Archives par mot-clé : paradis fiscaux

A PROPOS D’UN COMPTE « EMMANUEL MACRON » DANS LE PLUS BEAU DES PARADIS FISCAUX

Depuis hier soir, le web américain est en ébullution se demandant si Emmanuel Macron a vraiment été assez fou pour ouvrir un compte dans les Iles Caïmans, plus précisément via l’île de Saint Kiit et Navis, hautement spécialisée dans la très très grande évasion fiscale. Si la plus grande prudence est nécéssaire dans cette affaire, il est impossible de ne pas l’aborder vu la vitesse à laquelle cette information s’est déjà propagée au cours de la nuit de jeudi à vendredi.

Deux pdfs sont désormais disponibles:

Le premier document est l’acte de la création de la société (photographié via un téléphone par un employé qui soutient Wikileaks) daté du 4 mai 2012 paraphé et signé par Emmanuel Macron (anniversaire aujourd’hui ??!!) et qui s’appelle « La Providence » (telecharger ici).

Il se trouve justement que le nom du collège d’Amiens ou le jeune Emmanuel a rencontré Mme Brigitte Trogneux (La Providence est un immense ensemble scolaire catholique associé à l’Education Nationale).

la providence LLC

la providence macron

Cet acte, avec la réserve sur son authenticité, a donc été fait dans la petite île de Nevis surtout connue pour la protection féroce des données et plus encore des identités des heureux déposants. Pire: « so if you’re not aware of Nevis, it’s the only country in the world where the government doesn’t have a central repository of who owns what assets. The general partner that the government knows is the lawyer that incorporates, so only the attorneys know who owns what. many resources were lost to retrieve this information.« 

Techniquement, si l’île ne compte que 12.000 habitants et une centaine de chèvres, au moins 100.000 sociétés anonymes ont leur siège Continuer la lecture de A PROPOS D’UN COMPTE « EMMANUEL MACRON » DANS LE PLUS BEAU DES PARADIS FISCAUX

Un quart des bénéfices des banques européennes réalisés dans des paradis fiscaux

Les paradis fiscaux restent un jardin d’Éden très profitable pour les vingt plus grandes banques européennes. Selon l’ONG Oxfam, ces banques « déclarent 26 % de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, soit 25 milliards d’euros en 2015 » alors qu’elles y réalisent « seulement 12 % de leur chiffre d’affaires » et ne comptent que « 7 % de leurs employés ».

Mais il y a encore plus fort. Dans des paradis fiscaux où elles n’ont pas d’employés, ces banques ont déclaré « 628 millions d’euros » de bénéfice. Et en Irlande, cinq établissement « ont même obtenu une rentabilité supérieure à 100% et dégagent plus de bénéfices qu’elles ne font de chiffre d’affaires ».

Luxembourg, Irlande, et Hong-Kong, paradis préférés des banques

Pour parvenir à ces résultats, l’ONG s’est appuyé sur les données publiées par les banques, une obligation imposée par l’Union européenne pour permettre plus de transparence. Dans le trio de tête des paradis investis par les banques, se trouvent le Luxembourg, l’Irlande et Hong-Kong. Tous ne sont pas forcément inscrits sur les listes des paradis fiscaux – établies notamment par l’OCDE et le FMI – mais Oxfam a décidé d’ajouter d’autres pays selon ses critères propres, notamment un taux d’imposition très faible.

L’ONG britannique dénonce « un décalage flagrant ». Ces résultats « qui dépassent parfois l’entendement montrent l’étendue du problème et l’impunité totale qui entoure les pratiques des plus grandes banques européennes dans les paradis fiscaux », commente Manon Aubry, co-auteure du rapport. Cette « utilisation abusive des paradis fiscaux » peut permettre aux banques de « délocaliser artificiellement leurs bénéfices pour réduire leur contribution fiscale, faciliter l’évasion fiscale de leurs clients ou contourner leurs obligations règlementaires », souligne Oxfam.

Selon cette étude, le taux d’imposition des banques étudiées s’élève en moyenne à 6% et descend à 2% pour certaines banques, « bien en deçà du taux Continuer la lecture de Un quart des bénéfices des banques européennes réalisés dans des paradis fiscaux

Les proches de Macron aiment les paradis fiscaux

Macron a plein de Cahuzac autours de lui….


D’après une enquête de Mediapart :

« Le programme d’Emmanuel Macron est assez taiseux en matière de lutte contre les paradis fiscaux. Est-ce parce qu’il connaît trop bien la « grammaire des affaires » ? Plusieurs de ses proches – membres de la campagne, conseillers ou soutiens – ont eu, en qualité de dirigeant d’entreprise ou pour leur propre compte, des activités transitant par le Luxembourg, paradis fiscal au cœur de l’Europe. »

Ainsi, cinq de ses proches – membres de la campagne, conseillers ou soutiens – ont eu, en qualité de dirigeant d’entreprise ou pour leur propre compte, des activités transitant par le Luxembourg:

Le maire EELV de Grenoble, Eric Piolle, est fondateur-actionnaire d’une société aux clients basés dans des paradis fiscaux

Il avait fait campagne en promettant d’exclure les banques en lien avec les paradis fiscaux, mais est lui-même actionnaire d’une société ayant des clients basés, notamment, aux îles Caïman, selon les informations du Lab.

Eric Piolle, maire Europe Ecologie-Les Verts de Grenoble, qui a notamment fait alliance avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon pour remporter la ville en mars dernier (LIEN), possède des parts dans Raise Partner, une société qui ne correspond pas forcément aux idéaux que l’on imagine être ceux d’un écologiste à la gauche de la gauche.

C’est l’UMP locale qui a mené l’enquête. Elle a découvert au tribunal de commerce de Grenoble l’existence de cette société, co-fondée par Eric Piolle, et spécialisée dans la gestion de risques financiers à destination des professionnels du secteur. En gros: pour toute entreprise financière ayant placé de l’argent en bourse, Raise Partner a des logiciels permettant de limiter la casse et d’investir là où les profits seront les plus juteux.

L’UMP-Grenoble précise que Raise Partner possède une filiale à Londres ainsi qu’à Singapour, et assure que, selon elle, elle vend ses « logiciels miracles » à des clients basés à Guernesey et aux Iles Caïman, paradis fiscaux par excellence.

Dans son programme de candidat à la mairie de Grenoble, Eric Piolle se voulait pourtant très, très ferme face aux paradis fiscaux. Il assurait même qu’il exclurait de Grenoble les banques en lien avec ces pays (engagement 64 ici) :

La Ville exclura les établissements bancaires concernés par des activités directes ou indirectes dans les paradis fiscaux de ses contrats de prêts. Comme l’ont initié de nombreuses régions françaises, la Ville demandera un rapport annuel sur leurs activités aux établissements bancaires avec qui elle contracte des prêts.

 

De grandes sociétés russes quittent les paradis fiscaux

Plusieurs grandes sociétés russes immatriculées dans des “paradis fiscaux” ont décidé de rapatrier leurs actifs suite à la proposition du président Vladimir Poutine de mettre fin à “l’offshorisation” de l’économie russe.

Les groupes Rusal, Rushydro et Kamaz ont déclaré qu’ils allaient se retirer des zones offshore. A cet effet, Rusal et Rushydro ont bloqué les fonds transférés à leur coentreprise BEMO (Boguchansk Energy and Metallurgical Association) via des compagnies enregistrées à Chypre.

Le premier producteur mondial d’aluminium Rusal a pour sa part conçu un plan visant à transférer progressivement ses opérations financières en Russie. Les représentants de ce groupe enregistré sur l’île de Jersey avaient auparavant affirmé que les entreprises affiliées au conglomérat “étaient immatriculées et payaient leurs impôts en Russie”.

Les mêmes propos ont été tenus par d’autres groupes métallurgiques invités à commenter l’initiative du président Poutine.

Les actionnaires de Kamaz, grand constructeur de camions russe, ont également décidé de transférer leurs actifs offshore vers la juridiction russe.

Source

Les sociétés qui opèrent en Russie mais sont enregistrées à l’étranger ne pourront plus bénéficier du soutien apporté par l’État ni réaliser de commandes publiques, avait déclaré le 12 décembre le président russe Vladimir Poutine dans son message au parlement..

“Si l’on veut bénéficier du soutien et des avantages accordés par l’État, si l’on veut obtenir des bénéfices en Russie, on doit se faire enregistrer sous la juridiction russe”, a souligné M. Poutine.

Source

Comptes/Suisse : Une liste de personnalités françaises transmise à la justice

Pierre Condamin-Gerbier, l’ex-cadre de l’établissement financier suisse Reyl et Cie et témoin dans l’enquête sur l’affaire Cahuzac, a déclaré cet après-midi avoir transmis mardi à la justice française une liste de personnalités ayant détenu un compte en Suisse :

« La liste dont j’ai fait état (une quinzaine de personnalités françaises dont des politiques ayant des comptes en Suisse) a été transmise hier aux juges français (qui instruisent l’affaire Cahuzac) ».

L’ancien cadre de Reyl avait affirmé en juin devant des sénateurs disposer d’une liste « d’une quinzaine » de noms d’ex-ministres ou d’actuels ministres détenteurs d’un compte en Suisse, estimant que Jérôme Cahuzac n’était qu’un « fusible ». […]

Le Figaro

Morceaux choisis de l’intervention au Sénat de Pierre Condamin-Gerbier, ancien responsable de l’UMP en Suisse, ancien associé de la banque Reyl. :


Morceaux choisis de l’audition au Sénat de… par enquete-debat

Pour voir l’ensemble de son intervention :

L’Affaire Cahuzac en pire ! (vidéo)

Voir aussi : Affaire Cahuzac : L’arbre qui cache la forêt (vidéo)