Archives par mot-clé : Patrice Gueniffey

La Révolution, la République, la France (Émission « Répliques » sur France Culture)

Invité(s) d’Alain Finkielkraut :
Mona Ozouf, directeur de recherche au C.N.R.S., auteur de nombreux ouvrages sur la Révolution française, la République et la littérature.
Patrice Gueniffey, directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales

La Révolution est l’échec des Lumières.

Patrice Gueniffey : «La Marseillaise est le contraire d’un chant raciste»

 

Patrice Gueniffey, historien spécialiste de la Révolution française et de l’Empire, réagit aux déclarations de l’acteur Lambert Wilson sur les paroles de La Marseillaise.

fond-du-blogLE FIGARO : Que vous inspirent les propos de Lambert Wilson sur la Marseillaise?

PATRICE GUENIFFEY : Je suis atterré par tant d’ignorance, de bêtise et d’animosité envers La Marseillaise. Cet hymne incarne les principes de la Révolution française. La Marseillaise a été composée au printemps 1792 par Rouget de Lisle alors que la France vient de déclarer la guerre à l’Autriche. […] Ce chant est une mobilisation générale contre l’ennemi qui menace d’envahir le pays.

Selon l’acteur, les paroles de la Marseille sont «racistes et xénophobes». Qu’en pensez-vous?

C’est totalement faux. Ce comédien commet un contresens grossier. Le «sang impur» fait référence au sang des rois et des aristocrates, pas des peuples étrangers. La société d’Ancien régime était une société d’ordres fondée sur l’inégalité des droits, elle-même justifiée par la hiérarchie du sang. On connaît l’expression de «sang bleu» pour désigner les nobles. Ce que veulent dire les paroles de La Marseillaise, c’est: «les rois prétendent que leur sang est plus pur que le nôtre, mais nous allons les vaincre et libérer leurs peuples aujourd’hui réduits en servitude». C’est au nom de ce même principe que la Convention abolira l’esclavage en 1794. La Marseillaise est devenu l’hymne national de la France parce qu’elle incarnait l’égalité des citoyens et l’indépendance de la nation. […]

Pourquoi certains people se font-ils un devoir de fustiger les symboles nationaux auxquels les Français sont attachés?

Une novlangue molle s’est répandue dans le débat public. […]

Le Figaro

Voir également la chronique du militant de gauche et baveux chronique sur RMC, Hervé Gattegno