Archives par mot-clé : sale français

Toulouse/Merah : « Sales Français, je vais n… vos mères »

Un lycée de Toulouse a pris des mesures de sécurité aujourd’hui après qu’un individu eut, selon des témoignages, traité des élèves de « sales Français » et proféré des menaces faisant référence aux actes de Mohamed Merah, le tueur au scooter, a indiqué le rectorat.

Cet homme d’une vingtaine d’années, qui circulait en voiture, avait pris à partie mardi en milieu de matinée un groupe d’élèves devant le lycée Raymond-Naves en leur lançant: « Sales Français, je vais n… vos mères », et en faisant les louanges des crimes de Merah, a indiqué le rectorat sur la foi de témoignages.

Hier soir, une mère d’élève a téléphoné au lycée pour dire que selon sa fille, l’individu était revenu et avait crié que « si la fin du monde ne les tuait pas, lui le ferait », a dit le rectorat. Par précaution, le proviseur a demandé ce matin aux élèves de ne pas traîner sur le trottoir, les autorisant même à fumer dans la cour, et une voiture de police a été postée près du lycée. Mais aucun incident n’a été signalé. « On ne sait jamais, on ne veut prendre aucun risque », a-t-on dit au rectorat en précisant que le dispositif serait maintenu jusqu’aux vacances de Noël. […]

Le Figaro

Vaucluse : Le match de foot dégénère, les joueurs insultés de « sales Français » ?

Hier, le club de foot de la Tour-d’Aigues se déplaçait à Valréas pour le compte du championnat de District 1 re division.

Mais la rencontre n’est pas allée à son terme, arrêtée par l’arbitre suite à quelques pressions et échauffourées, et même un envahissement de pelouse par quelques supporters locaux…

L’équipe des visiteurs dénonce un climat très hostile et des pressions importantes sur l’arbitre. « Nos joueurs auraient été insultés de sales Français ! » s’offusque le président de la Tour-d’Aigues, Alain Astier, qui compte bien envoyer une missive au District pour que ces faits soient étudiés de près. « Il y a eu des menaces, du genre “Allez chercher les pompes on va les massacrer”… Un environnement déplorable, on comprend pourquoi le nombre de licenciés diminue.

Source: le Dauphiné