Archives par mot-clé : natalité

Démographie française : En 2016, la fécondité d’une femme immigrée est supérieure de 52% à une non immigrée, une immigrée inactive accouche en moyenne de 4,17 enfants

Continuez à fermer les yeux…. et regardez BFM, France2, Arte, TF1, LCI, CNews…. et écoutez France Inter, RTL, RMC…. et lisez Libé, le Monde, le Figaro… et votez LREM, LR, PS, LFI, EELV, PCF….


Merci aux camarades de Fdesouche qui tente de donner un échos médiatique à des chiffres qui n’ont été commentés par médias, alors qu’il mériteraient de faire la Une.

Les indicateurs conjoncturels de fécondité permettent comparer les taux fécondité par groupes sociaux. Ils permettent des analyses sur les années récentes à la différence de la descendance finale (nombre moyen d’enfants mis au monde par une génération de femmes au cours de leur vie, qui nécessite d’attendre qu’elles aient dépassé 50 ans).

En 2016, l’ICF des immigrées est de 2,72 enfants par femme et celui des non immigrées de 1,79 enfant par femme, soit un écart de 0,93 enfant par femme.

L’ICF total des femmes, immigrées ou non, est de 1,91 enfant par femme.

Sans les immigrées, le niveau de la fécondité en France en 2016 serait donc inférieur de 0,12 enfant par femme (1,91 moins 1,79). Le surcroît de fécondité des femmes immigrées mesuré d’après l’ICF se lit aussi au travers de la part des naissances de mères immigrées dans l’ensemble des naissances en France (19 % en 2019), qui est plus élevée que la part des femmes immigrées parmi la population féminine de 15 à 50 ans (12 %, cette proportion variant de 4 % à 16 % selon les âges).

NB : pour l’insee, un immigré est une personne résidant en France, née à l’étranger et de nationalité étrangère à sa naissance.

Source : INSEE

Il y a plus de naissances en Seine-Saint-Denis qu’à Paris désormais et voilà ce que ça va changer

Les statistiques de l’INSEE montrent que le nombre de naissances est désormais plus important en Seine-Saint-Denis qu’à Paris intra-muros. Comment ont évolué ces naissances au cours de ces dernières années, et comment peut-on l’expliquer ?

Laurent Chalard : Effectivement, la dernière publication de l’INSEE du 30 août 2017, concernant les statistiques sur les naissances en France par département pour l’année 2016, montre que le nombre de naissances en Seine-Saint-Denis est supérieur d’un millier à celui constaté à Paris intra-muros, soit 29 065 naissances contre 28 384. Cela paraît surprenant, au premier abord, car Paris compte 600 000 habitants de plus que la Seine-Saint-Denis, en l’occurrence 2,2 millions d’habitants contre 1,6 million, témoignant d’un taux de natalité sensiblement plus élevé dans le département de banlieue.

(…)
Comment expliquer ce basculement ? Il est le produit de deux principaux facteurs.

Le premier est la croissance de la population de la Seine-Saint-Denis, bien plus forte que celle de Paris intra-muros, qui contribue mécaniquement à augmenter le nombre de naissances dans ce dernier département, d’autant que les nouveaux arrivants sont issus de l’immigration internationale, ce qui a un impact, nous allons le voir, sur la fécondité. En effet, deuxième facteur explicatif du basculement, il existe des différences importantes de taux de fécondité entre les deux départements. En 2015, ce dernier était de1,54 enfant par femme à Paris intra-muros alors qu’il était de 2,46 enfants par femme en Seine-Saint-Denis. Le seuil de remplacement des générations se situant à 2,06 enfants par Continuer la lecture de Il y a plus de naissances en Seine-Saint-Denis qu’à Paris désormais et voilà ce que ça va changer

Immigration de remplacement : « Ceux qui s’inquiètent d’une dissolution de l’identité française ont-ils raison ? » (vidéo)

Cette course à la surpopulation est effrayante. On vivrait aussi bien avec moins de zigotos sur notre sol. Il y aurait moins de béton déjà… mais c’est un autre problème que celui que nous propose les têtes bienpensantes de l’émission C dans l’Air. En effet dans cette émission vous allez pouvoir découvrir, derrière le brouillard du bavardage, les chiffres (minimisés) du grand remplacement en cours.
Nous avons ajouté à la suite de la vidéo quelques commentaires pour rectifier l’assaisonnement des salades que cherche à nous faire avaler le faux sociologue et vrai menteur du PS, jean Viard.

——————

On est à 17% d’enfants d’étrangers en France(…)

(…) Et trois enfants sur dix de parents sont issus directement de l’immigration extra-européenne.

(Attention ! il s’agit des étrangers et pas de ceux qui viennent d’être naturalisés. Si on ajoute les deux c’est à dire les naturalisés, qui sont entre 50 000 à 100 000 par an, et les immigrés, le chiffre des naissances est de 40%. Le problème en France c’est que les statistiques ethniques sont interdites, on se base sur la nationalité, ce qui a pour effet de maquiller le grand remplacement dans les chiffres officiel…. mais pas dans la rue. )

Les femmes immigrées font un petit peu plus d’enfants »

un petit peu plus qui fait quand même 3 contre moins de deux… c’est un très gros petit peu plus

C’est le département de la Seine saint Denis qui a la plus grosse fécondité de tous les départements français de métropole. Et outre mer c’est la Guyane et Mayotte parce que c’est les départements qui accueillent le plus de jeunes femmes

Petite précision : le pseudo-sociologue jean Viard qui cherche à noyer le poisson quand on parle d’immigration, est un homme de gauche apparenté PS, il est membre du Groupe Socialiste (Faire Gagner Marseille) au Conseil Municipal de Marseille, et Vice-Président de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, chargé de l’évaluation des politiques publiques communautaires et au réaménagement du Vieux-Port de Marseille.

De plus ce clown qui n’est rien d’autre qu’un commis d’état chargé par le PS de se faire passer pour un savant et d’aller dire des mensonges sur les plateaux télé sort une énormité. Il déclare que les immigrés qui entrent en France sont diplômés. Du grand n’importe quoi démonté par une étude de l’Ocde qui démontre au contraire que 54% des immigrés en France ont un niveau collège ou inférieur, 27% un niveau lycée et 18% un niveau supérieur au bac. La particularité de la France c’est  l’importance de cette immigration de bas niveau par rapport aux autres pays.

Sur l’immigration à Marseille, là encore il dit n’importe quoi. Il déclare qu’il y avait presque 50% d’immigrés italiens à Marseille en 1914. Faux ! Chiffres issus des cahiers du gretha
l’immigration italienne entre 1870 et 1914 p15 : en 1914 les italiens représentent 20% de la population Marseillaise.

Vérifier par vous même on n’est pas sur un plateau télé ici… y a pas d’escrocs du PS :
Page 15

A télé française on préfère rester entre personnes de bonne compagnie qui pensent bien et dans la ligne… pitoyable comme d’habitude.

Exemple du Grand Remplacement avec l’état civil de Villeneuve Saint Georges (Val de Marne – 94) :

cliquer pour agrandir
cliquer pour agrandir