Archives par mot-clé : mise en examen

L’industriel, patron de presse et ancien sénateur Serge Dassault est mort

Quatrième fortune de France, l’industriel de l’armement, Serge Dassault, est mort lundi à 93 ans. Ingénieur de formation, il a contribué à l’essor du groupe fondé par son père. Homme politique, il a été mêlé à plusieurs affaires de corruption.

Le milliardaire Serge Dassault, qui a présidé à l’essor du groupe aéronautique Dassault, un des fleurons de l’industrie d’armement française, est mort le lundi 28 mai à 93 ans, ont annoncé sa famille et le groupe Dassault. Son décès est dû à une « défaillance cardiaque », a précisé sa famille.
Serge Dassault est né le 4 avril 1925, à Paris. Il est le fils de Marcel Dassault et de Madeleine Minckes. Son père a été déporté à Buchenwald en août 1944 pour avoir refusé d’apporter aux nazis son savoir-faire aéronautique – il avait créé la Société des avions Marcel Bloch en 1928. Il en réchappera grâce à l’aide d’un co-détenu, Marcel Paul, membre du Parti communiste.

En 1946, la famille Bloch prend le nom de Dassault puis, en 1950, se convertit au catholicisme. Après ses études secondaires, il entre à l’Ecole polytechnique en 1946. Puis rejoint l’Ecole nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace (SUPAERO), dont il est diplômé en 1951. Il est aussi diplômé d’HEC. Le 5 juillet 1950, il épouse Nicole Raffel avec laquelle il aura quatre enfants.[…]

Le 10 avril 2014, Serge Dassault est mis en examen par les juges d’instruction du pôle financier pour « achat de votes », « complicité de financement illicite de campagne électorale » et « financement de campagne électorale en dépassement du plafond autorisé ». Cette mise en examen fait suite à celle de Jean-Pierre Bechter.

Si son patron est aux prises avec la justice, sur le plan industriel, Continuer la lecture de L’industriel, patron de presse et ancien sénateur Serge Dassault est mort

Occupation du chantier de la mosquée de Poitiers : 3 nouvelles mises en examen

Le président et le porte-parole de l’association Génération Identitaire, et cette dernière en tant que personne morale, ont été mis en examen hier dans l’affaire de l’occupation du chantier de la Grande Mosquée de Poitiers.

Et de sept ! La justice a procédé à trois nouvelles mises en examen dans l’affaire de l’occupation du chantier de la Grande Mosquée de Poitiers, investi en octobre 2012 par des militants de Génération identitaire, ce qui porte à sept le nombre des mises en examen.

Le président et le porte-parole de l’association Génération Identitaire, Arnaud Delrieux, et Damien Rieu, ont été mis en examen hier, ainsi que l’association Génération Identitaire en tant que personne morale. Les chefs de mise en examen n’ont pas été précisés.

Pour Damien Rieu, cette mise en examen est assortie d’un contrôle judiciaire strict lui interdisant de rencontrer les 76 autres militants présents sur le toit.

Dans un communiqué annonçant leur mise en examen, Arnaud Delrieux – qui était à l’étranger au moment des faits, selon l’association – et Damien Rieu ont dénoncé un « harcèlement judiciaire du pouvoir socialiste » afin de « paralyser l’action du mouvement en s’en prenant à ses cadres et en faisant durer la procédure le plus longtemps possible »…

Yahoo

Relire : Les Femen ont été conduites au commissariat «simplement pour la forme»

Soupçons de fraude fiscale : Isabelle Balkany mise en examen

Soupçons de fraude fiscale : Isabelle Balkany mise en examen

202697-nicolas-sarkozy-et-isabelle-balkany-637x0-2

Isabelle Balkany, l’épouse du maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) a été mise en examen jeudi, par les juges financiers dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte en décembre 2013 pour blanchiment de fraude fiscale. «Mme Balkany est mise en examen», pour des «questions fiscales et patrimoniales», a déclaré son avocat, Me Grégoire Lafarge, précisant que sa cliente rentrait «chez elle» jeudi soir. «Cette mise en examen ne concerne pas son activité politique ou celle de son mari, elle concerne exclusivement une problématique financière d’origine familiale et ancienne de plus de 20 ans», a ajouté l’avocat après sa comparution devant les juges d’instruction Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon. Jean-Pierre Aubry, ancien directeur de cabinet de Patrick Balkany et intime du couple, a subi le même sort, a indiqué une source judiciaire.

La veille, la première adjointe à la ville avait été placée en garde à vue dans les locaux de la Direction centrale de la police judiciaire de Nanterre avant d’être présentée jeudi aux deux juges d’instruction du pôle financier de Paris. Des perquisitions, visant notamment Jean-Pierre Aubry, ont également été menées, selon des sources proches du dossier.
Deux villas au centre de l’enquête

Saisis du dossier depuis fin 2013, les juges Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon cherchent à déterminer si le couple Balkany a tenté de cacher une partie de son patrimoine au fisc. Les enquêteurs de l’office anticorruption (Oclciff) de la police judiciaire s’intéressent notamment à deux luxueuses villas, à Saint-Martin aux Antilles et à Marrakech au Maroc. Ils se demandent si Isabelle et Patrick Balkany n’en sont pas les véritables propriétaires, dissimulés derrière des sociétés écrans et des comptes bancaires dans des paradis fiscaux.

Selon Le Point , les enquêteurs auraient réussi à établir que la villa antillaise est la propriété

lire la suite sur Le Figaro