Archives par mot-clé : russie

Ex-espion empoisonné: il n’y a aucune preuve que l’agent innervant vienne de Russie, selon le laboratoire militaire britannique (maj)

Le chef du laboratoire militaire britannique de Porton Down, Gary Aitkenhead, a déclaré qu’il n’avait pas été capable de déterminer que l’agent innervant utilisé pour empoisonner l’ancien espion russe Sergueï Skripal provenait de Russie, mardi dans un entretien avec Sky News.

« Nous avons été capables d’identifier qu’il s’agissait du Novitchok, d’identifier que c’était un agent innervant de type militaire », a-t-il déclaré. Mais « nous n’avons pas identifié sa source exacte », a-t-il ajouté, précisant que le gouvernement britannique avait utilisé « un certain nombres d’autres sources pour aboutir à ses conclusions ».

Londres a désigné la Russie comme responsable de l’attaque perpétrée début mars à Salisbury (sud-ouest de l’Angleterre) contre Sergueï Skripal, l’ex-agent double russe qui a travaillé pour les services secrets britanniques. Londres a affirmé que c’était la « seule explication plausible ».

Moscou a de son côté démenti ces accusations, qui ont conduit à la plus grave crise diplomatique est-ouest depuis la Guerre froide et conduit à l’expulsion de quelques 300 diplomates de part et d’autre.

« Notre travail est de fournir les preuves scientifiques pour identifier l’agent innervant en question (…) mais ce n’est pas notre travail de dire où il a été produit », a déclaré Gary Aitkenhead. Continuer la lecture de Ex-espion empoisonné: il n’y a aucune preuve que l’agent innervant vienne de Russie, selon le laboratoire militaire britannique (maj)

Russie : Explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg, au moins 10 morts

D’après l’agence Interfax, des engins remplis de fragments de métaux ont été utilisés.

Via fdesouche

Une explosion a eu lieu dans le métro de Saint-Pétersbourg en Russie, dans la station « Sennaja Plosjtsjad ». De nombreuses ambulances sont sur place. (Libre.be)

Le président russe Vladimir Poutine, actuellement à Saint-Pétersbourg, affirme que l’explosion survenue dans un train du métro de Saint-Pétersbourg a fait « des morts et des blessés ». Peu avant, l’agence Tass faisait état d’au moins 10 morts. (Radio-Canada)

Accrochage entre Marine Le Pen et une journaliste de CNN : «Il n’y a pas eu d’invasion de la Crimée !»

Via Fdesouche

Echange tendu entre Marine Le Pen, présidente du Front National et candidate à la présidentielle, et Christiane Amanpour, journaliste de CNN, au sujet de l’annexion de la Crimée par la Russie (voir à 1min59). Traduction @fandetv.

Voir aussi :

Le journaliste anglais Andrew Marr (BBC) se justifie d’avoir interviewé Marine Le Pen

Russie : Echange tendu entre Henri Guaino et 4 journalistes de France Info

Le journalisme du service public ressemble de plus en plus à un tribunal révolutionnaire pendant la terreur tenu par des bobos bien planqués au chaud des studios du 16ème.


Echange tendu sur Vladimir Poutine et le conflit syrien entre Henri Guaino (député Les Républicains des Yvelines) et les 4 journalistes de France Info, Jean-Michel Aphatie, Guy Birenbaum, Gilles Bornstein et Fabienne Sintès.

Une femme brandissant la tête d’un enfant devant une station de métro de Moscou est arrêtée (VIDEO)

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montre une femme qui serait une bonne, tenant dans ses mains la tête coupée d’un enfant et qui menace de se faire sauter près d’une station de metro du nord-est de Moscou tout en se qualifiant de terroriste.

ATTENTION ! CETTE VIDEO PEUT CHOQUER LES PERSONNES SENSIBLES.

«Je suis terroriste», a répété la femme à plusieurs reprises en levant la main dans laquelle elle tenait la tête d’enfant vers le ciel, menaçant de tout faire «exploser» et criant «Allahu Akbar».

Continuer la lecture de Une femme brandissant la tête d’un enfant devant une station de métro de Moscou est arrêtée (VIDEO)

Syrie: Le retour au réel – par Bernard Lugan

Source : Blog de Bernard Lugan
Comme l’écrit Thomas Flichy dans un article intitulé « Géopolitique : retour aux règles du jeu »[1], les faux paradigmes d’hier ont volé en éclats cependant que les paradigmes prétendument désuets, se sont au contraire révélés opérants.

C’est donc à un retour au réel que nous assistons. Obstinément nié depuis 1945 au nom d’une idéologie désincarnée, ce réel revient en force depuis l’éclatement des blocs à travers la renaissance de la vieille Russie, le retour de l’Iran, l’éveil de la Chine et de l’Inde.
Aveuglés à la perte du monopole intellectuel découlant de ce basculement géographique et géopolitique, les responsables « occidentaux » ont continué à vouloir régir le monde au nom de leurs vieilles lunes. Ils y ont même ajouté de nouveaux impératifs catégoriques comme la féminisation de la société et la place réservée aux minorités sexuelles. Sans voir que ces règles, applicables à eux-mêmes, soit à moins de 15% de la population mondiale, sont rejetées par 85% de l’humanité…

Prisonniers de leurs dogmes, autistes et sourds à la fois, ils sont désemparés quand le réel leur explose à la figure. Comme en Syrie où, au nom des « droits de l’homme », ils ont armé les pires fanatiques et mis à bas une société multi-confessionnelle. Or, voilà qu’après avoir parlé du président Assad comme d’un nouvel Hitler, acculés par les évidences, ils se préparent, toute honte bue, à discuter avec lui.

En Afrique, le mythe universaliste négateur des ethnies (lire des enracinements et des différences) a gravement mutilé le continent. N’est-on pas allé jusqu’au bout de l’absurde avec ces africanistes français (Jean-Pierre Chrétien, Catherine Coquery-Vidrovitch, Jean-Loup Amselle et leurs élèves), qui ont osé soutenir que les ethnies africaines étant des créations coloniales, elles devaient être écartées des grilles d’analyse politiques et géopolitiques. Or, ces errements intellectuels sont une insulte faite à l’Afrique car ils sous-entendent que les peuples africains ont tout reçu des colonisateurs, jusqu’à leur nom et leur identité. Avant la colonisation, le continent n’était-il donc peuplé que de masses indifférenciées ?
Mais là encore, le réel est de retour et ces arrogantes prétentions universalistes Continuer la lecture de Syrie: Le retour au réel – par Bernard Lugan

Le groupe Etat islamique se rapproche du Liban

Pour convaincre les Américains et les Européens de l’indispensabilité de son implication militaire en Syrie, la Russie invoque le danger grandissant représenté par le groupe Etat islamique. La France avance les mêmes arguments. Effectivement, malgré des milliers de raids menés par la coalition internationale, l’organisation d’Abou Bakr al-Baghdadi progresse dans le nord d’Alep face aux rebelles islamistes. Dans le centre, elle se rapproche du Liban.

La Russie ne fait plus un secret du renforcement de sa présence militaire en Syrie. Ce sont les médias et les responsables américains qui révèlent, au compte-gouttes, l’importance du déploiement russe dans ce pays : agrandissement de la piste d’un aéroport près de Lattaquié et installation de logements préfabriqués capables d’accueillir des centaines de soldats, déploiement de sept chars modernes T-90, arrivée de quatre chasseurs-bombardiers…

Après avoir tenté, timidement, de minimiser l’importance de ce déploiement, la Russie a reconnu qu’elle livrait effectivement des armes et de l’équipement militaire à l’armée syrienne conformément à des contrats conclus par le passé. Puis les dirigeants russes ont annoncé qu’ils étaient disposés à envisager l’envoi de troupes au sol si le gouvernement syrien en faisait la demande. Dans le même temps, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Moallem, déclarait que Damas n’excluait pas une telle éventualité. Les autorités syriennes ont par ailleurs confirmé la livraison de nouvelles armes russes, « qui ont montré leur grande efficacité sur le terrain ».

La Russie invoque la « menace terroriste »

 Des sources bien informées à Damas et à Beyrouth affirment que l’armée syrienne a reçu, ces dernières semaines des dizaines de transports de troupes de type BTR 82 A, des camions Ural, de l’artillerie, des pièces de rechange pour hélicoptères et avions de combats, des systèmes de communication électronique et d’énormes quantités de munitions. Ce matériel est acheminé par un pont aérien, qui se poursuivra jusqu’au 24 septembre, et par des navires russes qui accostent dans le port de Tartous, où la Russie dispose d’une base navale depuis 1971.

Face aux critiques des Américains, la Russie invoque la « menace terroriste » constituée par l’organisation de l’Etat islamique (EI), le Front al-Nosra (la branche syrienne d’al-Qaïda) et d’autres organisations extrémistes. Elle a invité les Etats-Unis et les pays européens à coopérer avec elle pour lutter contre le terrorisme. « La priorité aujourd’hui est à la nécessaire union de nos forces contre le terrorisme. Sans cela, il est impossible de résoudre d’autres problèmes urgents, comme celui des réfugiés », a déclaré le président Vladimir Poutine, mardi 15 septembre au Turkménistan.

Dans le même temps, Moscou annonçait que 2 400 Russes combattaient dans les rangs du groupe EI et d’autres groupes, ce qui fait des ressortissants de la Fédération de Russie le plus gros contingent d’étrangers évoluant au sein de l’organisation terroriste. De plus, les groupes d’obédience islamique dans le Caucase ont prêté allégeance au « calife » de l’organisation, Abou Bakr al-Baghdadi. Il devient clair, dans ces circonstances, que la volonté de la Russie de combattre l’EI pourrait être légitime.

Le groupe EI déjà présent au Liban

Le renforcement de la présence russe en Syrie intervient, d’ailleurs, à un moment où le groupe EI avance dans le nord d’Alep face aux rebelles islamistes soutenus par la Turquie et les pays arabes du Golfe, mais aussi se rapproche du Liban. Peu de médias évoquent ce dernier point, qui a pourtant été soulevé, la semaine dernière, par le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pour justifier la participation de la France aux frappes de la coalition contre l’organisation Etat islamique en Syrie.

De graves développements militaires se sont produits sur le terrain ces dernières semaines et sont passés inaperçus aux yeux de l’opinion publique. Mais les experts et les diplomates en saisissent l’importance. Alors que l’armée syrienne concentrait son effort sur la protection des derniers champs gaziers de Chaër et de Jazal, encore sous le contrôle du gouvernement autour de Palmyre, les combattants de l’EI fonçaient dans le désert au sud-est de la ville antique. Le 6 août, ils prenaient al-Qaryatayn, une bourgade de 35 000 habitants, située à 85 kilomètres au sud de Homs et à 160 kilomètres de Palmyre. Al-Qaryatayn constitue un carrefour important reliant les territoires contrôlés par l’organisation dans la campagne à l’est de Homs et l’est de la région montagneuse du Qalamoun, dont une partie est adossée à la frontière libanaise.

Avec la prise de cette localité, le groupe Etat islamique peut désormais acheminer des renforts et du ravitaillement entre ces deux zones. En poussant plus à l’Ouest, l’organisation jihadiste pourra ouvrir des voies pour approvisionner son maquis du Qalamoun occidental, où sont stationnés entre 500 et 800 combattants. Ce fief jihadiste est à cheval à la frontière syro-libanaise. Il longe le Liban sur une distance de 35 kilomètres entre les localités libanaises de Qaa et de Ersal, dans la plaine orientale de la Békaa.

Des voies de ravitaillement ouvertes vers l’Irak Continuer la lecture de Le groupe Etat islamique se rapproche du Liban

«La Russie se prépare à mener une campagne aérienne contre Daesh»

Au lieu de vendre des navires mistrals aux Russes qui pourraient bien nous libérer de la menace de l’Eat Islamique dans les mois qui viennent, la France a préféré vendre des armes à l’opposition Syrienne.

On mesure aujourd’hui la folie et l’incompétence de ceux qui nous gouvernent.


 

Igor Delanoë, directeur adjoint de l’Observatoire franco-russe à Moscou et spécialiste de la Méditerranée orientale, livre son analyse sur le renforcement de la présence militaire russe en Syrie. Nous reprenons des extraits de sa dernière note, sous le titre explicite : «Lattaquié, un porte-avions russe en Syrie ?»

Syrie : Vladimir Poutine expédie un sous-marin nucléaire géant pour avertir Washington

Depuis quelques mois Poutine a pris la décision d’apporter une aide militaire à la Syrie. Le choix d’aller bombarder dans le coin de la part de la France (qui suit les directives des USA) n’est donc pas un hasard. Jusqu’ici la France a laissé fair Daesh et a armé les islamiste du Front Al Nostra (1) opposant du régime de Damas. Parions que pour une bombe destinée à Daesh, trois seront envoyées contre Bachar El Assad.

(1)

-François Hollande admet avoir armé les rebelles syriens en violation de l’embargo

-Les déclaration de Laurent Fabius sur les islamistes qui tuent des chrétien en Syrie: Fabius : «Le front al-Nosra fait du bon boulot»

Des civils Syriens demandent réparation pour des «fautes» de Fabius

 


Comme nous le disons depuis plusieurs jours, le soudain emballement médiatique en Europe autour de la question des flots de clandestins syriens se rendant sur le continent cache en réalité une campagne de mobilisation contre l’implication directe de la Russie en Syrie.

Avec l’annonce du déploiement massif d’instructeurs, de conseillers et de matériels, Moscou est en train de veiller à empêcher définitivement tout renversement du gouvernement syrien par l’Otan et ses vassaux. Dernier mouvement en date, Vladimir Poutine a donné l’ordre à un sous-marin nucléaire géant de partir pour la Syrie. Un message clair à destination de Washington.

L’Otan s’agite

Nous citerons à nouveau les propos du ministre des Finances britannique, George Osborne, présent à la réunion des banques centrales du G20 en Turquie (lire ici) :

“Il faut s’attaquer au problème à la source, en l’occurrence le régime criminel d’Assad et les terroristes de l’EI et il faut pour cela un plan complet visant à la création d’une Syrie plus stable et pacifique. C’est un défi énorme, bien sûr, mais nous ne pouvons pas laisser cette crise s’envenimer. Nous devons nous impliquer.”

Ce plan “complet” semble être la nouvelle priorité de Londres, Washington mais aussi Paris depuis que la Russie renforce son aide à Damas.

François Hollande a ainsi déclaré ce jour sur la question (lire ici) : Continuer la lecture de Syrie : Vladimir Poutine expédie un sous-marin nucléaire géant pour avertir Washington

L’impérialisme décomplexé de George Friedman (vidéo)

Discours de George Friedman, géopoliticien américain, devant le Chicago Council on global affairs, le 4 février 2015

♦ George Friedman est né en Hongrie, dans une famille de survivants de l’Holocauste. Dans les années cinquante, il a émigré de Hongrie aux USA avec ses parents pour fuir la mainmise des communistes sur le pouvoir. Ses prophéties sont parfois l’objet de railleries par ses adversaires, comme dans le cas où, en 1991, il avait prédit une prochaine guerre avec le Japon (The Coming War with Japan).

Contrairement à ce qui est dit ça et là, George Friedman n’est pas le directeur du renseignement américain, mais plus simplement le PDG fondateur de Stratfor, société privée d’information (a global intelligence company), connue pour être un cabinet fantôme de la CIA ( a Shadow – CIA). S’il n’appartient pas à la haute administration américaine, il est néanmoins considéré quasiment comme un « officiel de Washington ».

Les révélations qu’il lance dans le présent discours sont d’un cynisme total et brutal mais une très brillante analyse géopolitique
 : 
tout est dit quant à la politique américaine en Europe depuis la chute du Mur de Berlin (et même avant) et dans le futur. Attention, il y a souvent dans les propos de Friedman une part de bluff et de manipulation inhérente à tout discours politico-diplomatique. (1)
Polémia


Meilleure Transcription de l’intervention

Aucun pays ne peut rester éternellement en paix, surtout les USA. Je veux dire que les USA sont constamment concernés par les guerres.

A mon avis, l’Europe ne sera pas impliquée dans des grandes guerres comme avant, mais l’Europe subira le même sort que les autres pays : ils auront leurs guerres, puis leurs périodes de paix et ils y laisseront des vies. Il n’y aura pas de centaines de millions de morts mais l’idée d’une « exclusivité européenne » à mon avis l’amènera à des guerres. Il y aura des conflits en Europe. Il y a déjà eu des conflits, en Yougoslavie et maintenant en Ukraine. Quant aux relations entre l’Europe et les Etats-Unis… nous n’avons pas de relations avec l’Europe. Nous avons des relations avec la Roumanie, nous avons des relations avec la France, etc. Il n’y a pas « d’Europe » avec qui les USA auraient des relations.

Question suivante :

L’extrémisme islamique représente-t-il réellement la principale menace pour les Etats-Unis, et disparaîtra-t-il de lui-même, ou bien continuera-t-il de croître ?

C’est un problème pour les Etats-Unis, mais ce n’est pas une menace pour notre survie. Il doit être traité de manière proportionnelle. Nous avons d’autres intérêts de politique étrangère.

Donc, l’intérêt primordial des Etats-Unis pour lequel nous avons fait des guerres pendant des siècles, lors de la première, la deuxième et la guerre froide, a été la relation entre l’Allemagne et la Russie parce que, unis, ils représentent la seule force qui pourrait nous menacer et nous devons nous assurer que cela n’arrive pas.

Ce que vous faites, si vous êtes un Ukrainien, ce qui est essentiel, c’est d’établir le Continuer la lecture de L’impérialisme décomplexé de George Friedman (vidéo)

Après l’argent russe du FN, le sapin russe de Notre-Dame de Paris

Les journalistes de la caste s’offusquent, s’indignent. L’objet de leur courroux ?: le prêt d’une banque russe au FN et le financement du sapin de noël de Notre-Dame de Paris par Moscou. Selon eux il s’agirait d’un affront à notre souveraineté.
Nos petits collabos sont moins vigilants quand il s’agit de l’argent du qatar, des émirats, ou des États-unis!

——–

Il y a quelque temps, le clergé parisien a fait un appel au don à ses fidèles : il n’était pas en mesure d’offrir aux Parisiens le traditionnel sapin de Noël du parvis de Notre-Dame, financé chaque année avec les commerçants du quartier.

Le devis était de 80.000 euros, le double du prix habituel, une somme inaccessible.

Le recteur-archiprêtre de la cathédrale, Monseigneur Jacquin, a donc pris contact avec diverses ambassades « pour les sensibiliser » et ce sont les Russes qui ont été les plus réactifs. Moscou a donc offert ce sapin aux Parisiens, au nom d’un « merveilleux symbole de l’unité, de la fraternité et de la compréhension mutuelle entre les peuples chrétiens », a expliqué Igor Tkatch, le représentant du gouvernement de Moscou à Paris.
b3ei_gqcmaamm5t

Pour Noël prochain, le contact est déjà pris avec les ambassades d’Ukraine et d’Autriche.

Monseigneur Jacquin a plaidé pour des relations bilatérales dissociées du champ politique, Igor Tkatch et Alexandre Orlov (ambassadeur de Russie en France) ont affirmé que la générosité russe devait uniquement être vue comme un « cadeau », alors que les relations sont très tendues entre nos deux pays, à l’heure où François Hollande refuse d’honorer un contrat signé.

Sans considération politique, le fait que la Russie offre ce sapin de Noël peut être vu comme un beau symbole pour les chrétiens, et malgré tout tristement vécu par de nombreux Français…

Ceux qui auraient préféré que la mairie de Paris ne cède pas gratuitement l’emplacement de la place Vendôme pour l’installation d’un plug anal géant, ne se serve pas des impôts des Français pour installer une exposition de propagande pour l’aide médicale d’État (AME) devant l’hôtel de ville, ne lègue pas tant de subventions à des associations qui militent pour la destruction de la famille… Et qu’elle utilise cet argent pour offrir aux Parisiens ce sapin de Noël, comme pour leur montrer qu’elle n’avait pas oublié les racines de la France.

Mais c’est la Russie qui l’a fait.

Par ailleurs, d’autres Français auraient sans doute aimé que la classe politique, qui passe son temps à vénérer la « démocratie » comme pour mieux cacher ses ambitions totalitaires, s’offusque que des banques françaises refusent de prêter de l’argent à un parti politique soutenu par de très nombreux Français – le Front national – plutôt que de s’offusquer de voir ce dernier emprunter à l’étranger pour pouvoir continuer à porter leur voix.

Car, là encore, en effet, c’est la Russie qui a répondu.

Ce que ces Français retiendront, c’est que la Russie est le pays qui aura permis que perdure Continuer la lecture de Après l’argent russe du FN, le sapin russe de Notre-Dame de Paris

Russie, grand remplacement, Islam… : Aymeric Chauprade Vs Claude Askolovitch

L’eurodéputé FN Aymeric Chauprade était l’invité de Claude Askolovitch samedi 8 novembre. Les questions d’asko sont comme souvent au niveau zéro de l’échelle de l’intelligence…

Revue de presse et commentaires sur l'actualité