Archives par mot-clé : Obama

G.-W. Goldnadel : Les détracteurs de Trump oublient qu’Obama avait agi de même avec l’Irak !

Pour Gilles-William Goldnadel, les médias convenables se gardent bien de rappeler, à propos du décret anti-immigration de Donald Trump, que le président Obama lui-même avait interdit aux Irakiens d’entrer aux États-Unis en 2011, pour les mêmes raisons sécuritaires. Explications.

Avant de partir, Obama a fait un chèque de 205 millions d’euros à la Palestine

Quelques heures avant la passation de pouvoir à Donald Trump, Barack Obama a débloqué 205 millions d’euros à l’Autorité palestienne.

C’est un dernier geste très symbolique avant de quitter la Maison blanche. Des officiels ont annoncé que, quelques heures avant l’investiture de Donald Trump, Barack Obama avait défié l’opposition républicaine du Congrès et débloqué 205 millions d’euros pour l’Autorité palestinienne, relève le New York Times.

Selon LCI, la notification a été envoyée au Congrès le jour de la passation de pouvoir, l’ancien secrétaire d’Etat John Kerry ayant informé certains législateurs au moment de quitter son poste jeudi dernier.

Aide humanitaire et réformes politiques

Cela fait quelques temps que l’administration Obama cherchait à accorder ce don de 205 millions d’euros, à la Palestine. Le Congrès américain l’avait ainsi voté en 2015 avant que deux élus républicains bloquent le processus.   Continuer la lecture de Avant de partir, Obama a fait un chèque de 205 millions d’euros à la Palestine

Evelyne Joslain: « Obama était plus Musulman que Chrétien,n’a pas voulu parler d’islamisme radical.

Quand Sarkozy défendait le port du voile et donnait raison au discours anti-laïc d’Obama

Sarkozy parle des gaulois et évoque l’assimilation comme Marine Le Pen. Sarkozy est opposé au Burkini et veut même une loi pour l’interdire… comme Marine Le Pen. Sarkozy veut lutter contre le communautarisme commme… Marine Le Pen.

Sauf qu’au pouvoir sarkozy a nommé un préfet en raison de sa religion musulmane (1), a crée le CFCM en y mettant à sa tête les frères musulmans de l’UOIF, et a défendu le port du voile en donnant raison au discours d’Obama prononcé au Caire dans lequel le président américain déclarait « il importe que les pays occidentaux évitent d’empêcher les musulmans de pratiquer leur religion comme ils le souhaitent, par exemple en dictant ce qu’une musulmane devrait porter ».

Tout ça n’est pas très… gaulois!

sarkozy-voile

Pendant ses 5 ans à la présidence de la République, Sarkozy a mis en place la discrimination positive avec son “commissaire à l’égalité et à la diversité des chances” fervent défenseur du communautarisme, Yazid Sabeg. Il voulut également réécrire le préambule de la constitution française afin d’instaurer une politique de discrimination positive sur des fondements ethniques. Simone Veil l’empêcha d’aller jusque là.

sarko-discrimination

(1)Sarkozy a toujours été pour la discrimination positive et contre l’assimilation.
Voici ce qu’il déclarait Nicolas Sarkozy le 26 octobre 2005, en tant que Ministre de Continuer la lecture de Quand Sarkozy défendait le port du voile et donnait raison au discours anti-laïc d’Obama

Après peugeot, Obama oblige Renault à quitter l’Iran

Voilà ce qui nous attend avec le grand Marché Transatlantique que nous concoctent l’UMPS, l’europe et Les États-Unis.

Obama avait déjà demandé à Peugeot de cesser toute relation commerciale avec l’Iran. Or pour la marque au Lion, l‘Iran était son marché le plus important après la France, comme le révèle Jean-Pierre Mercier, délégué CGT de l’usine PSA d’Aulnay-Sous-Bois dans cette vidéo.


Public Senat 2012.07.12, Peugeot PSA embargo… par Hieronymus20

Aujourd’hui les États-Unis demandent à Renault de quitter le marché Iranien, faute de quoi l’Alliance Renault-Nissan risquerait de ne plus pouvoir commercer avec les États-Unis. Renault a produit à travers ses partenaires 100.000 voitures en Iran l’an dernier… Déjà, PSA avait dû se retirer en 2012 sous la pression de GM. Un manque à gagner pour l’industrie tricolore !

Implantés historiquement, les deux constructeurs français sont frappés de plein fouet par le “diktat” américain. Ils détenaient tous les deux une part très importante du marché local… contrairement aux multinationales de Detroit GM ou Ford qui en étaient absentes !

100.000 voitures Continuer la lecture de Après peugeot, Obama oblige Renault à quitter l’Iran

Obama veut une zone de libre-échange avec l’Europe

Vous avez aimé la concurrence libre et non faussée du délire européen, vous allez donc adoré le grand cirque de la zone de libre échange transatlantique. L’ogre mondialiste n’est pas encore rassasié… il va falloir vous sacrifier.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Lors de son discours sur l’état de l’Union, le président américain a exposé son plan pour relancer la croissance. Barack Obama a notamment évoqué la création d’une zone de libre échange avec l’Union européenne, une hausse du salaire minimium et une réforme de la fiscalité.

A l’occasion de son discours annuel sur l’état de l’Union, le président américain a présenté ses propositions pour stimuler l’économie du pays sans, assure-t-il, gréver le budget du pays. Barack Obama annonce ainsi l’ouverture de négociations d’envergure avec l’Union européenne en vue de créer une des principales zones de libre-échange dans le monde. «Nous devons nous souvenir que le monde d’aujourd’hui présente certes des dangers mais aussi des opportunités», souligne-t-il. L’objectif est ainsi de relancer la croissance dans les grandes puissances industrielles.

suite

Nicolas Doze : la croissance américaine en recul ! (vidéo + Delamarche)

Ah,AH, regardez ces deux zigotos qui ont cru à la reprise aux États-Unis tomber de leurs sièges. « Quoi Obama nous aurait menti ? »… mais ils se foutent de nous sur BFM Business. Oui, les chiffres de l’administration des USA ont été manipulés par votre aimable Obama pour se faire ré-élire. Il n’y a pas plus de reprise économique aux états unis qu’il n’y a de dromadaires en Alaska. Obama a embauché un illusionniste à la FED. En faisant marcher la planche à billet il permet de maintenir le marché à flot, mais l’économie réelle est à la ramasse.

En Novembre dernier, Olivier Delamarche disait : « Les chiffres aux États-Unis sont catastrophiques ! »

Le summum de la confusion entre la finance virtuelle et l’économie réelle ! (P. Leconte)

« Nous sommes parvenus au summum de la confusion. Plus aucun marché financier n’a actuellement de sens puisqu’il n’y a plus de marché libre sur lequel l’offre et la demande non faussées peuvent se confronter, dans la mesure où ce ne sont plus que quelques acteurs dominants monopolistiques qui dictent leur lois et que la finance se résume à une manipulation globale permanente contradictoire des variables monétaires et des taux d’intérêt par quelques banques centrales en conflit les unes contre les autres pour obtenir le maximum de baisse de la monnaie que chacune d’entre elles émet (à des fins supposées de relance de leurs économies en situation réelle calamiteuse). Sauf la BCE qui, sous la pression de la Bundesbank et du gouvernement allemand (qui savent qu’une monnaie forte est un facteur positif dans la durée), est satisfaite de laisser l’euro s’apprécier (et ainsi de retrouver sa crédibilité bien écornée en 2011-2012).

Dans de telles conditions, tout et le contraire de tout peut se produire. Un seul conseil: vendez ou arbitrez obligations comme actions et placez vos avoirs liquides: 1/3 en cash (euros et francs suisses seulement), 2/3 en en métaux précieux (or, argent-métal, platine et palladium en options, à terme, ETF ou physique, mais surtout pas en actions des sociétés minières). Oubliez tout le reste et ne ré-ouvrez vos écrans que dans quelques semaines quand tout ce cirque aura accouché soit d’un effondrement global, soit d’une stabilisation, soit d’une nouvelle embellie, qui dans chacune des trois hypothèses vous aura probablement permis de sauver votre capital via les instruments que nous recommandons ci-dessus !

 

Vous trouverez peut-être notre attitude exagérée mais, quand on ne peut plus faire de prévision rationnelle parce toute rationalité est devenue absente, on s’abstient au lieu de vouloir paraitre plus malin que les autres ! Absolument personne n’est plus actuellement en mesure de prévoir quoi que ce soit à court terme, mis à part la faiblesse globale du dollar US index, et ceux qui disent le contraire ne sont pas sérieux.

La guerre des monnaies fiduciaires via les dévaluations dites “compétitives” est l’élément le plus négatif possible pour les actifs financiers de papier mais pas pour les actifs réels. Quant au “Central Monetary Planning” de type soviétique visant à SUPPRIMER les prix justes des métaux précieux, des actions et ou obligations, pour faire baisser les premiers et faire monter les secondes, mis en œuvre par la Federal Reserve US et quelques unes de ses acolytes, il se retournera nécessairement contre elles parce qu’elles n’ont pas assez de “biens capitaux” réels pour maintenir artificiellement tout cela et que créer toujours plus de fausse monnaie n’a jamais assuré aucun système économique, monétaire, bancaire ou de marchés financiers ! Le pays le plus riche du monde c’est l’Allemagne, qui pratique le plus possible l’orthodoxie monétaire et budgétaire, pas le Zimbabwe, qui pratique la création monétaire et le crédit extrêmes, hélas devenu le modèle des USA ! La réélection d’Obama à la présidence US et le maintien de Bernanke à la direction de la FED seront un jour, lorsque l’on écrira l’histoire vraie de la période actuelle, considérées comme LES DEUX PLUS GRANDES CATASTROPHES DU XXIe siècle.

Le grand Ludwig von Mises écrivait à ces propos dans *L’action humaine” (le meilleur livre d’économie jamais écrit dont la traduction en français est disponible sur internet) :

« Il faudra bien que l’on comprenne que les tentatives d’abaisser artificiellement, par l’extension du crédit, le taux d’intérêt qui se forme librement sur le marché ne peuvent aboutir qu’à des résultats provisoires et que la reprise des affaires, qui intervient au début, sera forcément suivie d’une rechute profonde, laquelle se traduira par une stagnation complète de l’activité industrielle et commerciale… Un boom d’expansion du crédit doit inévitablement conduire à un processus que le discours commun appelle dépression… La dépression n’étant en fait qu’un processus de réajustement, de remise en ligne des activités de production avec l’état réel des données du marché… Toute tentative de substituer des moyens fiduciaires à des biens capitaux inexistants est vouée à l’échec Il n’y a aucun moyen de soutenir un boom économique résultant de l’expansion à crédit. L’alternative est ou bien d’aboutir à une crise plus tôt par arrêt volontaire de la création monétaire, ou bien à une crise plus tard avec l’effondrement du système monétaire qui est en cause Le résultat de l’expansion du crédit est un appauvrissement général… ». D’où sa conclusion dont on peut vérifier tous les jours l’évidence : « Les crises économiques sont provoquées par les politiques monétaires expansionnistes des banques centrales » ! »

Pierre Leconte, Forum monétaire de Genève, le 27 janvier 2013

Les États-Unis relancent la consommation… à crédit !

Plus de chômeurs, plus de pauvres et pourtant plus de voitures vendues et de logement en construction. Pas de mystère, le crédit repart à… « gogos ».

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

La consommation repart

Il ne vous a surement pas échappé, la grande presse s’en fait largement l’écho à l’occasion du salon de Détroit, que l’automobile est en plein boum aux États-Unis avec une progression des ventes de plus de 13% en un an. Voici que nous apprenons que malgré un marché plombé par une quantité incroyable d’invendus, selon le département américain du Commerce, 861 000 logements neufs ont été mis en chantier le mois dernier aux États-Unis, en rythme annualisé. C’est 3% de moins qu’en octobre, mais 21,6% de plus qu’en novembre de l’année dernière. 899 000 permis de construire ont été accordés, également en rythme annualisé, en hausse de 3,6% sur un mois et de 26,7% en comparaison annuelle.

Les indicateurs économiques sont en berne

Les chiffres du chômage ne décollent pas et annoncent toujours 7,8% de la population active. Et que penser de la sincérité de ces chiffres ? Aux USA, un chômeur en fin de droit sort du système. Il n’est plus comptabilisé ni dans les chômeurs ni dans la population active. Ce qui explique que certains analystes européens hurlent à la manipulation. En effet, par ce biais, l’administration américaine fait coup double en diminuant artificiellement le nombre de chômeurs et en maintenant artificiellement le taux de chômage par une contraction de l’assiette.

De plus, jamais le nombre d’Américains éligibles aux bons de nourriture n’a été aussi important. 30% de la population est en dessous du seuil de pauvreté (le double d’il y a cinq ans…).

Alors ? Que se passe-t-il ? Continuer la lecture de Les États-Unis relancent la consommation… à crédit !

Pourquoi Washington ne veut pas d’un référendum britannique sur l’Union européenne

Obama ignore la souveraineté des États. C’est une fois encore la preuve que l’Europe est à la botte de l’empire USA. Qui va bien pouvoir nous débarrasser de ces crétins ?

– – – – – – – – – – – – – – –

Lu dans la Tribune

Dans un discours à l’ambassade des Etats-Unis à Londres, le secrétaire américain chargé des relations avec l’Europe a enjoint son partenaire à tout faire pour que la Grande-Bretagne reste au sein de l’Union européenne, voire qu’elle y prenne un rôle de leader. Depuis plusieurs semaine, David Cameron, le Premier ministre britannique brandit la menace d’un référendum sur la question.
Sur le même sujet

Londres hors de l’Union européenne? Pour l’administration Obama, il n’en est pas question. Par la voix du secrétaire américain chargé des Affaires européennes, Philip Gordon, le gouvernement américain s’est inquiété d’une possible sortie de l’Union européenne de la Grande-Bretagne, son partenaire privilégié sur le « Vieux Continent ». « Nos liens se resserrent avec l’Union européenne en tant qu’institution. Or, celle-ci a une voix qui porte de plus en plus dans le monde, et nous voulons que la Grande-Bretagne ait une voix forte dans cette Union européenne », a expliqué Philip Gordon lors d’un discours tenu mercredi 9 janvier à l’ambassade des Etats-Unis à Londres.

Pour The Economist, l’Amérique a tous les défauts de l’Europe

L’hebdomadaire britannique The Economist brocarde vendredi 4 avril sur sa Une le président américain Barack Obama et le président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, caricaturés en Européens en raison de leur « mauvaise gestion » de la crise du « mur budgétaire ».

Baguettes à la main, coiffé d’un béret et arborant un foulard rouge et une marinière, Barack Obama présente tous les attributs clichés du Français. John Boehner porte lui un costume bavarois. Derrière eux, un drapeau européen flotte sur le Capitole.

« L’Amérique devient européenne. Un système cassé, un accord minable et pas de solution en vue… », titre l’influent hebdomadaire britannique du monde des affaires.

Après des semaines de négociations acharnées entre les démocrates et les républicains, le Congrès américain a adopté mardi soir une loi évitant au pays la cure d’austérité du « mur budgétaire » mais de nouvelles batailles se profilent sur les coupes budgétaires, qui ont été repoussées de deux mois, et le relèvement du plafond de la dette.

 

Lire la suite sur Challenge