Archives par mot-clé : mondialisation

Natacha Polony: Quiconque remet en cause le système économique actuel est un méchant xénophobe.

Le problème avec Polony c’est qu’elle est chevènementiste. Elle ne voit les dégâts de la mondialisation et de l’europeïsme qu’au travers du prisme de l’économie… or, même si on règle ce problème, les questions civilisationnelles et identitaires resteront les plus urgentes et à termes les dangereuses.
Nous partageons sont coup de gueule contre la propagande médiatique qui s’est mise en place; et évidement nous validons son analyse sur ce que cache la « lutte » antifasciste contre le FN.

Répliques: Le peuple et les élites avec Patrick Buisson et Alain Minc.

Tout oppose Alain Minc l’auteur , entre autre, de la mondialisation heureuse, et Patrick Buisson qui vient de publier La cause du peuple . Et pourtant, entre 2007 et 2012, ils ont été les conseillers du même Prince Nicolas Sarkozy. Ils ne le voyaient pas aux mêmes heures, ne lui tenaient pas le même discours , ils ne lui faisaient pas les mêmes suggestions. Et pourtant le fait est là et ce fait constitue un paradoxe qui demande d’être élucidé. Aussi demanderai je sans tarder à mes deux invités quel bilan ils tirent de leur expérience. Que représente pour vous , messieurs, le moment Sarkozy.?

Intervenants

  • Patrick Buisson : Journaliste français, né le 19 avril 1949 à Paris. Spécialiste des études d’opinion, conseiller de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy
  • Alain Minc : Essayiste, conseiller en entreprise Ancien président du conseil de surveillance du Monde

source

L’Eglise Vaticane complice de l’islamisation de nos pays et du Grand Remplacement

Article de Robert Albarèdes pour Riposte laïque

La rapidité avec laquelle le squatteur de l’Elysée a désavoué son premier ministre et dénoncé le fameux rapport officiel préparant la désagrégation de la Nation française et de son identité profonde par l’expansion infinie de l’immigration et le multiculturalisme  communautarisme imposé,  montre, à l’évidence, que ces gens savent qu’ils sont à l’opposé de ce que pense et  veut le Peuple de France en la matière… (1) et que, s’ils se replient en bon ordre aujourd’hui, c’est pour mieux préparer leur nouvelle offensive, à petits pas celle là, pour mieux endormir la vigilance des citoyens et les tromper insidieusement.

Qu’on n’oublie pas:  leur projet est celui de leurs différentes « écoles de pensée » et d’influence, du think tank « Terra Nova » présidé par le pantouflard bien nourri Chérèque au Groupe Bilderberg, auquel appartiennent maints dirigeants du PS comme de l’UMP, en passant par « Le Siècle », où tous les financiers, politiciens de « droâte » et de « gôche », responsables des media français, ont leur « rond de serviette » et la French American Foundation qui promeut dans l’ombre les « futures élites » de notre pays, à « gôche » comme à « droâte »…

L’offensive contre notre Peuple est lancée, et, de phases d’avancée en phases de repli, elle se poursuivra tant que le système d’alternance bipartiste PS (et alliés écolos) -UMP (et alliés Centre) se perpétuera.

Et dans cette offensive, téléguidée par les instances oligarchiques financières  apatrides de la Mondialisation et les institutions antidémocratiques de l’Europe de Bruxelles, un protagoniste de poids vient de s’inviter (même s’il n’a jamais été absent), et de manière éclatante : l’Eglise Vaticane, qui vient de sortir la « grosse Bertha » pour amplifier son action et développer  son offensive.

Le-pape-Francois-a-Lampedusa1

Si certains ont pu être étonnés du remplacement subit du pape précédent par le François actuel, ils ne peuvent, aujourd’hui, que constater la réalité: ce Pape est celui de la Mondialisation, de l’immigration tous azimuts, de la destruction des Peuples, surtout quand ils sont marqués par l’esprit laïque.

Les lecteurs réguliers de « Riposte laïque » ne feront preuve d’aucun étonnement: depuis les paroles du cardinal Tauran remerciant les musulmans d’avoir permis le retour de « Dieu en Europe » (2) jusqu’à celles de Benoît XVI demandant à la chancelière Merkel de lutter « contre le laïcisme en Europe », ils ont pu suivre ce cheminement de l’Eglise Vaticane qui , aujourd’hui, en vient à produire le texte papal ci-dessous mentionné qui en appelle à l’accueil des migrants islamiques, à l’islam comme religion « de paix et d’amour », à la fraternité comme outil de la justification des flux migratoires que demandent et l’Europe et les Oligarchies financières mondiales pour peser sur les salaires, détruire les espaces sociétaux des pays accueillants, faire fondre les peuples dans des magmas informes et communautaristes dont la vocation violente et destructrice est inhérente à leur existence même. (3)

Ceux qui, parmi nous, s’imaginent qu’ils vont trouver à leurs côtés l’Eglise catholique pour combattre l’expansion islamiste et l’imposition de la charia partout où elle triomphera, se mettent le doigt dans l’oeil, et profondément…

Ceux qui, parmi nous, pensent que cette même Eglise saura s’opposer aux effets néfastes de la mondialisation et de la construction européenne en matière de valeurs morales, sociétales, sociales même, se trompent lourdement..

Et, en plus de bien lire les textes papaux, ils devraient s’imprégner du sous-entendu criant Continuer la lecture de L’Eglise Vaticane complice de l’islamisation de nos pays et du Grand Remplacement

La mondialisation de la finance a connu un coup d’arrêt

Selon une étude du cabinet McKinsey Global Institute, la croissance de la valeur des actifs financiers s’est fortement ralentie, et les flux transfrontaliers se sont effondrés.

La crise financière aurait-elle mis fin à la mondialisation de la finance ? Selon une étude de McKinsey Global Institute (MGI), cette dernière se développe bien moins lentement depuis le début de la crise. Ainsi, McKinsey évalue à 225.000 milliards de dollars, en 2012, la valeur cumulée des actifs financiers mondiaux : actions, obligations d’Etats, d’entreprises ou financières, prêts titrisés ou non titrisés.

Depuis 2007, la croissance annuelle de cette valeur est de 1,9%. Entre 1990 et 2007, elle était de 7,9%. « Il est frappant de constater que ce ralentissement concerne aussi bien les économies matures en phase de désendettement que les économies émergentes », constate le MGI.

Corrections des bulles

Les actions sont les plus touchées par cette chute en valeur des actifs : alors qu’elles connaissaient une croissance annuelle de 8% en moyenne entre 2000 et 2007, elles baissent désormais de 5,5% en moyenne par an. Les prêts titrisés sont passé d’une croissance annuelle moyenne de 15,9% à une lente baisse de -0,7%.

« Certaines de ces évolutions constituent des corrections par rapport aux excès ayant entraîné le gonflement de bulles, commente McKinsey, néanmoins, d’autres évolutions auraient des conséquences néfastes pour l’investissement privé et les perspectives de croissance à long terme ».

Chute des flux transfrontaliers

suite

Le libre-échange dans la mondialisation actuelle : vers une catastrophe annoncée

Tribune libre de Bruno Lemaire, économiste, ancien professeur à HEC, (partie 1 sur 3)

Q. Ses adversaires politiques ont souvent reproché au projet économique de Marine Le Pen d’être archaïque, et d’aller contre le progrès, en particulier lorsqu’elle défend un « protectionnisme intelligent ». Qu’en pensez-vous ?

En fait, les deux principaux piliers de son projet économique sont issus de la même idée, simple à énoncer, plus difficile à mettre en place : une priorité « patriotique » reposant sur un double équilibre, équilibre des échanges extérieurs (flux de capitaux, flux de biens, flux de services, et flux de personnes), et équilibre entre l’État et le secteur privé.
Pendant la campagne présidentielle, on a plus souvent évoqué la question monétaire que celle du libre-échange, et nous avons cherché, sur la première question, à montrer le scandale constitué par le fait que c’était le « privé » qui imposait sa loi à l’ensemble de l’économie, par le biais d’une création monétaire incontrôlée, et ce depuis des décennies – en fait depuis 1913 aux Etats-Unis (avec la création de la « Federal Reserve » – cf. ‘Les secrets de la Réserve Fédérale’, de Mullins).

Q. Ce qui a conduit à la situation actuelle : sacrifier l’industrie pour ‘sauver’ les banques ?

Effectivement. Et la lente agonie de l’Euro, ou plus exactement de la zone euro, n’en est qu’un des effets induits. Cette agonie peut d’ailleurs durer encore des mois, voire des années, tout dépendra de la volonté de la BCE de continuer à accorder des soins palliatifs à cette malheureuse monnaie unique, et peut être aussi du courage, de la lucidité ou de l’honnêteté de nos dirigeants.

Q. Ainsi sans doute de la capacité de certains dirigeants à convaincre leurs concitoyens qu’il n’y a pas d’autre solution, pas de plan B. Le fameux TINA (There Is No Alternative) de Madame Thatcher. Nous serions ‘condamnés’ à rester dans la zone euro, envers et contre tout…

Effectivement. Et le fait qu’il n’y ait guère, dans les 4 plus importants pays industriels de la zone Euro, que 25 à 30 % de personnes qui souhaitent abandonner l’Euro, en tant que monnaie unique, n’incite pas à l’optimisme en ce domaine.

Q. Pourquoi ce terme « optimisme » ? Pensez vous vraiment qu’il faille sortir de l’Euro ?

Ce dont je suis sûr, c’est qu’il faudrait un débat aussi ouvert que possible sur la question. Mais ce serait plus que de l’optimisme d’imaginer qu’un débat sur un tel sujet puisse réellement avoir lieu : le « système » ne le permettra pas. Pensez donc : un siècle après l’événement fondateur, celui de la création de la « Federal Reserve », on continue à nier l’existence de la réunion secrète de Jekyll Island de 1909 qui avait rassemblé, en dehors du sénateur Aldrich, les 5 banquiers les plus influents de NewYork, banquiers qui représentaient aussi les intérêts des banques de Londres et de Francfort. Continuer la lecture de Le libre-échange dans la mondialisation actuelle : vers une catastrophe annoncée

Arnaud Montebourg et le double discours souverainiste de la gauche !

Arnaud Montebourg a fait ces derniers jours une grande découverte : l’Allemagne défend ses intérêts. Mais où vivait Montebourg depuis ces 20 dernières années ? Ne s’est-il jamais rendu compte que l’Allemagne a toujours refusé de céder un pouce de sa souveraineté contrairement à la France qui, sous l’influence de l’idéologie européiste du PS et de l’UMP, s’est livrée pieds et poings liées aux dogmes de l’Europe des technocrates et de Jean Monnet.
Montebourg devrait plutôt s’en prendre à son nouvel allié François Hollande. C’est lui et ses mentors de l’époque qui, il y a plus de dix ans, ont confectionné un euro à la mode Allemande (1). C’est le PS auquel appartient Montebourg qui a le plus privatisé de services publiques en France, c’est lui qui a rédigé et signé la majorité des traités européens qu’ils condamnent aujourd’hui, c’est le PS qui a voté le traité de Lisbonne contre la volonté du peuple, c’est la gauche française qui fut pionnière de la dérégulation financière (2)… Montebourg peut bien sortir la panoplie du patriote et faire peur aux gogos en brandissant des casques à pointes, François Hollande peut bien prendre tous les accents souverainistes qu’il veut en déclarant : qu’il n’accepterait jamais que, au nom du contrôle des budgets nationaux, au nom de la coordination de la politique budgétaire, la Cour de justice européenne puisse être juge des dépenses et des recettes d’un État souverain »… leur prêchi-prêcha ne trompe plus personne, nous savons que ces petits boutiquiers sont prêts à tout pour séduire le chaland.

Notons au passage que l’indignation de Montebourg est la preuve de l’inanité de ses propositions en matière de protectionnisme aux frontières de l’Europe. Car il faut être naïf ou de mauvaise foi pour continuer à prétendre que la France en ruine pourrait imposer à une Allemagne souveraine et dominatrice un protectionnisme dont elle ne veut pas. Même sarko avec son plan au rabais se couche et va à la niche… ce ne sont donc pas les illusions d’un socialiste à bout de souffle et qui s’arrête au milieu du guet, qui vont impressionner l’Allemagne.

Il n’y a plus que l’incurable Cohn Bendit pour s’indigner avec la vigilance sincère d’un inquisiteur de ce genre de déclaration. Le reste n’est que pure comédie.

Car enfin, soyons lucide : que défend Arnaud Montebourg quand il s’attaque aux velléités nationalistes et protectrices de l’Allemagne ? Les intérêts de la France ? Non. Montebourg veut sauver l’Euro et la construction d’une Europe de béni-oui-oui. Et c’est là que réside la muflerie de l’internationaliste socialiste Montebourg.

Déclaration de montebourg sur son blog

Les Allemands mènent donc, sur la question de l’euro, une politique nationale, une politique servant leurs seuls intérêts : en faisant la politique des marchés et non pas des peuples, en imposant des plans d’austérité partout en Europe, en refusant les Eurobonds et l’intervention de la banque centrale européenne pour faire racheter la dette des États. Il me semble, en particulier, que les élites allemandes n’ont pas peur de proclamer qu’elles pensent d’abord en termes d’intérêts nationaux.

Soumis -même s’il s’en défend- à l’influence des dogmes post-modernes, il est tout simplement impossible à Montebourg de penser en terme de Nation et de patrie. Il va même jusqu’à militer pour des eurobonds alors que cela ne ferait que renforcer l’intégration de la France dans un fédéralisme européen sous domination allemande. C’est prendre le risque d’abandonner encore et toujours plus de notre souveraineté. Car si eurobond il y a, cela ne se fera pas sans condition de la part de l’Allemagne dans la mesure où c’est elle qui devra garantir les dettes de tous les pays de la zone euro, et ainsi mettre en péril sa bonne santé économique (3).

Cette proposition, lorsqu’elle a été publiquement énoncée par Barosso, a aussitôt provoqué une réaction négative sur les marchés financiers.
En une journée le taux d’intérêt de l’Allemagne a été relevé (plus de 2 %, la France est à presque 4 %) ce qui l’a empêché d’emprunter autant qu’elle l’aurait souhaité. C’est une spirale infernale dans laquelle les europeïstes de l’UMP et du PS sont prêts à nous balancer (4).
En militant pour des eurobonds, Arnaud Montebourg, comme tous ceux qui soutiennent cette idée, fait le choix de toujours et encore plus d’Europe fédérale, toujours et encore plus de Marché…et toujours et encore moins de démocratie et…de France.
Continuer la lecture de Arnaud Montebourg et le double discours souverainiste de la gauche !

La gauche française, pionnière de la dérégulation financière ?

Rawi Abdelal, professeur à Harvard, spécialiste de politique économique, a écrit en 2005 un document de 130 pages titré Le consensus de Paris, la France et les règles de la finance mondiale, dans lequel il démontre que c’est la gauche française qui a agi avec le plus de ténacité, en Occident, «de façon paradoxale» en faveur de la dérégulation «libérale» des marchés financiers.
Rappelons que bien avant lui, en France des auteurs comme Michel Clouscard, Maurice Allais, Serge Halimi, ou encore Jean-claude Michéa avaient fait cette analyse… on regrette que le Nouvel Obs ait besoin d’aller chercher en 2011 un professeur d’Harvard pour dire ce que l’on pouvait déjà affirmer dés 1990 en France avec des auteurs Français…..

Continuer la lecture de La gauche française, pionnière de la dérégulation financière ?