Archives par mot-clé : musulmans

Béziers: Plainte de SOS Racisme après la sortie de Ménard sur la «garde musulmane»

Les média et la police politique du PS font encore un procès à Ménard. Ils seraient plus crédibles s’ils étaient capables (comme nous l’avons fait) de dévoiler et de dénoncer l’idéologie que cachent ces « aimables » musulmans.

Notons que quand ce sont les identitaires ou Robert Ménard qui proposent d’organiser des équipes citoyennes de protection et de surveillance, tout ce petit monde crie au fascisme.

Nos média et la gauche préfèrent donc confier notre sécurité à des musulmans alors que nous devons faire à un risque d’attentats terroristes perpétrés par des…. musulmans.
Encore une belle preuve de dhimmitude


 

Nouvelle sortie de route. Robert Ménard (apparenté FN), maire de Béziers, s’est fendu d’un billet sur la page Facebook de sa ville pour dénoncer ce qu’il appelle la « garde musulmane ». Le Parisien souligne pourtant que l’initiative, qui s’était aussi déroulée à Lens, dans le Pas-de-Calais, avait été très appréciée par les prêtres et les fidèles. L’association SOS Racisme a décidé de porter plainte suite à « ces mots outrageants ».

Protection rapprochée

Sans mot d’ordre particulier, des fidèles musulmans du Pas-de-Calais et de l’Hérault ont pris sur eux d’aller apporter leur protection à leurs homologues catholiques pour qu’ils puissent écouter la messe de Noël d’une oreille apaisée. A Lens et à Béziers, les offices célébrant la naissance de Jésus se sont donc déroulés pendant que, dehors, des musulmans veillaient au grain.

Si cette initiative avait été saluée, notamment par la communauté catholique de Lens, le maire de Béziers, lui, y voyait offense. « Depuis quand les pyromanes protègent des incendies ? », s’est emporté Robert Ménard sur la page Facebook de la municipalité. De là à dire que l’élu fait l’amalgame entre musulmans et terroristes, il n’y a qu’un pas. D’ailleurs, une autre phrase du maire, pleine d’allusions, lève le doute s’il en subsistait un : « Une garde musulmane  »protégeant » une église catholique. Contre qui ? Des hordes de moines bouddhistes ? Des chamans sibériens ? ».

Sur Twitter, le maire de Béziers, proche du Front national, n’a pas hésité à en remettre une couche, allant même jusqu’à évoquer « des milices » musulmanes. Pour finir, l’élu a assuré qu’il allait « saisir la préfecture au sujet de ces patrouilles musulmanes », furieux que l’Etat s’oppose à sa « garde Biterroise », même s’il est le seul à faire le rapprochement.

SOS Racisme porte plainte

Continuer la lecture de Béziers: Plainte de SOS Racisme après la sortie de Ménard sur la «garde musulmane»

Attentat déjoué: le tabou des ex-militaires devenus jihadistes

Les quatre hommes qui voulaient décapiter un gradé de l’armée sont tous des musulmans non convertis. Deux sont des mineurs de 16 et 17 ans.

divers

Deux leaders se détachent de ce groupe dont un certain Djebril A., ancien militaire âgé de 23 ans, et qui serait le principal instigateur des projets d’attentats.
Djebril A. aurait en outre été relevé de ses fonctions au sein de la marine nationale.
Toute cette affaire pose la question de la présence de musulmans hostiles à notre nation au sein de nos forces armées.

Lire sur ce sujet:

-L’armée française et ses musulmans

Islamisation de l’armée française : les problèmes ne datent pas d’hier 


(…) L’appartenance à l’armée française de ce suspect stupéfie les autorités. « Ce n’est pas le premier militaire français à partir combattre au nom de Daesh, et c’est extrêmement inquiétant », estimait jeudi matin sur BFMTV Pierre Martinet, ancien agent de la DGSE. « Car ce sont des gens formés à passer à l’action dans la clandestinité, et en outre formés à l’armement, au maniement des explosifs et aux techniques de combat », poursuit-il.

En janvier dernier, RFI avait révélé qu’une dizaine d’anciens militaires français étaient aujourd’hui au combat sous une bannière jihadiste, en Syrie et en Irak. Interrogé à ce sujet, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait refusé de commenter l’information, consentant toutefois que le phénomène existait, mais qu’il était « d’une extrême rareté ».

« Certains pourraient rejoindre l’armée pour se former »

Jeudi, sur BFMTV, le général Dominique Trinquand, expert des questions de sécurité militaire, a tenu à nuancer lui aussi la situation. « Nous savons que l’un des suspects est un ancien militaire, mais cela veut à la fois tout et rien dire. A-t-il passé six mois, un an, deux ans dans l’armée? Quel poste tenait-il? Etait-il conducteur, secrétaire, membre d’un commando? »

Un discours faisant écho à celui tenu par le général Jean-François Hogard, auditionné en mars dernier à l’Assemblée nationale en vue de l’examen du projet de loi relatif au renseignement.

« Les quelques anciens militaires qui sont partis dans les filières jihadistes sont des individus qui n’ont bien souvent passé que quelques semaines dans l’institution, et qui ont été remerciés pour cause d’instabilité ou d’inadaptation. Aucun de ceux qui sont partis à ce stade n’a reçu de formation pointue, par exemple d’artificier ou de tireur d’élite », avait-il expliqué aux députés.
Quant au général Trinquand, s’il estime qu’un « certain nombre de jihadistes pourraient avoir un intérêt à rejoindre l’armée française pour se former », il rappelle l’existence d’un service, le DPSD, « chargé de scruter et de détecter les soldats » susceptibles de basculer. Quand la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense a des soupçons, elle avertit le renseignement

Argenteuil : la mairie PS a-t-elle subventionné un lieu de culte ?

Rappel:

mosques_and_islamic_schools_in_france_20151

La laïcité est un mot qui n’a pas le même sens pour tous. En France, où cohabitent de multiples religions, chrétiens, musulmans, juifs aspirent à pratiquer leur culte dans de bonnes conditions. Mais la loi de 1905 interdit la subvention d’un culte par une mairie. Enquête à Argenteuil sur certaines pratiques des élus de la République.

À Argenteuil, le maire PS sortant Philippe Doucet ferait-il partie de ces élus qui ont une double lecture de la loi de 1905, notamment lorsqu’il s’agit du culte musulman ? Cette commune du Val-d’Oise est un ancien lieu de pèlerinage catholique instauré autour d’une relique de la Sainte Tunique, réputée donnée par l’empereur Charlemagne et conservée dans la basilique de Saint-Denis. Il existe aussi de nombreux lieux de culte protestants, une synagogue, ainsi que la plus grande mosquée d’Europe, dans le quartier Val d’Argent Nord.

Inaugurée le 29 juin 2010 par l’ancien Premier ministre François Fillon, la mosquée Al-Ihsan compte 3 000 m2 aménagés dans un ancien garage Renault. Onze ans de travaux ont été nécessaires à ce bâtiment orné d’une façade mauresque typique coiffée d’un dôme et d’un petit minaret, comme dans les pays arabes.

Polémique entre ancien maire PS et nouvel élu UMP

En tout, plus de dix lieux de culte musulmans ont été référencés sur la ville. À Argenteuil, on estime que près d’un tiers de la population est musulmane. De quoi pousser l’ancien maire PS à lancer le chantier d’une nouvelle mosquée en 2013. Afin de satisfaire les fidèles, il a signé, le 3 octobre 2013, un contrat de Continuer la lecture de Argenteuil : la mairie PS a-t-elle subventionné un lieu de culte ?

Les musulmans seront majoritaires dans le monde après 2050

Article du site musulman saphirnews

Il y aura presque autant de musulmans que de chrétiens en 2050. Les projections du centre de recherche américain Pew publiés en avril ont en effet montré que le nombre de musulmans augmente plus que deux fois plus rapidement que le reste de la population mondiale dans la période 2010-2050. Si, dans 40 ans, les chrétiens resteront majoritaires, formant 31,4 % de la population mondiale, ce chiffre devrait s’inverser au profit des musulmans dans la seconde moitié du siècle.

La population mondiale devrait progresser de 35 % dans les prochaines décennies. Dans le même temps, le nombre de musulmans va augmenter de 73 % (contre 35 % du côté des chrétiens), passant ainsi de 1,6 milliards en 2010 à 2,8 milliards en 2050. En 2010, les musulmans ont composé 23,2 % de la population mondiale. Quatre décennies plus tard, on s’attend à ce qu’ils représentent trois personnes sur dix, soit 29,7 %.

La progression spectaculaire de l’islam s’explique tout simplement par un taux de fécondité plus élevé que la moyenne. Les musulmans font en moyenne plus d’enfants que toutes les familles des sept autres groupes religieux analysés dans l’étude (chrétiens, juifs, hindouistes, bouddhistes, non affiliés et autres religions). Chaque musulmane a une moyenne de 3,1 enfants, davantage que les chrétiennes (2,7) et que tous les non musulmanes (2,3). Un chiffre important qui s’explique par la jeunesse de la population musulmane : son âge médian est de 23 ans contre 30 ans pour les autres.

Ces chiffres alimentent une psychose parmi les islamophobes, qui développent des discours appelant à inverser la tendance de peur d’une supposée domination comme en Inde par exemple. Dans ce pays à majorité hindoue, où la progression de musulmans est particulièrement importante, des mouvements extrémistes ont soutenu un appel à stériliser les femmes musulmanes.

Quand les Algériens musulmans refusaient la citoyenneté française pour conserver leur « statut coranique »

« Voici une conférence passionnante de l’historien spécialiste de l’Algérie française Jean Monneret à propos du statut civique des musulmans en Algérie française. Nous avons extrait de cette conférence de plus d’une heure et demi un passage sur le décret Crémieux, tant il nous paraît que circulent de fausses informations à son sujet, que M. Monneret a bien rectifiées. Ainsi il nous apprend notamment que seulement 398 musulmans ont demandé à devenir Français à part entière, alors que la possibilité leur était laissée. En effet explique-t-il, “renoncer à un statut coranique pour demander à accepter un statut occidental est considéré comme une apostasie”. On est donc loin des théories fumeuses sur les musulmans exclus par les Français de la citoyenneté, contrairement aux juifs, et tout ce que ça implique.


Jean Monneret à propos du Décret Cremieux par enquete-debat

Source Enquête-Débat

Jean-François Kahn: On a découvert à l’occasion des minutes de silence qu’il y avait 60 % de musulmans dans des écoles.

Extrait d’une interview Le Soir

« Il y a une fracture depuis un certain temps entre les médias et le public. Il n’existe pas de pensée unique car tout le monde ne pense pas la même chose. Mais il existe une pensée médiatique extrêmement dominante dans les radios, les télés, qui est une synthèse entre un ralliement au néolibéralisme en matière économique et sociale, parce que c’est moderne et que, comme disait Thatcher, il n’y a pas d’autre issue, et un reste de soixanthuitardisme sur le plan sociétal et des moeurs. Le corps journalistique est à 80 % sur ce registre-là, alors que le public, lui, a évolué exactement en sens inverse : le rejet est au plus fort du néolibéralisme et des dégâts qu’il cause et de l’excès de pensée de 68, notamment pour ses effets sur l’éducation etc.

Le moment où cela a été le plus fort a été le rejet du projet de constitution européenne, où 80 % des médias ont voté pour, et 59 % des Français ont dit non. Et les médias au lieu de s’interroger sur l’origine de cette fracture, ont répondu : ‘c’est parce que le peuple est sale. Nous, on est propres’. D’où l’obsession de la dénonciation du populisme. Mais cela ne fait qu’agrandir le fossé ! ».

« Il n’est plus évident que Sarko soit incontournable »

Sarkozy est-il encore crédible ? Il avait saisi, lui, que le « peuple » pensait autrement, cela ne lui a pas réussi… « Quand Sarko a compris cette fracture, lors de sa première campagne, il a ramené le FN à 10 %. Il n’a pas réussi beaucoup de choses mais ça oui. Mais à la fin de Jospin il y avait 120.000 entrées d’immigrés par an en France et à la fin de Sarko, il y en avait 240.000 : on ne peut pas exaspérer le sentiment xénophobe et être celui qui a le plus accru le nombre d’immigrés pour faire plaisir au patronat qui avait besoin de main-d’œuvre ! Il a perdu là sa crédibilité (.) Aujourd’hui, quand on a été le président qui décide de tout, qui dirige les journaux, et que ce grand Sarkozy revient à sa petite place de chef de parti : il n’a pas compris que cela le dévalorisait. En plus il revient gérer une pétaudière ! J’aime beaucoup rappeler quand j’ai eu raison. Mais là j’ai eu tort. Je croyais – je l’ai écrit dans « Le Soir » – que rien ne pourrait arrêter le retour de Sarko. Aujourd’hui je commence à avoir des doutes. Je n’ai pas la télé, et donc j’ai sous-estimé le fait qu’il était devenu ridicule sur l’écran, une caricature de lui-même. Il n’a plus envie non plus. Il n’est donc plus évident que Sarko soit incontournable  ».

« On revit l’osmose entre le pouvoir élyséen et les médias »

Le président de la République en France dirige les journaux ? « Pendant les deux premières années de Sarkozy, c’était extraordinaire, il téléphonait aux patrons de journaux : ‘celui-là, tu vas me le virer’, etc. Il téléphonait aux journalistes : ‘je connais ton patron, si tu continues, je lui demande de te virer’. Tous les responsables de médias étaient ses intimes, Bolloré, Dassault, Lagardère, Rotschild.

Lorsque Libération se cherchait un nouveau rédac chef, on m’a consulté et j’ai suggéré Edwy Plenel. Tout le monde était d’accord. Sarkozy a téléphoné à l’actionnaire Rotschild : ‘Si vous prenez Plenel, on se vengera sur la banque de votre frère’. Et Plenel n’a pas été retenu. Sarkozy décidait aussi du patron de Libé !

Cela revient maintenant avec Hollande. La sensibilité des journalistes a toujours été social-démocrate et donc maintenant que la politique socio-économique qu’a choisie Hollande est celle que les journaux disaient qu’il fallait mener. En plus, Hollande a toujours bien travaillé avec les journalistes politiques. Là c’est très net de nouveau : on lit dans tous les journaux les mêmes phrases plutôt favorables au gouvernement, données par l’Elysée. On revit cette espèce d’osmose depuis quelques mois entre le pouvoir élyséen et les médias  ».

Intégration : « On croyait que nier, c’était gérer »

Que faire face à la problématique de l’intégration ? « On croyait que la bonne façon de le gérer, c’était de le nier. En particulier l’importance de l’immigration et de la présence de communautés différentes. Moi je pense l’inverse. On a interdit les statistiques ethniques en France, donc on ne sait pas. On a découvert à l’occasion des minutes de silence qu’il y avait 60 % de musulmans dans des écoles. Qu’on soit de gauche ou de droite, comment voulez vous régler un problème et le prendre à bras-le-corps ? La conséquence est pire de ne pas savoir ! (.) Il faut à la fois prendre des mesures de restriction (régulation, arrêt) très forte de l’immigration tant qu’on n’a pas réglé le problème de l’intégration de ceux qui sont déjà là, et donner le droit de vote aux élections locales et être implacable, draconien sur les discriminations au logement ou à l’embauche. Ce faisant, vous n’êtes ni de gauche ni de droite ».

Le rapport choc sur l’islam radical en prison : 60% de Musulmans en Prison

Alors qu’environ 60 % de la population carcérale en France, c’est-à-dire 40.000 détenus, peuvent être considérés comme de culture ou de religion musulmane, la radicalisation islamiste est aujourd’hui susceptible de concerner plusieurs centaines de détenus. » C’est le constat établi par le député UMP de l’Yonne, Guillaume Larrivé, dans un rapport «pour un plan d’action anti-radicalisation islamiste en prison» dont Le Figaro publie les meilleurs extraits. (…)

Source

229298Prison

Revue de presse et commentaires sur l'actualité