Archives par mot-clé : Mélenchon

Le journaliste Jean Quatremer menacé par la « secte mélenchoniste » ?

Voilà une raison supplémentaire qui justifie le refus de Marine Le Pen de débattre avec un candidat qui n’a plus rien de républicain.

(…) En ce qui me concerne, ce sont deux papiers parus sur mon blog en décembre 2010 (et aussi ici et là) et en janvier 2011 (et aussi ici) qui l’ont mis en rogne.

Dans le premier, je dénonçais son boycott discret de la cérémonie de la remise du prix Sakharov du Parlement européen à un dissident cubain, dans le second, son refus de voter une résolution de compromis condamnant le régime biélorusse (vous savez, celui qui est dirigé par le charmant Alexandre Loukachenko, celui qui a interpelé le 4 mars le ministre des affaires étrangères allemand, Guido Westerwelle, homosexuel assumé, en lui lançant : « il vaut mieux être dictateur que pédé ».)

Dans les deux cas, j’ai fait mon travail de journaliste (tout comme Barbier qui avait le droit de publier la caricature de Plantu pendant son émission) en rapportant des faits qu’il ne s’attendait certes pas à voir publiés et je les ai interprétés en estimant qu’il apportait ainsi son soutien implicite à des régimes « communistes ».

Cela m’a valu des injures scandaleuses et des menaces à peine voilées sur son blog de la part d’un homme qui prétend incarner les valeurs républicaines.

Depuis, je ne m’intéresse plus guère à ce personnage.

Ce boycott mélenchonesque a déjà fait l’objet d’un article sur le site du Point (ici).

Je l’ai aussi tweeté, ce qui m’a immédiatement apporté un tombereau d’insultes et même des menaces physiques de la part de la secte mélenchoniste qui croit m’impressionner.

Des méthodes d’intimidation qui rappellent celles du PC lorsqu’il était au faite de sa puissance. Exemple : « on va s’occuper de ton cas, monsieur le coprophage bruxellois…sur le fond et sur la forme » », signe ainsi Mariomrisi qui ne sait pas qu’il relève des tribunaux en proférant ainsi des injures publiques et des menaces…

Le fait que Mélenchon refuse de se trouver sur le même plateau de télévision que Barbier et moi-même montre qu’il a un sens tout particulier du débat démocratique.

Une attitude d’autant plus curieuse qu’il n’était pas question d’un débat direct entre nous (même si j’avais quelques munitions au cas où il m’aurait agressé, par exemple,sa brillante 731ème place sur 751 en terme de présence aux plénières du Parlement européen, sans parler de son absence quasi permanente à la commission des affaires étrangères dont il est pourtant vice-président). Il est en désaccord avec nous ? Et alors ?

Nous sommes dans le champ démocratique et tous ceux qui ne pensent pas comme lui ne sont pas des « ennemis du peuple » à abattre.

Il est curieux que ce soit le même homme qui s’indigne que Marine Le Pen refuse de débattre avec lui. N’est-ce pas un tantinet contradictoire ?

Bref, Mélenchon, manifestement au bord du burn-out, montre clairement ce qu’il pense de la liberté d’opinion et de pensée. Lui qui dénonce la presse de « connivence » ne supporte en réalité la presse que lorsqu’elle est connivente avec lui.

Libération

Mélenchon avoue avoir magouillé avec Hollande (vidéo)

Le candidat qui a sans doute le programme le plus vide et le plus irresponsable de cette course à la présidentielle explique comment la démocratie fonctionne au PS. On découvre qu’au parti socialiste, on ne se contente pas de détourner de l’argent public, mais on truque aussi en interne les résultats d’élections .
Mélenchon nous confirme que les socialistes n’ont pas besoin de recourir au dépouillement, ni de compter les voix. Ce sont les chefs qui décident, après d’âpres négociation, quels sont les résultats des élections.

On sent dans les propos tenus par le petit père sans peuple toute l’animosité qu’il a contre le candidat Hollande, pour qui il appellera malgré tout à voter au seconde tour.

Il serait temps d’en finir avec l’UMPS

« Ben, on va s’arranger, comme on dit. Lui 85 moi 15. »).

 

24heuresactu.com

Louis Aliot menacé de mort sur Twitter par des militants du Front de Gauche.

Les diffamations, injures et provocations de Jean-Luc Mélenchon et d’Alexis Corbière contre Marine Le Pen et le Front National ont évidemment des conséquences : sur le réseau social Twitter, plusieurs appels très précis au meurtre ont été diffusés ces deux derniers jours contre Louis Aliot directeur opérationnel de la campagne de Marine Le Pen.

Me de Saint Just, pour Louis Aliot, a déposé plainte le 13 mars devant le procureur de la République de Nanterre pour menaces aux termes de l’article 222. 17 du code pénal.

Il a déposé plainte contre des individus bien identifiés qui semblent être tous des militants du Front de gauche : l’un est responsable du journal Montreuil Dépêche Hebdo – à la mairie de Montreuil, 93 – l’autre est journaliste au site Mediapart.

Il n’est pas du tout étonnant que les diffamations, injures et provocations de Jean-Luc Mélenchon et d’Alexis Corbière contre Marine Le Pen et le Front National arment le bras des excités et des esprits faibles.

Louis Aliot a demandé au procureur de la République une intervention rapide afin de faire cesser, dans la mesure du possible, ces appels à l’extrême violence.

 

Qui a dit que Mélenchon était républicain ?

 

Voir nos articles sur Mélenchon, le petit père sans peuple.

Le PCF et l’épuration en France.

Mélenchon, pour qui le PCF n’a pas de sang sur les mains, manipule l’histoire. Jusqu’ici aucun média n’a réagi à ses propos négationnistes. Comme il ne trouvent d’ailleurs rien à dire sur son programme indigent. Alors on va rafraîchir la mémoire du petit père sans peuple et celle des communistes !
Sur Sud Radio, le 7 mars, Karim Hacène animait une émission consacrée aux épurations pendant la Libération. Il recevait l’un des auteurs du livre « Ainsi finissent les salauds » qui ont travaillé sur les débuts de la lutte armée menée par le Parti communiste à l’aide des Bataillons de la jeunesse à l’automne 1941 (Le Sang des communistes, 2004). ils sont aussi à l’origine d’un certain nombre de révélations sur la police politique du PCF entre 1941 et 1943 (Liquider les traîtres, 2007).

Entre le 20 août et le 22 septembre 1944, près de quarante corps sont repêchés dans la Seine, à Paris et ses alentours. Tous les corps portent au cou, attaché par une cordelette de soie, le même pavé de grès, pas assez lourd, semble-t-il, pour lester correctement les cadavres. Qui sont ces hommes et ces femmes ? Qui sont les tueurs ? Dans la tourmente de la Libération de Paris, toutes les hypothèses peuvent être formulées. Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre ont mené l’enquête, qui à l’époque, n’alla jamais à son terme. Ils ont retrouvé les identités des victimes et remonté le cours de leurs vies. Tous les chemins les ont conduits à l’Institut dentaire, sinistre centre clandestin de séquestration et d’exécution, ou plus de deux cents personnes furent incarcérées et torturées entre le 20 août et le 15 septembre 1944. Qui tenait ce centre ? La Milice ? La Gestapo ? Non, des « FTP » de la dernière heure qui profitèrent de ces troubles journées pour régler quelques comptes sanglants. Comme dans Liquider les traîtres, Berlière et Liaigre ont réussi à conjuguer avec talent la rigueur historique et le souffle romanesque.

Première partie (présentation du livre):

durée:45mn

Deuxième partie (Débat):

durée: 45 mn

Mélenchon absout les communistes français des heures les plus sombres de leur histoire

En déclarant lors d’un meeting que les communistes n’ont pas de sang sur les mains, Jean-Luc Mélenchon flirte dangereusement avec le négationnisme.
Et si l’on s’en réfère à la loi Gayssot, Mélenchon pourrait même être poursuivi pour contestation de crime contre l’humanité.

Mais nous sommes en France. Et il existe dans ce pays une acceptation macabre pour les crimes commis par la gauche et plus particulièrement par les communistes. Si un candidat osait déclarer : « non, les fascistes n’ont pas de sang sur les mains« , il serait aussitôt massacré par les média  et sa dépouille serait exhibée sur la place publique.
Or là, c’est le communisme. Et le communisme en France on trouve ça mignon. Inoffensif même. Certes les régimes qui s’en sont réclamés ont tous fini en sinistres dictatures, mais le communisme ce n’est pas ça. Non, le « communisme réel », ce sont des hommes de cœur et d’espérance, guidés par les meilleurs intentions du monde, et  dont la mission sur terre a pour objet de rendre l’humanité plus pure, plus juste et plus belle qu’elle ne l’est.
Et tant pis si cette petite fable a fait 100 millions de morts…c’est en tout cas ce que semble nous dire les média restés muets devant l’évident négationnisme de Mélenchon. Nos petits procureurs du Bien sont plus sensibles aux poèmes de Brasillach. Ah ! Brasillach, ça c’est un  vrai salopard, tout droit sorti d’un mauvais polard français écris par un auteur d’extrême gauche.

Nous attendons maintenant un peu de courage de la part de nos flics de la pensée. Eux qui dépensent tant d’énergie pour encadrer la liberté d’expression, devraient faire preuve d’un minimum d’équité. Car on ne peut pas vouer aux gémonies Jean-Marie Le Pen ou Christian Vanneste, et laisser impuni le négationnisme de Mélenchon. Cela voudrait dire que les lois mémorielles qu’ils nous ont imposé sont des lois d’exceptions destinées à ne s’appliquer que dans certaines situations et pas dans d’autres…. Si tel devait être le cas, la démocratie serait à genoux. Et il ne faudra pas compter sur Melenchon pour la rétablir car, comme nous venons une nouvelle fois de le constater, le Front de gauche est le meilleur allié du système oligarchique. Il est la seule subversion que s’autorise la caste. Il est le fou du roi qui anime la cour. Il est tout à la fois tartufe et Guignol .

Mais en  feignant d’ignorer les massacres perpétrés par les régimes communistes tout au long du 20 ème siècle, Mélenchon n’est plus dans la farce, il rentre de plein pied dans l’abject, le mensonge et le négationnisme. Mélenchon sait que les régimes tyranniques du communisme ont financé pendant de très longues années le PCF. Et qu’en retour, le parti communiste français a toujours pris soin de témoigner sa solidarité envers ces dictatures, même quand elles se rendaient coupables de crime contre l’Humanité.

En bon trotskiste qu’il fut, Mélenchon sait que le parti communiste français était stalinien. Continuer la lecture de Mélenchon absout les communistes français des heures les plus sombres de leur histoire

Coluche envoie un message à Mélenchon

Petit message de Coluche à Mélenchon et à ceux qui votent pour lui :

– Le communisme c’est l’une des seules maladies graves que l’on a pas expérimenté sur les animaux.

– Est-ce-que le communisme pourrait arriver en Suisse ?. Surement pas, c’est un trop petit pays pour un si grand malheur !

– Georges Marchais l’a dit, Krazucki aussi: entre deux cons alcooliques qui n’sont pas d’accord, je choisis toujours celui qui est à la CGT.

– Comme ils disent en Pologne, Boire ou conduire, de toute façon on n’a pas de voiture.


Le communisme – Coluche par VotezSarko

Mélenchon n’est en réalité qu’un bourgeois socialiste… en mission pour le ps

A l’instar de SOS racisme, on peut se demander si le parti de gauche de Mélenchon n’est pas une création politicienne du PS. En effet, inquiet devant la montée du NPA de Besancenot qui flirtait il y a encore 4 ans avec les 9% dans les sondages, on peut légitimement penser que le parti socialiste n’a pas trouvé gênant de voir le sénateur Franc-Maçon engraissé sous les ors de la république redonner des couleurs au parti communiste moribond. Cette opération aura permis de concurrencer le NPA hostile à toute forme d’alliance, et d’envisager une force à gauche avec laquelle négocier pour bénéficier d’un report de voix confortable.
Cette OPA de l’ancien trotskiste sur le parti communiste ressemble à une nouvelle trahison. Son programme d’une indigence accablante est incompatible avec celui du PS. Et pourtant Mélenchon appellera à voter pour le candidat socialiste au deuxième tour, et certain de ses lieutenants participerons au gouvernement ou figurerons dans des exécutifs au sein des conseils régionaux et départementaux, comme c’est déjà le cas un peu partout en France. Mélenchon est donc bien la voiture balais du PS et l’idiot utile du système. Il est d’ailleurs nécessaire de faire remarquer que Mélenchon n’ a pas éprouvé le moindre problème financier pour créer son parti, chose suffisamment exceptionnelle pour être souligné et éveillé les soupçons. Il a bénéficié d’une équipe de bureaucrates déjà aguerris aux manœuvres politiciennes, et dont certains viennent de l’extrême gauche la plus radicale ( l’OCI dont est issu Mélenchon et de nombreux membres du PS. Mais aussi de la libre pensée, un élevage de Franc-maçons tenu par l’ancien syndicaliste de Force ouvrière Marc Blondel et qui est au service du POI soutien inconditionnel de toutes les dictatures islamistes.) En bref, la gauche est en train de refaire le coup des années 80, et les gogos qui s’apprêtent à cautionner cette magouille en votant pour eux, seront responsables des désastres politiques qui s’annoncent. Car comme le rappelle le journaliste de Lyon mag, derrière le petit père sans peuple se cache:

« un gros bourgeois socialiste en mission »

(…) L’homme est certes cultivé et maîtrise l’art de la dialectique avec un panache qui fait retrouver aux français le goût des tribuns qu’ils avaient perdu, faute d’orateurs charismatiques dans les partis de gouvernement.

Pourtant sa croisade du révolté de gauche, entreprise sur le tard, sonne faux au regard de son parcours politique.

Mélenchon n’est en réalité qu’un bourgeois socialiste qui s’est glissé avec talent dans le rôle du méchant.

Bourgeois, parce qu’il a pu s’embourgeoiser sous les ors du Sénat de 1986 à 2009 où nul ne l’a jamais entendu critiquer le train de vie fastueux de cette institution ni les privilèges d’Ancien Régime dont jouissent les sénateurs.

Député Européen depuis, Mélenchon qui se pose en révolutionnaire n’a jamais non plus remis en cause la gabegie financière de la Communauté Européenne ou le pouvoir féodal de son administration et ce certainement en souvenir de son vote pour le traité de Maastricht en 92… Pour parler au nom du prolétariat, des exclus, et des « damnés de la terre » Besancenot ou Arlette Laguiller étaient quand même plus crédibles !

Ministre discipliné et plutôt absent de Lionel Jospin durant deux années Continuer la lecture de Mélenchon n’est en réalité qu’un bourgeois socialiste… en mission pour le ps

Mélenchon et sarkozy partagent la même vulgarité et le même mépris pour leurs adversaires.(vidéo)

Souvenez-vous de l’indignation de Mélenchon quand sarkozy avait lancé à un passant un méprisable  » casses toi pauv’con « . Le petit père sans peuple avait exprimé alors tout son dégout face à la violence du président. Or, au fil de la campagne, le rabatteur de voix du PS qui soutient, sans que cela n’émeuve les média, un antisémite assumé, se comporte avec autant de hargne et de vulgarité que le nabot à talonnette.

On comprend que Marine Le Pen ait refusé tout dialogue avec cet histrion de la politique, qui s’est embourgeoisé sous les dorures de la république et empiffré des subsides du PS pendant plus de 30 ans.

Mélenchon dit dégage à un militant:

Mélenchon traite de con un syndicaliste.

Le Front de Gauche de Mélenchon relaie l’appel d’un antisémite Grec, Mikis Theodorakis

Après avoir manifesté avec des représentants du Hezbollah et du Hamas dans le cadre d’un manifestation anti-israélienne, après que Clémentine Autain ait signé l’appel des Indigènes de la république, le petit père sans peuple du Front de Gauche soutient l’appel du compositeur antisémite Mikis Theodorakis dont le texte figure en bonne place sur le site du parti de Gauche.

Mikis Theodorakis est  un antisémite convaincu et assumé. Et il est impossible de l’ignorer. Car le coming out du célèbre compositeur a fait l’objet d’une vive polémique, comme nous l’apprend sa fiche Wikipédia. En effet, le 4 novembre 2003, lors d’une conférence de presse pour promouvoir l’un de ses livres, Míkis Theodorakis a accusé les Juifs d’être « à la racine du Mal ».

Le 3 février 2011, dans un entretien donné à la chaine de télévision grecque HIGH, Míkis Theodorakis a déclaré : « Oui, je suis antisémite et antisioniste. J’aime le peuple juif et j’ai vécu avec lui, mais les Américains juifs se cachent derrière tout, les attentats en Irak, les attaques économiques en Europe, en Amérique, en Asie, les Juifs américains sont derrière Bush, Clinton et derrière les banques. (…) les Juifs américains sont derrière la crise économique mondiale qui a aussi touché la Grèce

Dans un texte intitulé Antisémitisme et Sionisme publié sur son site, Míkis Theodorakis écrit qu’il considère ceux qui l’accusent d’antisémite comme de « répugnants vers de terre » avant de regretter « le rôle du lobby juif américain dans l’élaboration de la politique impérialiste des États-Unis ». « Mes adversaires se livrent à des actions qui me salissent en tant que personne et en tant que compositeur. Surtout en tant que compositeur puisque les Sionistes contrôlent 99 % de la vie musicale mondiale (…) le lobby juif américain, tant pour son rôle leader dans les crimes de la machine de guerre américaine en Irak que pour ses plans visant à éliminer les États-nations, avec le but ultime d’établir la prédominance mondiale des colosses de la Banque financière entièrement contrôlés par lui. »

La polémique conduira le Parlement autrichien à retirer la Trilogie de Mauthausen du programme de la Journée de Commémoration de l’Holocauste à Vienne du 5 mai 2011.

Míkis Theodorakis a également mis en doute la responsabilité d’Oussama Ben Laden dans les attentats du 11 septembre 2001, il estime ainsi que Ben Laden « a très bien pu travailler pour les services secrets américains » (lorsque les attaques ont eu lieu). « Je ne pense pas que ce sont ces nus-pieds d’Afghanistan [qui ont fait le 11-septembre]. C’est une blague. Même la technologie japonaise ne peut pas faire ça. Pas même la technologie allemande. (…) Le Mossad a la technologie. Mais même, ils ne sont pas une superpuissance. Les Américains contrôlent tout ».

Mélenchon qui reprochait à Jean Marie Le Pen de citer Brasillach devrait tourner 7 fois sa langue dans sa bouche édentée. On aimerait aussi que nos média si friands de vérité demandent des explications à Mélenchon, comme ils se seraient empressés de le faire si cet appel avait figuré sur le site de Marine Le Pen.  Rappelons aussi à nos baltringues de l’information que le plus grand représentant du négationnisme dans le monde est un communiste français: Roger Garaudy.

Alors oseront-ils poser la question suivante: Mélenchon est-il Antisémite ou pas ?

Voir aussi cet article de la presse Israélienne.

Mélenchon rêve-t-il, comme Khrouchtchev, de mettre ses opposants à l’asile Psychiatrique ?

En refusant de se soumettre à un débat de bateleur avec Jean-luc Mélenchon, Marine Le Pen a fait preuve de courage. Il y a beaucoup à perdre dans ce genre d’attitude, et pourtant, elle a eu raison. Et ce à plusieurs titres. D’abord,  pour avoir chercher à rétablir un déséquilibre savamment entretenu par la caste au pouvoir: un bipartisme UMP/PS auquel nous sommes soumis et qui ne repose sur rien de tangible. Ensuite, et  le plus important sans doute,  pour avoir dénoncé la supercherie du candidat Mélenchon et le terrorisme intellectuel de la gauche médiatique. Car les mots employés par le leader Maximo du Front de Gauche, qui n’ont suscité aucune indignation dans le monde politique et médiatique, sont des formules que n’auraient pas renié les plus grands dignitaires du totalitarisme soviétique.

Les Média: une diabolisation et une indignation à géométrie variable.

Les petits valets du système que sont devenus les journalistes français s’indignent des moindres mots prononcés par Marine Le Pen. Souvent, cette stratégie vise à réduire la candidate du Fn à une héritière fasciste voir nazi.(1) Un subjectivisme hargneux dont elle est la seule victime. Or, il serait temps de faire pencher la balance vers l’autre côté, celui des démocrates en carton du Front de gauche

Car, en désignant Marine Le Pen comme une semi-démente, en soumettant l’idée qu’elle serait victime d’un dérèglement mental,  en invitant ses sbires à procéder à une épuration politique, Mélenchon adopte le lexique utilisé par  Nikita Khrouchtchev  dans l’URSS des années 50. Trouvant sans doute le goulag insuffisant, Khrouchtchev décida, lors de sa prise du pouvoir, de mettre en œuvre un mode de répression supplémentaire : l’internement des dissidents dans des asiles psychiatriques. Une méthode « d’épuration politique » ( pour reprendre les mots du petit père sans peuple) qui se prolongera jusqu’à la première moitié des années 1980. L’une des périodes les plus répressives de l’ère post-stalinienne, mais qui n’empêchera nullement les amis de Mélenchon de nier jusqu’à la chute du régime communiste l’évidence de toutes ces horreurs.

Pourtant, c’est dés 1966, avec l’expulsion de Valeri Tarsis, que l’Occident découvre l’existence de ces asiles psychiatriques dans lesquels sont internés et torturés un grand nombre d’opposants coupables de « trop de liberté » ou de foi religieuse. Ces asiles, comme celui d’Orel, sont gardés comme des camps et protégés par des barbelés. On cherche;au moyen de drogues et d’électrochocs, à obtenir la rétractation des prisonniers .

Parmi les victimes et les témoins, il y a l’écrivain Jaurès Medvedev ou le général Piotr Grigorenko, internés pour « schizophrénie larvée », terminologie qui pourrait faire partie du registre vulgaire de Mélenchon. En 1977, la journaliste Elisabeth Antébi dans son livre « Droit d’asile en Union Soviétique » a pu recueillir de nombreux témoignages de victimes, de psychiatres et de tortionnaires. Continuer la lecture de Mélenchon rêve-t-il, comme Khrouchtchev, de mettre ses opposants à l’asile Psychiatrique ?

Mélenchon et ses nervis excluent manu militari Nicolas Dupont-Aigan d’une manifestation. (vidéo)

Lundi soir, alors qu’il sortait d’un studio de télévision, le candidat à la présidentielle Nicolas Dupont-aignan, décida de se rendre devant l’ambassade de Grèce où se tenait une manifestation contre les plans d’austérités qui enfoncent de plus en plus ce pays dans la misère. Favorable comme Marine Le Pen à la sortie de la Grèce de la zone euro, Nicolas Dupont-aignan avait toute légitimité à s’associer à l’indignation des manifestants. Mais ce n’était sans compter la présence des milices de Mélenchon et de Besancenot.

Fidèle à la tradition sectaire de la gauche, les idiots utiles du capitalisme et du PS ont exclu manu militari l’élu au suffrage universel, en le traitant évidemment de… Fasciste. (reductio ad Hitlerum oblige)

Nous ne dirons jamais assez combien il devient difficile de faire vivre la liberté d’expression et la démocratie dans un pays enkysté par la pensée totalitaire et la bureaucratie de gauche. Et Mélenchon devient son pire représentant. Celui que les commentateurs éblouis présentent comme un grand tribun se révèle de plus en plus comme un apparatchik de la Stasi. Interrogé sur l’agression qu’a subi Nicolas Dupont-Aignan, le petit père sans peuple et sans moustache a déclaré:

…il lui revient de savoir que personne parmi nous n’aime la confusion des genres politiques. Il aurait dû y penser. Il aurait dû organiser sa présence de son côté avec les militants de son parti. Personne ne les aurait empêchés de le faire. Mais venir au milieu des nôtres, comme s’il était chez lui : non. Ce n’est pas raisonnable pour lui de ne pas l’avoir compris tout seul. Aucun de nous n’a envie de donner prise aux insupportables amalgames qui font les délices de la presse « oui-oui » qui met dans un même sac « souverainiste » ou « populiste » tout ce qui s’oppose à leur cruel aveuglement. Et devant le martyr des Grecs nous mettons en cause le capitalisme de notre époque, français, allemand et nord-américain en particulier. Pas les billevesées des frustrations nationalistes. Nous ne voulons pas être récupérés. Nous sommes internationalistes.

Comme l’ensemble des formations de gauche, le Parti de Gauche de Mélenchon se croit dépositaire du bien. Seul lui et la gauche sont dans le vrai. La rue c’est la gauche. La violence légitime c’est la gauche. L’humain et l’amour c’est encore elle. La bonté c’est toujours elle. La culture, le savoir, la connaissance, le talent c’est évidement la gauche. La gauche est divine, on ne peut la soupçonner du moindre mal… même pas les 100 millions de morts du communisme…

Souvenons-nous que la gauche de Mélenchon fut celle Continuer la lecture de Mélenchon et ses nervis excluent manu militari Nicolas Dupont-Aigan d’une manifestation. (vidéo)

François Hollande : la gauche a « libéralisé l’économie, et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation »

Face à la presse britannique, François Hollande a fait preuve d’une honnêteté qu’on ne lui connait pas quand il est interrogé par les journalistes français. De passage à Londres, le candidat socialiste a déclaré au Guardian (journal de gauche):

«Aujourd’hui, il n’y a plus de communistes en France… la gauche a été au gouvernement pendant 15 ans au cours desquels nous avons libéralisé l’économie, et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation. Il n’y a rien à craindre. » — François Hollande

On ne peut pas dire mieux. Nous avions d’ailleurs remarqué que l’équipe de campagne de Hollande était faite pour donner des gages aux marchés et à la finance.

Alors bien sur Mélenchon s’insurge. Face aux caméras, il tempête même, mais en coulisse, il négocie avec le PS pour les prochaines législatives. Et les communistes soucieux de retrouver leur postes de député font de même.

Le scénario est donc déjà écris: après avoir broyé la progression du NPA qui faisait de l’ombre au PS, Mélenchon a redonné un semblant de vigueur au rouge disparu des communistes pour que demain ils puissent tous ensembles retrouver leurs maroquins, et gouverner le pays sous les hospices généreux d’une Europe fédérale.

Ah, quelle comédie que cette république de gredin !.

Pour la gauche, Marine Le Pen est soit une salope bonne à baiser, soit une nazi, soit une semi-démente…

Les grands démocrates du parti socialistes veulent faire voter les étrangers. Mais ils sont pour que les 20% de la population qui s’apprêtent à voter Marine Le Pen ne puissent pas le faire (1). J’aimerais que l’on m’explique en quoi ces gens-là sont encore républicains ? Et en quoi ils sont plus démocrates que le mouvement que préside Marine Le Pen ?.
Car enfin, je rappelle que le programme du Fn prévoit depuis plus de 10 ans le rétablissement de la république référendaire, l’instauration de la proportionnelle, ainsi que la mise en place de référendum d’initiative populaire au niveau local. En matière institutionnelle, le programme de Marine Le Pen envisage d’en finir avec les gabegies de la décentralisation en supprimant les nombreuses strates administratives accumulées au fil des années et dont la seule efficacité aura été d’alourdir notre endettement public puis d’éloigner le peuple des centres de décisions. En ce qui concerne la présidence, la candidate propose la mise en place d’un septennat non renouvelable afin d’éviter à l’exécutif d’avoir le nez fixé sur les échéances électorales.

Je ne vois ici que des propositions qui renforcent la République et la démocratie. Peut-on en dire autant des autres candidats ? Surement pas. Ils semblent même éprouver de plus en plus de mal avec les fondamentaux de la démocratie et du débat public.

Marine Le Pen semi-démente.

Constatons en effet qu’en lieu et place d’un débat crédible sur les programmes, la gauche et la droite insultent et diffament. Menacent et mentent. Nullement réputé pour être un grand démocrate jean-Luc Mélenchon ira jusqu’à parler, à l’occasion d’un meeting, d’épuration politique à l’égard de Marine Le Pen. Consigne qui sera aussitôt suivie par ses nervis en tabassant le responsable du Front National de la Jeunesse. Mélenchon qui déclare sur RMC que Marine Le Pen représente le mal absolu… pour sa patrie républicaine, oublie qu’il a dans son staff de campagne des islamistes, qu’il est soutenu par une organisation islamiste (les musulmans avec Mélenchon), que son bras Droit Alexis Corbierre appartient à la libre pensée (officine trotskyste léniniste proche des islamistes algériens) et que son mentor Chavez est un allié de l’antisémite président Iranien Ahmadinejad. Mais Mélenchon peut traiter Marine Le Pen de semi-démente et de chauve-souris, sans que cela n’émeuve la classe médiatique. Celle-ci oubliant au passage de rappeler que Mélenchon a manifesté avec Marie-George Buffet et Besancenot en compagnie des représentants et des supporters du Hamas et du Hezbollah.

Le petit père sans peuple et rabatteur de voix pour François Hollande, peut-être rassuré, il est rejoint dans son combat par BHL. Le philosophe soutien inconditionnel des islamistes Libyens, ami de Sarkozy et que l’on a vu récemment déjeuner avec François Hollande dans un restaurant parisien au menu duquel figure notamment des «truffes noires et salade de mâche, toasts « melba » »… à 140 euros., vient donc renforcer la campagne du leader du front de gauche. On aura Tout vu. Le Franc-maçon et ami de Serges Dassault soutenu par BHL ça la fout mal pour un candidat qui s’échine à nous faire croire qu’il est le candidat anti-système.

Marine Le pen, une salope bonne à baiser.

Mais cette campagne de calomnies qui touche Marine Le Pen n’a pas commencé avec Mélenchon. Si la candidate Fn a réussi à convaincre une partie des citoyens, c’est loin d’être le cas au sein de la classe politico-médiatique. Car il faut être lucide: la dé-diabolisation espérée par Marine Le Pen est impossible avec les idéologues qui sont aux commandes des média français.

Le 17 mars 2011, l’écrivain de gauche (en France pour écrire dans les journaux, les écrivains sont obligés d’être de gôche) Regis Jeauffret en appelait dans les pages de Libération au viol de la candidate :

«Jean’s, bottes à talons, plus sexy que son père». Mais de qui s’agit-il ? Début de réponse un peu plus loin. «C’est exactement le genre de fille qu’on a envie de sauter entre deux portes en espérant qu’elle vous demande de lui donner des baffes avant de jouir pour pouvoir se mettre un instant dans la peau d’un sans-papier macho et irascible».

On mesure la finesse de l’écrivain subversif. Mais ce n’est qu’une goutte d’eau dans un océan de délire éditorial et de bassesse. Depuis Janvier 2011, on comptabilise plus de 10 livres contre Marine Le Pen.

Marine Le Pen est nazi

Cette campagne de propagande a un grand avantage pour nos pseudo-résistants, elle fournit aux média-complices des arguments pour lutter contre le FASCISME désigné par la Gôche.
C’est ainsi que l’on a entendu sur RMC, l’entrepreneur communautaire et complice du maffieux socialiste Guérini, Karim Zéribi, prétendre que le programme de Marine Le Pen était National Socialiste (voir Vidéo). Sur la même antenne, Guy Bedos a pu dire que la candidate du FN était plus proche de Hitler que ne l’était son père. On voudrait relativiser les horreurs du régime nazi, on ne s’y prendrait pas autrement.


Je trouve Marine Le Pen plus proche d’Hitler que… par warrant
Continuer la lecture de Pour la gauche, Marine Le Pen est soit une salope bonne à baiser, soit une nazi, soit une semi-démente…

Ne laissons pas Sarkozy-Hollande-Bayrou-Mélenchon-Attali ouvrir les frontières sans retenue!

Ne laissons pas les Sarkozy, Hollande, Bayrou, Joly, Mélenchon libres d’ouvrir nos frontières en grand et de laisser s’implanter sur notre sol, par centaines de milliers chaque année, des flots d’immigrés qui viendront aggraver la situation de l’emploi, peser sur les salaires, dénaturer notre espace public et sociétal, accroître les difficultés des budgets sociaux, déséquilibrer la demande de logements …

Ne laissons pas ces politiciens gavés de privilèges et de prébendes souscrire aux desiderata d’une Europe (que tous veulent fédérale et se substituant à la souveraineté nationale) de technocrates et de fonctionnaires inamovibles qui veut accueillir plus de 50 millions d’immigrés dans les vingt années à venir…

Ne laissons pas ces représentants de la caste politicienne qui se partage tous les pouvoirs depuis plus de 30 ans (Mélenchon était ministre au moment du traité de Barcelone qui détruit « les retraites » : il peut manifester aujourd’hui, ce tartuffe patenté…) aller au devant des demandes du MEDEF et de sa cheftaine Parisot, jamais la dernière à demander que les salaires baissent, que les dividendes s’envolent, que les travailleurs soient pressurés un « max »…

Ne laissons pas ces pseudo-défenseurs du « peuple de France », ces soit disant attentifs aux problèmes de « ceux qui travaillent, payent leurs impôts et respectent les lois » , ces supposés soucieux de l’intérêt de celles et  de ceux qui sont la France parce qu’ils créent la richesse nationale par leur travail et l’identité française par leur respect de l’Histoire, se gargariser des réflexions de l’ineffable Jacques Attali qui veut « 300 000 » immigrés de travail par an » (1), qui souhaite, bien assis sur ses tas d’actions, bien accroché à ses parachutes dorés, bien nourri de ses vacations médiatiques, détruire notre tissu économique, social et politique en remplaçant un peuple dont il n’a même pas la plus petite idée… Ce grand bourgeois, salonard grasseyant et financier avide, chantre d’une mondialisation qui détruirait les Nations, imperturbable enfileur d’inepties (avec 30 % de chômeurs dans la population active immigrée, on peut se demander comment « elle paie nos retraites » !), conseiller de Mitterrand hier et de Sarkozy aujourd’hui, est le digne représentant des oligarchies financières qui mettent en coupes réglées la planète et imposent leurs vues et leur personnel politiques, la Grèce et l’Italie en sont le dernier exemple .

L’économie de l’immigration, que prônent l’Europe mondialiste, le MEDEF et la caste politicienne française dans son ensemble, est dirigée totalement contre  les forces vives de notre peuple.

Dans l’univers du libre échange mondial et de la mobilité de tous les facteurs de production, les entreprises françaises  (et européennes) organisent  un double comportement :

– la délocalisation à l’extérieur de la production des biens et produits manufacturés et des services informatiques, (la délocalisation des capitaux aussi…)

– la délocalisation à domicile par le recours à  la main d’oeuvre immigrée pour les secteurs non délocalisables : BTP, restauration, agriculture, services en général et services à domicile notamment.

Cette logique a ses gagnants et ses perdants.

Parmi les gagnants on trouve les entreprises (grandes, moyennes et petites) qui diminuent leurs charges, limitent les salaires par l’afflux de main d’œuvre  et donc augmentent leurs marges. On trouve aussi les particuliers qui utilisent des services. Et bien sûr les immigrés eux-mêmes qui accèdent – au prix de leur déracinement – au confort d’un pays développé tout en dépouillant leur pays d’origine de forces potentielles de travail.

Mais les perdants se comptent par millions :

Continuer la lecture de Ne laissons pas Sarkozy-Hollande-Bayrou-Mélenchon-Attali ouvrir les frontières sans retenue!