Archives par mot-clé : protectionnisme

Libé : « Nicolas Demorand exige du protectionnisme pour son canard boiteux »

Le laissez-faire libéral, ce n’est bon que pour les prolos ?

Entre le fou-rire et la colère, c’est ainsi que nous laisse l’éditorial de Nicolas Demorand paru ce samedi dans Libération. Intitulé “Régulation”, la prose du directeur de Libé, journal dont la santé se fait de plus en plus chancelante, dénonce “la fascination pour le numérique, les miracles qu’il permet, la réalité qu’il façonne, masque la brutalité du capitalisme qui lui a permis de se déployer ; l’inéquité des échanges qu’il suscite; la fragilisation de certains piliers de la démocratie qu’il accélère, du marché régressant à l’âge des monopoles aux journaux incapables, quels que soient leurs investissements, de financer durablement la production d’informations de qualité […]“.

Le rire nous saisit lorsqu’il en appelle à une “souveraineté numérique” et qu’il fustige “les quolibets libertaires”. Voilà donc le journal de la rue Bellanger utilisant la même sémantique qu’un Nicolas Dupont-Aignan, un Henri Guaino ou même une Marine Le Pen.

Alors qu’elle n’a eu de cesse de dénoncer ceux qui utilisaient ces termes moisis et partait même à la chasse contre ceux qui, à gauche, devenaient “plus dangereux que le Front National”, en usant de certains termes, la direction de Libé doit être en proie à une terrible inquiétude pour se faire, le temps d’un samedi matin, apôtre du souverainisme et contempteur des libertaires.

Demorand en appelle carrément au protectionnisme pour sauvegarder le secteur qui le nourrit. Mais, et c’est précisément ceci qui nous met en colère, il le réclame sans écrire le mot, utilisant ce cache-sexe sémantique que constitue le mot “régulation”. Lorsqu’il rappelle “l’exception culturelle” obtenue par les Etats européens dans le cadre des négociations du GATT, à l’époque où Edouard Balladur occupait Matignon; lorsqu’il milite pour la mise en place de la “taxe Google”, il en appelle évidemment au protectionnisme, même déguisé. Ce protectionnisme que son journal combat de toutes ses forces lorsque d’autres le souhaitent pour l’industrie, pour défendre les ouvriers, ces beaufs qui ont la trouille de la mondialisation sans frontières.

Demander des mesures protectionnistes pour défendre l’industrie nationale, cela demeure nationaliste, frileux et ouvre la porte à la xénophobie. Supplier l’Etat de les mettre en place pour sauver les copains du ciné, et plus encore pour sa propre gamelle, c’est responsable ! (…)

Causeur

Avec une politique protectionnistes Alcatel ne supprimerait pas des emplois en France et en Europe. (audio-rtl)

Pendant que le ministre du redressement productif parade à la une des journaux, Alcatel annonce la suppression de 5000 emplois, les deux tiers en Europe et le quart en France. Pourquoi les effectifs aux États-Unis et en Asie sont épargnés ?

Tout simplement parce-qu’au USA le marché bénéficie d’un protectionnisme que l’Europe et la France refusent de mettre en œuvre.

Pour des raisons qui tiennent à la sécurité nationale, Washington a mis des barrières devant les avancées chinoises dans les télécommunications. Si aux États-Unis la concurrence casse les prix, en Europe l’Hyper-concurrence les massacre. Plaisir éphémère du bas prix au détriment de l’emploi. La grande fragilité de l’Europe se sont bien sur ses déficits, l’absence de réforme structurelles, mais c’est d’abord son insondable naïveté.

Écouter la chronique économique de Jean Louis Gombeaud sur RTL

[audio:http://www.prechi-precha.fr/wp-content/mp3/alcatelrtl.mp3]

Rocade d’Albi – Tarn : l’Etat PS et les collectivités PS sont pour la préférence étrangère et contre le protectionisme.

C’est la société Comsa de Barcelone qui réalisera à partir du 15 octobre le doublement de la rocade d’Albi jusqu’au stadium. La fédération des travaux publics le déplore.

La Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), maître d’ouvrage pour l’État, a attribué le marché pour un montant de 9,49 millions d’euros à l’entreprise Comsa SAU de Barcelone.

«C‘était 10 % soit 1,1 million d’euros de moins que Demathieu et Bard de Toulouse, qui déjà était allé au maximum de ce qu’il pouvait faire et bien en deçà des prix pratiqués. Ce groupement régional comprenait un terrassier d’Albi et aurait représenté énormément d’emplois locaux», fait valoir Isabelle Ferrer, secrétaire générale de la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) à Toulouse.

Un «précédent» que déplore vivement Bruno Cavagné, Continuer la lecture de Rocade d’Albi – Tarn : l’Etat PS et les collectivités PS sont pour la préférence étrangère et contre le protectionisme.

La SNCF délocalise ses activités informatiques en Europe de l’Est et en Espagne

Mais que fait Arnaud Montebourg ?????

Localisée à Lille et à Lyon, une partie des activités informatiques de l’entreprise publique de chemins de fer vient d’être confiée à des sous-traitants basés en Tchéquie, en Pologne et en Espagne.

«Comment est-il possible d’être aussi maladroit ? » Ainsi aurait réagi François Hollande lorsqu’il apprit, fin juillet, que le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), présidé par le socialiste Jean-Paul Huchon, s’apprêtait à délocaliser son centre d’appel au Maroc. A l’époque, le chef de l’Etat, qui fait de la lutte contre le chômage sa priorité numéro un, exhortait les responsables publics à être « très attentifs » à l’emploi en France. Le message n’a visiblement pas été entendu par les dirigeants de la SNCF…

L’entreprise publique, détenue à 100% par l’Etat, délocalise en effet — en toute discrétion — une partie de ses activités informatiques en Tchéquie, en Pologne et en Espagne.

Jusqu’à présent, le pilotage des applications informatiques — en clair, la surveillance du fonctionnement des logiciels et des ordinateurs — était pour l’essentiel assuré par des prestataires privés de la SNCF. Les salariés de ces entreprises étaient détachés dans les locaux de la compagnie de chemins de fer et travaillaient aux côtés des cheminots informaticiens.

Mais, depuis le début de l’année, nombre de ces sous-traitants ont perdu le contrat qui les liait à la SNCF. Sur les sites de Lille — qui gère les applications voyageurs (billetterie, site Internet) — et de la Mulatière, à Lyon — qui traite les autres applications — les techniciens de Steria, une grosse société de services en ingénierie informatique, ont formé jusqu’à à la fin du mois d’août leurs remplaçants… tchèques et polonais.

Continuer la lecture de La SNCF délocalise ses activités informatiques en Europe de l’Est et en Espagne

Le libre-échange dans la mondialisation actuelle : vers une catastrophe annoncée

Tribune libre de Bruno Lemaire, économiste, ancien professeur à HEC, (partie 1 sur 3)

Q. Ses adversaires politiques ont souvent reproché au projet économique de Marine Le Pen d’être archaïque, et d’aller contre le progrès, en particulier lorsqu’elle défend un « protectionnisme intelligent ». Qu’en pensez-vous ?

En fait, les deux principaux piliers de son projet économique sont issus de la même idée, simple à énoncer, plus difficile à mettre en place : une priorité « patriotique » reposant sur un double équilibre, équilibre des échanges extérieurs (flux de capitaux, flux de biens, flux de services, et flux de personnes), et équilibre entre l’État et le secteur privé.
Pendant la campagne présidentielle, on a plus souvent évoqué la question monétaire que celle du libre-échange, et nous avons cherché, sur la première question, à montrer le scandale constitué par le fait que c’était le « privé » qui imposait sa loi à l’ensemble de l’économie, par le biais d’une création monétaire incontrôlée, et ce depuis des décennies – en fait depuis 1913 aux Etats-Unis (avec la création de la « Federal Reserve » – cf. ‘Les secrets de la Réserve Fédérale’, de Mullins).

Q. Ce qui a conduit à la situation actuelle : sacrifier l’industrie pour ‘sauver’ les banques ?

Effectivement. Et la lente agonie de l’Euro, ou plus exactement de la zone euro, n’en est qu’un des effets induits. Cette agonie peut d’ailleurs durer encore des mois, voire des années, tout dépendra de la volonté de la BCE de continuer à accorder des soins palliatifs à cette malheureuse monnaie unique, et peut être aussi du courage, de la lucidité ou de l’honnêteté de nos dirigeants.

Q. Ainsi sans doute de la capacité de certains dirigeants à convaincre leurs concitoyens qu’il n’y a pas d’autre solution, pas de plan B. Le fameux TINA (There Is No Alternative) de Madame Thatcher. Nous serions ‘condamnés’ à rester dans la zone euro, envers et contre tout…

Effectivement. Et le fait qu’il n’y ait guère, dans les 4 plus importants pays industriels de la zone Euro, que 25 à 30 % de personnes qui souhaitent abandonner l’Euro, en tant que monnaie unique, n’incite pas à l’optimisme en ce domaine.

Q. Pourquoi ce terme « optimisme » ? Pensez vous vraiment qu’il faille sortir de l’Euro ?

Ce dont je suis sûr, c’est qu’il faudrait un débat aussi ouvert que possible sur la question. Mais ce serait plus que de l’optimisme d’imaginer qu’un débat sur un tel sujet puisse réellement avoir lieu : le « système » ne le permettra pas. Pensez donc : un siècle après l’événement fondateur, celui de la création de la « Federal Reserve », on continue à nier l’existence de la réunion secrète de Jekyll Island de 1909 qui avait rassemblé, en dehors du sénateur Aldrich, les 5 banquiers les plus influents de NewYork, banquiers qui représentaient aussi les intérêts des banques de Londres et de Francfort. Continuer la lecture de Le libre-échange dans la mondialisation actuelle : vers une catastrophe annoncée

Florian Philippot : Montebourg a laissé tomber le protectionnisme. (France Info)

Première économie de la zone euro, l’Allemagne est le pays qui verse le plus d’argent pour alimenter les prêts internationaux aux pays en difficulté. Actuellement, l’Allemagne est exposée à hauteur de 350 milliards d’euros via les prêts accordés aux quatre pays sous perfusion (Grèce, Irlande, Portugal, Espagne). Si tous les États en difficulté faisaient faillite, le pays perdrait l’équivalent de 12 % à 14 % de son produit intérieur brut (PIB).

L’ Allemagne est une puissance exportatrice sans équivalent en zone euro. Problème, 40 % de ses ventes industrielles à l’étranger sont à destination de la zone euro.

Aujourd’hui l’agence de notation Moody’s menace de dégrader l’Allemagne et son triple « A ». À force de vouloir sauver l’euro et les banques, à grands coups de renflouements inutiles, on va finir par tirer l’Allemagne au fond du gouffre dans lequel nous nous dirigeons….

Florian Philippot, vice-président du Front National, était l’invité de la matinale de France Info. Il insiste sur la nécessité d’instaurer des règles protectionnistes et en finir avec la monnaie unique….

En ce qui concerne le plan de soutien à la filière automobile, Florian Philippot suggère que l’État achète des parts du groupe PSA, « qui ne vaut plus que 2,5 milliards d’euros ». Florian Philippot est également interrogé sur le discours de François Hollande lors des commémorations du 70e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv.

À écouter:

Sophie Montel (FN) taille un costume au ministre socialiste Pierre Moscovici

Sophie Montel ferait un très bonne député. Invitée sur France 3 Franche Comté dans l’émission « La Voix est libre », la conseillère régionale Front National de Franche-Comté, a été interrogé sur les causes et conséquences de la politique économique et industrielle menée par l’UMPS depuis 30 ans en France et tout précisément sur le secteur automobile.

Parfaitement impliquée dans sa mission au Conseil régional de France-Comté, Sophie Montel a soufflé dans les bronches du candidat socialiste Moscovici, tout fraichement nommé ministre de l’Économie, des Finances et du Commerce extérieur, qui par oubli ou Alzheimer soudain a évité de parler des années de calamiteuse gestion socialiste dans les gouvernements précédents.

Europe: Hollande a déjà perdu, Merkel lui dit « Nein ». (Vidéo)

Selon le journal Le Point, L’Allemagne a posé, lundi, ses conditions au président élu français François Hollande en excluant toute renégociation du pacte budgétaire européen et toute initiative de « croissance par les déficits ».

« Il n’est pas possible de renégocier le pacte budgétaire », qui a déjà été « signé par 25 des 27 États membres de l’Union européenne »

et qui a pour but de renforcer la discipline dans la gestion des finances publiques, a dit le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, lors d’une conférence de presse régulière. Il était interrogé sur la volonté de François Hollande d’adjoindre à ce pacte un volet sur la croissance.



Voilà une vidéo édifiante qui confirme que le PS, avant même d’être élu, a échoué à convaincre Angela Merkel et la troïka. De la renégociation du traité jusqu’au Eurobonds les propositions du PS sont des fumisteries. Elles visent toutes à une plus grande intégration de la France au sein de l’Europe, à un abandon de notre modèle social, et pour finir de notre souveraineté. Hollande va devoir accepter une libéralisation du marché du travail en échange de quelques ajustements du pacte budgétaire européen.

La France est coincée dans le carcan européen et l’euro. Il n’y a que deux solutions pour sortir de la crise:
– Soit aller vers une europe fédérale avec un gouvernement européen. Dans ce cas, on perd l’ensemble de nos souverainetés et notre modèle social qu’il sera nécessaire d’aligner sur celui de l’Allemagne. Cette solution se fera au prix d’une grosse casse sociale et économique. Mais l’Europe fédérale sera enfin une réalité et l’euro pourra peut-être survivre.

– Soit on sort de l’euro de façon concertée, on se libère de l’emprise des marchés en revenant sur la loi de 1973, on retrouve nos frontières, on conserve l’euro comme monnaie commune et on fait une europe des Nations. Cette solution sera elle aussi douloureuse mais nous serons maîtres de notre destin.

Carrefour pourrait supprimer 3.000 à 4.000 emplois (audio)

Nous vous l’annoncions en février dernier, ( article: Xavier Bertrand se démène pour que les entreprises décalent leurs plans sociaux après les élections), après l’élection du prochain gouverneur français à la botte d’une Europe fédérale Allemande, les plans de licenciements vont massivement tomber sur le territoire que l’on appellera dès à présent l’ a-france. ( le a privatif étant justifier par l’abandon de toutes nos souverainetés à l’Europe de Bruxelles)

Ces derniers jours, on a appris que le groupe PSA pourrait rationaliser 20 % de ses effectifs en France, ce qui correspond à la disparition d’un site de production…
Mais aussi , le groupe Carrefour serait sur le point de procéder à l’équarrissage de ses effectifs salariés en France. Le groupe coté en bourse doit faire face à la perte de son indépendance due à ses actionnaires voraces qui réclament toujours davantage de dividendes. La direction de Carrefour serait dans l’obligation pressante de procéder à des suppressions d’emplois massives, allant de 3.000 à 4.000 voir même 5.000, selon un syndicat, soit à peu près 20 postes par hypermarché. Carrefour compte 232 hypermarchés en France et 65.000 emplois !

Source

Les électeurs du vote anti-france UMPS vont se mordre les doigts….

Technicolor Angers délocalise au Brésil, 1.100 emplois menacés ! (vidéo)

Article lu sur Nation Presse

Il est intéressant de constater encore une fois que les nations d’Amériques du sud se développent sans se poser de question.

Le Brésil qui accentue sa croissance et optimise son marché de l’emploi, va probablement accueillir avec des bras grands ouverts l’usine Technicolor d’Angers, spécialisée dans la conception de terminaux numériques hybrides. Une délocalisation contrainte et forcée par la politique néfaste du candidat-président Sarkozy.

Ce sont donc 1.100 postes qui sont menacés en France, d’Angers à Saint-Cloud, Issy-les-Moulineaux jusqu’à Rennes !

La politique sarkhollandienne détruit tout sur son passage… En juin 2012, les Français auront le choix entre deux modèles de société : une Europe fédérale de l’austérité et ultralibérale défendue par le club des 9 candidats à l’élection présidentielle ou le retour au modèle prospère de la Nation porté par Marine Le Pen comme au Brésil, en Argentine etc., qui privilégie un protectionnisme intelligent et le patriotisme économique et social en faveur de son peuple en priorité.

20 avril 2012 – Présidentielle 2012 – A Angers, les Gars de la Marine se mobilisent pour les salariés de Technicolor

4 avril2012 – Technicolor et ses employés face à la politique ultralibérale sarkozyste – Ce que propose Marine Le Pen

« Les Experts » sur BFM Business admettent le rôle régulateur du modèle de la nation

En s’opposant à Maastricht comme à l’ensemble des traités européens,les souverainistes et patriotes ont certainement eu le tord d’avoir raison avant tout le monde. Et encore aujourd’hui ce sont les plus courageux et lucides sur la situation. Mais la caste les tabasse. Les bâillonne.
Or, dans moins de 5 ans, leurs idées seront reprises par la caste bienpensante. Et la caste vous fera croire qu’elle est la seule à savoir.
Sur BFM-business on a dernièrement assiste aux premiers rétropédalages de ces hypocrites.
Face aux résultats dramatiques des politiques qu’il ont soutenu, les voilà qui vantent les valeurs positives d’un retour à la nation. Un retour de l’Etat fort, stratège et protecteur.

Question : il convient donc de s’interroger et de regarder lequel des projets des 10 candidats à l ‘élection présidentielle s’adaptent parfaitement au résultat des Experts !

Réponse : Celui de Marine Le Pen.

L’Argentine démontre toute la puissance de la Nation, de l’Etat stratège.

En Argentine, pour protéger une ressource énergétique stratégique, préserver le pouvoir d’achat et la croissance économique, le gouvernement argentin a décidé hier de prendre le contrôle, de nationaliser l’une des filiales de la première compagnie pétrolière présente sur son sol, Repsol !

Il faut rappeler que l’Argentine est un pays qui a connu le défaut de paiement. Le pays a su relancer son économie et l’emploi, l’industrie en adoptant une politique adaptée, un protectionnisme intelligent et raisonné. Hier, le pays a encore démontré que le rôle de l’État Nation, fort, stratège et protecteur de son peuple était la voix de l’avenir, de la croissance et de l’emploi comme le propose Marine Le Pen dans son projet  !

Et comme toujours quand il s’exprime à l’occasion de sa chronique sur BFM Business François Lenglet est proche des idées portées par les souverainistes, mais quand il se trouve face à Marine Le Pen il a pour mission de mentir

 

 

Relire les articles de Nation Presse :

20/02/12 – Crise grecque – L’Argentine a relancé son économie prioritairement avec le peuple !

30/12/11 – Protectionnisme intelligent / automobile : la Chine protège son industrie et ses emplois comme le propose Marine Le Pen

23/11/11 – En France, Marine Le Pen veut agir là où l’Argentine a réussi

Jean-Richard Sultzer (FN) et Laurent Pinsolle (Debout le république): Qu’est-ce qu’un protectionnisme intelligent ?

Intervention de Jean-Richard Sultzer professeur à l’université Paris-Dauphine, conseiller de Marine Le Pen, lors du séminaire de recherche sur le protectionnisme organisé par l’Ecole de Guerre Economique et le Forum démocratique.


Qu'est-ce qu'un protectionnisme intelligent… par webtele-libre

Intervention de Laurent Pinsole, porte parole de Nicolas Dupont-Aignan lors du séminaire de recherche sur le protectionnisme organisé par l’Ecole de Guerre Economique et le Forum démocratique


Qu'est-ce qu'un protectionnisme intelligent… par webtele-libre

Zemmour: Le protectionnisme, vedette inattendue de la campagne

Hier mot honni, voilà que le protectionnisme est devenu l’alpha et l’oméga de tous nos candidats. Inspiré par la pensée économique de Maurice Allais, seul le FN osait jusqu’ici l’employer. Un courage qui lui valut les pires insultes. Et pourtant, le protectionnisme apparait aujourd’hui comme la réponse évidente aux dégâts causés par la mondialisation libérale ou, pour rester dans le vocable du FN, le mondialisme. (la dérive idéologique de la mondialisation).
C’est donc avec une certaine ironie qu’on a vu il y a un an Arnaud Montebourg, le petit marquis du socialisme dégénéré, se faire le héraut de la démondialisation, un concept cher aux identitaires. Aujourd’hui, de Sarkozy à Mélenchon en passant par Hollande, le protectionnisme est conjugué à tous les temps. Mais attention, seul un protectionnisme européen leur semble raisonnable. Autant dire un protectionnisme inopérant…. courageux mais pas téméraires….