Archives par mot-clé : Police de la pensée

Traite Arabo-musulmane: Le génocide voilé. Entretien radio avec Tidiane N’Diaye (rediff)

Ecouter l’entretien avec Tidiane N’Diay réalisé en 2008 :

Le génocide voilé :
durée : 21 mnPremière diff le 15 juin 2011

La bien-pensance lénifiante et culpabilisatrice qui tente de justifier la dette de l’Europe envers l’Afrique par le péché de l’esclavage dit triangulaire, légitimant ainsi l’immigration actuelle, a occulté, et continue Continuer la lecture de Traite Arabo-musulmane: Le génocide voilé. Entretien radio avec Tidiane N’Diaye (rediff)

Rediff/Grande-Bretagne: Enoch Powell n’avait-il pas raison de prédire le désastre ? (vidéo)

Le 08 aout 2011

Dans les années 80, la Grande- Bretagne a fait le choix du multiculturalisme, du relativisme culturel et du communautarisme(1). Très vite ce modèle fut cité en exemple et l’ensemble des peuples européens furent enjoints par leurs élites à suivre la marche du progrès et de la discrimination positive.

Or, la machine n’a pas mis longtemps à s’enrayer. Au fil des ans l’immigration a augmenté, et les groupes ethnico-religieux sont devenus de plus en plus exigeants en matière d’accommodement raisonnable.
Au début de l’année 2011, le premier ministre Britannique David Cameron n’a pu que constater l’échec des politiques menées à l’égard des minorités ethniques et religieuse depuis les années 80, et s’est engagé à réduire l’immigration. (2) Une immigration qui, si l’on en croit le récent sondage publié par le Daily mail, est rejetée par plus de 70% des britanniques.(3) Et ce ne sont pas les émeutes qui ont éclaté à Tottenham qui vont améliorer la situation. (4)
Continuer la lecture de Rediff/Grande-Bretagne: Enoch Powell n’avait-il pas raison de prédire le désastre ? (vidéo)

REDIFF: Copé et Fillon convergent pour augmenter l’immigration algérienne

Première diffusion Avril 2012

Rappel avant de voter :

Lu dans El Watan du 8 décembre 2011 :

« Le taux de refus de visas pour la France a baissé de 6% cette année. Seulement 21,77% des demandes de visa formulées par les Algériens ont reçu des réponses négatives depuis le début de l’année, contre 27,84% en 2010, à la même période.

«Une avancée due à la simplification des procédures pour faciliter la circulation des Algériens entre l’Algérie et la France», dont s’est félicité, hier, le consul général de France à Alger, Michel Dejaegher, en présence de l’ambassadeur de France, Xavier Driencourt, lors d’une conférence de presse tenue à la résidence du consul à Alger. A l’ordre du jour, le bilan des dix premiers mois d’activité du consulat général de France à Alger qui a traité 140 751 dossiers de demandes de visa. Ainsi, 80 746 visas ont été délivrés depuis le 1er janvier 2011, dont 73 000 visas court séjour, contre 72 956 visas à la même période de l’an dernier.suite

Répondant à un journaliste de Tout sur l’Algérie, le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé explique :

« La France délivre près de 140 000 visas par an, pour environ 200.000 demandes. Le taux de refus diminue, nous délivrons de plus en plus de visas de circulation et nous avons fait un effort important pour améliorer les conditions d’accueil, notamment par le recours au prestataire Visa France. L’Algérie bénéficie en outre d’un régime favorable pour les visas de longue durée et pour le séjour, conformément aux accords de 1968 que nous sommes prêts à améliorer encore, pourvu que nos préoccupations soient prises en compte, conformément au principe de réciprocité. D’un point de vue personnel, je pense que la renégociation de l’accord de 1968 doit être l’occasion d’améliorer la mobilité des chefs d’entreprise, des chercheurs, des artistes. »J-F Copé dans TSA

François Fillon lors de son voyage officiel en Algérie de juin 2008  promit 170 000 visas par an aux Algériens. :

« ALGER (AFP) 21/6/2008 :

— Le chef du gouvernement algérien, Abdelaziz Belkhadem [islamiste notoire], a interpellé samedi à Alger son homologue français François Fillon, en visite à Continuer la lecture de REDIFF: Copé et Fillon convergent pour augmenter l’immigration algérienne

David Pujadas, le laquais du Siècle au QG de Sarkozy (photo et vidéo) (Rediff)

24 fevrier 2012

David Pujadas est un journaliste de connivence. Avec son ami directeur du Point, Franz Olivier Giesbert que vous avez pu voir dans l’émission inquisitoriale  » Des Paroles et des Actes », il est l’un des plus fidèles participants des diners du Siècle
Sur twitter une photo tourne montrant Pujadas sortir du QG de campagne de Nicolas Sarkozy le lendemain de l’émission avec Marine Le Pen… le larbin serait-il allé chercher sa récompense ?
Ou Sarkozy avait-il de nouvelles consignes à lui faire passer ?

Mélenchon, Hitler et Charles Martel: Il était une fois l’homme (vidéo)(rediff)

première publication juin 2012

Jean-Luc Mélenchon grince des dents et pleurniche. Le faux tract qui circule sur internet le montrant grimé en Adolf Hitler ne lui a visiblement pas plu. On le comprend, il n’est jamais agréable de se faire traiter de nazi ou de fasciste. Or c’est justement ces insultes que Jean-luc Mélenchon utilise en toute circonstance. Que ce soit contre un adversaire politique ou contre un journaliste le petit père sans peuple démonise, pétainise, satanise, hitlérise, fascise… et pour finir en appelle à l’éradication et l’épuration….politique (sic). Imagine-t-on un instant quelle serait la réaction du clergé médiatique si un homme de droite osait prononcer ces mots ?. Dans les plus brefs délais, le malheureux serait excommunié et mis au carcan en place publique.

Mais Mélenchon lui peut tout se permettre. Il est le bien et se bat vaillamment contre le camp du Mal.
Comment dans ces circonstances ne pas comprendre tous ceux qui ont envie de lui rendre la monnaie de sa pièce (voir les raisons de l’auteur du Faux tract.). Quand on lance un boomerang, il faut s’attendre à ce qu’il revienne. À riposte laïque nous sommes joueurs. Et comme la tendance est au « faux tract », nous avons voulu nous aussi nous amuser…. tout en rendant hommage à la pensée politique de Jean-luc Mélenchon.

Mélenchon/Hitler:

Un même regret: la victoire de Charles Martel
Une même passion: l’Islam.

Au sujet de la bataille de Poitiers de 732, M. Mélenchon regrette la victoire de Charles Martel.

« … Si on avait pu s’épargner les siècles d’obscurantisme que nous a valu la main-mise de l’Eglise sur l’Occident chrétien, si on avait pu, nous, gagner l’apport des civilisations arabes, arabo-andalouses… »

émission Répliques sur France Culture

Au sujet de la bataille de Poitiers de 732, Hitler grand adorateur de l’Islam regrettait la vistoire de Charles Martel:

 » si Charles Martel avait été battu, le monde aurait changé de face. Puisque le monde était condamné à l’influence judaïque (et son sous-produit, le christianisme, est une chose tellement insipide !) il aurait mieux valu que l’islam triomphe. Cette religion récompense l’héroïsme, promet au guerrier les joies du septième ciel… Animé d’un esprit semblable, les Germains auraient conquis le monde. Ils en ont été empêché par le christianisme. » Continuer la lecture de Mélenchon, Hitler et Charles Martel: Il était une fois l’homme (vidéo)(rediff)

Sapir répond à Moscovici et Colombani : « Ce que Sartre aurait appelé des saloperies ».

Les temps sont malsains. À force de prétendre que nous sommes dans une situation comparable aux funestes « années 1930 », certains journalistes et hommes politiques sont en train de créer une atmosphère particulièrement délétère. Les insinuations, les amalgames et les mensonges tiennent lieu aujourd’hui d’arguments. On a franchi un nouveau cap avec l’article du sieur Colombani dans Direct Matin et avec les accusations proférées à mon endroit par Pierre Moscovici, Ministre de l’économie et des finances.

2270329603Les deux m’apparaissent liés. On en voit l’origine : la volonté d’un pouvoir aux abois et d’une élite discréditée de sauver l’Euro à tout prix en qualifiant les adversaires de la monnaie unique d’extrémistes. C’est en soi un acte de déni de la démocratie. Mais on pourrait aussi  les comparer à ce que Jean-Paul Sartre appelait des “saloperies”[5]. Rassurons les; l’histoire ne repasse pas les plats. Ce n’est pas les “années trente” qui nous attendent, mais quelque chose de nouveau. Le raisonnement dans des cadres conceptuels dépassés ne sert qu’à masquer des problèmes d’aujourd’hui, qui eux sont bien réels. L’histoire s’écrit la première fois en drame et la seconde en farce. Reste que cette farce à sa raison d’être. Au mieux le refus d’admettre ses erreurs. Au pire, des intérêts particuliers qui aujourd’hui s’opposent à celui du plus grand nombre.

Une “saloperie” écrite.

Commençons par le sieur Colombani, ci-devant ancien directeur du Monde, directeur de Slate.fr, et qui devrait savoir, pourtant, que les mots ont un sens. Il écrit donc, dans le journal gratuit Direct Matin du lundi 3 février [1]:

« Une France du rejet de l’autre – aussi bien l’immigré que l’Européen, l’Arabe ou le Juif – est en train de s’affirmer. C’est la France du repli identitaire et du refus de l’euro. »

Venant après les diverses manifestations de ces dernières semaines, ces phrases procèdent à 2 amalgames. Le premier, assez ignoble, entre des expressions de l’antisémitisme (car Juifs ET Arabes sont des sémites…) et un sentiment anti-européen. Que des personnes aient manifestées leur haine des Juifs et des Arabes est une chose. C’est stupide, c’est immonde, mais c’est. Et nous savons que ces gens ne sont qu’une petite minorité. Mais, associer dans la même phrase un mouvement anti-Union Européenne et ces illuminés est un amalgame qui non seulement est ignoble, on l’a dit, mais de plus parfaitement irresponsable. Le sieur Colombani sait parfaitement, on Continuer la lecture de Sapir répond à Moscovici et Colombani : « Ce que Sartre aurait appelé des saloperies ».

Théorie du genre : «Notre rôle est d’exercer une vigilance d’intellectuels sur la manière dont ce débat se déroule»

Tribune de Sandra Boehringer (maître de conférence), Estelle Ferrarese (professeur de théorie sociale et politique) et Jean-Pascal Gay (maître de conférences) de l’Université de Strasbourg sur le genre .

Il ne nous appartient pas à nous chercheurs de nous substituer à la libre discussion démocratique. Ce qui, en revanche, est notre rôle est d’exercer une vigilance d’intellectuels sur la manière dont ce débat se déroule.

Et ici, nous devons le dire, les termes que les adversaires de la prétendue «théorie du genre » tentent d’imposer aujourd’hui ne sont pas seulement mensongers, ils empêchent en réalité un débat démocratique à la hauteur de ce que la société est en droit d’attendre sur des sujets aussi importants que l’égalité. […]

Pourquoi alors de telles inquiétudes ? L’outil du genre n’est pas nouveau. Depuis plus de vingt ans en France, des chercheurs et des enseignants travaillent avec cet outil conceptuel dans des domaines aussi variés que sont l’histoire, la sociologie, la biologie, la médecine, l’anthropologie, la psychologie, la littérature (entre autres).

L’ensemble de ces recherches reçoit le soutien académique et financier du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et du CNRS, et ces travaux sont également favorisés par l’Union Européenne. […]

Le Monde

L’exception culturelle ou quand de Gaulle inventait l’eau sèche

Nous ne partageons pas le rejet absolu du protectionnisme de la part de Charles Gave. En revanche la critique qu’il formule contre l’hégémonie culturelle de la gauche est à la fois juste et pertinente.

À lire

———-

Gramsci, le penseur Italien Marxiste du début du XX éme siècle, soutenait que quiconque prenait le contrôle du monde de la culture se retrouverait automatiquement en contrôle du Antonio-gramscimonde politique trente ou quarante ans après, le monde politique tombant comme un fruit mur une fois le lavage des cerveaux terminé.La situation Française actuelle vérifie, ô combien, ce pronostic.Le monde de la culture est totalement dominé par la gauche depuis bien longtemps et de ce fait l’emprise politique de cette dernière ne cesse de s’alourdir sur la société Française, pour arriver à un quasi monopole aujourd’hui.

Mais le plus extraordinaire est que cette conquête de la Culture par la Gauche a été organisée et facilitée par… la  Droite Bonapartiste, c’est à dire par les Gaullistes.Revenons en arrière.Au début des années 60, les « Intellectuels » Français brillent de mille feux, et sont traduits dans toutes les langues, qu’ils soient de Gauche ou de Droite.Quand j’avais vingt ans, je pouvais former mon esprit en lisant Camus, Aron, Jouvenel, Sartre, Foucault, Mauriac,Jean-François Revel, René Girard, Ellul… et dans un mode mineur, Fourastié,  JJSS , Suffert, Vianson Pontet…

Dans le domaine du Cinéma s’illustraient Renoir, Truffaut, Tati, Pagnol, Carné, Godard. Des acteurs immenses illustraient nos théâtres :Gérard Philippe,Raimu,Jouvet, Michel Simon, Gabin, Blier. Montand, Brassens, Leo Ferré, Jacques Brel  Edith Piaf, n’avaient besoin d’aucune protection culturelle pour passer en boucle sur les ondes……. Et,tous  n’étaient pas Gaullistes, loin s’en faut.Et c’est la que le drame se produisit.

Agacé par le manque de considération que beaucoup de ces gens talentueux lui témoignaient, de Gaulle, influencé par Malraux (homme de gauche) décida de créer le « Ministère de la Culture ». L’idée était simple et avait déjà très bien fonctionné sous Louis XIV: si l’Etat distribuait les subventions, les intellectuels Français, à la place d’être des Continuer la lecture de L’exception culturelle ou quand de Gaulle inventait l’eau sèche

Affaire Méric : Autopsie d’une manipulation

Tribune libre de Paysan Savoyard

Le régime en place, organisé au plan politique par le consortium UMP et PS, 957511Merics’efforce de façon permanente de manipuler l’opinion. On peut dire même que la manipulation constitue pour lui un principe de fonctionnement.

La manipulation peut poursuivre des objectifs différents. Il s’agit tantôt de conduire l’opinion à partager les positions et les analyses de l’oligarchie. Tantôt de dissimuler les faits et gestes du régime, les mauvais résultats obtenus ou les conséquences catastrophiques des décisions prises. Tantôt encore de discréditer l’opposition. Tantôt enfin de créer un climat de menace et de tension destiné à dissuader le peuple de manifester son mécontentement ou son désaccord avec les orientations suivies.

Pour manipuler l’opinion, le régime dispose de tous les relais et vecteurs qui exercent une influence sur les différents secteurs de la société : les politiciens bien sûr, mais aussi les médias, le cinéma, le monde artistique, la publicité, les intellectuels organiques, l’université, les écoles, les groupes de pressions, les associations subventionnées…

Dans le cadre de l’affaire Méric, plusieurs de ces vecteurs ont été mobilisés.

Nous avons déjà eu l’occasion de mettre en évidence certaines des manipulations mises en œuvre par le régime (voir notamment la tribune libre précédente). L’affaire Méric constitue une illustration supplémentaire et significative, qui mérite que l’on s’y arrête.