Archives par mot-clé : PMA

Agnès Marion (FN) sur la PMA: On fait des enfants un bien de consommation.

Il est très difficile de se construire sans repère et sans racine. On crée des enfants sans une partie de leur identité.»

«Vous verrez, dans quelques mois, au nom de l’égalité homme-femme, on nous imposera la GPA.»

«Je me pose la question de son remboursement par la Sécu au moment où les soins de 1ère nécessité sont de – en – remboursés»

Cette société dont rêvent les frères

PMA, GPA, euthanasie, autant de marqueurs d’une société où l’homme se libère de toute contrainte naturelle pour n’obéir qu’à sa seule raison ou suivre son seul désir. Une société que les loges maçonniques ont fortement contribué à former.


Ce sont des petites phrases qui font les délices des complotistes. Reçu en février dernier au siège du Grand Orient de France (GODF), rue Cadet, à Paris, François Hollande, après avoir loué dans ses hôtes les penseurs et les promoteurs de la démocratie et de la République française, avait déclaré :« La maçonnerie n’a pas fait la Révolution, mais elle l’a préparée. » Et un peu plus tard : « La plupart des lois de liberté adoptées entre 1870 et 1914 ont été réfléchies et travaillées dans les loges. » De là à penser que ces fameuses loges, où le secret est la règle, constituent les arcanes officieux d’un pouvoir qui échapperait aux non-initiés et qui s’emploierait pourtant très concrètement à orienter le destin d’une nation, il n’y a qu’un pas.

Un pas vite franchi. « Les grands maîtres du Grand Orient […] ou de la Grande Loge veulent changer la société, expliquait au média catholique Aleteia Serge Abad-Gallardo, 62 ans, dont vingt-quatre passés dans la loge du droit humain, émanation du GODF. Des lois comme l’avortement, l’euthanasie ou le mariage homosexuel correspondent aux idées maçonniques d’émancipation de l’individu qui n’en réfère plus qu’à lui-même, sans autre limite morale que celle qu’il se fixe. »

Des idées “pensées et mûries en loges avant d’être débattues

Continuer la lecture de Cette société dont rêvent les frères

Marion Maréchal Le Pen : « Si vous continuez à fermer les yeux, vos enfants en paieront le prix ! »

On a le sentiment ces derniers jours queMarine Le Pen se « droitise ». On l’a vu lors de L’émission politique, où elle a parlé de l’école libre par exemple. Est-ce une petite victoire de la ligne Marion Maréchal ?

Je ne crois pas qu’il faille l’analyser ainsi. Cela a été surtout une possibilité pour Marine Le Pen de clarifier ses positions. C’est une émission de deux heures et demie, on a pu aller au fond des choses et éviter les caricatures – il y en a beaucoup, souvent construites par nos adversaires de droite. Caricature sur l’augmentation du SMIC qui n’a jamais été dans le programme du Front National, caricature sur la mélenchonisation du programme économique qui est complètement absurde lorsqu’on s’y penche attentivement. Caricature, aussi, concernant une prétendue laïcisation des espaces publics qui ferait fi des racines chrétiennes de la France alors que précisément nous souhaitons dans la constitution remettre en avant et protéger ce patrimoine chrétien de la France… Ces nombreuses outrances ont été battues en brèche lors de cette émission et c’est heureux.

Au sein du FN, vous êtes celle qui a toujours plaidé pour la politique de la main tendue vers ce que l’on appelle communément la droite hors-les-murs. Le soutien inattendu apporté par Philippe de Villiers, dimanche dernier, à Marine Le Pen (je le cite : « elle a la carrure présidentielle, sa main ne tremblera pas lorsqu’il faudra prendre des décisions douloureuses »)… c’est votre œuvre ?

Je n’y suis pour rien, même si j’ose espérer que les relations privilégiées que j’ai nouées avec Philippe de Villiers ces derniers mois ont pu constituer un premier pas vers cette déclaration. À mon avis, la condition de la victoire de Marine Le Pen sera l’alliance du peuple de droite au sens large, des classes populaires au sens large, avec une partie de la droite conservatrice, incarnée notamment par ce que l’on qualifie de droite hors-les-murs et de personnalités comme Philippe de Villiers. L’enjeu principal de cette campagne est de réussir précisément à briser l’isolement et à ramener à nous un certain nombre de personnalités de droite.Marine Le Pen en a cité quelques-unes comme Nicolas Dupont-Aignan, Henri Guaino, ou certains députés qui ne sont plus vraiment dans la ligne politique des Républicains.

Henri Guaino a refusé cette main tendue puisqu’il a dit qu’il irait à la pêche en cas de second tout Macron – Le Pen…

C’est ce qu’il dit maintenant, mais j’ose espérer qu’il sera ramené à la raison si la France se retrouve face à un candidat mondialiste, libertaire, ultra-libéral comme Macron ou un extrémiste de gauche comme Hamon ou Mélenchon. Ces élus qui sont, j’en suis sûre, des élus de conviction, sauront faire le bon choix le moment venu.

Cette alliance entre la France périphérique et la France conservatrice, dites-vous, est la condition nécessaire à votre victoire, ou en tous cas à la victoire de la droite au sens fort du terme : est—ce que l’opposition n’est pas, finalement, artificielle ? Est-ce que la France périphérique, habitée par une inquiétude identitaire, n’est pas aussi conservatrice ?

Il y a des aspirations communes mêlées. Mais on constate une rupture, surtout sociologique, entre la droite conservatrice, dite bourgeoise – pas dans le mauvais sens du terme – dont les enfants sortent plutôt de grandes écoles, et cette France déclassée, des classes moyennes en difficulté, voire des classes populaires. Les préoccupations du quotidien ne sont pas les mêmes, mais il y a en effet une aspiration identitaire des deux côtés : la question immigration ou sécurité, la plus prégnante chez les classes populaires, est évidemment identitaire – on refuse la disparition de la culture française au profit d’une culture étrangère – mais la question de la lutte contre le mariage homosexuel ou contre la GPA ou la PMA est aussi un combat identitaire, puisque l’identité de la France, c’est aussi l’idée que l’on se fait de la dignité humaine, du respect de l’enfant, de sa filiation, de son enracinement. Ces deux classes sociologiques se retrouvent dans ce grand combat, qui est cohérent.

Elles peinent néanmoins à se reconnaître ! Continuer la lecture de Marion Maréchal Le Pen : « Si vous continuez à fermer les yeux, vos enfants en paieront le prix ! »

A cause de la PMA, le gouvernement repousse sa loi sur la famille

Oups, on dirait que les milliers de manifestants de la Manif pour Tous ont eu raison des trous du cul qui nous gouvernent. On voit encore une fois que Gazolito l’a joué solo. Celui qui se rêve comme le futur nabot de l’Élysée veut se faire apprécier par la droite… ce serait en effet trop dangereux de se mettre à dos les cathos… alors il a décidé sans même prévenir l’exécutif que le texte sur la famille ne contiendrait pas la PMA… Valls applique la même méthode que celle de sarkozy lorsque celui-ci était ministre de l’intérieur de Chirac….  Vous avez détestez sarko, et bien vous allez apprendre à vomir valls.

En bref, le gouvernement nous prend la tête avec ds sujets bidons, tabasse des manifestants qui sont opposés à leur projets bidons, et finissent pas repousser au calendes grecs leur projets bidons… y-a-t-il un capitaine sur le pédalo ?

Extrait de l’article de Libération

Puisque le gouvernement ne veut pas d’avancée sur la PMA dans sa loi sur la famille, qu’à cela ne tienne… il n’y aura pas de loi «famille» du tout en 2014. Officiellement, l’entourage du Premier ministre invoque à l’AFP des «travaux préparatoires (qui) doivent se poursuivre» et un «calendrier parlementaire déjà dense». Mais c’est sur un couac entre deux responsables de la majorité sur la question de la procréation médicalement assistée que s’est joué le sort du projet de loi censé évoquer les droits dans les familles recomposées, l’accès aux origines des personnes adoptés ou nés sous X, etc. Tout cela au lendemain d’une nouvelle manifestation des anti-mariage pour tous. Retour sur les hésitations à traiter de ce sujet décidément hautement casse-gueule pour la majorité.

Ce lundi matin, au lendemain de deux défilés de la Manif pour tous à Paris et à Lyon, Manuel Valls est l’invité de RTL. Il prévient que le gouvernement ne donnera pas son feu vert à des amendements parlementaires ouvrant l’accès à la PMA lors de l’examen du projet de loi sur la famille. Bizarrement, l’annonce ne revient ni au Premier ministre ni à Dominique Bertinotti, la ministre déléguée à la Famille. Quelques minutes plus tard, Bruno Le Roux tente un recadrage sur LCI et Radio Classique et invite le ministre de l’Intérieur à respecter «la règle du jeu» fixée. «Je ne renonce à aucune ouverture de nouveaux droits pour les enfants de notre pays», prévient-il.

Mais en fin de matinée, Matignon donne raison à Valls et confirme que le gouvernement s’opposera à de tels amendements.

Taubira aimerait voir la PMA accordée aux couples de femmes

Invitée sur France 2 et interrogée sur la procréation médicalement assistée, la ministre de la Justice s’est montrée favorable à son ouverture pour les couples de femmes. […]

Pendant l’examen du texte ouvrant le mariage aux couples homosexuels, le gouvernement avait indiqué ne pas vouloir intégrer cette mesure dans cette loi, préférant attendre l’avis du Conseil national d’éthique qui sera rendu en octobre prochain.

TF1 News

De l’écologie comme rempart au totalitarisme pacifié…

Par Arnaud Guyot-Jeannin

La plupart des gens de droite défendent l’écologie humaine (l’ordre naturel et la famille traditionnelle) au détriment de l’écologie environnementale (l’ordre cosmique et la famille des animaux, des végétaux et des minéraux) louée par de nombreux gens de gauche qui nient, quant à eux, la réalité anthropologique et historique des peuples.

cuecopaysage

Les premiers rejettent le mariage homosexuel, l’adoption d’enfants pouvant en découler, la PMA (Procréation médicalement assistée) et la GPA (Gestation pour autrui), mais ne remettent pas en cause le capitalisme mondialisé — qu’accompagne le progressisme libertaire — qui marchandise les vies, le lien social et la nature. Les seconds repoussent ce capitalisme dérégulé engendrant l’exploitation humaine, la misère sociale et la suraccumulation matérielle, mais sans réfuter le libéralisme moral du tout vaut tout, tout se vaut, tous se valent dont l’indistinction spirituelle, ethnoculturelle et sexuelle est le produit.

Les partisans des deux camps procèdent par un réductionnisme dommageable. Le processus infernal défiant la nature est enclenché. Le monde commun disparaît au profit d’un monde individualiste et narcissique sans foi ni loi sinon celles de l’argent, de la production et de la consommation.

Le philosophe Jean-Claude Michéa a bien montré l’unité du libéralisme. Le libéralisme culturel et le libéralisme Continuer la lecture de De l’écologie comme rempart au totalitarisme pacifié…

Dictature socialiste et PMA : Vallaud-Belkacem fera vraisemblablement fi de l’avis du Comité consultatif national d’éthique

Alors que le CCNE (Comité consultatif national d’éthique) s’est auto-saisi de la question de la procréation médicalement assistée (PMA) et qu’il devrait rendre son avis dans le courant du mois d’octobre, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem (photo) « a fait savoir que l’avis du CCNE ne contraindrait “aucunement” le gouvernement et qu’il reviendrait au Parlement de décider d’élargir, ou non, la PMA »aux couples homosexuels.

A l’issu du conseil des ministres, elle a en effet déclaré « que les choses soient claires : l’élargissement de la procréation médicalement assistée aux couples de même sexe sera dans le projet de loi sur la famille» et sera « présenté au Parlement d’ici à la fin de 2013. […] Très vraisemblablement on peut dire que le projet de loi sur la famille ne sera présenté qu’une fois que cet avis (…) sera connu, même si cet avis (…) évidemment ne contraint aucunement le gouvernement ».

Si l’avis du CCNE n’est que consultatif, son président, Jean-Claude Ameisen a cependant précisé que si le comité s’était auto-saisi c’est parce qu’« il est bon [qu’il] ait un rôle d’animation de la réflexion et qu’il ne se substitue pas à la réflexion de la société ».

 «Le Comité d’éthique est habitué à traiter de sujets sensibles», a ajouté celui-ci, citant à titre d’exemple la «recherche encadrée sur l’embryon», sur laquelle il s’est exprimé par six fois depuis 1984. « La médecine doit-elle répondre à des demandes sociétales quand elles ne sont pas dues à une maladie ? C’est une question très générale sur le rôle que la société entend donner à la médecine », résume-t-il.

Ils traitent aussi actuellement des questions sur la « fin de vie » ou encore la GPA dont le rapport, Avis n°110, est formellement contre.

Enfin, concernant l’organisation d’états généraux sur la PMA, ce pourrait être au Parlement de se prononcer sur leur éventuelle tenue. La PMA est actuellement réservée aux couples formés d’un homme et d’une femme, ne pouvant avoir d’enfant pour des raisons médicales et/ou à risque de transmettre une maladie génétique grave à leur enfant. Nullement pour une question sociale.

Si celle-ci est adoptée, comment les socialistes avec leurs messages « d’égalité devant l’enfance » pourraient-ils ensuite refuser la GPA aux gays, alors qu’ils toléreraient la PMA pour les lesbiennes ? Et au nom de quelle égalité un couple hétéro pourrait-il se voir refuser l’accès à ces pratiques si ils souhaitent les utiliser par « fantaisie », alors que les homos y ont droit ?

Finalement, c’est une déclaration d’Alain Vidalies, ministre délégué socialiste chargé des Relations avec le Parlement dans le gouvernement, reprise par l’AFP, qui résume le mieux la situation actuelle : « Bien évidemment, ce n’est pas le Conseil national d’éthique qui va faire la loi. »

Cela se passe de commentaires. On peut alors se poser la question du but de cette consultation. Ne serait-ce pas pour la pure forme ?

Finalement, voici un gouvernement qui a à sa botte l’ensemble des grands médias, qui reste sourd devant la voix des experts et scientifiques sur des questions aussi importantes, et qui écoute encore moins l’avis de son Peuple. Cela ne rappelle-t-il pas un certain système politique ?

Julien Lemaire