Archives par mot-clé : nationalisation de l’épargne

La mauvaise épargne chasse la bonne

À présenter comme immoraux ceux qui acceptent de prendre des risques, on va créer une génération d’épargnants pensant que le livret A est le maximum du risque autorisé par le politiquement correct.

Par Jean-Yves Naudet.
Un article de l’aleps.

Les Français épargnent. Contrairement à ce qu’imaginent les Keynésiens, c’est une bonne nouvelle. Bien orientée, l’épargne soutient la croissance, car elle finance les investissements productifs, accroît l’offre globale de produits et permet de distribuer le pouvoir d’achat correspondant. Mais l’épargne est-elle bien orientée en France ? Comme le confirment les derniers résultats publiés : elle finance avant tout le secteur public, depuis les logements sociaux jusqu’aux déficits budgétaires. C’est un gaspillage provoqué par les interventions étatiques ; en quelque sorte la mauvaise épargne a chassé la bonne.

Un taux d’épargne élevé

Le taux d’épargne des ménages est, en France, un des plus élevés d’Europe. Il est supérieur à 16% du revenu disponible et a même atteint 16,8% en 2011.

Contrairement à ce que pensent les Keynésiens, c’est a priori plutôt une bonne nouvelle. Si les Keynésiens n’aiment pas l’épargne, c’est parce qu’ils pensent qu’elle représente une non consommation, et comme pour eux la demande est le moteur de l’économie, plus on épargne, moins on dépense, de sorte que l’activité économique se ralentit.

Il y a deux siècles Malthus avait imaginé que l’épargne était une thésaurisation, de l’argent retiré du circuit économique. Au début du XXIème siècle peut-on persévérer dans cette erreur ? En économie de marché libre, l’épargne n’est pas une fuite dans Continuer la lecture de La mauvaise épargne chasse la bonne