Archives par mot-clé : Nelson Mandela

Nelson Mandela : l’icône et le néant

Communiqué de Bernard Lugan[1]

(6 décembre 2013)

Né le 18 juillet 1918 dans l’ancien Transkei, mort le 5 décembre 2013, Nelson Mandela ne ressemblait pas à la pieuse image que le politiquement correct planétaire donne aujourd’hui de lui. Par delà les émois lénifiants et les hommages hypocrites, il importe de ne jamais perdre de vue les éléments suivants :
1400400_583529201714221_1046402384_o
1) Aristocrate xhosa issu de la lignée royale des Thembu, Nelson Mandela n’était pas un « pauvre noir opprimé ». Eduqué à l’européenne par des missionnaires méthodistes, il commença ses études supérieures à Fort Hare, université destinée aux enfants des élites noires, avant de les achever à Witwatersrand, au Transvaal, au cœur de ce qui était alors le « pays boer ». Il s’installa ensuite comme avocat à Johannesburg.
2) Il n’était pas non plus ce gentil réformiste que la mièvrerie médiatique se plait à dépeindre en « archange de la paix » luttant pour les droits de l’homme, tel un nouveau Gandhi ou un nouveau Martin Luther King.
Nelson Mandela fut en effet  et avant tout un révolutionnaire, un combattant, un militant qui mit « sa peau au bout de ses idées », n’hésitant pas à faire couler le sang des autres et à risquer le sien.
Il fut ainsi l’un des fondateurs de l’Umkonto We Sizwe, « le fer de lance de la nation », aile militaire de l’ANC, qu’il co-dirigea avec le communiste Joe Slovo, planifiant et coordonnant plus de 200 attentats et sabotages pour lesquels il fut condamné à la prison à vie.
3) Il n’était pas davantage l’homme qui permit une transmission pacifique du pouvoir de la « minorité blanche » à la « majorité noire », évitant ainsi un bain de sang à l’Afrique du Sud. La vérité est qu’il fut hissé au pouvoir par un président De Klerk appliquant à la lettre le plan de règlement global de la question de l’Afrique australe décidé par Washington. Trahissant toutes les promesses faites à son peuple, ce dernier :
– désintégra une armée sud-africaine que l’ANC n’était pas en mesure d’affronter,
– empêcha la réalisation d’un Etat multiracial décentralisé, alternative fédérale au jacobinisme marxiste et dogmatique de l’ANC,
– torpilla les négociations secrètes menées entre Thabo Mbeki et les généraux sud-africains, négociations qui portaient sur la reconnaissance par l’ANC d’un Volkstaat  en échange de l’abandon de l’option militaire par le général Viljoen[2].
4) Nelson Mandela n’a pas permis aux fontaines sud-africaines de laisser couler le lait et le miel car l’échec économique est aujourd’hui  total. Selon le Rapport Economique sur Continuer la lecture de Nelson Mandela : l’icône et le néant

Mandela, la part d’ombre de l’icône (vidéo)

Revoir la chronique d’éric Zemmour :


Eric Zemmour : le culte médiatique autour de… par rtl-fr

l’historien Bernard Lugan, invité sur iTele à l’époque de la coupe du monde de foot en Afrique du Sud

Même s’il est difficile aujourd’hui de critiquer le mythe, Nelson Mandela possède néanmoins quelques zones d’ombre.

• L’amitié avec Kadhafi : Mouammar Kadhafi a toujours combattu l’apartheid. Nelson Mandela s’en est souvenu toute sa vie, et notamment lorsqu’il était président de l’Afrique du Sud entre 1994 et 1999.
13-juin-1999-quelques-jours-avant-la-fin-de-son-mandat-nelson-mandela-10890385yljsc

A cette époque, le dictateur libyen était pourtant encore un paria pour la communauté internationale -il ne fut « réhabilité » qu’en 2003 après avoir abandonné son programme d’armes de destruction massive. « Madiba » s’est ainsi rendu en Libye, tout comme il a reçu, en grande pompes, celui qu’il présentait comme son « frère leader » et qui il a décerné la plus haute distinction du pays. […]

• La lutte armée : On l’oublie souvent aujourd’hui, mais Nelson Mandela, loin d’un Gandhi prônant coûte que coûte la non-violence, a aussi mené des actions armées. Il est vrai qu’il ne l’a fait qu’un « dernier recours » quand sa politique pacifiste se heurtait à l’intransigeance des autorités blanches. En 1961, il fonde ainsi Umkhonto we Sizwe (MK), la branche armée de l’ANC. Il organise alors une campagne de sabotages et d’attaques armées contre des lieux symboliques du pouvoir blanc. En revanche, il n’a aucun sang sur les mains. Il n’abandonnera officiellement la lutte armée qu’en juillet 90, cinq mois après sa libération.

• Winnie, « l’âme noire » de l’Afrique du Sud : Nelson Mandela épouse en secondes noces Winnie Madikizela en 1958.  Pendant toute sa période de détention, elle est de tous les combats pour obtenir sa libération, au point d’être surnommée la « mère de la Nation ».

Mais elle se radicalise petit à petit, appelant explicitement à tuer les Blancs et les Noirs considérés comme traîtres à la cause.

Au début des années 90, elle est notamment jugée et condamnée à de la prison  pour avoir organisé le meurtre d’un adolescent noir qu’elle accusait d’espionnage au profit du gouvernement blanc.  Sa peine sera ensuite réduite à une simple amende. […]

Winnie sera encore par la suite accusée de corruption et critiquera vivement son ex-mari qui aurait été, selon elle, beaucoup trop conciliant envers les Blancs.

TF1 News

Nelson Mandela/afrique du Sud : Des vérités qui ne sont pas bonnes à dire (vidéos)

Depuis quelques semaines on assiste à une frénésie irrationnelle de la part de nos média menteurs. L’agonie de Nelson mandela est sous surveillance. Cette hystérie médiatique est à l’image de ce qu’est devenu l’ex-leader de l’ANC : une icône qui sert de cache misère. En effet, l’après apartheid est loin d’être aussi séduisant que ce que laissaient présager les jolis discours des marxistes et autres tiers-mondistes. Dans l’Afrique du Sud d’aujourd’hui règne l’ultra-violence, le racisme anti-blanc, les massacres de Zimbabwéens et la corruption venant d’une petite bourgeoisie noire qui a pris le pouvoir…. mais les média dévots s’en foutent, ils sont en adoration devant un mythe… laissons les sombrer dans la mièvrerie qui si nous n’y prenons pas garde, finira par nous étouffer et nous rendre plus bête et plus servile.

Eric Zemmour : le culte médiatique autour de Mandela


Eric Zemmour : le culte médiatique autour de… par rtl-fr

Bernard Lugan : « Mandela n’a rien fait du tout, il a tout raté ! »
Intervention de l’africaniste Bernard Lugan, expert pour l’ONU au TPIR et chroniqueur sur Radio Courtoisie, à l’émission de Robert Ménard sur i>Télé, lors de l’ouverture de la Coupe du Monde en Afrique du Sud. A ne pas manquer !

Chasse aux blancs en Afrique du sud.

Mandela : quel héritage pour l’Afrique du Sud ? Continuer la lecture de Nelson Mandela/afrique du Sud : Des vérités qui ne sont pas bonnes à dire (vidéos)