Archives par mot-clé : pieds noirs

Toulouse/JC. Sellin (FDG) : “On a accepté 1 500 000 pieds noirs, on peut bien accepter 17 000 roms”. (vidéo) (Maj)

Dans l’émission la Voix est Libre sur France 3 Midi-Pyrénées, le candidat Jean Christophe Sellin (FDG) a déclaré : On a accepté 1 500 000 pieds noirs, on peut bien accepter 17 000 roms. Jean Christophe Sellin reprend ici les propos douteux qu’ont tenus avant lui Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly. Comparer les roms aux pieds noirs c’est faire un parallèle absurde et anachronique entre une situation d’immigration illégale et le drame d’un exode.
Les pieds noirs étaient français. Ils ont été contraints de quitter leur terre d’origine sous la menace du FLN que la gauche a soutenu. L’amalgame commis par le candidat FDG à Toulouse est une insulte à la mémoire de ces exilés et de tous ceux qui ont été massacrés.

 

En complément:

Jean-Jacques Jordi: En Algérie, les européens ont été victimes d’une épuration ethnique. (vidéo)

Conférence de l’historien Jean-Jacques Jordi, auteur du livre ” Silence d’État- les disparus civils d’européens de la guerre d’Algérie. (voir l’interview vidéo.)

Première partie: je n’hésite plus à parler d’épuration ethnique

Ce qu’ont vécu les pieds noirs ça relève de l’épuration ethnique.(…) dans le cadre d’une guerre de libération nationale, on fait en sorte que tous ceux qui ne relèvent pas de cette nation là, soient obligés de partir. Soit on les expulse, manu militari, soit on crée un climat de terreur tel qu’ils s’en vont.(…) je n’hésite plus à parler en ce qui concerne la guerre d’Algérie d’une épuration ethnique.

à partir de 5mn

voir la suite de la conférence et les interviews de l’historien Roger Vétillard sur la guerre d’Algérie, notamment les massacres contre les européens le 5 mars 58, et ceux qui ont précédé la réaction militaire de la France le 8 Mai 45 à Sétif.

Algérie – Les Pieds rouges (vidéo)

Le terme « Pied-rouge » désigne de façon générale un Français, militant de gauche ou d’extrême gauche, qui s’est rendu en Algérie après son indépendance pour œuvrer à la reconstruction et au développement du pays en dehors du cadre de la coopération. Il est formé par analogie avec le terme « pied-noir » et par amalgame avec les idées communistes de certains des pieds-rouges. Néanmoins l’appellation désigne un ensemble assez hétéroclite de personnes, communistes, trotskistes, militants humanitaires, professionnels de santé, « porteurs de valise » du FLN, etc.

Été 1962 les Pieds noirs fuient l’Algérie du pouvoir militaro-socialiste du FLN – Histoire d’une Blessure” (vidéo)

Eté 1962, la France bascule. C’est pendant cet été-là que la France s’enrichit de un million d’enfants supplémentaires. Au recensement de mars1962, lesFrançais métropolitains sont au nombre de 46,5 millions ; huit mois plus tard, ils sont 47,5 millions dont un demi-million d’actifs de plus. Il va falloir autant d’emplois et de logements pour accueillir et faire travailler cette formidable richesse humaine. Eh bien, ce défi, l’économie française le relève quasi naturellement grâce à un taux de croissance de 5,5 % – un chiffre à peine croyable aujourd’hui, croissance qui accompagne un bouleversement complet : la France bascule d’un monde dans un autre.

Cet enfantement s’est fait dans la douleur. Car ce million de Français, ou presque, arrive de la rive sud de la Méditerranée. Ce sont les pieds-noirs qui débarquent avec leur valise pour éviter le cercueil. Ils viennent de vivre une tragédie, la guerre fratricide, les promesses trahies, la ruine du passé, le plongeon dans l’inconnu. Le printemps 1962 a été atroce en Algérie, depuis le sang répandu rue d’Isly à Alger où des tirailleurs français ont tiré sur des manifestants français jusqu’au déchaînement de l’OAS et les dizaines de milliers d’exécutions sommaires du FLN contre les Européens et ceux des musulmans, les harkis, engagés par la France et abandonnés. Mais au début de l’été, le dernier acte est joué ; la France s’est séparée de ses anciens départements d’Algérie. La page se tourne, dans la souffrance et les larmes des uns, l’indifférence et le soulagement des autres. Déchirure française. La dernière de cette dimension.

suite de l’article sur valeurs actuelles

Partie 1/2

Partie 2/2 Continuer la lecture de Été 1962 les Pieds noirs fuient l’Algérie du pouvoir militaro-socialiste du FLN – Histoire d’une Blessure” (vidéo)

Histoire: Les socialistes marseillais censurent Jean-Marie Le Pen qui ne fait que leur rappeler des faits historiques (vidéo)

« 1962-2012 : Non aux subventions à la FNACA !
Le cessez-le-feu du 19 mars 1962 devait permettre la fin des violences dans les départements français d’Algérie. Cette date marqua en fait la multiplication des massacres : entre le 19 mars et l’été 62, plus de civils furent assassinés que durant les 8 ans de guerre ! Des milliers d’Européens et des dizaines de milliers d’Harkis périrent torturés, mutilés, égorgés pour avoir choisi la France et non le terrorisme. Malgré cela, l’exécutif régional subventionne régulièrement des associations telle que la FNACA qui cautionnent de fait ces crimes en célébrant le 19 mars 1962. […]
Aujourd’hui, les représentants de l’UMPS favorisent l’implantation en PACA d’individus dont, trop souvent, la haine de la France éclate au grand jour, brûlant le drapeau tricolore, sifflant la Marseillaise, insultant, agressant ceux qui ont à leurs yeux le seul tort d’être français.
Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. Un demi-siècle après ces évènements, nous sommes les seuls à ne pas oublier… »

Le président du Conseil régional, Michel Vauzelle, a fait signifier à plusieurs reprises par son directeur de cabinet qu’il refusait de publier l’article du groupe Front National dénonçant les subventions aux associations telles que la FNACA qui militent pour commémorer le funeste 19 mars 1962. Faisant fi de la liberté d’expression, il ose exiger que soient supprimés dans l’article les termes « torturés, mutilés, égorgés » concernant les harkis massacrés après le 19 mars 1962, « CGT » à propos de certains dockers passant par-dessus bords les biens des Pieds-noirs rapatriés en Métropole, et « socialiste » à propos du maire de Marseille Gaston Deferre. […]

lire le texte entier

Les héritiers du socialisme, du communisme comme du gaullisme ont-ils honte de leur passé ? […] Jean-Marie Le Pen engage dès à présent un recours devant le tribunal administratif pour que les 23% d’électeurs de la Région PACA qui lui ont fait confiance puissent disposer de représentants libres de leur expression. […]

La leçon d’histoire de Le Pen au conseil régional PACA

Les socialistes et la gauche BOBO-Collabo disent défendre la liberté d’expression sauf quand il s’agit d’appliquer ce principe à leurs adversaires politiques. La gauche est par nature sectaire, elle est toujours prête à censurer et insulter celui ou celle qui émettrait une vérité contraire aux petites fables qu’elle a mis tant d’années à inventer.

Sarkozy courtise le vote pied-noir: Henri Cuesta réagit vertement à la visite du président-candidat.

En visite à Nice, Nicolas Sarkozy drague le vote des rapatriés d’Algérie. En 2007, cette stratégie lui avait pas mal réussi. Si on en croit Henri Cuesta président de l’association « Non au 19 mars 1962″, il n’est pas sûr que l’exploit se reproduise. Pour lui, il s’agit d’une opération séduction et dénonce les promesses non tenues du président de la République. »

On a tendance à croire que le vote pied-noir ne bénéficie qu’au FN. Ce n’est pas aussi simple, c’est un vote plus dispersé qu’il n’y parait. Au premier tour de la présidentielle, selon une enquête du Cevipof le vote des rapatriés d’Algérie et de leurs descendants se repartirait équitablement entre Marine Le Pen, François Hollande et Nicolas Sarkozy.
28% des pieds-noirs et 24% de leurs descendants, voteraient pour la présidente du Front national, indique le Centre d’études de la vie politique. Ils seraient respectivement 26% (pieds-noirs) et 31% (descendants) à se prononcer pour François Hollande. Mais si 26% des pieds-noirs s’apprêteraient également à voter pour Nicolas Sarkozy au premier tour, en revanche les intentions de vote de leurs descendants en faveur du président-candidat plafonnent à 15%. Le « total des candidats centristes » recueillerait 9% du vote des rapatriés et 14% des voix de leurs descendants. […]

Le Figaro

Sarkozy: ” Les souffrances indicibles et la brutalité aveugle de la colonisation française en Algérie”

Dans Valeurs Actuelles, Paul-Marie Couteaux étrille Sarkozy. Il reproche au président d’avoir adressé une lettre au premier ministre Turc dans laquelle il y dénonçait notamment :« les souffrances indicibles et la brutalité aveugle de la colonisation française en Algérie », allant jusqu’à comparer celle-ci à la traite négrière et au rôle de l’État français dans la déportation des juifs.

Pour Paul-Marie Couteaux cela pose de grave questions :

D’abord, à lire ce flot de repentances à destination d’un pays étranger, on se demande si le sens de la dignité nationale ne s’est pas totalement évaporé au-dessus du pauvre royaume de France, au point d’avoir déserté jusqu’au sommet de ce qui reste de son État.

Ensuite, on ne saurait jurer que persiste en haut lieu un peu de cet art de gouverner dont, pendant des siècles, la France fut un modèle aux yeux de pays qu’elle doit aujourd’hui sérieusement dérouter. Condamner un État, et si violemment que le premier ministre de cet État pourrait être l’objet de poursuites pénales s’il venait, le malheureux, à mettre les pieds en France, remettre ainsi en jeu nos relations avec l’autre grande puissance méditerranéenne, puis, voyant la bourde, écrire à son premier ministre pour l’amadouer en énumérant les flétrissures de notre propre histoire ; insinuer en somme que notre pays est un coupable récurrent en même temps qu’un permanent donneur de leçons ; se brouiller et s’embrouiller alors que nul ne demandait rien à la France, ni d’accuser ni de s’accuser : voilà qui sort assurément de toutes les catégories connues de l’exercice gouvernemental.

Enfin, on peut craindre que, au milieu de ces chocs entre les mémoires partielles maniées au gré des aventures électorales, ou, pour mieux dire, dans cette grandissante pagaille mémorielle, les Français finissent par ne plus même se demander ce que fut réellement leur histoire, laquelle n’est d’ailleurs presque plus enseignée en tant que telle dans nos écoles – c’est à croire que tout se tient : s’oublier soi-même jusqu’à la rage

Toujours dans un article de Valeurs Actuelles, Les pieds noirs dans la campagne, on apprend que contrairement à 2007, la stratégie mise en place par Sarkozy pour récupérer le vote des rapatriés d’Algérie n’est pas gagnée. Thierry Rolando, le président du Cercle algérianiste, s’offusque notamment des mots choisis par le président dans sa lettre au premier ministre turc:

« …Jamais, pas même au Parti communiste, nous n’avions été ainsi comparés à des esclavagistes et des collabos ! De tels propos sont inacceptables. Le président de la République, auquel j’ai immédiatement écrit, va devoir s’expliquer. S’il ne le fait pas, il risque de le payer très cher lors de l’élection présidentielle. »

Sur Sud Radio dans son émission ‘Ménard en liberté’, le journaliste robert Ménard, pied-Noir d’origine reçoit Valérie Rosso-Debord, élue de l’UMP et toute nouvelle recrue du Siècle (1)

(1)La députée UMP de Meurthe- et-Moselle Valérie Rosso-Debord, sera admise, mercredi soir, comme membre du très sélect Siècle, le club réunissant des dirigeants français, issus notamment de la classe politique, de gauche comme de droite. Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale lui… Le Figaro du 19 juin 2011