Archives par mot-clé : ONPC

VIDEO – ONPC : Comment Angot et Moix ont violemment voulu réduire Sandrine Rousseau au silence

Venue défendre la cause des femmes victimes d’agressions sexuelles et de viols après sa plainte contre Denis Baupin, l’ancienne élue écologiste Sandrine Rousseau a subi un violent réquisitoire de la part de Christine Angot et Yann Moix, les deux chroniqueurs de « On n’est pas couché » sur France 2.

La séquence a été “teasée” toute cette fin de semaine dans les médias, racontant un « clash » télévisuel d’envergure. L’histoire était écrite ainsi : lors de l’émission On n’est pas couché, tournée le jeudi et diffusée le samedi soir sur France 2, la chroniqueuse Christine Angot Continuer la lecture de VIDEO – ONPC : Comment Angot et Moix ont violemment voulu réduire Sandrine Rousseau au silence

Philippot «J’avais été traîné en justice par le Qatar dont l’avocat était celui d’Hollande et aujourd’hui soutien de Macron»

Florian Philippot magistral de courage et d’intelligence devant les Hyènes socialistes de ONPC

Hier c’était la soirée des Bobos socialopes payés par nos impôts (1)… et Philippot les a explosés.

Les médias sont devenus la nouvelle inquisition. Ne perdez pas le temps à regarder ces jean foutre qui ont des âmes de Torquemada.
En revanche si vous voulez voir ces connards pleurer le soir du 22 avril, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

(1) Ruquier gagne 10 000 euros par émission sur France2 ( Soir 40 000 euros/mois). Il faut ajouter à cela son salaire de RTL où il officie tous les jours et c’est sans compter sur une montagne de droits d’auteur.
À ce prix là, on peut défendre un système qui vous offre plus de puissance et d’influence qu’un homme politique.

Quand on voit l’une des maisons de Ruquier, on comprend pourquoi il persiste à voter mondialiste.

Manuel Valls à ONPC: absence de petits meurtres entre amis

Texte de l’écrivain Christian Combaz pour Atlantico

Le simulacre qui nous a été proposé dissimule des ficelles qui expliquent le manque d’animation polémique sur le plateau.

D’un premier ministre capable de prononcer les mots « guerre civile » un soir d’élections, d’un personnage qui n’hésite pas à menacer, nommément, les humoristes et les intellectuels au pupitre du Parlement, d’un tribun qui glapit « république! » toutes les trois minutes au comble d’une hystérie inquiétante, que pouvait-on attendre dans un programme de divertissement ?

Pour commencer retournons la question: en dehors des chiffres d’audience, que pouvaient en attendre ceux qui l’ont invité ? Les grands prêtres de la case 23.00-2.00 espéraient quoi, au juste, en attirant chez eux un premier ministre en exercice ? Se placer davantage dans les bonnes grâce du Pouvoir ? Quand on assiste à la revue de presse liminaire on se demande s’il était possible d’aller plus loin dans la flagornerie pro-Juppé, dans l’allusion orientée aux insuffisances de François Hollande, dans la prospective présidentielle socialiste, mais le problème est de savoir si le Pouvoir n’est pas en train de changer radicalement de pôle magnétique tout simplement.

Après cette heure de bavardage, non seulement on se pose la question mais on se demande si le Premier ministre n’en est pas, lui-même, convaincu. Les questions étaient tièdes et les réponses réchauffées (le sens du sacré, le messianisme,  l’Islam compatible avec la laïcité, la Nation rabougrie, rance  etc). Le grand problème de Manuel Valls, outre son recours permanent à une espèce de scrabble sémantique où certains mots comptent double ou triple, comme république, valeurs, détermination, inadmissible, intolérable etc, c’est son sourire coincé . Il se prête extrêmement mal au genre d’exercice qui lui a été proposé. On imagine sans peine qu’il a voulu imiter Obama participant au Late Nigt Show parce que les démocrates (entendez les socialistes) de tous les pays développés ont l’air de croire, désormais, qu’on ne peut plus faire de politique sans slammer, imiter Nat King Cole ou dribbler sous les projecteurs avec Tony Parker. Manuel Valls est trop emprunté en général pour consentir à tout cela mais on aurait aimé qu’il ait, au moins, l’air sympa pour une fois, c’est à dire ému, sincère, profond, humble, recueilli. Afficher sa détermination à tout bout de champ n’a aucun sens si, dès qu’on ouvre la bouche, l’auditoire a l’impression d’entendre la version parlante du lapin Duracell.
Continuer la lecture de Manuel Valls à ONPC: absence de petits meurtres entre amis

Immigration, races : Eric Zemmour vs Aymeric Caron (vidéo)

« Marseille c’est l’avenir de la France ! (…) Les sociétés multiculturelles sont beaucoup plus violentes. »

– Zemmour : « Il faut un peu de sentiment de supériorité pour défendre sa culture, sa civilisation. »
– Caron : « C’est très grave ! »
– Zemmour : « Je suis contre le multiculturalisme, qui est une catastrophe. »

« En 2007, j’ai voté Sarkozy ; en 2012… je ne sais pas… »

vu sur fdesouche