Archives par mot-clé : racisme anti-blanc

Propagande anti-blanc/ Livret contre les violences sexuelles faites aux enfants : tous les méchants sont Blancs

À l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’enfant le 20 novembre, Bayard Jeunesse a réalisé un livret de prévention : « Stop aux violences sexuelles faites aux enfants », destiné aux 7-13 ans. Peut-être avez-vous déjà reçu ce livret posé sur les magazines Astrapi, J’aime lire, Images Doc et J’aime lire Max de novembre. Ce livret sera également diffusé par nos associations partenaires via leurs réseaux. »

Extraits :

Le livret dans son intégralité :

lire la suite

Le racisme «anti-blanc» à l’Université Paris-8, occupée par un collectif d’extrême-gauche pro-migrants

Imaginez que ces inscriptions aient été faites par des gens de droites….

A noter que c’est un étudiant de Master 2  qui a  pu prendre des photos de ces tags racistes et violents. «On y retrouve les idées des groupuscules d’extrême gauche qui prospèrent depuis longtemps à Paris-8. Sympathie pour la Palestine, islamo-gauchisme assumé, marxisme revendiqué, c’est vraiment cliché», raconte-t-il. Le syndicat étudiant La Cocarde, marqué à droite, a publié sur Twitter une vidéo de l’occupation du bâtiment A.


 

«Français = PD», «Femmes, voilez-vous!», «AntiFrance vaincra», «Mort aux blancs», «Beau comme une voiture de police qui brûle», «Kill Cops (au pluriel)», etc. Les murs du bâtiment A de l’Université Paris-8 sont devenus, depuis le 30 janvier, le lieu d’expression d’une violence extrême contre les «blancs», la France, les policiers, Israël et les homosexuels. Situés à Saint-Denis, les locaux de l’Université Paris-8, historiquement marquée à gauche, ont été investis par un collectif d’extrême gauche et des migrants, qui les occupent depuis un mois et demi. Contactée par Le Figaro, l’Université «condamne avec la plus grande fermeté les tags trouvés sur les murs le 8 mars» et annonce qu’elle va porter plainte.

«Mon exaspération devient profonde», explique au Figaro une enseignant-chercheur qui souhaite garder l’anonymat. «Certains de mes collègues ont reçu des menaces de mort», explique-t-elle. Continuer la lecture de Le racisme «anti-blanc» à l’Université Paris-8, occupée par un collectif d’extrême-gauche pro-migrants

Geoffroy Lejeune le scandale de Telford : «Quand il s’agit de racisme anti-blanc ou de ne pas choquer les populations d’origine immigrée, on se trouve toutes sortes s’excuses».

Paris : Une séance du film « Black Panther » sera réservée aux Noirs

Lu sur Fdesouche

Le collectif Mwasi, organisateur du Festival interdit aux Blancs récidive.

On vous invite à voir Black Panther en mode #Nwar flamboyance sapé-e-s comme jamais.

Cette projection est placée sous le signe de la flamboyance Afro, donc venez sapé-e-s comme ja-ja avec vos plus beaux kente, bazin, Faso dan Fani, Bogolans, madras, contours soignés, hydratés et crémés.

Nous réservons la moitié des sièges pour un groupe d’adolescent-e-s de la banlieue parisienne qui y assisteront gratuitement.
Pour se faire pour chaque place réservée vous pouvez, si vous le souhaiter payer l’entrée d’un-e ou plusieurs ados.

Il s’agira d’une projection en anglais sous-titré français.
Le film est à partir de 13 ans.

La projection sera suivie d’un débat avec Many Chroniques, professeur d’histoire, blogueuse et militante panafricaine
et Pierre Cras, chercheur en histoire et civilisation afro-américaine. Avec rafraîchissements et snacks.

*** Cette projection est en non mixité pour les personnes noires quel que soit le genre. ***

Facebook

Le racisme anti-blanc et la francophobie de Mélenchon, des obsessions nauséabondes.

Ils sont terribles ces propos dans la bouche de quelqu’un qui ne veut pas diviser. Ils sont même clairement racistes. Imaginons que l’on change la description de mélenchon et que l’on dise:

Je ne peux pas survivre quand il n’y a autours de moi que des crépus aux yeux noirs, c’est au-delà de mes forces

Vidéos choc: Un homme blanc kidnappé, bâillonné et battu par un gang noir raciste et anti-Trump

Christian Hofer: Selon nos sources, la première vidéo (issue de Twitter) traiterait du même cas et de la même victime. La deuxième vidéo est tirée de l’article anglais directement.

**********

Une vidéo choquante montre un homme blanc lié, bâillonné et en sang tandis que le gang de racistes noirs veut le forcer à dire “on baise Donald Trump” et “on baise les personnes blanches”.

La vidéo a été téléchargée sur Facebook en direct hier par une utilisatrice nommée Brittany Herring, la femme afro-américaine qui apparaît dans le clip.

La vidéo de 30 minutes montre un jeune homme attaché dans un coin d’une pièce avec du sang sortant de sa tête. La bouche de l’homme est bâillonnée tandis que les voyous l’humilient et lui infligent des sévices.

 

 

 

La victime est frappée à plusieurs reprises et est forcée d’accuser les Blancs et Donald Trump.

La police de Chicago a déclaré à Fox 32 que quatre personnes sont en détention et que les autorités mènent une enquête plus approfondie.

Le jeune homme vu dans la vidéo se trouve à présent à l’hôpital et est soigné pour ses blessures.

Les images sont une illustration effrayante de la haine anti-Trump, haine qui s’est accélérée après l’élection, et qui est maintenant complètement hors de contrôle.

Les médias vont-ils diffuser cette séquence ou est-ce que les réseaux d’informations comme CNN vont enterrer cette histoire tandis qu’ils propagent de faux crimes de haine montés par des gauchistes anti-Trump?

Source Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Continuer la lecture de Vidéos choc: Un homme blanc kidnappé, bâillonné et battu par un gang noir raciste et anti-Trump

Racisme anti-français: Romain Vaudan (FN) réagit à l’agression Julien et Elise à Lyon.

Le racisme anti-Français n’est pas un fantasme

(sur l’agression d Julien et Elise agressés aux cris de « Sales Français »)

[…] Ce regrettable fait divers est tristement symptomatique du climat de tension qui règne actuellement dans notre pays, à Lyon comme ailleurs. Nos rues ne sont plus sûres, et le droit fondamental de pouvoir circuler en toute sécurité, n’est plus assuré.

Mais cette affaire met aussi en lumière une forme de racisme de plus en plus répandue et dont les médias se font hélas assez peu l’écho : le racisme « anti-Français ». Car si Julien et son amie ont été agressés, c’est précisément parce qu’ils sont « Français » aux yeux de leurs agresseurs qui eux, manifestement, ne le sont pas, ou bien ne se considèrent pas comme tels.

A l’heure où la lutte contre le racisme et l’antisémitisme a été érigée en grande cause nationale par notre gouvernement et où un budget de 100 millions d’euros a été alloué à ce plan, il serait judicieux que les pouvoirs publics prennent toute la mesure de l’ampleur de ce racisme dont personne ne parle mais qui est pourtant bien réel, dans nos rues, dans nos écoles et sur Internet.
Les formes de racismes sont multiples, mais tant que certains bien-pensants et autres associations antiracistes largement subventionnées par l’argent public continueront à nier l’existence du racisme « anti-Français », la fracture communautaire qui menace aujourd’hui notre pays ne cessera de se creuser, et nous pourrons craindre le pire pour les années à venir.

Romain Vaudan

Lyon 3ème : Julien et Elise, agressés à la sortie d’une boîte de nuit aux cris de « Sales Français »

Lu sur Fdesouche

Julien, 23 ans, se souviendra longtemps de sa première sortie lyonnaise : il a été roué de coups, en présence d’une amie, à la sortie d’une boîte. Témoignage.

Sept points de suture sur le front. Trois autres sur le crâne. L’œil gauche tuméfié. Une entorse à un pouce et un genou douloureux. Originaire de l’Ain, Julien gardera un souvenir pour le moins douloureux de sa première sortie en boîte à Lyon. Dimanche à l’aube, il a été passé à tabac à proximité d’un établissement du quai Augagneur. Pour quelle raison ? Lui-même l’ignore.

« Je ne sais pas jusqu’où ils seraient allés »

Un groupe d’amis avait décidé, ce samedi soir, de faire la fête à Lyon. Au petit matin, alors qu’ils attendent un taxi, deux d’entre eux, Julien et Elise, partent en quête d’une boulangerie. « Tout est allé très vite. Il y avait trois individus, en jogging, avec des bouteilles de bière à la main. Ils nous ont traités de fils à papa et de sales Français », explique la jeune fille âgée de 19 ans qui demeure dans l’agglomération lyonnaise. « L’un des trois m’a ceinturée, poursuit-elle, et les deux autres ont frappé Julien, sans préavis. Il a essayé de se défendre mais s’est retrouvé à terre. J’ai pu me débattre et je me suis couchée sur lui pour le protéger. J’ai pris des coups dans le dos. Je hurlais et un de nos amis est arrivé, ce qui les a mis en fuite. Sinon je ne sais pas jusqu’où ils seraient allés. J’ai vraiment eu très peur. »

Julien a le visage en sang. « L’un des agresseurs avait une grosse chevalière », se Continuer la lecture de Lyon 3ème : Julien et Elise, agressés à la sortie d’une boîte de nuit aux cris de « Sales Français »

Racisme anti-blanc: une retraitée d’ Ivry-sur-Seine violée car elle faisait trop de bruit

Une vie brisée, laminée. Pour cette retraitée de 76 ans, qui vit depuis des années à Ivry (Val-de-Marne) en proche banlieue parisienne, il y aura avant… et après le 7 août. Ce jour-là, quatre hommes cagoulés se sont introduits chez elle, l’un d’eux l’a violée pendant que les trois autres mettaient son domicile à sac.

ByhHcMJCQAA4upO

L’auteur présumé de ce viol a été interpellé la semaine dernière et placé en détention provisoire.

Installée de longue date dans l’immeuble, cette dame coule une retraite paisible avec son compagnon, un peu plus jeune qu’elle et toujours en activité. Il part travailler chaque matin, laissant son amie vaquer à ses occupations. Depuis quelques mois, les incivilités se multiplient dans le bâtiment. De l’agitation, des injures, l’occupation des halls et des frictions avec les résidants. « Les jeunes désoeuvrés se réunissent là, indique un riverain. Ils sont souvent bruyants, dans un état second. » « Entre les cris, la drogue et les tensions, c’est devenu une zone de non-droit, lâche une locataire excédée. Je vis ici depuis vingt-trois ans, je n’avais jamais vu ça. »

A deux pas d’un attroupement souvent sous sa fenêtre, la retraitée appelle parfois au calme, tentant un début de dialogue. La bande reste sourde à ses doléances. Pis, les agressions verbales fusent, des insultes « anti-Blancs » selon les témoignages. La septuagénaire est intimidée, menacée de représailles si elle reste à sa fenêtre. On lui promet même les pires sévices. Une virulence qui l’incitera à déposer une main courante.

Source

Agression au couteau à Reims : « Sale blanc ! Si tu poucaves, t’es mort ! »

On attend la réaction de la LDH, de SOS Racisme, du MRAP, du CRIF, du CRAN, du PS, de BHL, de caroline Fourest… pour dénoncer cet acte raciste là. Le Front de gauche du petit père sans peuple va-t-il organiser des manifs contre ce fascisme là et ce racisme là ?

———

Vers 17 h 15, alors qu’il marchait avenue de Gaulle, le plus jeune des garçons a senti une main se poser sur sa nuque. « Il a cru que c’était un ami qui venait lui dire bonjour », raconte sa mère, « mais en même temps, il a senti le froid d’une lame. »

Se retournant, les deux camarades se sont retrouvés face à deux inconnus. Celui qui avait posé la main sur le cou du lycéen a demandé à voir son portable.« Ça ne l’a pas intéressé, puis il a vu son casque audio MP3. Il l’a demandé pour l’essayer. Mon fils a refusé. »

L’agresseur a alors brandi un couteau qu’il avait dissimulé après l’avoir apposé sur la nuque du garçon. « Il a arraché le casque et donné un coup de couteau vers la poitrine de mon fils. Il a juste eu temps de l’esquiver. Il s’est fait insulter et menacer :

« Sale blanc ! Si tu poucaves (NDLR : dénoncer), t’es mort ! »

Il s’est pris un coup de pied dans les côtes. Pendant ce temps, l’autre jeune retenait son copain pour l’empêcher d’intervenir. Dès que les voleurs sont partis, il nous a prévenus et la police a été appelée. Deux voitures sont arrivées très vite. »

L’Union

Albi. Six filles, de 12 à 16 ans, semaient la terreur à la fête foraine

Remplacer le mot “blondes” par “noirs”, “crépus”, “basanés”, “musulmanes”, “juives”… et demandez vous si le fond de l’article, le ton du journaliste, le retentissement médiatique auraient été le même ?!?. On aurait illico hurlé au racisme. Là, il s’agit de jeune filles blondes, donc blanches. Alors le journaliste bienpensant en conclut que l’on a sans doute affaire à un jeu…..

Notons que sur le site de la dépêche des parents de victimes affirment que les forains ne sont jamais intervenus pour défendre ces jeunes filles, contrairement à ce ce que prétend le journafiotte.

———-

C’était plus qu’un jeu pour cette bande de jeunes ados de 12 à 16 ans qui écumait la fête foraine et le carnaval. Les jeunes filles, qui s’étaient octroyées un territoire autour de certains manèges, s’en prenaient à d’autres jeunes ados, blondes de préférence. Après les insultes, c’étaient les coups de pied et de poings. Les forains, témoins de ces agressions, sont intervenus à plusieurs reprises et ont permis de calmer le jeu. Une fois, deux fois mais, lors de la troisième agression, vendredi en milieu d’après-midi, ce sont les policiers de la brigade anticriminalité (Bac) et de la tenue qui sont intervenus au cœur de la fête foraine.

Six jeunes filles, toutes mineures, ont été interpellées et conduites au commissariat pour y être entendues. Leurs parents ont, bien sûr, été prévenus. Trois jeunes filles ont été victimes de leurs coups ainsi que le copain d’une d’elle, tabassé comme les autres. Une décision sera prise dès lundi par le parquet pour savoir si elles seront traduites devant le juge des enfants.

La Dépêche du Midi

Une racaille humilie un jeune blanc.

Lors des meetings contre la montée du racisme organisées par le PS, les bien-pensants seront-ils attentifs à ces humiliations qui peuvent déboucher sur des suicides comparables à celui de la jeune Marion (Harcèlement à l’école : Sa fille Marion Traitée de « pute », de « boloss », 13 ans, s’est suicidée)

Si nous diffusons cette vidéo ce n’est pas pour participer à l’humiliation de ce jeune homme. Au contraire, c’est pour montrer qu’il est la victime expiatoire d’une racaille frustrée. Ce petit tyran est l’abjection que créer notre société. Il est la crasse que laisse derrière lui le relativisme post-moderne. Il est l’homme-décervelé du 21 ème siècle. Il se croit fort et rebelle, mais il est l’incarnation de la pensée dominante… il se croit libre mais il n’est qu’un esclave entre les mains de la folie moderne…

Ici encore on voit que facebook est dangereux. Najat Vallaud Belkacem qui veut censurer les tweets racistes et homophobes… serait bien inspirée d’interdire ce genre de vidéo…. mais peut-être que ce serait trop stigmatisant pour une certaine catégorie de la population.

Voir les commentaires sur Facebook