Archives par mot-clé : pesticides

“Pesticides tueurs d’abeilles” : c’est finalement non pour le gouvernement

Le gouvernement, dans un communiqué officiel, confirme qu’il ne reviendra pas sur l’interdiction des pesticides :

Le 9 février dernier, en pleine campagne présidentielle, Emmanuel Macron ne laissait planer aucun doute sur son programme écologique et environnemental : il n’était pas question de revenir sur les autorisations de pesticides en France, et notamment les néonicotinoïdes, qu’il n’était pas question de ré-autoriser. Les néonicotinoïdes, aussi appelé “pesticide tueurs d’abeille”, Continuer la lecture de “Pesticides tueurs d’abeilles” : c’est finalement non pour le gouvernement

Pesticides : la contamination alarmante des rivières françaises

Des pesticides sont présents dans près de 9 points de mesure sur 10 des eaux de rivières. Les normes de qualité des eaux souterraines sont respectées à un peu plus de 80 % seulement.

On en retrouve un peu partout, même si c’est souvent à dose relativement faible. En tout cas, à des niveaux qui sont inférieurs aux normes de la directive cadre européenne sur l’eau (DCE). L’état de contamination des cours d’eau et les nappes phréatiques par les pesticides que donne à lire une étude du Commissariat général du développement durable (CGDD) est inquiétant.

Cet organisme qui dépend du ministère de l’Ecologie signale ainsi un taux de présence de ces substances de 89 % sur l’ensemble des 2.706 points de mesure des eaux de surface du territoire métropolitain (56 % outre-mer hors Guyane). On comprend mieux pourquoi le plan de Ecophyto du Grenelle de l’environnement, visant à diminuer de moitié la consommation de pesticides en 2018, a tourné au flop et pourquoi une nouvelle version s’impose.


Dans les régions céréalières

La campagne de prélèvement de 2012 du ministère relève en outre la trace d’au moins 20 pesticides différents dans un cas sur quatre dans ces mêmes eaux de surface. Surtout, « près de 5 % des points de mesure dépassent les normes fixées sur les pesticides », signale l’étude.
Sans grande surprise, les teneurs les plus élevées se situent dans les régions céréalières, celles de maïsiculture ou de viticulture, notamment le Bassin parisien, les Pays-de-la-Loire, le Sud-Ouest et le couloir du Rhône. Seuls 11 % des points sont exempts de pesticides. Il faut presque toujours aller plus haut (Alpes, Pyrénées) pour les trouver ou alors s’enfoncer dans les déserts ruraux (Corse, sud de l’Auvergne et du Limousin).

Aucune région n’est épargnée Continuer la lecture de Pesticides : la contamination alarmante des rivières françaises

Les Français inégaux devant la baisse de la qualité du sperme

Quasiment aucune région française n’y échappe : la qualité du sperme décline. Une forte baisse de la concentration de spermatozoïdes – de près d’un tiers sur une période de seize ans – avait déjà été constatée au niveau national. Le phénomène a cette fois été analysé au niveau régional par une équipe réunissant des chercheurs de l’Institut de veille sanitaire (InVS) et de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), chargés de la base de données « Fivnat ».

Mise en ligne lundi 24 février sur le site de la revue Reproduction, leur étude met en évidence que la tendance n’épargne aucune région, mais souligne des disparités. L’Aquitaine et Midi-Pyrénées présentent un déclin plus marqué que la moyenne.

Pour les auteurs, ces résultats renforcent l’hypothèse d’un effet d’une exposition environnementale à des perturbateurs endocriniens. Ces deux régions ont en effet une forte vocation agricole et la population y est particulièrement exposée aux pesticides.

En décembre 2012, le docteur Joëlle Le Moal de l’InVS et ses collègues avaient publié dans Human Reproduction les résultats d’une étude de grande ampleur portant sur 26 000 hommes. Ils faisaient partie de couples ayant participé à un programme d’assistance médicale à la procréation (AMP) dans les 126 principaux centres de France métropolitaine, entre le 1er janvier 1989 et le 31 décembre 2005.

lire la suite

93% des cours d’eau français contaminés par les pesticides

Pour le Commissariat général au Développement durable, la contamination par les pesticides est « quasi généralisée ». Dans 35 % des cas, l’eau est même jugée « impropre à la consommation humaine ».

589320_0202915474105_web_tete

La contamination par les pesticides des cours d’eau en France est « quasi généralisée », les grandes régions agricoles ou viticoles du bassin parisien, du nord et du sud-ouest étant les plus touchées, indique le Commissariat général au Développement durable. « La contamination des cours d’eau est quasi-généralisée en France, essentiellement par les herbicides en métropole et des insecticides en Outre-mer », écrit le Commissariat dans une note « indicateurs et indices » datée du 22 juillet et consultable sur le site du ministère de l’Ecologie .

Les zones les plus touchées sont les grandes régions céréalières, maraîchères ou viticoles que sont le nord de la France, le Bassin parisien, le Sud-Ouest, l’amont du Rhône et la Martinique. « Seuls 7% des points en sont exempts. Ils sont majoritairement situés dans des régions peu agricoles ou à agriculture peu intensives », soit le quart sud-est de la France et l’Auvergne, écrit le Commissariat.

La fraise, cocktail de saveurs et de pesticides (vidéo)

Après le boeuf anglais contaminé par la tuberculose et exporté en France, voilà les fraises nucléaires…. Miam, miam,miam…. science sans conscience n’est que ruine de l’âme disait le bon Rabelais, qui en matière gastronomique avait des exigences de gourmet….

La solution pour en finir avec ce progressisme marchand ?: en revenir à une écologie qui n’aurait dû cessé d’être conservatrice et réactionnaire….

– – – – – – – –  – –

Quelque 92% des fraises seraient contaminées, voire 100% pour les fraises espagnoles.

Un produit frais, sain en apparence. Reine des étals, la fraise a sa part d’ombre, car 92% des fraises seraient contaminées par des pesticides. Et même 100% pour les fraises espagnoles, selon une étude de l’association Générations Futures. Un redoutable cocktail chimique, puisque 225 résidus ont été découverts, dans seulement une cinquantaine d’échantillons. Les producteurs varient en effet les molécules utilisées, pour ne pas dépasser les normes autorisées.

Ces pesticides sont aussi en majorité des perturbateurs endocriniens : 60% des fraises françaises en contiennent, contre 74% des produits espagnols. Une menace pour les femmes enceintes et les enfants, même à faible dose. Une étude révèle enfin l’existence de fraudes massives, puisque 18% des lots analysés contiennent des molécules interdites par la réglementation.

L’association Générations futures avaient dénoncé, dans une précédente étude, la présence de pesticides dans les pâtes et les biscuits.