégie globale pour les migrations. Elle va faire des propositions pour faciliter une immigration économique légale dans l’UE et réclamer des quotas obligatoires d’accueil des réfugiés pour tous les Etats membres.

Le président du groupe du Parti populaire européen (PPE), l’eurodéputé conservateur Continuer la lecture de Clandestins : L’ONU et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker demande de faciliter l’immigration légale ( Opposition de Marine Le Pen et Nigel Farage)

Nouvel arrivage de 220 migrants grâce à un appel passé aux gardes-côtes italiens

Deux cents vingt migrants ont débarqué, jeudi 23 avril au matin, dans le port de Catane en Sicile (Italie). Le patrouilleur Denaro de police des finances italienne a accosté au petit matin dans le port sicilien, après avoir secouru ces clandestins, parmi lesquels se trouvaient cinq femmes, à quelque 40 km au large des côtes libyennes.

Ils étaient entassés sur deux canots pneumatiques laissés à la dérive, longs de 14 m chacun, au milieu de bidons d’essence. Ils étaient également munis d’un téléphone satellite qui leur a permis d’appeler au secours les gardes-côtes italiens.

(…) France TV

Méditerranée : 500 000 clandestins tenteront la traversée cette année, selon l’OMI

Alors que chefs d’Etat et de gouvernement européens devraient réviser l’opération « Triton » lors d’un sommet extraordinaire convoqué jeudi à Bruxelles, un demi-million de clandestins pourraient tenter cette année la dangereuse traversée de la Méditerranée, estime l’Organisation maritime internationale (OMI), une institution de l’ONU.

« Il est temps de réfléchir vraiment à la manière de stopper le passage très dangereux et risqué de migrants sur de petits bateaux » partant du continent africain pour rejoindre les rives européennes de la Méditerranée, a déclaré le directeur de l’OMI, Koji Sekimizu, lors d’une conférence maritime à Singapour. « Si nous ne faisons rien, je crois que cette année nous allons voir un demi-million de migrants traverser la Méditerranée, et dans ce cas, il pourrait potentiellement y avoir jusqu’à 10 000 morts », a-t-il ajouté.

« C’est un problème très sérieux. Il faut prendre des mesures », Continuer la lecture de Méditerranée : 500 000 clandestins tenteront la traversée cette année, selon l’OMI

Nicolas Bay Vs. Jérôme Guedj : « Notre objectif doit être un asile politique restrictif, et une immigration zéro. »

Le face à face de Ruth Elkrief du mardi 21 avril 2015, a opposé Jérôme Guedj, conseiller départemental de l’Essonne et membre du Bureau national du PS, et Nicolas Bay, député européen et secrétaire général du Front national. Ils sont revenus sur les dix mesures d’urgence proposées par Bruxelles pour faire face à la crise des migrants. Quelques jours après la mort de 800 personnes dans un naufrage en Méditerranée, l’Union Européenne a annoncé une série de dix actions « immédiates ». Ces propositions se portent sur le renforcement des opérationns de surveillance et de sauvetage en mer. Alors que les ministres européens des Affaires étrangères et de l’Intérieur, réunis en urgence à Luxembourg, ont « pleinement soutenu » ce plan, ce dernier doit être soumis, jeudi prochain, aux chefs d’État de l’UE lors d’un sommet extraordinaire.

Naufrages de migrants en série : le drame humanitaire qui pourrait ébranler les fondements politiques et culturels de l’Europe

Les naufrages à répétition d’immigrés clandestins en Méditerranée placent l’Europe face à un dilemme : pousser ses prétentions universalistes jusqu’au bout en accueillant « toute la misère du monde », quand bien même cela conduirait à son effondrement économique et social, ou renier les valeurs dont elle se prévaut.

  • Les naufragés morts en Méditerranée au cours de l’année 2015 se comptent déjà par milliers.
  • D’après les services de renseignement italiens, l’afflux d’immigrés clandestins devrait encore augmenter, entraînant encore plus de drames en mer.
  • L’UE se trouve prise au piège de ses principes : incapable d’accueillir tous les réfugiés de la terre, elle se trouve obligée de renies ses valeurs universalistes de solidarité et de respect des droits de l’homme.
  • La crédibilité des dirigeants européens est mise à mal. Les partis populistes en profitent.
  • Dans un système économique ultralibéral entièrement basé sur la « compétitivité », les couches dirigeantes ont tout intérêt à museler l’opposition citoyenne en les confrontant à une concurrence immigrée prête à accepter n’importe quelle situation de travail pour échapper à la misère.
  • Les flux migratoires énormes dont l’Europe est accablée tous les jours sont en partie dus à l’échec de la politique extérieure européenne.
  • L’Europe n’est cependant pas la seule responsable. C’est la communauté internationale dans son ensemble qui devrait s’emparer de la question.

Atlantico : Alors que le nombre d’immigrés clandestins était évalué à 20 000 par an entre 2002 et 2010, ce chiffre a été multiplié par 8, pour passer à 169 000 en 2014. Selon les services de renseignements transalpins, entre 800 000 et 1 million de migrants se dirigeraient actuellement vers la Libye – ou y seraient déjà – avec pour objectif de se rendre en Europe. Pourquoi cette pression migratoire sans précédent met-elle sous pression les valeurs européennes ?

David Engels : C’est très simple : l’Union européenne s’est construite non pas dans le sain respect de sa propre histoire et de ses intérêts politiques et stratégiques, comme par exemple les États-Unis ou la Chine, mais a prétendu vouloir baser son identité politique et donc aussi les actions qui en découlent sur des valeurs purement « universalistes » (démocratie, égalité, tolérance, justice, multiculturalisme, etc.) dont on connait toute la réinterprétation ultralibérale hypocrite. Et encore, ces valeurs (si au moins elles étaient vraiment prises au sérieux moralement) pourraient être adéquates s’il s’agissait de construire les « États-Unis du Monde ». Mais dans un environnement où l’Union européenne est entourée de concurrents ou d’ennemis potentiels, on voit difficilement comment l’universalisme à lui seul pourrait suffire à convaincre les Européens riches d’être solidaires avec les Européens pauvres plutôt qu’avec tous les autres êtres humains en détresse, d’où le terrible repli sur soi que nous constatons partout : dès que nous réalisons que nous ne pouvons porter le poids de la misère du monde, nous avons tendance à ne nous focaliser que sur nous-mêmes. L’immigration clandestine massive démontre toute l’hypocrisie de notre système actuel qui se trouve confronté à deux alternatives également désastreuses et déstabilisantes : soit pousser l’universalisme jusqu’au bout et transformer l’Union européenne en immense camp de réfugiés où, très bientôt, ce ne seront plus seulement les immigrants clandestins, mais aussi les Européens dits de « souche » qui vivront dans des conditions inhumaines, ou alors renier ses valeurs « universalistes » et ainsi démonter tout le système ultralibéral multiculturel mis en place depuis la chute du mur…

Lire également : Quid du scénario du “Camp des Saints” : pourrions-nous réellement assister au débarquement de clandestins par millions sur les côtes européennes ?

Guylain Chevrier : L’Europe sous la pression des critiques des organisations humanitaires et d’associations favorables aux migrants, a proposé par la voie de la Commission européenne ce lundi, dix propositions. Il s’agit de lutter contre le trafic de migrants, et d’empêcher les candidats à l’immigration de risquer leur vie en traversant la Méditerranée. Un plan qui doit être soumis ce jeudi 23 avril aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE. S’il est question d’augmenter les moyens financiers et matériels des opérations de contrôle et de sauvetage ou encore, un programme pour les renvois rapides des migrants non autorisés à rester dans l’UE et une action avec les pays voisins de la Libye pour bloquer les routes utilisées par les migrants, le problème de fond est posé  à travers la volonté d’un examen des options pour une répartition «  plus équitable » des réfugiés entre les Etats membres de l’UE, dont on dit que le principe devrait être systématisé.

L’air de rien, on voit ici apparaitre une nouvelle logique fédérale européenne, car cette répartition serait censée s’imposer aux pays de l’UE au nom d’un accueil et d’un asile qui constituent une tradition démocratique, qui justifierait ainsi la fin de la souveraineté des Etats membres en matière d’immigration sur leur sol. Ce ne serait rien de moins qu’une remise en cause de la souveraineté des peuples et un coin de plus enfoncé contre l’idée de nation. Ne veut-on pas voir les dégâts attendus, derrière une pression migratoire par trop mise en scène derrière le drame qui vient de survenir.

On apprend qu’aujourd’hui deux bateaux de migrants ont lancé des appels de détresse. On voit bien que les passeurs organisent un système de pression qui vise à créer une situation paroxystique dans les eaux de la Méditerranée pour prendre en otage nos valeurs et imposer leurs règles. C’est le reflet d’un chaos qui s’importe aussi, car qu’allons-nous faire de centaines de milliers de migrants voire plus, qui sont prêts à arriver sur notre continent ? Ouvrir les vannes de l’asile ne règlera rien, car ne tarira pas le flot des migrants bien au contraire, il en va donc d’intervenir sur les causes.

S’il est bien de désigner les passeurs de « terroristes », comme l’a fait François Hollande, qu’est-il fait pour empêcher que perdure ce système où se mêlent mafia locale et djihadistes, dont les fonds participent de financer la violence et l’arbitraire sur fond de fondamentalisme religieux ? Il faut donc aller plus loin et agir concrètement contre ce phénomène en se décentrant de l’unique question humanitaire. C’est bien le sens de nos valeurs de liberté et de démocratie qui doit le justifier!

Quels faits attestent de cette mise sous pression du modèle européen ? 

Guylain Chevrier : Le problème est qu’effectivement, la question migratoire sous la pression de ces drames à répétition, tend à faire oublier les problèmes d’intégration que pose l’apport de populations extérieures, venant de pays où ni la démocratie ni la liberté ne font leur quotidien. Plus loin que la simple insertion économique de ces migrants, futurs immigrés s’installant en Europe, il faut penser aux valeurs qui nourrissent notre lien social, qui ne sont pas sans fragilité. Si la force de la démocratie c’est la liberté, c’est aussi son talon d’Achille, comme on le voit derrière ce qui se dessine dans ce contexte d’injonction à répondre à l’émotion par un accueil massif des migrants, par-delà les conséquences vis-à-vis desquelles il n’y a aucune analyse.

Peut-on vraiment oublier les difficultés d’intégration soulignées par un repli communautaire de plus en plus prégnant, avec un phénomène de ghettos ethnico-religieux qui s’approfondit, à la faveur d’une crise économique et sociale que l’on ne peut sortir du champ de l’analyse comme facteur d’accroissement des difficultés ? Certaines de nos banlieues sont de ce point de vue de véritables poudrières dont on a déjà constaté les effets avec les violences urbaines de novembre et décembre 2005. Doit-on oublier que 18,7% des écroués en France sont des étrangers et que selon une enquête réalisée dans les prisons dans 51 % des cas, le père d’un détenu est né hors de France et plus généralement en Afrique ? Peut-on oublier que la moitié des SDF sont des étrangers, que les trois quarts des demandeurs d’asile qui sont déboutés en raison de ne pas relever de ce statut, restent sur le territoire Français comme « sans papiers »?

Ces réalités sont de vrais défis pour notre société et les sociétés européennes, au regard de migrations massives ne laissant aux migrants aucun autre choix que le regroupement communautaire et la prédestination au multiculturalisme, qui pourrait très vite remettre en cause les valeurs auxquelles nous tenons. On imagine les conséquences en termes d’éclatement des sociétés que cela serait susceptible de provoquer, de rupture avec un processus d’intégration qui seul permet le partage des mêmes valeurs qui fondent ce vivre-ensemble, fait de mixité et de mélange, qui participe de l’esprit de notre démocratie.

C’est une logique suicidaire que celle qui tend à conduire au nom de nos Continuer la lecture de Naufrages de migrants en série : le drame humanitaire qui pourrait ébranler les fondements politiques et culturels de l’Europe

Le Traité de Lisbonne imposé par Sarkozy interdit de refouler les bateaux de clandestins vers l’Afrique

L’article 19 de la charte européenne des droits fondamentaux rendue contraignante par le Traité de Lisbonne, stipule que « les expulsions collectives sont interdites » dès lors qu’elles concernent des populations caractérisées par une appartenance à une ethnie. L’article 4 de la Convention européenne des droits de l’homme interdit également les expulsions groupées. C’est en accord avec ce principe que le Parlement européen pris une résolution interdisant à la France les expulsions groupées de Roms en 2012.
2570042208La Cour européenne des droits de l’homme (CrEDH) condamna l’Italie en 2012 pour avoir refoulé des migrants en Méditerranée. Elle jugea l’interception des bateaux et la reconduite des boat people en Libye contraires à la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH). La décision de la Grande chambre, prise à l’unanimité, devrait améliorer la protection des boat people en Méditerranée. Jugement du 23 février 2012 (Requête no 27765/09) En 2012, Amnesty International se félicita de la condamnation de l’Italie qui avait raccompagné un bateau de migrants clandestins vers son port de départ en Libye. « La Cour européenne des droits de l’homme a estimé jeudi 23 février 2012 que l’Italie avait bafoué des principes relatifs aux droits humains en repoussant des migrants et demandeurs d’asile africains en haute mer. Un arrêt qualifié d’historique par Amnesty International. (…) Toute personne interceptée doit bénéficier d’une procédure individualisée ainsi que de voies de recours afin de pouvoir contester la décision relative à son renvoi dans le pays de départ. La Cour a estimé que ces refoulements, effectués hors du territoire national, constituaient des expulsions collectives. »

443 nouveaux clandestins secourus en Méditerranée

La marine italienne a annoncé jeudi avoir secouru 443 migrants, parmi lesquels deux femmes enceintes et 124 enfants, dont certains en bas-âge, qui tentaient la dangereuse traversée de la Méditerranée en bateau. Ils ont été emmenés sur les côtes siciliennes.

Les autorités italiennes ont renforcé leurs dispositifs de sauvetage après le naufrage de deux bateaux ayant fait plus de 400 morts en automne 2013. […]

7sur7

La marine italienne sauve 730 migrants de la noyade en Méditerranée

Ils étaient à bord de deux navires bondés, au sud de la Sicile. Parmi eux, 124 femmes et 29 enfants.

La marine italienne a secouru 730 migrants clandestins, indique les autorités de la péninsule, mercredi 2 avril. Ils étaient à bord de deux navires bondés, en Méditerranée, au sud de la Sicile. Parmi eux, on trouve 124 femmes et 29 enfants.

Ils ont été pris en charge mardi soir, et dans la nuit de mardi à mercredi, par un navire de la marine italienne et un autre bâtiment. Ils ont ensuite été acheminés vers un port de Sicile.

En quatre jours, fin mars, plus de 4 000 immigrants avaient été secourus en mer au large de l’Italie. En octobre dernier, au moins 366 Erythréens avaient péri noyés dans le naufrage de leur bateau au large de l’île italienne de Lampedusa, à mi-chemin entre la Sicile et la Continuer la lecture de La marine italienne sauve 730 migrants de la noyade en Méditerranée