Archives par mot-clé : Parti communiste

Du PCF au communautarisme musulman, de la banlieue rouge à la banlieue «verte»

Du PCF au communautarisme musulman, de la banlieue rouge à la banlieue «verte»

La banlieue du chanteur Renaud a disparu. Alexandre Devechio explique comment les anciens bastions du PCF ont cédé face à la montée du communautarisme musulman.

Pour les enfants de la troisième génération, comme pour ceux de la deuxième, la Palestine ou l’Algérie ne sont qu’un prétexte. Les noms de leur sécession avec la nation française. C’est pour eux une identité de substitution. Un ailleurs fantasmé. L’illusion d’une communion.

«J’m’appelle Slimane et j’ai 15 ans, j’vis chez mes vieux à La Courneuve…» En 1983, Renaud racontait, à travers la chanson Deuxième génération, l’histoire d’un gamin de banlieue déraciné. Plus de trente ans après, les paroles résonnent étrangement. «Pour m’sentir appartenir à un peuple, à une patrie… J’porte autour de mon cou, sur mon cuir, le keffieh noir et blanc et gris…»

Cette année-là, la cité des 4 000 pleure son premier mort: Toufik, 10 ans, est tué d’un coup de carabine à plomb tiré par un voisin excédé par le bruit. François Mitterrand effectue une «visite surprise» dans le quartier… C’est encore l’époque de la «banlieue rouge», celle des ZUP, des voleurs de mob et de «Touche pas à mon pote».

Mais au fil des années, tandis que les frontières s’ouvrent, les dernières usines ferment: les «loubards» laissent place aux «racailles», le haschisch à l’héroïne, la lutte pour l’égalité à celle pour les minorités, l’antiracisme à l’antisionisme puis à l’antisémitisme, et enfin l’école publique et le parti communiste aux communautarismes.[…]

Dans Le Village de l’Allemand, roman de Boualem Sansal (Gallimard, 2008), Malrich, le personnage principal, prophétise: «A ce train, la cité sera bientôt une République islamique parfaitement constituée. Vous devrez alors lui faire la guerre si vous voulez seulement la contenir dans ses frontières actuelles.»

Le Figaro

Image du jour : La clairvoyance de la gauche face au fascisme.

Aujourd’hui comme hier, les mots fascisme et extrême droite sont les insultes que profère la gauche pour décrédibiliser ses adversaires et masquer ses propres crimes. Pitoyable, surtout de la part de ceux qui ont voté les pleins pouvoirs à Pétain, qui ont occupé à 80% les ministères du gouvernement de Vichy, qui ont été à l’origine de la colonisation et des guerres de décolonisation, qui ont soutenu Mao, Pol Pot, Staline, Castro…etc…!

capture-d_c3a9cran-2012-06-15-c3a0-14-04-35

Cécile Duflot élève la spoliation et l’endettement au grade de chevalier de la Légion d’Honneur

Cécile Duflot a décoré Jacqueline Rouillon, maire PC, pour son action sur l’immobilier à Saint-Ouen.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Quelles sont les valeurs mises en exergue par nos édiles ?

Jacqueline Rouillon, maire PC de Saint-Ouen, a été élevée au grade de chevalier de la Légion d’Honneur par Cécile Duflot. Qu’a donc réalisé cette élue pour recevoir une telle distinction ?

Elle a protégé son électorat en utilisant l’argent de la collectivité pour préempter tout appartement dont le prix de vente dépassait 3000€ le m². Elle a aussi contrôlé toute les promotions immobilières afin d’obliger les promoteurs à vendre 10% en dessous du prix du marché. Mais, allez-vous me dire, si le prix des ventes immobilières augmente, les droits de mutation sont en hausse, la population, plus aisée, dépense plus dans des commerces qui prennent de la valeur (et paie donc plus de taxes pro), se revendent plus cher, générant plus de droits de mutation etc., etc. Oui, mais sincèrement, vous croyez que dans ce cas Madame Rouillon, communiste, serait réélue ?

Non, mieux vaut protéger son électorat qui vous en sera reconnaissant, quitte à endetter la commune sur deux générations pour en payer le coût de fonctionnement !

Depuis son élection, Madame Rouillon a réussi à faire de Saint-Ouen la 3ème ville de France la plus endettée !

Avec une dette de 3 111 euros par habitant, Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) est la 3ème ville la plus endettée de France par habitant ! 43 millions d’euros de dettes en 2011 ! L’encours de la dette de Saint-Ouen a augmenté de 16,4% entre 2010 et 2011 et de 66,1% depuis 2000.

Voilà ce que Madame Duflot a récompensé ! Voilà le type d’élus que nos ministres mettent en exergue ! Plus vous endettez votre commune, plus vous enfoncez vos administrés dans le cercle infernal de la dette, plus vous êtes récompensé et félicité par le gouvernement… Ça fait froid dans le dos !

Addendum : Pour être complet sur Saint Ouens, il faut également dire que depuis quelques années et en grande partie à cause d’une immigration de masse, cette ville est aux mains des dealers. Sympa la politique de logement social menée par le parti communiste !!!!!
Voir le reportage video

Pierre Laurent (PCF-Front de Gauche): on peut « peut-être comprendre » la détresse du père de Merah

Les communistes ont pour habitude de toujours se ranger du côté des assassins, la preuve: Interrogé sur RTL au sujet de l’intention manifestée par Mohamed Benalel Merah (le père de Mohamed Merah), de déposer une plainte contre la France pour avoir tué son fils, le communiste Pierre Laurent a répondu sans détours :

« Ecoutez, dans une affaire comme celle-là, la détresse du père, on peut peut-être la comprendre aussi ». « Mais évidemment, c’est une affaire qui le regarde, je veux dire, a-t-il poursuivit. Bon, moi je n’ai pas de commentaire particulier à faire sur la détresse du père de ce jeune homme ».

Du point de vue de ce principal soutien à Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle,

« il faut comprendre comment un jeune homme comme ça, de la banlieue toulousaine, peut s’engager dans une telle dérive criminelle, après avoir croisé dans son parcours, plusieurs fois, la police et la justice ».

Source

N’oublions pas que Mélenchon avait regretté que Charles Martel ait « arrêté les arabes à Poitiers »dans l’émission Réplique d’Alain Finkelkraut sur France Culture le samedi 7 mai

Le PCF et l’épuration en France.

Mélenchon, pour qui le PCF n’a pas de sang sur les mains, manipule l’histoire. Jusqu’ici aucun média n’a réagi à ses propos négationnistes. Comme il ne trouvent d’ailleurs rien à dire sur son programme indigent. Alors on va rafraîchir la mémoire du petit père sans peuple et celle des communistes !
Sur Sud Radio, le 7 mars, Karim Hacène animait une émission consacrée aux épurations pendant la Libération. Il recevait l’un des auteurs du livre « Ainsi finissent les salauds » qui ont travaillé sur les débuts de la lutte armée menée par le Parti communiste à l’aide des Bataillons de la jeunesse à l’automne 1941 (Le Sang des communistes, 2004). ils sont aussi à l’origine d’un certain nombre de révélations sur la police politique du PCF entre 1941 et 1943 (Liquider les traîtres, 2007).

Entre le 20 août et le 22 septembre 1944, près de quarante corps sont repêchés dans la Seine, à Paris et ses alentours. Tous les corps portent au cou, attaché par une cordelette de soie, le même pavé de grès, pas assez lourd, semble-t-il, pour lester correctement les cadavres. Qui sont ces hommes et ces femmes ? Qui sont les tueurs ? Dans la tourmente de la Libération de Paris, toutes les hypothèses peuvent être formulées. Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre ont mené l’enquête, qui à l’époque, n’alla jamais à son terme. Ils ont retrouvé les identités des victimes et remonté le cours de leurs vies. Tous les chemins les ont conduits à l’Institut dentaire, sinistre centre clandestin de séquestration et d’exécution, ou plus de deux cents personnes furent incarcérées et torturées entre le 20 août et le 15 septembre 1944. Qui tenait ce centre ? La Milice ? La Gestapo ? Non, des « FTP » de la dernière heure qui profitèrent de ces troubles journées pour régler quelques comptes sanglants. Comme dans Liquider les traîtres, Berlière et Liaigre ont réussi à conjuguer avec talent la rigueur historique et le souffle romanesque.

Première partie (présentation du livre):

durée:45mn

Deuxième partie (Débat):

durée: 45 mn