Archives par mot-clé : pillages

Coronavirus : dans certains quartiers, aucune des règles de sécurité n’est respectée (Maj : Pillage, Bagarres…)

A Toulouse aussi les noirs et les arabes se réunissent autours des Kebabs, des magasins exotiques et des pâtisseries orientales. Ils seront les premiers à aller foutre le bordel aux urgences…


Viry-Châtillon (91) : tension et bagarre à l’entrée d’un supermarché à cause du confinement pour le coronavirus

Continuer la lecture de Coronavirus : dans certains quartiers, aucune des règles de sécurité n’est respectée (Maj : Pillage, Bagarres…)

À Paris, les heurts entre casseurs et forces de l’ordre ont continué dans la nuit

Laurent Nuñez : « Je n’affirme pas que des jeunes des banlieues étaient présents aux pillages », notamment « pour ne pas stigmatiser ces quartiers »

Ce foutage de gueule va mal finir, vraiment mal finir… les mecs qui nous gouvernent depuis 20 ans ont totalement perdu la tête…

Brétigny : interrogations sur l’ampleur des vols après la catastrophe

Une dizaine de victimes déplore la disparition d’objets personnels. Instructions auraient été données de minimiser ces faits, ce que conteste le parquet.

C’est une histoire digne d’Ubu Roi. Dès le jour de l’accident, le syndicat de police Alliance avait fait état de scènes de pillage : un groupe de jeunes « aurait dépouillé les victimes et notamment les premiers cadavres ». Informations démenties par la suite par les autorités. Or, selon plusieurs sources proches du dossier, des vols ont bien eu lieu après le déraillement du train Corail Paris-Limoges du 12 juillet dernier à Brétigny-sur-Orge.

Des consignes ont même été données à toutes les forces qui étaient présentes sur place (Samu, pompiers, policiers, etc.) pour taire ou minimiser ces faits. Il s’agit de vols de téléphones portables, d’iPhone, d’appareils électroniques ou encore de bagages.

Le samedi 28 septembre dernier, lors de la réunion d’information aux vic­times du déraillement organisée par les pouvoirs publics à Paris, plusieurs passagers du train avaient pris la parole pour faire part de vols dont ils avaient été victimes. Guillaume Pepy, le patron de la SNCF, leur avait alors répondu de faire des déclarations de vol à la compagnie ferroviaire, leur précisant que ces déclarations seraient toutes tenues pour vraies par la SNCF, qui rembourserait chaque victime du montant du préju­dice. Une procédure pour le moins inhabituelle puisqu’en pareil cas, des justificatifs de paiement sont demandés avant tout versement.

(…) Le Figaro