Archives par mot-clé : prière de rue

L’appel à la prière, diffusé lors de la prière de rue organisée par les islamistes de l’UOIF à Nice hier

Clichy (92) : une mosquée clandestine évacuée, ils organisent une prière de rue. Jets de projectiles, rues bloquées…

2017: La FRANCE de Macron, Hollande, Mélenchon, Hamon, Fillon….

L’évacuation de la mosquée de Clichy, dans les Hauts-de-Seine, par la police a débuté ce matin, conformément à une décision de justice, rapporte France Bleu Paris Région. Une cinquantaine de manifestants, opposés à cette évacuation sont sur place.

Cette mosquée était occupée illégalement depuis 2015. En novembre dernier, le Conseil d’Etat avait validé la décision d’expulsion. Plus de 800 personnes avaient alors manifesté contre la fermeture de ce lieu de culte musulman. La municipalité veut installer une médiathèque dans ces locaux, dont la ville est propriétaire.

Le Figaro


Continuer la lecture de Clichy (92) : une mosquée clandestine évacuée, ils organisent une prière de rue. Jets de projectiles, rues bloquées…

Tension autour d’une prière sur une plage de Balagne

France 3 Corse

Des prédicateurs venus du continent qui tentaient de faire une prière sur la plage de Bodri, près d’Ile Rousse, ont été priés de quitter les lieux par des personnes présentes sur place.

Une prière de rue, ou plutôt une prière de plage, a tourné court mercredi 20 juillet à Bodri, une plage située sur la commune de Corbara près d’Ile-Rousse en Haute-Corse.

Six prédicateurs, qui depuis plusieurs années viennent en Corse prêcher auprès des jeunes musulmans notamment, ont tenté de faire une prière sur le sable.

Des personnes présentes leur ont demandé de quitter les lieux, les responsables de la mosquée d’Ile-Rousse n’ont a priori pas souhaité mettre à leur disposition le lieu de culte de la commune.

Plus tard ces religieux venus du continent ont retrouvé leur camionnette avec les pneus crevés. Ils ont depuis quitté la Corse mais n’ont pas déposé plainte. Continuer la lecture de Tension autour d’une prière sur une plage de Balagne

Prières de rues : Marine Le Pen réitère sa comparaison avec une « occupation » (vidéo)

Addendum :

Le système veut coller à Marine Le Pen une condamnation pour incitation à la haine raciale en raison de ses propos sur les prières de rues.  Ils y arriverons. Un juge du syndicat de la magistrature fera l’affaire. Et tant pis si l’islam n’est pas une race mais un dogme. Pour le système UMPS la fin justifie les moyens, il sont donc prêts à rétablir à la fois le délit d’opinion et le délit de blasphème…. L’objectif est simple : permettre aux journalistes complices de la comparer à la racaille en col blanc qui nous dirige… seul problème, il y a une différence entre dire ce que l’on pense et magouiller sur le dos des contribuables….

Qui menacent la démocratie et les libertés dans ce pays  ?

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Marine Le Pen, menacée par une levée de son immunité d’eurodéputée, a maintenu lundi les propos sur les prières de rues qui lui valent des poursuites, estimant qu’on veut l’incriminer pour « un délit d’opinion ».

1421963_3_8982_pour-les-quotidiens-lundi-marine-le-pen

« Les Français feront une très grande différence entre taper dans la caisse, détourner de l’argent, l’escroquerie en bande organisée et être poursuivie pour un délit d’opinion », a lancé la présidente du FN sur LCI, reprenant les termes des mises en examen dans l’affaire de l’arbitrage Tapie. Son délit est, à ses yeux, « d’avoir osé dire ce que tous les Français pensent, c’est-à-dire que les prières de rue – dont je leur indique qu’elles continuent à se dérouler sur le territoire français – sont une occupation ».

« Je le maintiens », « ma levée d’immunité parlementaire sera votée par mes adversaires politiques UMP-PS, cela ne me pose aucune problème », a poursuivi la présidente du FN. J’irai devant le tribunal correctionnel tête haute pour leur expliquer qu’il faut bien qu’il y ait des gens dans notre pays qui disent la vérité aux Français », a-t-elle soutenu.

(…) Le Parisien

La mairie UMP de Nice en flagrant délit d’aide clientéliste aux musulmans (vidéo FR3)

Le double-discours de l’UMP sur sa prétendue fermeté envers l’islamisme et son prétendu souci de défendre la laicité est encore mis en lumière, cette fois à Nice. La mairie de Christian Estrosi, proche de Nicolas Sarkozy, a donc acheté un local pour le mettre à disposition des mususlmans qui priaient dans la rue, pour un tarif modique. Le chantage à la prière de rue a donc marché à merveille. Nissa Rebela, mouvement politique local emmené par Philippe Vardon a saisi la justice pour régler le problème…

Estrosi n’est pas un cas isolé à l’UMP, lire notre enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2010) pour cerner l’étendue du problème.

source

Paris demande la levée de l’immunité de Marine Le Pen pour des propos sur l’islam (vidéo)

Taubira n’a-t-elle rien d’autre à faire que de jouer les petits flics de la pensée ? La ministre de la justice est-elle dans son rôle quand elle obéit aux ordres d’une association ? Et pour les militants du FN sauvagement agressés par des racailles du Front de Gauche, que fait la justice de Taubira… elle progresse ?
Plus ça va, et plus la gauche ressemble au big Brother du roman 1984 d’Orwell. On le dit et on le répète : la gauche n’a rien perdu de son passé totalitaire.

– – – – – – – – – – – – –

Réaction de Marine Le Pen:

Addendum

La France a demandé, lundi 10 décembre, la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, députée au Parlement européen, à la suite de l’enquête préliminaire du parquet de Lyon déclenchée en janvier 2011 pour « incitation à la haine raciale » sur une plainte du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP). […]

Le Monde
Le ministère de la Justice a transmis au Parlement européen une demande de levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, a-t-on appris mardi auprès de la Chancellerie.

Cette demande est liée aux propos de Marine Le Pen, le 10 décembre 2010 à Lyon, faisant un parallèle entre les prières de rue et l’Occupation, a précisé à l’AFP une source proche du dossier. « Je confirme que le ministère de la Justice a transmis le 26 novembre au président du Parlement européen, Martin Schultz, une requête pour une main-levée parlementaire concernant Mme Le Pen », a indiqué Pierre Rancé, porte-parole de la Chancellerie.

Le Figaro

Occupation: le malentendu de marine Le Pen


« Occupation » : le malentendu Marine Le Pen par asi