Archives par mot-clé : racisme anti-blanc

Hafsa Askar, vice-présidente de l’UNEF Lille qui se moque de l’incendie de Notre Dame, voulait déjà « gazer tout les blancs cette sous race »

Hafsa Askar, vice-présidente de l’UNEF Lille qui se moque de l’incendie de Notre Dame, voulait déjà « gazer tout les blancs cette sous race ».

Elle s’était déjà illustrée en 2017 par ce tweet affligeant : « On devrait gazer tous les blancs, cette sous-race. »

Le Point

Après ses propos anti-blancs dans Quotidien, Nell Irvin Painter interviendra à l’université Lyon 2

La gauche raciste et pro-genre américaine s’infiltre dans les universités françaises….


Rencontre avec Nell Irvin Painter autour de Histoire des blancs
le 11 février 2019
de 18h30 à 20h30Grand amphithéâtre

Discussion avec Nell Irvin Painter, professeure émérite d’histoire américaine à l’université de Princeton, spécialiste de l’histoire du Sud des États-Unis, à l’occasion de la parution de « Histoire des blancs » (janvier 2019, Éditions Max Milo).

(…) Lyon 2

Nell Irvin Painter sur France Culture : « Comment parler des Blancs ? »

Sur France culture on cultive le sophisme et on le pratique comme un art. Les bobos de France culcul nous disent »le « blanc » n’ayant jamais eu à se poser la question de la couleur de sa peau… blablabla  » mais l’Africain lorsqu’il vit chez lui, en Afrique…n’a pas non plus à se poser la question de sa couleur de peau ???

La condition des Noirs, les discriminations dont ils font l’objet, sont aujourd’hui largement documentées. Le sujet devient plus délicat lorsqu’il s’agit d’évoquer les Blancs : une catégorie qui faisait figure d’impensé jusque-là, car défiant l’idéal républicain. Alors comment parler des Blancs ? :

Extraits de l’émission :

Maxime Cervulle :

« L’identité blanche sous sa forme ordinaire se présente dans le contexte français comme la capacité à incarner une position neutre, une position universelle. C’est une identité blanche qui ne dit donc pas son nom mais elle se construit bien dans l’opposition systématique à des groupes ou à des individus qui sont vus eux comme toujours particuliers. »

Nell Irvin Painter :

« C’était le cas aux Etats-Unis il y a encore deux ou trois ans. Mais maintenant, dans les médias, un homme blanc peut être désigné comme homme blanc, de manière neutre. Dans les années passées ce n’était pas nécessaire, s’il était normal alors il était blanc. »

Nell Irvin Painter : Continuer la lecture de Nell Irvin Painter sur France Culture : « Comment parler des Blancs ? »

Propagande anti-blanc/ Livret contre les violences sexuelles faites aux enfants : tous les méchants sont Blancs

À l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’enfant le 20 novembre, Bayard Jeunesse a réalisé un livret de prévention : « Stop aux violences sexuelles faites aux enfants », destiné aux 7-13 ans. Peut-être avez-vous déjà reçu ce livret posé sur les magazines Astrapi, J’aime lire, Images Doc et J’aime lire Max de novembre. Ce livret sera également diffusé par nos associations partenaires via leurs réseaux. »

Extraits :

Le livret dans son intégralité :

lire la suite

Le racisme «anti-blanc» à l’Université Paris-8, occupée par un collectif d’extrême-gauche pro-migrants

Imaginez que ces inscriptions aient été faites par des gens de droites….

A noter que c’est un étudiant de Master 2  qui a  pu prendre des photos de ces tags racistes et violents. «On y retrouve les idées des groupuscules d’extrême gauche qui prospèrent depuis longtemps à Paris-8. Sympathie pour la Palestine, islamo-gauchisme assumé, marxisme revendiqué, c’est vraiment cliché», raconte-t-il. Le syndicat étudiant La Cocarde, marqué à droite, a publié sur Twitter une vidéo de l’occupation du bâtiment A.


 

«Français = PD», «Femmes, voilez-vous!», «AntiFrance vaincra», «Mort aux blancs», «Beau comme une voiture de police qui brûle», «Kill Cops (au pluriel)», etc. Les murs du bâtiment A de l’Université Paris-8 sont devenus, depuis le 30 janvier, le lieu d’expression d’une violence extrême contre les «blancs», la France, les policiers, Israël et les homosexuels. Situés à Saint-Denis, les locaux de l’Université Paris-8, historiquement marquée à gauche, ont été investis par un collectif d’extrême gauche et des migrants, qui les occupent depuis un mois et demi. Contactée par Le Figaro, l’Université «condamne avec la plus grande fermeté les tags trouvés sur les murs le 8 mars» et annonce qu’elle va porter plainte.

«Mon exaspération devient profonde», explique au Figaro une enseignant-chercheur qui souhaite garder l’anonymat. «Certains de mes collègues ont reçu des menaces de mort», explique-t-elle. Continuer la lecture de Le racisme «anti-blanc» à l’Université Paris-8, occupée par un collectif d’extrême-gauche pro-migrants

Geoffroy Lejeune le scandale de Telford : «Quand il s’agit de racisme anti-blanc ou de ne pas choquer les populations d’origine immigrée, on se trouve toutes sortes s’excuses».

Paris : Une séance du film « Black Panther » sera réservée aux Noirs

Lu sur Fdesouche

Le collectif Mwasi, organisateur du Festival interdit aux Blancs récidive.

On vous invite à voir Black Panther en mode #Nwar flamboyance sapé-e-s comme jamais.

Cette projection est placée sous le signe de la flamboyance Afro, donc venez sapé-e-s comme ja-ja avec vos plus beaux kente, bazin, Faso dan Fani, Bogolans, madras, contours soignés, hydratés et crémés.

Nous réservons la moitié des sièges pour un groupe d’adolescent-e-s de la banlieue parisienne qui y assisteront gratuitement.
Pour se faire pour chaque place réservée vous pouvez, si vous le souhaiter payer l’entrée d’un-e ou plusieurs ados.

Il s’agira d’une projection en anglais sous-titré français.
Le film est à partir de 13 ans.

La projection sera suivie d’un débat avec Many Chroniques, professeur d’histoire, blogueuse et militante panafricaine
et Pierre Cras, chercheur en histoire et civilisation afro-américaine. Avec rafraîchissements et snacks.

*** Cette projection est en non mixité pour les personnes noires quel que soit le genre. ***

Facebook

Le racisme anti-blanc et la francophobie de Mélenchon, des obsessions nauséabondes.

Ils sont terribles ces propos dans la bouche de quelqu’un qui ne veut pas diviser. Ils sont même clairement racistes. Imaginons que l’on change la description de mélenchon et que l’on dise:

Je ne peux pas survivre quand il n’y a autours de moi que des crépus aux yeux noirs, c’est au-delà de mes forces

Vidéos choc: Un homme blanc kidnappé, bâillonné et battu par un gang noir raciste et anti-Trump

Christian Hofer: Selon nos sources, la première vidéo (issue de Twitter) traiterait du même cas et de la même victime. La deuxième vidéo est tirée de l’article anglais directement.

**********

Une vidéo choquante montre un homme blanc lié, bâillonné et en sang tandis que le gang de racistes noirs veut le forcer à dire « on baise Donald Trump » et « on baise les personnes blanches ».

La vidéo a été téléchargée sur Facebook en direct hier par une utilisatrice nommée Brittany Herring, la femme afro-américaine qui apparaît dans le clip.

La vidéo de 30 minutes montre un jeune homme attaché dans un coin d’une pièce avec du sang sortant de sa tête. La bouche de l’homme est bâillonnée tandis que les voyous l’humilient et lui infligent des sévices.

 

 

 

La victime est frappée à plusieurs reprises et est forcée d’accuser les Blancs et Donald Trump.

La police de Chicago a déclaré à Fox 32 que quatre personnes sont en détention et que les autorités mènent une enquête plus approfondie.

Le jeune homme vu dans la vidéo se trouve à présent à l’hôpital et est soigné pour ses blessures.

Les images sont une illustration effrayante de la haine anti-Trump, haine qui s’est accélérée après l’élection, et qui est maintenant complètement hors de contrôle.

Les médias vont-ils diffuser cette séquence ou est-ce que les réseaux d’informations comme CNN vont enterrer cette histoire tandis qu’ils propagent de faux crimes de haine montés par des gauchistes anti-Trump?

Source Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Continuer la lecture de Vidéos choc: Un homme blanc kidnappé, bâillonné et battu par un gang noir raciste et anti-Trump

Racisme anti-français: Romain Vaudan (FN) réagit à l’agression Julien et Elise à Lyon.

Le racisme anti-Français n’est pas un fantasme

(sur l’agression d Julien et Elise agressés aux cris de « Sales Français »)

[…] Ce regrettable fait divers est tristement symptomatique du climat de tension qui règne actuellement dans notre pays, à Lyon comme ailleurs. Nos rues ne sont plus sûres, et le droit fondamental de pouvoir circuler en toute sécurité, n’est plus assuré.

Mais cette affaire met aussi en lumière une forme de racisme de plus en plus répandue et dont les médias se font hélas assez peu l’écho : le racisme « anti-Français ». Car si Julien et son amie ont été agressés, c’est précisément parce qu’ils sont « Français » aux yeux de leurs agresseurs qui eux, manifestement, ne le sont pas, ou bien ne se considèrent pas comme tels.

A l’heure où la lutte contre le racisme et l’antisémitisme a été érigée en grande cause nationale par notre gouvernement et où un budget de 100 millions d’euros a été alloué à ce plan, il serait judicieux que les pouvoirs publics prennent toute la mesure de l’ampleur de ce racisme dont personne ne parle mais qui est pourtant bien réel, dans nos rues, dans nos écoles et sur Internet.
Les formes de racismes sont multiples, mais tant que certains bien-pensants et autres associations antiracistes largement subventionnées par l’argent public continueront à nier l’existence du racisme « anti-Français », la fracture communautaire qui menace aujourd’hui notre pays ne cessera de se creuser, et nous pourrons craindre le pire pour les années à venir.

Romain Vaudan

Lyon 3ème : Julien et Elise, agressés à la sortie d’une boîte de nuit aux cris de « Sales Français »

Lu sur Fdesouche

Julien, 23 ans, se souviendra longtemps de sa première sortie lyonnaise : il a été roué de coups, en présence d’une amie, à la sortie d’une boîte. Témoignage.

Sept points de suture sur le front. Trois autres sur le crâne. L’œil gauche tuméfié. Une entorse à un pouce et un genou douloureux. Originaire de l’Ain, Julien gardera un souvenir pour le moins douloureux de sa première sortie en boîte à Lyon. Dimanche à l’aube, il a été passé à tabac à proximité d’un établissement du quai Augagneur. Pour quelle raison ? Lui-même l’ignore.

« Je ne sais pas jusqu’où ils seraient allés »

Un groupe d’amis avait décidé, ce samedi soir, de faire la fête à Lyon. Au petit matin, alors qu’ils attendent un taxi, deux d’entre eux, Julien et Elise, partent en quête d’une boulangerie. « Tout est allé très vite. Il y avait trois individus, en jogging, avec des bouteilles de bière à la main. Ils nous ont traités de fils à papa et de sales Français », explique la jeune fille âgée de 19 ans qui demeure dans l’agglomération lyonnaise. « L’un des trois m’a ceinturée, poursuit-elle, et les deux autres ont frappé Julien, sans préavis. Il a essayé de se défendre mais s’est retrouvé à terre. J’ai pu me débattre et je me suis couchée sur lui pour le protéger. J’ai pris des coups dans le dos. Je hurlais et un de nos amis est arrivé, ce qui les a mis en fuite. Sinon je ne sais pas jusqu’où ils seraient allés. J’ai vraiment eu très peur. »

Julien a le visage en sang. « L’un des agresseurs avait une grosse chevalière », se Continuer la lecture de Lyon 3ème : Julien et Elise, agressés à la sortie d’une boîte de nuit aux cris de « Sales Français »