Archives par mot-clé : police

Sevran (93) : les policiers dénoncent « un déchaînement de violence inqualifiable »

Dans la nuit du 14 juillet, un policier appelé en renfort à Sevran pour des feux de poubelle a été violemment agressé par des jeunes. L’agent a fait usage de son arme pour se dégager, blessant au bas-ventre l’un de ses assaillants. Un responsable du syndicat Alliance 93 revient sur les faits.

Situation tendue à Sevran, en Seine-Saint-Denis, où un policier a été roué de coups par des jeunes dans la nuit du 14 juillet. Cet agent motocycliste faisait partie d’une compagnie de sécurisation et d’intervention qui avait été appelée en renfort pour des feux de poubelle. Mais la situation a très vite dégénéré comme l’explique Grégory Goupil, secrétaire régional du syndicat Alliance 93. Il dénonce un « déchaînement de violence totalement inqualifiable ».

« Mes collègues de la compagnie de sécurisation et d’intervention sont arrivés sur place au nombre de six et se sont retrouvés dans une impasse avec aucun échappatoire. Il y avait des jeunes qui arrivaient de partout. Les deux premiers sont arrivés à s’extraire assez rapidement. Malheureusement, les quatre autres ont été victimes de coups de barres de fer et le dernier de nos collègues s’est retrouvé isolé, seul et pris de nouveau à partie par les individus qui l’ont roué de coups au sol. C’est à ce moment-là qu’il s’est dit qu’il allait réellement y passer ».

Le policier, qui est toujours hospitalisé en soins intensifs, a fait usage Continuer la lecture de Sevran (93) : les policiers dénoncent « un déchaînement de violence inqualifiable »

Tremblay en France (93) : le restaurateur quitte son domicile suite à la provocation islamiste, un coup monté selon la police ?

Lire aussi: Tremblay-en-France (93) : le restaurateur quitte son domicile suite à la provocation islamiste

et aussi

Tremblay-en-France (93) : des Musulmans mettent la pression au restaurateur


Lu sur Fdesouche

Selon Le Parisien, les enquêteurs songeraient à l’hypothèse d’un coup monté, d’un « testing » de la part des deux musulmanes voilées.

CrP6L9NUAAA7hXh


29/08/16

Selon une source proche du dossier, le restaurateur a dû quitter son domicile avec sa famille pour raisons de sécurité, celui-ci se trouvant juste au-dessus du Cénacle.

(…) Europe 1

Selon Amal Bentousi la police n’est pas républicaine car soutenu par Le FN (vidéo)

Amal Bentounsi est la soeur d’Amine Bentounsi, braqueur tué par un policier. Elle milite aujourd’hui dans une association  » Urgence notre police assassine »

Radicalisation : la police n’est pas épargnée

EXCLUSIF. Les entorses à la laïcité progressent dans les commissariats. Une note confidentielle de la préfecture de police de Paris recense ces cas qui, bien que limités, inquiètent.

Diffusion de chants religieux en patrouille, refus de participer à une minute de silence ou de protéger une synagogue, voire incitation, sur Facebook, à commettre des attentats : la police est confrontée à des actes de gravité variable, en nombre limité, mais qui illustrent une progression préoccupante du fondamentalisme religieux dans ses rangs.

Dictature: Valls dépêche sa police politique socialiste pour perquisitionner la mairie de Béziers

Dingue. Les socialistes ne touchent plus terre. Au lendemain de ses déclarations sur les 64% de musulmans dans les écoles de sa ville le maire de Bézier Robert Ménard voit débarquer les flics dans sa mairie pour une perquisition.
Même dans le cadre d’une détection d’une cellule islamistes les flics n’agissent pas aussi vite.
Les socialistes sont incapables de recenser les pédophiles dans l’éducation nationale, mais organisent des battues contre leurs opposants politiques.

Ils atteignent des sommets dans la répression politique.

Réveillez-vous !

midi


 

Source

U ne perquisition est en cours à la mairie de Béziers après l’ouverture d’une enquête préliminaire sur les propos tenus par Robert Ménard, lundi soir sur France 2, au sujet du classement par religion en fonction du prénom des élèves. Le but, clairement avoué, était d’établir des statistiques sur les confessions religieuses.

Immigration : la police s’alarme de l’arrivée massive de clandestins

Rappel :

 Immigration : la police s’alarme de l’arrivée massive de clandestins

INFO LE FIGARO – Une réunion de crise s’est tenue à Nice à la suite d’une note confidentielle de la Police aux frontières alertant sur l’entrée en France, via la frontière italienne, d’un grand nombre d’illégaux érythréens.

La pression de l’immigration clandestine devient intenable à la frontière entre la France et l’Italie. C’est ce que révèle un document confidentiel dont Le Figaro a eu connaissance. Il émane de la direction zonale sud de la Police aux frontières (PAF). Il s’agit du «compte rendu» d’une «réunion exceptionnelle» qui s’est tenue, le 9 juillet dernier, à la préfecture des Alpes-Maritimes, «provoquée», est-il précisé, par le «phénomène migratoire érythréen». Le préfet des Alpes-Maritimes en personne, Adolphe Colrat, a présidé cette réunion. Elle rassemblait une trentaine d’agents de haut rang, dont des chefs de service de Menton, Nice, Marseille, Toulon, Avignon, et jusqu’aux Alpes-de-Haute-Provence. Des responsables locaux de la gendarmerie, des douanes et de la SNCF étaient également conviés.

Leur constat se veut clinique. Tout part d’un «état statistique des migrants par voie maritime en Italie»: «Entre le 1er janvier et le 30 juin 2014, 61.591 migrants irréguliers ont débarqué en Italie, ils n’étaient que 7913 pour la même période en 2013, et seulement 4301 pour les six premiers mois de l’année 2012. Les Érythréens représentent 31 % de ces migrants (18.282). Les Syriens arrivent en seconde position, avec 10.371 (17 %).»

La suite? «Ce sont les répercussions en France, et nous les vivons maintenant», explique un agent de la Police aux frontière de la zone sud. Le rapport du 9 juillet indique ainsi que «les migrants en provenance de la Corne de l’Afrique et du Soudan sont au nombre de 5757 au 30 juin 2014. Il s’agit principalement d’Érythréens (ou de personnes se déclarant érythréens), pour 5235 (d’entre eux), soit 91 % des personnes interpellées».

Un flux jamais vu depuis le printemps arabe

Le compte rendu, remonté jusqu’au cabinet du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, précise que «la pression migratoire sur la frontière avec l’Italie s’est accentuée à partir du début du mois d’avril 2014. 694 Érythréens étaient interpellés contre seulement 68 interpellations entre janvier et mars 2014. Les interpellations progressaient de + 165 % au mois de mai (1845) et encore de 43 % au mois de juin (2628). Au total, pour le premier Continuer la lecture de Immigration : la police s’alarme de l’arrivée massive de clandestins

Grigny : deux guet-apens tendus à la police

Corbeil : les gendarmes se font tirer dessus, faute de véhicule, la police ne peut les secourir.

Il faudrait dire à Manuel Valls qu’il fasse arrêter préventivement les militants du « Printemps français » et du FN qui sèment la terreur dans les « quartiers sensibles ».

———————————-

Ils ont essuyé cinq tirs de carabine à plomb. Les policiers municipaux de Corbeil, en patrouille dans le quartier des Tarterêts, vendredi vers 9h30, ont été la cible de tireurs vraisemblablement embusqués dans les étages des immeubles voisins.

2301251205_1

Les agents arrivaient sur ce secteur pour permettre l’enlèvement de deux véhicules mal stationnés sur la chaussée qui empêchaient le passage d’un camion.

 Trois fonctionnaires étaient à pied au moment des premiers tirs. Ils se sont rapidement réfugiés dans la voiture conduite par un quatrième agent.

L’un des policiers a néanmoins été très légèrement touché à l’aine par l’un des projectiles de plomb. Son uniforme a été percé, mais la bille a dévié et n’a pas pénétré la chair. En revanche, la voiture a été criblée de billes de plomb.

Selon le syndicat de policiers SNPM-FO, les fonctionnaires ont, au moment des faits, demandé des renforts, sollicitant leurs collègues de la police nationale. Celle-ci ne s’est pas déplacée, arguant du fait qu’«il n’y avait pas de véhicule disponible», assure le syndicat dans un courrier transmis à l’AFP.

Brest : La permanence du FN vandalisée par l’extrême gauche sous les yeux de la police

Samedi, la permanence du Front National de Brest a été attaquée par une soixantaine de militants identifiés comme appartenant à l’extrême gauche. L’ouverture, début septembre, rue Anatole-France, dans le centre de la ville, de ce local n’avait pas manqué de provoquer une montée d’adrénaline parmi l’extrême gauche locale.

brest_antifa_front_national

 

Depuis deux mois, de nombreux tags ornaient la façade du local, mais les choses se sont accélérées samedi dernier, puisque la porte a été fracturée et un bloc de béton projeté à travers les vitres. Le tout en marge d’une manifestation organisée par un « collectif antifasciste » qui appelait à manifester pour « montrer au Front National qu’il n’est pas le bienvenu à Brest La Rouge » (sic).

Visages masqués par des cagoules, les « antifas » de « Brest la Rouge », armés pour certains de chaînes et de bâtons, ont pu agir en toute impunité. Les policiers présents sur place les ont en effet laissé se positionner devant l’entrée du local pour en interdire l’accès aux sympathisants et adhérents frontistes. Une conseillère municipale Europe-Ecologie les Verts, Julie Le Goïc, s’est vantée sur Twitter d’avoir participé à cette « descente ». Aucune interpellation n’a bien entendu été effectuée.

Le secrétaire départemental du Finistère du FN, Éric Dechamps, a annoncé le dépôt d’une plainte, la quatrième en un mois. […]

breizh-info 

Manif pour tous : Un lycéen de 14 ans accuse la police de l’avoir roué de coups

Le dimanche 26 mai, Marc, qui est en classe de seconde avec un an d’avance, participe au rassemblement anti-mariage pour tous aux côtés de ses parents et de sa soeur aînée.

«Un policier en civil de type maghrébin m’a alors claqué la tête contre l’arbre avec violence », affirme le lycéen. Un geste que le fonctionnaire aurait, selon lui, justifié ainsi : « Ça t’apprendra à foutre la merde…».

Sur la place des Invalides, en fin de manifestation, le lycéen perd de vue dans la foule sa famille, qui rentre chez elle sans lui. «Il n’avait pas de téléphone portable sur lui, car nous l’avions oublié à la maison », nous précise sa mère. Marc finit par retrouver des amis avant de continuer la soirée tout seul.

«Je vous préviens, votre fils est abîmé, vous pouvez porter plainte. » Lorsque la mère de Marc, 14 ans, s’est rendue le 27 mai dernier au commissariat d’Ivry-sur-Seine, où son fils avait été placé en garde à vue la veille, l’officier de police judiciaire paraissait très embarrassé. Depuis, les parents du lycéen ont porté plainte contre X pour «violences policières».

Un drapeau de pirate à la main, l’adolescent aurait alors essayé de quitter la place des Invalides, mais se serait heurté aux cordons de CRS. Vers 22 h 30, le lycéen aurait décidé de rejoindre la station de métro des Invalides. Selon sa version, il passe alors sans incident un premier barrage de CRS, puis est violemment interpellé avant d’en franchir un second. «Un policier en civil m’a emmené au sol en passant son bras sur ma tête», affirme le lycéen dans sa plainte, dont Le Point.fr a pris connaissance.

La suite tient du mauvais film. […]

«

Mon fils n’est pas un délinquant. Ce qui lui est arrivé est à la fois scandaleux et effrayant», s’insurge sa mère. Contactée par le Point.fr, la préfecture de police n’a pas souhaité faire de commentaire.

« L’histoire de Marc n’est pas un cas isolé », affirme Me Triomphe, l’avocat de la famille. « Nous disposons de nombreux témoignages évoquant des brutalités policières. Cela traduit un sentiment d’impunité inquiétant. » […]

« En regardant des vidéos postées par les manifestants sur Facebook, Marc aurait identifié l’un de ses agresseurs présumés. »

Le Point

Saint-Ouen : des consignes policières pour ne pas intervenir dans les cités (vidéo)

La police des polices enquête après la diffusion le 25 novembre dernier sur TF1 d’un reportage sur le trafic de drogue à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis où des policiers en patrouille déclaraient ne pas avoir le droit de pénétrer dans une cité cernée par des guetteurs et des dealers.

Selon les informations du Parisien, le sommet de l’État a été choqué par ces images tournées à la caméra cachée aux abords de la cité Emile Cordon, devenue depuis plusieurs mois un point de deal important de la ville. Le quartier est classé en Zone de sécurité prioritaire.

L’Inspection générale des services cherche à retrouver et à interroger les deux CRS filmés qui ont déclaré : « On a des consignes » pour ne pas entrer dans la cité. « Il faut que les dealers puissent continuer de vivre, et il faut que les habitants soient rassurés. » Un des deux agents estime même qu’il n’y a pas de volonté que le trafic s’arrête.

Suite et source : Le Figaro

 

 

Roubaix : un contrôle de femme voilée tourne mal

Une jeune roubaisienne de 18 ans, revêtue d’un voile intégral, a violemment refusé samedi de se livrer à un contrôle d’identité. Selon la Voix du Nord, qui dévoile cette affaire dans son édition du jour, la jeune femme a été repéré en plein centre-ville vers 18h30 par la brigade spécialisée de terrain de Roubaix. Alors que ces derniers lui demandaient ses papiers d’identités et de lever son voile pour vérifier que la photo correspond bien, la jeune fille a poursuivi son chemin en expliquant qu’elle était en retard. Rattrapée par les forces de l’ordre, elle s’est alors mise à crier.

Les policiers ont alors décidé d’appeler des renforts pour emmener la jeune fille au poste. Mais cette dernière ne s’est pas laissé faire et a hurlé, donné des coups de pied et des coups de poings et fait son possible pour ne pas entrer dans le véhicule. Une fois dans ce dernier, elle a continué à se débattre et à donner des coups de coude.

La jeune roubaisienne a également griffé et tenté de mordre à plusieurs reprises la fonctionnaire de police qui procédait à une palpation. Ces différents actes de rebellion lui ont valu un placement en garde à vue pour “rebellion, outrages, incitation à l’émeute et violences volontaires”. Le parquet de Lille s’est saisi du dossier et la jeune femme sera jugée le 30 octobre.

Source 

Revue de presse et commentaires sur l'actualité