Archives par mot-clé : mosquée de Poitiers

Occupation du chantier de la mosquée de Poitiers : 3 nouvelles mises en examen

Le président et le porte-parole de l’association Génération Identitaire, et cette dernière en tant que personne morale, ont été mis en examen hier dans l’affaire de l’occupation du chantier de la Grande Mosquée de Poitiers.

Et de sept ! La justice a procédé à trois nouvelles mises en examen dans l’affaire de l’occupation du chantier de la Grande Mosquée de Poitiers, investi en octobre 2012 par des militants de Génération identitaire, ce qui porte à sept le nombre des mises en examen.

Le président et le porte-parole de l’association Génération Identitaire, Arnaud Delrieux, et Damien Rieu, ont été mis en examen hier, ainsi que l’association Génération Identitaire en tant que personne morale. Les chefs de mise en examen n’ont pas été précisés.

Pour Damien Rieu, cette mise en examen est assortie d’un contrôle judiciaire strict lui interdisant de rencontrer les 76 autres militants présents sur le toit.

Dans un communiqué annonçant leur mise en examen, Arnaud Delrieux – qui était à l’étranger au moment des faits, selon l’association – et Damien Rieu ont dénoncé un « harcèlement judiciaire du pouvoir socialiste » afin de « paralyser l’action du mouvement en s’en prenant à ses cadres et en faisant durer la procédure le plus longtemps possible »…

Yahoo

Relire : Les Femen ont été conduites au commissariat «simplement pour la forme»

A Poitiers, la deuxième mosquée reste d’actualité

Un article du journal bien nommé  » La Nouvelle République« 

Le président du conseil régional du culte musulman défend le projet d’une seconde mosquée. Concernant la première, il souhaite la transparence.

A l’image du reste de la société, la communauté musulmane n’est pas constituée d’un seul bloc. A Poitiers comme ailleurs, des tiraillements, parfois de réelles divergences se font jour entre différentes tendances de l’islam. Elles émergent notamment au sujet de la future grande mosquée, encore en chantier du côté de la rue de la Vincenderie, dont le permis de construire fut accordé en octobre 2003 à l’UOIF ( Union des organisations islamiques de France).

«  L’entretien coûtera cher  »

« Déjà en 1998, rappelle le poitevin Bouchaïb Kamali, aujourd’hui président du conseil régional du culte musulman, un groupe avait commencé à réfléchir sur un projet de mosquée à Poitiers. » Puis le projet de la Vincenderie est arrivé, piloté par le président de la communauté musulmane Boubaker El Hadj Amor, l’un des dirigeants de l’Union des organisations islamiques de France, réputée proche des Frères musulmans (1).
A plusieurs reprises, le financement de la mosquée a posé question. D’où vient l’argent ? Des émirats arabes unis ? Des Etats du Golfe ?

« Il n’y a pas de traçabilité et de transparence sur l’origine des fonds. Deux millions d’euros ont déjà été dépensés. Et puis c’est un grand monument dont l’entretien coûtera cher. Comment gérer l’après ? Je crois en fait que tous ces éléments n’encouragent pas la communauté musulmane locale à donner », déplore Bouchaïb Kamali, inquiet par ailleurs de la destination d’une certaine partie de la future mosquée.

« Un institut de formation ou une école d’imams ? J’émets toutes mes réserves sauf si l’encadrement est fait par l’Etat, de manière claire et transparente. La formation des imams doit se traiter au niveau national. La question ce n’est pas de finir la mosquée, c’est son entretien et son utilisation, une fois construite… »
Aujourd’hui, Bouchaïb Kamali affirme qu’il est en train de travailler « sur un projet poitevin de deuxième mosquée. Une mosquée de proximité qui intégrerait toutes les nationalités et communautés, des Turcs aux Algériens… »

 

(1) Boubaker El Hadj Amor s’exprimera à son tour dans l’une de nos toutes prochaines éditions.

Quand La Nouvelle République fait la promotion d’une conférence de Hani Ramadan à Poitiers

Qu’est ce qui selon vous séduit le plus les journalistes de Poitiers :

– L’occupation pacifique du toit de la mosquée en construction pour demander un référendum sur l’immigration ?
ou
– la venue à Poitiers d’un prédicateur des frères musulmans qui prône la lapidation et la Charia ?

Et bien si l’on en croit la lecture du journal bien nommé la Nouvelle République (islamique?), ses journalistes sont déjà prêts à vivre sous la Charia puisqu’ils font la promotion de Hani ramadan, le frère de tariq, pour qui la lapidation est une mesure dissuasive (1). Rappelons que ces mêmes journalistes n’ont pas eu de mots assez durs pour condamner l’action des identitaires. Il semble donc qu’ils aient choisi leur camp:

– Annonce du cycle de conférences avec Hani Ramadan, l’homme de la lapidation, dans La Nouvelle République du 10 novembre 2012 :

[…] Ce dimanche après-midi, à l’initiative d’un ensemble de musulmans de la ville, avec l’appui de l’association Abchir, un cycle de conférences sur l’islam sera donné à la salle des fêtes de la Hune à Saint-Benoît. « Cela n’a pas de rapport direct avec les événements de la mosquée, cet événement était envisagé depuis plusieurs mois, précise le président d’Abchir, Abdelmajid Amzil, à l’origine nous voulions organiser une journée sur le monde arabo-musulman mais après les incidents de la mosquée nous avons décidé de réorienter un peu le sujet, nous disant qu’il y avait forcément un malentendu. Mais dans l’ensemble, je crois qu’à Poitiers on vit bien ensemble. »

Quatre conférenciers (Mouhammed Badjarafil, Nassima Prudor, Hassan Iquioussen et Hani Ramadan) sont attendus à la tribune. […]

– Compte-rendu dans La Nouvelle République du 12 novembre : « Quand l’islam souvre aux autres »

Voir Riposte Laïque (compte-rendu de la conférence)

 

(1)

Affaire de la mosquée de Poitiers : Acte de résistance face à l’immigrationnisme

Tribune libre de Paysan Savoyard pour fdsouche

L’affaire de la mosquée de Poitiers marque probablement une étape importante dans le processus en cours d’affermissement du totalitarisme immigrationniste.

(…)

Cette réaction virulente de la classe politique et des responsables gouvernementaux contraste avec l’attitude qu’ils adoptent à l’égard d’un certain nombre de faits ou de comportements ayant eux aussi un lien avec la question de l’immigration, de l’islam ou de la religion en général.

C’est ainsi que ces dernières années de nombreuses tombes chrétiennes ont été profanées (par exemple dernièrement en septembre à Goussainville ou à Albi en octobre). Des églises ont été visées par des actions hostiles (par exemple au cours de ce mois d’octobre 2012 trois églises ont été l’objet d’actes de vandalisme, à Marseille, Lyon et Carnac ; en septembre, selon des témoignages, une messe qui se déroulait dans une église de Dijon a été perturbée par un groupe de jeunes d’origine maghrébine ; en février 2011 un adolescent a jeté des cailloux sur les fidèles dans une église de Carcassonne au cours d’une messe).

L’espace public a été occupé par des prières de rue de façon illégale pendant des années dans plusieurs grandes villes. Les textes de rap comportent de très nombreuses déclarations haineuses et guerrières adressées à la police, à l’État et à la société française dans son ensemble. On peut rappeler également (comme vient de le faire Michel Onfray) que le Coran lui même, lu, appris et psalmodié par une grande partie des personnes originaires de l’immigration, contient de nombreuses proclamations hostiles et belliqueuses.

Dans la quasi-totalité des cas, ces manifestations ne donnent lieu à aucune réaction des pouvoirs publics. A l’inverse, les responsables gouvernementaux et la classe dirigeante se mobilisent fortement lorsque des tombes musulmanes sont profanées ou des mosquées taguées.

On peut également relever que les pouvoirs publics subventionnent des associations, dites antiracistes, favorables à l’immigration. Marine Le Pen a rappelé que des occupations d’églises organisées par des groupes de soutien aux immigrés clandestins n’avaient donné lieu à aucune demande de dissolution des associations en cause (par exemple au cours de ce mois d’octobre 2012 une église de Brest a été occupée par des clandestins soutenus par le Réseau éducation sans frontières ; en 1996 l’occupation de l’église St Bernard à Paris avait duré près de deux mois). On peut aussi noter que le gouvernement vient de supprimer du code pénal le délit d’aide au séjour irrégulier.

Dans le même temps, les pouvoirs publics envisagent la dissolution du groupe « Bloc identitaire ». Ils harcèlent depuis plusieurs années le blog Fdesouche, qui se consacre notamment à la mise en évidence des dangers de l’immigration massive et qui est l’un des blogs politiques les plus visités. La réaction des pouvoirs publics vis-à-vis de l’affaire de Poitiers s’inscrit dans cette logique : l’État et l’oligarchie ont choisi d’adopter, vis-à-vis des personnes et des groupes qui contestent la poursuite de l’immigration et dénoncent l’islamisation, une position partiale et déséquilibrée.

  • Une mauvaise foi assumée

Il faut relever enfin que l’argumentation des pouvoirs publics et de la classe dirigeante concernant cette affaire de Poitiers est assise sur une particulière mauvaise foi.
Continuer la lecture de Affaire de la mosquée de Poitiers : Acte de résistance face à l’immigrationnisme

Le gouvernement renonce à dissoudre le groupuscule d’extrême-droite Génération Identitaire

Selon une source gouvernementale, au cours d’une discussion sur ce sujet entre François Hollande et Jean-Marc Ayrault, un conseiller du président de la République a prévenu le couple exécutif que, pour des raisons juridiques, la dissolution de Génération Identitaire ne tenait pas.

Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples,   SOS Racisme, le Rassemblement des Musulmans de France, le PCF, le Parti de Gauche avaient demandé cette dissolution. Le MRAP et le PCF du Vaucluse ont également souhaité l’interdiction de la convention du Bloc identitaire, prévue les 3 et 4 novembre à Orange.

Dans une lettre ouverte au Premier ministre,  Génération identitaire a réclamé mardi un référendum sur l’immigration en inscrivant l’occupation de la mosquée « dans notre volonté d’un débat public. »

 

France Info

Mosquée Poitiers/ Marine Le Pen : « Je suis atterrée par les réactions d’hystérie de la classe politique » (vidéo)

Je comprends les craintes et les préoccupations de la construction de ces gigantesques mosquées, ces mosquées cathédrales avec des minarets de 22m sans d’ailleurs que l’on ait sollicité l’avis des riverains (…) Je ne partage pas ce mode d’action (…) mais en revanche je suis atterrée par les réactions d’hystérie de la classe politique. J’aurais bien aimé qu’il y ait les mêmes réactions d’hystérie quand il y a eu des multiples occupations d’églises.


Marine Le Pen, présidente du FN : "Je suis… par rtl-fr

Quand l’express dénonçait l’imam radical de la mosquée de Poitiers

L’Union des organisations islamiques de France est omnipotente dans la communauté musulmane de Poitiers. A sa tête, l’imam Boubaker El-Hadj Amor

Sur les plans de l’architecte, on devine la façade à arcades, la coupole et le minaret. Le bâtiment sur quatre niveaux sera érigé au milieu d’une friche industrielle de 7 000 mètres carrés. Une salle de prière assez vaste pour accueillir 700 fidèles, un espace pour les ablutions, une imposante bibliothèque islamique, une salle pour les cours coraniques. Fin 2006, la mosquée s’offrira au regard des voyageurs, aux abords de la gare. Le permis de construire est déposé, la pose de la première pierre est imminente.

Montant total des travaux: 1,5 million d’euros, financés aux trois quarts par la très controversée Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans.

Le projet est porté à bout de bras par un seul homme: Boubaker El-Hadj Amor, le grand mufti de la communauté musulmane poitevine, celui que les autorités civiles, religieuses et militaires de la Vienne appellent respectueusement « monsieur l’Imam ». A 48 ans, cet ingénieur en robotique, né en Tunisie, dispose d’une carte de visite aussi longue que le mois de ramadan: il est l’un des piliers de l’UOIF en France – jusqu’à l’année dernière, il en était secrétaire et trésorier – préside le conseil régional du culte musulman (CRCM) de Poitou-Charentes, pilote l’institut de formation des imams, situé dans la Nièvre, et prétend avoir sous sa responsabilité quelque 400 étudiants en langue arabe à l’Institut européen de sciences humaines, à Saint-Denis. Continuer la lecture de Quand l’express dénonçait l’imam radical de la mosquée de Poitiers

Les identitaires occupent le toit de la mosquée de Poitier. (vidéo)

Addendum 21/10 10H : Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) demande dans un communiqué «la dissolution immédiate de toutes les poupées gigognes de la mouvance identitaire d’extrême droite qui a occupé le chantier de la mosquée de Poitiers».

Il souhaite «que le gouvernement prenne toutes dispositions pour faire fermer l’ensemble des sites internet de la mouvance identitaire», et «exige l’inculpation, pour incitation à la haine raciale, des dirigeants de ces formations d’extrême droite». Nouvel Obs

Addendum 21/10 09H : L’Union des Etudiants Juifs de France (UEJF) demande la dissolution du groupe d’extrême droite Génération identitaire et des groupes associés à l’occupation du chantier d’une mosquée à Poitiers et des sanctions contre les auteurs de cette occupation et l’interdiction de la tenue de la Convention de Génération Identitaire à Orange.

Pour Jonathan Hayoun, Président de l’UEJF : «Cette action marque une gradation dans les actions menées par les groupuscules d’extrême droite en France. C’est ici le discours du Front National et de Marine le Pen qui fait ses effets chez les premiers de ses sympathisants». UEJF

Addendum 19h

LICRA : « démonstration de haine ».
La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a condamné l’occupation d’une mosquée en construction à Poitiers par des militants d’extrême droite, une « démonstration de haine ». « Leur référence à Charles Martel en dit long sur le caractère provocateur de leur coup de force », a estimé dans un communiqué le président de la Licra, Alain Jakubowicz.
Source : Le Figaro

Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche (PG) a demandé samedi la dissolution des «groupes impliqués» dans l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers, une action qui selon lui «marque un franchissement de seuil dans la violence politique de l’extrême droite en France». Le Point

Le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé «condamne» l’occupation du chantier d’une future mosquée à Poitiers par un groupe d’extrême droite, car «la République laïque ne peut tolérer aucune agression envers une religion». «La défense de la laïcité est la clé du vivre-ensemble» a-t-il ajouté. Le Figaro

Addendum 17h
Soutien de Riposte laïque à l’action des Identitaires

(…) merci aux Identitaires qui viennent de faire ce coup d’éclat.

Parce que la mosquée de Poitiers, comme le rappelle ce dossier du Huffington post, a été voulue par le mufti qui a initié sa construction comme une revanche sur la défaite musulmane de 732 : « «J’ai fait valoir l’histoire de Poitiers. Un lieu de culte et de paix sur les ruines de la bataille de 732: tout un symbole » et a été financée majoritairement par l’UOIF, organisation proche des islamistes-Frères musulmans.

Parce que les Identitaires ont une revendication remarquable : « Immigration, construction de mosquées : REFERENDUM ! » Ils ont tout dit.

Espérons que cette initiative patriote, la première de cette ampleur, sera suivie de tant d’autres que le gouvernement n’aura d’autre choix que de présenter effectivement un referendum pour que le peuple décide, et lui seul, de l’immigration et de l’islam qui nous sont imposés depuis des lustres, à notre corps défendant.

Riposte laïque

Continuer la lecture de Les identitaires occupent le toit de la mosquée de Poitier. (vidéo)