Archives par mot-clé : racisme

L’écrivain américain Tom Wolfe est décédé à l’âge de 87 ans.

Tom Wolfe était un écrivain politiquement incorrect et un journaliste génial. « Acid test » et surtout « Le Bucher des vanités » sont à lire de toute urgence si vous ne les avez pas encore lu.

L’écrivain et journaliste américain Tom Wolfe est mort, lundi 14 mai, dans un hôpital de Manhattan, à New York, a confirmé son agent au New York Times (en anglais). Le quotidien new-yorkais parle d’une infection, tandis que le Wall Street Journal (en anglais) évoque une pneumonie. Il avait 88 ans, et non 87, a rectifié son agent via l’agence Associated Press (en anglais).

Tom Wolfe était l’un des inventeurs du « nouveau journalisme », un style qui fait appel à des techniques littéraires dans la rédaction de non-fiction. Cet auteur de plus d’une dizaine d’essais et de romans était aussi connu pour son look de dandy au chic démodé. Il avait publié Le Règne du langage (éd. Robert Laffont) en 2017.

Devenu célèbre dans les années 1980 Continuer la lecture de L’écrivain américain Tom Wolfe est décédé à l’âge de 87 ans.

Eric Zemmour : “L’annulation de ma condamnation ne règle pas le problème de l’invasion migratoire”

La Cour de cassation a annulé, ce mardi, la condamnation d’Eric Zemmour pour provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence, prononcée par la cour d’appel de Paris à la suite de ses propos controversés sur les musulmans tenus dans le journal italien Corriere della serra.

(…) Un an plus tard, il était condamné à 3 000 euros d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans, et devait verser, selon les cas, 1 ou 1 000 euros de dommages et intérêts à des associations partie civile, comme SOS-Racisme ou la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra). Une décision confirmée en appel, en 2016.

« J’aimerais rappeler que c’est pour cette interview qu’i-Télé (devenue CNews, NDLR) m’a viré en 2014, souligne Eric Zemmour, contacté par Valeurs actuellesA l’époque, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve incitait les gens à aller faire des manifestations devant chez moi et une députée PS avait demandé que je quitte la France. »

Eric Zemmour déplore « la judiciarisation des débats » Continuer la lecture de Eric Zemmour : “L’annulation de ma condamnation ne règle pas le problème de l’invasion migratoire”

Quand Mélenchon défend danièle Obono toute la panoplie du politiquement correct y passe.

Que danièle Obono soit proche  des indigènes de la République n’inquiète pas Mélenchon. Que cette députée soit incapable de dire vive la France alors qu’elle a soutenu ceux qui revenique vouloir la niquer, ne semble poser aucun problème à Mélenchon. Que cette ancienne militante du NPA puisse appeler à participer à des réunions publiques interdites aux blancs ne chiffonne pas Mélenchon.

En revanche pour le petit père sans peuple ceux qui la critique la nouevelle égérie de la France insoumise sont des racistes et des misogynes d’extrême droite.

Mélenchon a quitté le PS mais a conservé la victimisation et le terrorisme intellectuel des socialistes.

 

L’antiracisme selon la France insoumise (mais soumise à l’islam): opposer les noirs gentils aux méchants blancs

«Le procès Bensoussan ou l’indignation à géométrie variable des pseudo-antiracistes»

L’auteur des Territoires perdus de la République et récemment de La France soumise est accusé d’incitation à la haine raciale. Céline Pina défend Georges Bensoussan, victime de ce péché d’islamophobie qui instille le séparatisme dans le pays.

De nombreux amis sont allés assister au procès intenté à Georges Bensoussan pour incitation à la haine raciale. Ils sont revenus choqués de cette audience. La phrase qui est reproché à Georges Bensoussan ; «l’antisémitisme on le tête au lait de sa mère» pour maladroite qu’elle puisse être, se réfère à une interview de Smain Laacher, sociologue algérien dit dans le documentaire sur les territoires perdus de la république où il dit: «Cet antisémitisme, il est déposé dans l’espace domestique. Il est quasi naturellement déposé sur la langue, dans la langue» (Smain Laacher, suite à la polémique déclenchée par ces propos avait porté plainte pour diffamation et déformation de ses propos, mais l’extrait du film étant explicite et clair, il a retiré sa plainte).

Outre que comme le remarque Martine Gozlan, dans un article remarquable dans Marianne, là où le sociologue n’est pas mis en cause pour ses propos, Georges Bensoussan, lui, est cloué au pilori, on n’a pas assisté à une discussion prenant en compte le fait que les propos étaient oraux, qu’ils étaient tiré d’une émission à dimension polémique, que s’ils méritaient d’être explicités et nuancés, ils ne valaient pas forcément procès mais à la mise en cause de l’honneur d’un homme.

Mes proches, présents à l’audience, ont souligné la qualité des interventions de la présidente du tribunal et l’agressivité comme le manque de nuance de la plaidoirie de la procureure. Mais surtout Continuer la lecture de «Le procès Bensoussan ou l’indignation à géométrie variable des pseudo-antiracistes»

France Inter francophobe et raciste? : Il faut accueillir les migrants car nous sommes « un sac de vieux atomes »

Sur France Inter, Nicole Ferroni défend les migrants au nom de la « fraternité atomique universelle » : « Être vivant, c’est être un tas de vieux atomes (…). Fillon, Macron, Trump, Assad, Hollande, qui souvent s’activent pour un rang, un pouvoir, un territoire, qui défendent leur nation, leur patrie, leur opinion, on a envie de leur dire : mais de quoi tu parles quand tu dis défendre ta nation, ton opinion, alors que toi-même, tu n’es pas toi-même. Ton Toi, mon moi, ce n’est que de l’Autre, de l’Altérité pure. Donc quand Madame Le Pen ou Monsieur Ciotti n’aiment pas les migrants, la science nous dit « mais ça ne peut pas être vrai ! », puisque vous êtes vous-mêmes des migrants. Vous n’êtes que le produit d’une incroyable migration atomique. Vos atomes qui vous forment ont forcément transité ou sont issus de Noirs, d’Arabes, de Juifs, d’homosexuels, mais aussi de méduses, de tomates, de tyrannosaures, de mouches, de champignons, de flaques de boue et de montagnes. (…)

Nous ne sommes que des portions de cosmos très infimes, très éphémères, reliés par un flux perpétuel d’atomes qui font que nous baignons tous dans une fraternité atomique universelle. »

France Inter

Haro sur le bobo !

(…)Le bobo, c’est aussi le royaume de l’entre-soi, affirme Guilluy. Par exemple dans la culture (cinéma, musique) où prolifèrent les « fils et filles de ». « Haut lieu de la lutte contre le racisme et de la promotion de la mixité, le milieu du cinéma est aussi le plus endogame. »

Il s’amuse du fait que la cérémonie des Césars a récompensé le film Fatima, qui raconte le quotidien d’une femme de ménage algérienne, devant une salle « singulièrement blanche et bourgeoise ». Il aurait surtout pu dire que ce sont des salles toujours blanches qui applaudissent des spectacles qui dénoncent les maux de la fracture sociale.

Mais pourquoi tant de haine ? Parce que pour Guilluy, le bobo ne fait pas ce qu’il dit, tout en faisant culpabiliser celui qui n’écoute pas ses belles paroles. Au moins, le bon réac de droite s’affiche comme tel alors que le bobo est un traître à l’idéal de gauche, qui brouille le clivage de classes.(…)

Le Monde

Les Grandes Gueules : Je vis à Aubervillier, j’ai un voisin chrétien libanais et il se fait traité de mécréant

Les Grandes Gueules sur RMC très critiques sur la campagne du gouvernement socialiste: #TousUnisContrelaHaine

à 11mn 49 un auditeur:

J’ai déjà entendu quelques spots publicitaires contre le racisme, je n’ai pas entendu de spot anti-blanc car il m’est souvent arrivé de me faire traiter de sale blanc et mangeur de cochon.

à 12mn 15 un auditeur

on a un bourrage de crane qui est exaspérant et qui risque de produire l’effet inverse de celui recherché.

à 12mn34 une Grande Gueule

Moi je rejoins gilles au sujet du racisme anti-chrétien, moi je vis à Aubervillier, j’ai un voisin chrétien libanais et il se fait traité de mécréant quand il boit du café au moment du ramadan.

Propagande gouvernementale: #TousUnisContrelaHaine, un campagne contre le racisme à 3M d’euros

La vidéo que vous ne verrez jamais à la télé





Le gouvernement lance à partir de dimanche une campagne choc afin de dénoncer les préjugés et provoquer une prise de conscience. Continuer la lecture de Propagande gouvernementale: #TousUnisContrelaHaine, un campagne contre le racisme à 3M d’euros

Quatremer « Les médias cachent systématiquement l’origine ethnique des agresseurs pour ne pas déclencher le racisme »

« Je me rappelle d’un article sur une affaire de tournante, tous les noms avaient été changés parce qu’on n’avait pas encore identifié les coupables, les prénoms de l’article étaient tous des Alain, des Marcel, des Frédéric, sauf qu’en réalité c’étaient des Mohamed, des Ahmed, etc. » – Jean Quatremer, journaliste

Julien Lepers : « France Télévisions fait de la discrimination contre les visages pâles de plus de 50 ans »

« On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change« , avait prévenu Delphine Ernotte à son arrivée aux commandes de France Télévisions, en septembre dernier. L’animateur Julien Lepers a ainsi dénoncé la gravité des propos de la présidente de France Télévisions.

Lévi-Strauss contre l’idéologie du métissage (rediff)

Publié le 17 mai 2013
Lors de l’émission de FOG « Vous aurez le dernier mot » du 6 novembre, Régis Debray revient sur la présentation mensongère de Claude Lévi-Strauss faite pas les médias et les politiques au grand public.

Par chance il y a un arc-en-ciel des cultures mais il ne faut surtout pas qu’elles se rapprochent : il faut maintenir des écarts sinon elles n’auront plus rien à se dire…


Claude Lévi-Strauss par Régis Debray (chez Fog) par noop

 

voir notre article : Claude Levy-Strauss : Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de penser au-dessus de toutes les autres.

Le mirage de l’entente universelle

Sans doute nous berçons-nous du rêve que l’égalité et la fraternité régneront un jour entre les hommes sans que soit compromise leur diversité.

Si l’humanité ne se résigne pas à devenir la consommatrice stérile des seules valeurs qu’elle a su créer dans le passé (…), elle devra réapprendre que toute création véritable implique une certaine surdité à l’appel d’autres valeurs, pouvant aller jusqu’à leur refus, sinon même leur négation.

Car on ne peut, à la fois, se fondre dans la jouissance de l’autre, s’identifier à lui, et se maintenir différent.

Pleinement réussie, la communication intégrale avec l’autre condamne, à plus ou moins brève échéance, l’originalité de sa et de ma création. Continuer la lecture de Lévi-Strauss contre l’idéologie du métissage (rediff)

Claude Levy-Strauss : Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de penser au-dessus de toutes les autres.

Première publication le 23 octobre 2012

La gauche a voulu faire de l’anthropologue claude Levy Strauss, un apôtre du métissage, un disciple de la tolérance cool et sympa. C’est d’ailleurs toujours l’image trompeuse qu’en donne la propagande éducative mise en musique par une armée de profs de gauche dont le travail consiste à expurger de l’œuvre de Levy Strauss tout ce qui pourrait aller contre leur catéchisme.
Or ceux qui ont lu « Tristes Tropiques » sans passer par le filtre soviétoïde de l' »educazion nazionale » savent que l’ethnologue n’a jamais caché son aversion envers l’Islam. Et dans « Le regard éloigné », dans « Race et Histoire, ou encore dans « Race et Culture, l’éminent intellectuel remet les pendules de l’antiracisme à l’heure. En fin observateur de la chose humaine, il a su prévoir le détournement sémantique dont a été l’objet le mot race. Il avait compris que cette manipulation avait pour but d’imposer un projet de civilisation aux apparences certes aimables mais terriblements dangereuses. En cela, il devançait Alain Finkielkraut pour qui l’antiracisme est le communisme du XXIè siècle.

Notons qu’il est impossible de débattre aujourd’hui de la civilisation dans laquelle nous pousse les bobos modernistes sans prendre le risque de se faire étriller par la police de la pensée. Claude Guéant a essayé. Mal lui en a pris. Le terrorisme intellectuel est tel que les textes de Claude Levy-Strauss auraient aujourd’hui beaucoup de mal à être publiés et enseignés avec un minimum honnêteté. Triste époque !


Citations 1

Extraits de Le regard éloigné (1983) :

« […] je m’insurge contre l’abus de langage par lequel, de plus en plus, on en vient à confondre le racisme défini au sens strict et des attitudes normales, légitimes même, et en tout cas inévitables. Le racisme est une doctrine qui prétend voir dans les caractères intellectuels et moraux attribués à un ensemble d’individus, de quelque façon qu’on le définisse, l’effet nécessaire d’un commun patrimoine génétique. On ne saurait ranger sous la même rubrique, ou imputer automatiquement au même préjugé l’attitude d’individus ou de groupes que leur fidélité à certaines valeurs rend partiellement ou totalement insensibles à d’autres valeurs.

Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de penser au-dessus de toutes les autres, et d’éprouver peu d’attirance envers tels ou tels dont le genre de vie, respectable en lui-même, s’éloigne par trop de celui auquel on est traditionnellement attaché. Cette incommunicabilité relative n’autorise certes pas à opprimer ou détruire les valeurs qu’on rejette ou leurs représentants, mais, maintenue dans ces limites, elle n’a rien de révoltant. Elle peut même représenter le prix à payer pour que les systèmes de valeurs de chaque famille spirituelle ou de chaque communauté se conservent, et trouvent dans leur propre fonds les ressources nécessaires à leur renouvellement.

Si comme je l’ai écrit ailleurs, il existe entre les sociétés humaines un certain optimum de diversité au-delà duquel elles ne sauraient aller, mais en dessous duquel elles ne peuvent non plus descendre sans danger, on doit reconnaître que cette diversité résulte pour une grande part du désir de chaque culture de s’opposer à celles qui l’environnent, de se distinguer d’elles, en un mot d’être soi ; elle ne s’ignorent pas, s’empruntent à l’occasion, mais, pour ne pas périr, il faut que, sous d’autres rapports, persiste entre elles une certaine imperméabilité. » Continuer la lecture de Claude Levy-Strauss : Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de penser au-dessus de toutes les autres.