Archives par mot-clé : prières de rues

Levée de l’immunité de Marine Le Pen : une procédure digne du « Soviet suprême de l’Union soviétique » pour Gollnisch

JMLP : On lève l’immunité parlementaire pour ceux qui s’expriment politiquement, mais on ne la lève jamais pour ceux qui tapent dans la caisse.


Le Pen juge "scandaleuse" la levée de l… par BFMTV


Levée de l'immunité de Marine Le Pen : une… par lemondefr

« Il y a quinze ans on a eu le voile, il y avait de plus en plus de voiles. Puis il y a eu la burqa, il y a eu de plus en plus de burqas.

Et puis il y a eu des prières sur la voie publique (…) maintenant il y a dix ou quinze endroits où de manière régulière un certain nombre de personnes viennent pour accaparer les territoires (…).

Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c’est une occupation du territoire (…).

Certes y’a pas de blindés, y’a pas de soldats, mais c’est une occupation tout de même et elle pèse sur les habitants. »

Levée de l’immunité de Marine Le Pen : réaction de Marine Le Pen et de Florian Philippot face aux délires de la nouvelle inquisition.

Ces quelques affaires – parmi des dizaines d’autres – montrent que la majorité de ce Parlement maintient dans tous les cas l’immunité des députés poursuivis pour délits d’expression politique – et même, pourvu qu’ils appartiennent aux courants dominants, des députés poursuivis pour des faits de droit commun (dilapidation de fonds publics : M. Valenzi ; complicité de terrorisme : D. Cohn Bendit ; enlèvement et séquestration : V. Öger ; fraude fiscale : E. Brok, etc.).

Par contraste, cette majorité de copains et de coquins achève de se déshonorer en levant l’immunité de Marine Le Pen, et en révélant ainsi sa honteuse partialité.

Immunités parlementaires

Face à la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen ce 2 juillet 2013 par le Parlement européen pour délit d’opinion, vous pouvez lire le document suivant qui montre la distorsion de traitement devant la question de la levée d’immunité parlementaire. Aprés l’UMPS voici le PPEPSE qui essaye de faire taire Marine Le Pen et les Français pour qui elle est plus que le porte-voix, elle est désormais l’espoir !

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Philippot: « Marine Le Pen a gagné le coeur et… par BFMTV

Vers la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen pour «incitation à la haine raciale»

L’antiracisme stalinien a encore frappé ! Les propos de Marine Le Pen sur les prières de rue ne font référence ni à la race ni à une ethnie. On ne voit donc pas en quoi ils seraient racistes. Mais lz police de la pensée rêve de rétablir le délit d’opinion et de fabriquer de toute pièce une nouvelle histoire du « détail ». Plus on avance en Socialie, et plus on se demande quels sont ceux qui représentent vraiment un danger pour la démocratie et les libertés : Marine Le Pen ou L’UMPS ?

Petit rappel du contexte dans lequel Marine Le Pen a prononcé ses paroles sur les prières de rue :

« Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c’est une occupation du territoire »

C’était lors de la campagne interne au FN. Marine Le Pen était en déplacement à Lyon, sur les terres de Bruno Gollnisch, son adversaire. Alors que des militants locaux (gollnischiens, qui ne l’appréciaient pas) disaient qu’elle ne parlait pas assez de la 2ème Guerre Mondiale, elle prononce cette phrase en utilisant le terme d’occupation et en espérant leur faire passer le message : Au lieu de parler de la 2ème Guerre Mondiale et de l’Occupation, parlons de l’actualité et des occupations de rue.

"Occupation" : le malentendu Marine Le Pen par asi

– – – – – – – – – – – – –

Selon la BBC, un comité du Parlement européen a levé l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, lors d’un vote secret cette semaine. Ce dernier doit encore être ratifié par les députés européens. Cette décision ouvrirait la voie à une mise en examen de la présidente du Front national, qui est visée depuis janvier 2011 par une enquête préliminaire pour «incitation à la haine raciale».

Sopo_droit_de_prier_photo

Un mois plus tôt à Lyon, Marine Le Pen avait comparé les prières de rue et l’Occupation. «Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c’est une occupation du territoire», avait-elle déclaré.

Le Figaro