Archives par mot-clé : sarkosy

Quand la droite parlait comme le FN ! (vidéo)(Rediff)

13 Janvier 2017. Quand j’entends les promesses du bonimenteur Fillon et que je constate le nombre de baltringues qui le croient, je me dis que plus le temps passe et moins la vérité a des chances de les atteindre.


Première diffusion : 5 mai 2012

La caste est indignée par la campagne de Nicolas sarkozy. La drague appuyée de ce dernier en direction des électeurs du FN ne serait pas digne de la république, c’est à dire contraire aux dogmes totalitaires de la dictature du Bien et de la gauche Bobo. Or, les propositions de Nicolas Sarkozy n’ont rien à voir avec un quelconque réveil pétainiste. Toutes ces promesse sont celles qui figuraient dans le programme du RPR de Chrirac et l’UDF de VGE au début des années 90.

À cette époque  la stratégie consistait déjà à copier le programme du FN pour tromper les gogos.( voir Quand la droite était (très) à droite… et n’avait rien à envier au FN !
Et il suffit de sortir quelques vidéos des archives pour s’apercevoir que Nicolas sarkozy ne fait qu’emboiter le pas de ses prédécesseurs.

Voilà à quoi s’engageaient en 1990 la droite et le centre en cas de retour au pouvoir (reportage réalisé à l’occasion des “états généraux de l’opposition” (RPR et UDF, transformés en UMP) consacrés à l’immigration, des 31 mars et 1er avril 1990 à Villepinte) (1)

22 ans que l’arnaque marche pourquoi l’UMP changerait ?


Assise de l’immigration – RPR & UDF en 1990 par LeMalPensant

« la France ne doit pas être considérée comme un simple espace géographique sur lequel plusieurs civilisations pourraient coexister »

« On ne peut tolérer que des clandestins puissent rester en France. […] Il faut tout mettre en œuvre pour que les décisions de reconduite à la frontière soient effectives. »

« l’islam n’apparaît pas conforme à nos fondements sociaux et semble incompatible avec le droit français » : « Il y a bien incompatibilité entre l’islam et nos lois. »

« Etre étranger en France, ce n’est pas avoir automatiquement et intégralement tous les droits liés à la citoyenneté française. »

« la lutte des races remplacerait maintenant bien souvent la lutte des classes .»

(1) Parmi les participants : Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Michèle Alliot-Marie, Roselyne Bachelot, Alain Juppé, Gérard Longuet, mais aussi… François Bayrou. Co­responsable, au nom du RPR, de cette convention, c’est Nicolas Sarkozy lui-même qui a cosigné (avec Alain Ma­delin) la préface du compte rendu de 39 pages publié à cette occasion.

David Pujadas, le laquais du Siècle au QG de Sarkozy (photo et vidéo) (Rediff)

24 fevrier 2012

David Pujadas est un journaliste de connivence. Avec son ami directeur du Point, Franz Olivier Giesbert que vous avez pu voir dans l’émission inquisitoriale  » Des Paroles et des Actes », il est l’un des plus fidèles participants des diners du Siècle
Sur twitter une photo tourne montrant Pujadas sortir du QG de campagne de Nicolas Sarkozy le lendemain de l’émission avec Marine Le Pen… le larbin serait-il allé chercher sa récompense ?
Ou Sarkozy avait-il de nouvelles consignes à lui faire passer ?

Quand Hollande fait du Sarkozy…(vidéo)

Addendum
Voilà l’habitante d’Echirolles qui interpelle François Hollande de son balcon. Elle précise qu’elle a voté pour lui… comme 93% de ses frères et sœurs de religion.

Deux partis, le ps et l’UMP, pour une seule et même politique de démago.
Deux hommes, Hollande et sarkozy, pour une seule et même impuissance.

Le résultat est malheureusement pitoyable.

Expulsions des Roms : fascistes sous Sarkozy, mais humanitaires et normales sous Hollande

À lire aussi sur Riposte laïque

En 2010 la France a procédé à des démantèlements de camps et des expulsions collectives de Roms.

Le Conseil de l’Europe a qualifié en 2011 la circulaire d’août 2010 décidée par le Ministère de l’Intérieur de « violation aggravée des droits de l’homme », « discriminatoires » et « contraires à la dignité humaine ». (1)

Le Times, toujours prompt à dénigrer la France pour qu’on ne voie pas la poutre qui crève  son oeil, parlait de pratiques dignes de la Gestapo.

Hollande, montant au créneau, déclarait même : « Cette circulaire, elle est à la fois immorale et illégale. Elle est immorale, parce qu’une communauté est stigmatisée en tant que telle et elle est illégale, parce que c’est une discrimination en infraction avec la Convention européenne des droits de l’homme »

« Donc, c’est grave, cette circulaire-là ! À tel point qu’elle va sans doute être déférée au Conseil d’État », a-t-il ajouté. « Qu’en plus on veuille en faire une opération de communication, ça dépasse tout ce que l’on pouvait connaître jusqu’à récemment dans la conception de la République ». (2)

Mais aujourd’hui, Monsieur Hollande est au pouvoir, et la question de l’expulsion des Roms a l’air d’être devenue morale, voire même une question de sécurité publique urgente.

Il est vrai que ce n’est pas à des émeutes de Roms que nous assistons, mais ils font pire parait-il…

La question des Roms rencontre peu d’échos chez moi. A vrai dire je suis même fortement agacé devant ces bidonvilles que sont leurs camps, les vols et autres de leurs rapines, les faux mendiants, leurs mains tendues et leurs mines souffreteuses fabriquées.

Je suis même encore plus agacé quand la Roumanie, leur pays, dont le rôle est d’en prendre soin, s’insurge devant le fait que le peuple français soit réticent à payer pour entretenir ses citoyens dont elle-même ne veut plus. Une vague impression d’être pris pour un pigeon m’effleure à ces moments-là, encore plus quand le PS demandait allégrement aux Français de prendre en charge, encore, la misère du monde, ce qu’aucun de ces donneurs de leçons ne sait faire individuellement.

Mais aujourd’hui, Citoyens, le gouvernement socialiste libère notre conscience : Nous pouvons nous laisser aller à une stigmatisation de bon aloi, car il ne s’agit plus de « rafles gestapistes » mais de problème de sécurité intérieure. Et LA sécurité intérieure est aujourd’hui pour nos bobos et élites dites intellectuelles une question « normale » à la condition, bien entendu, qu’elle s’applique uniquement à nos 15 000 Roms et non à nos émeutiers de cités dont SOPO le magnifique, expert en charabia, dit qu’ils sont « privées de politiques actives d’émancipation et de progrès social« , ceci expliquant cela si vous avez compris ce que ceci recouvre. (3)

Aujourd’hui, les médias, le petit doigt sur la couture du pantalon et la langue sur l’espadrille de notre président normal, ont entrepris une manoeuvre de discrimination digne du journal collaborationniste « Je suis partout » (comme quoi, l’insulte n’est pas le privilège de la seule presse bien pensante, et à fourbir des arguments sans lien aucun avec la réalité historique, ils n’ont pas à se sentir insultés que leurs armes se retournent contre eux). Continuer la lecture de Expulsions des Roms : fascistes sous Sarkozy, mais humanitaires et normales sous Hollande

Hollande , c’est Sarko plus les impôts.

La présidence normale s’inscrit déjà dans la continuité de la précédente, mais en le disant autrement, avec le soutien des médias et des syndicats. C’est cela, être de gauche !

Il faut refuser le diktat des marchés et de la finance internationale. On va donc approuver de nouvelles règles de surveillance budgétaire européenne, dans le cadre du « paquet européen », encore plus strictes qu’avant et adieu les eurobonds qui nous avaient bien occupés durant la campagne électorale. Vous voyez la différence avec Sarkozy ?

On ne doit pas prononcer le mot rigueur. Non, on doit seulement redresser les comptes publics et réduire les dépenses pour diminuer le déficit. Vous saisissez la nuance avec Sarkozy ?

Les syndicats de fonctionnaires vont être contents car on va cesser de supprimer « comptablement » des emplois publics, comme au temps de la RGPP. On va seulement « stabiliser les effectifs de l’Etat » en compensant les créations d’emplois à l’éducation nationale, à la police et à la justice, par des suppressions dans les autres ministères, selon le même ratio qu’avant mais calculé différemment. On arrête la RGPP : à la place il y aura un projet de refondation et de modernisation de l’action publique (on dira PRMAP, sans doute). Vous saisissez la nuance ?

On va faire payer les riches. On ne revient pas à l’ancien taux d’ISF. Non : on va établir une contribution exceptionnelle en 2012 sur la fortune. Mais curieusement le taux d’imposition exceptionnel à 75% est reporté. Par contre on annonce une augmentation de la CSG pour tous pour diminuer le coût du travail. Le Medef approuve.

Vous saisissez la nuance avec Sarkozy ?

C’est simple : Sarkozy nous disait qu’il fallait diminuer les impôts, mais tout le monde n’en profitait pas. Hollande nous dit que les impôts c’est la justice et tout le monde va en profiter.

C’est cela être de gauche !

Michel Geoffroy

Par Michel Geoffroy

Même avant la victoire de Hollande, la gauche détenait déjà le vrai pouvoir en France

On juge un président sortant à son bilan. Celui de Nicolas sarkozy a été considéré comme décevant, voir honteux. L’hostilité des français à son égard aura été l’allié objectif du PS. Et on peut penser que s’ il n’avait pas plié devant les injonctions de la bienpensance qui interdit à l’UMP toute forme d’alliance avec le FN, Nicolas Sarkozy serait encore président à l’heure qu’il est. Car ce ne sont pas les thèmes abordés et pillés au Front National pendant cette campagne qui ont fait chuter le président-candidat. Ce  sont au contraire les reniements à ses promesses et le manque de cohérence de l’UMP sur des questions comme l’immigration, l’identité, l’europe, le protectionnisme, le multiculturalisme, qui lui ont couté cher.
La gauche devrait donc rester modeste. Car avec plus de 30 % de vote anti-système au premier tour, 20% abstention et un record de vote blanc, ce n’est pas François Hollande qui a gagné l’élection mais Nicolas Sarkozy qui l’a perdu. Le vote en faveur du PS aura pris la forme d’une catharsis. D’un défoulement. D’ un remède purgatif… mais aura-t-il les effets escomptés ???… Pas si sûr.

Non, La gauche ce n’est pas le changement

Les électeurs moutonniers de la gauche qui, à l’annonce du résultat donnant leur favori vainqueur  ont laissé exploser une joie ridicule (1), ne devraient pas trop se bercer d’illusion. S’ils pensent qu’en votant pour le PS, ils ont pris une revanche sur la droite et renverser un fasciste, ils se trompent lourdement.
D’abord parce que  malgré une désacralisation de la fonction présidentielle pendant 5 ans, malgré une crise  économique et financière exceptionnelle, malgré une animosité médiatique toujours plus grande, la droite (avec le FN) réalise un très bon score. Ensuite parce que le président Sarkozy n’a jamais été le personnage que nous ont vendu les officines de la propagande de gauche et les média-complices. Si ces derniers étaient un peu honnêtes, ils auraient même pu en faire leur homme providentiel (ce qui fut d’ailleurs le cas au début de son mandat).
En effet, Sarkozy a été le président de l’abandon de la double peine, de l’immigration incontrôlée, de la discrimination positive, de la diversité dans la constitution (heureusement rejeté par la commission Veil), du multiculturalisme et du métissage. Il aura choisi la voix  du Keynesianisme avec un plan de relance de 26 milliards d’euro, de l’européisme fédéral et de la sauvegarde de l’euro.  Avec un gouvernement composé  en grande partie d’hommes et des femmes de gauche, Sarkozy aura peut-être fait preuve de la plus grande ouverture politique que l’on ait jamais connu sous la Cinquième République. Et ce sont ces  choix, ainsi que l’adhésion aux codes du post-modernisme imposés par la gauche, qui ont déçu les électeurs de droite et ceux du FN.
Donc contrairement à ce que l’on nous raconte, Sarkozy avait tout pour plaire à la gauche bobo. Il en fut l’incarnation jusqu’à l’outrance. Il a endossé les habits du modernisme qu’aurait enfilé à sa place Strauss-Kahn et  que le rad-soc Hollande ne mettra pas longtemps a revêtir.

Alors, non! en votant pour le PS, la France n’a pas emprunté la voie du changement. Et si les militants de gauche pensent avoir mis un terme à un pouvoir absolu, qu’ils sachent au contraire qu’ils n’ont fait que le renforcer.

Car le vrai pouvoir en France c’est la gauche qui le détient.

L’hégémonie culturelle de la gauche corrompt le vrai sens de la République Continuer la lecture de Même avant la victoire de Hollande, la gauche détenait déjà le vrai pouvoir en France

Quand la droite était (très) à droite… et n’avait rien à envier au FN ! (Redif)

Addendum (11 juin 2011):

Chirac a la mémoire qui flanche. Le président-menteur juge dans une interview publiée dans le Figaro daté de samedi 11 Juin 2011 que « se tourner vers le Front national, ce n’est pas protester, c’est apporter son soutien à un parti de nature raciste et xénophobe ». « A quelques mois seulement d’une échéance présidentielle capitale pour l’avenir de notre pays, prenons garde à ne pas sortir du cadre du respect de l’autre, du débat d’idées et de la confrontation des projets », lance-t-il alors qu’il est questionné sur le climat politique. Marine Le Pen interprète ces déclarations comme des « injures ». « Il n’y a absolument aucune raison d’accepter d’être insulté quand on est un parti démocratique et républicain », se défend la présidente du Front National qui menace de porter plainte contre le président Chirac.

Ce dernier aurait-il oublié quelques une de ses déclarations et son programme du début des années 90 ?:

En 1990, le programme de la droite n’avait pas grand-chose à envier à celui du FN. “Valeurs actuelles” a retrouvé les propositions chocs des états généraux de l’opposition RPR-UDF sur l’immigration. Pour la plupart “oubliées”.
Continuer la lecture de Quand la droite était (très) à droite… et n’avait rien à envier au FN ! (Redif)

Sarkozy un président perdu

La fin du spectacle approche. Ce sera un soulagement. Ras le bol du cirque électoral. C’est lassant leur jonglerie, leur numéro de funambule, leur tour de prestidigitateur.
Rarement campagne électorale m’aura semblé aussi démagogique et mensongère. Limite putassière. Ça racole. Ça tapine. On fait les yeux doux aux pauvres égarés du vote FN, les grincheux, les neuneux, les illuminés. On se contorsionne comme une anguille. On fait les plus belles promesses. faut se donner du mal pour les séduire les déprimés, les colériques, les scrogneugneux, les avinés, les incultes, les analphabètes, les ronchons, les grognards, les capricieux. Ceux que l’on dénonce à longueur de journée comme des islamo-pétochards, des républicains Old school, des identitaires apeurés, des petits blancs désintégrés… faut les entendre les racistes frileux, faut les comprendre les xénophobes dépassé… Ils ne sont pas bien dans leur tête voilà tout. Ils se sont trompés de colère. Alors on les cajole. On les dorlote. Il n’y a aucune raison de laisser cette escouade de naufragés du suffrage universel se noyer dans les eaux troubles du fascisme… ils se sont perdus sur les chemins escarpés de la post-modernité… guidons-les vers l’ avenir radieux du monde d’après.

Et pour mener cette opération de salubrité publique, tous les coups sont permis. Même les plus bas. Même le mensonge, le travestissement, la feinte indignation. À cet exercice le candidat Sarkozy est champion. Le boniment c’est son rayon. Dix ans qu’il en use et en abuse le grand sauveur de la patrie. Le candidat du populo…. le président bling-bling devenu porte voix des invisibles et des oubliés. Une vrai mutation. Quand on sait qu’il ne jurait que par le modèle libéral anglo-saxon, le voir aujourd’hui endosser les habits du dernier patriote capable de barrer la route à l’européisme et au relativisme d’une gauche hégémonique, on se dit que la vie politique de ce pays est très malade.

A l’entendre parler on se demande bien qui a pu mener pendant 5 ans cette politique désastreuse qui aura causé l’augmentation du nombre de chômeurs, l’explosion de notre dette, et la perte de notre triple A. Où se cache cet étrange président ? Où se trouve celui qui a imposé à la France un traité européen que le peuple souverain avait eu la sagesse de rejeter ? On a perdu sa trace. Disparu. Évaporé. Il a fait Pschiiiit le président sortant… comme les affaires de Chirac…. Pschiiiit !!
Interrogé sur cette disparition, Nicolas Sarkozy a déclaré n’avoir jamais entendu parler d’un type aussi incompétent. Lui, il est étranger à tout ce qui vient de se passer… il est le candidat des petits et des sans-grades. Rien à voir avec l’hurluberlu que l’on décrit. D’ailleurs, en tant que patriote il ne pourrait pas être cet opportuniste qui a ouvert le capital de nos entreprises les plus stratégiques aux émirs du Qatar. Ce serait indécent. Pas le genre de Nicolas Sarkozy. C’est un homme droit Nicolas. Courageux. Intrépide. Incapable d’une telle fourberie.
Comment peut-on penser un seul instant qu’il aurait osé, lui Nicolas Sarkozy, signer un traité européen de discipline budgétaire sans même consulter le peuple ? Allons soyons sérieux. Il n’y a qu’un socialiste pour faire ça !
Nicolas c’est pas le même acabit. Pas fait du même métal le bonhomme. Il est la voix du peuple !

Et qu’on se le dise : il n’y en a pas deux comme lui. Il a le copyright : la Nation c’est moi, « France for ever ». Continuer la lecture de Sarkozy un président perdu

Sarkozy: Il y a trop d’immigré. (vidéo)

Après avoir fait entrer plus 200 000 immigrés légaux par an, et en avoir naturaliser plus de 100 000 par an, après avoir chanté les louanges: du métissages, de la diversités, de l’immigration choisie, de la discrimination positive, de la laïcité ouverte… le candidat-président déclare sur RMC, (pour séduire les électeurs récalcitrants à ses belles promesses) qu’il y a trop d’immigrés et qu’il convient de mettre un coup d’arrêt à cette situation:


Sur RMC/BFMTV, Sarkozy a déclaré qu’ "il y a… par BFMTV

Une déclaration contraire à celle que le ministre sarkozy faisait en 2005:

A cette époque, Sarkozy préférait sans doute répéter les billevesées de Dominique Reynié. Ce dernier fait partie des pseudo-experts qui polluent les plateaux télé et que l’on nous présente comme politologue sans nous préciser qu’ils ont des engagements partisans. Dominique reynié est en effet le directeur de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol), un cercle de réflexion français se définissant comme de centre-droit et d’orientation libérale fondé en avril 2004 avec le soutien de l’UMP et financée par l’industriel jérôme Monond.
Autant dire que Dominique Reynié est l’une des têtes pensantes du sarkozysme.

Et Voilà ce qu’il déclarait lui-même sur l’immigration: « Il y aura de plus en plus d’immigrés, c’est une obligation ».


Immigration – analyse de M. Reynier sur Canal+ par noop

Alors qui croire ?….

Propagande: Les unes de Libé et l’Huma … sourcées sur un fake. (vidéo)

La gauche manipule. C’est son truc à la gauche. Elle raconte des bobards la gauche. Ça lui sert à dégrader et insulter ses adversaires. Nous en avons eu une preuve ces derniers temps avec une affiche « pétainiste » qui a fait le tour de la gauchosphère. Cette affiche avait pour Texte: la fête du vrai travail. Aussitôt le Sénateur robespierriste Mélenchon s’est mis à cancaner, vilipender, éructer, bavasser comme un épurateur stalinien contre Nicolas sarkozy. Mais Mélenchon s’est pris les pieds dans le tapis. Car l’affiche à laquelle il fait référence est un Fake… un faux.

Mélenchon est un guignol.

La Libye aurait donné son accord pour financer la campagne de Sarkozy en 2007

En mars dernier on avait déjà évoqué cette affaire (Présidentielle 2007: Kadhafi aurait financé Sarkozy). Il semblerait que les choses se précisent.

Lu sur l’Express

Nicolas Sarkozy aurait-il bénéficié d’un financement du régime libyen lors de sa campagne électorale en 2007? Mediapart affirme qu’un « accord de principe » avait été trouvé, en s’appuyant sur une note officielle libyenne datée de fin 2006.

 

Mediapart publie une note officielle du régime libyen datée de fin 2006. Selon le site d’informations, ce document évoque un « accord de principe » de Tripoli pour « appuyer » la candidature de Nicolas Sarkozy en 2007, à hauteur de « 50 millions d’euros ».

Mediapart publie ce samedi un document qui « prouve » que le régime du colonel Mouammar Kadhafi aurait accepté fin 2006 de participer au financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Une accusation que le site d’informations avait déjà formulée. Le 12 mars, Nicolas Sarkozy avait répliqué en qualifiant de « grotesque » un éventuel financement de sa campagne présidentielle de 2007 par Mouammar Kadhafi.

50 millions d’euros?

Mediapart avait aussi évoqué la somme de 50 millions d’euros visant à « appuyer la campagne électorale » du candidat UMP. Le site confirme ce montant, cité dans le document rendu public ce samedi.

Cette note officielle libyenne rédigée en arabe et traduite par Mediapart, évoque un « accord de principe » de Tripoli pour « appuyer » la candidature de Nicolas Sarkozy en 2007, à hauteur de « 50 millions d’euros ».

 

Cette note officielle du régime libyen datée du 10 décembre 2006 est « issue des archives des services secrets » libyens et aurait été communiquée à Mediapart « ces tout derniers jours » par « d’anciens hauts responsables du pays, aujourd’hui dans la clandestinité » après la chute du régime libyen en 2011.

Traduite par les soins du site, cette note en arabe est signée par l’ancien chef des renseignements extérieurs de la Libye, Moussa Koussa. Koussa a été ministre des Affaires étrangères de Mouammar Kadhafi, avant sa défection et son départ en Europe.

Une « affaire d’Etat » selon Ziad Takieddine

Dans cette note, il « autorise le directeur de cabinet de Kadhafi, Béchir Saleh, à entreprendre les versements secrets ». Moussa Koussa « évoque dans ce document des réunions préparatoires avec Brice Hortefeux et l’intermédiaire Ziad Takieddine », personnage-clé de l’enquête sur le volet financier de l’affaire Karachi, écrit Mediapart.

« Ce document prouve qu’on est en présence d’une affaire d’Etat, que ces 50 millions d’euros aient été versés ou non », commente l’homme d’affaires Ziad Takieddine – de nouveau mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi cette semaine – qui « n’a pas contesté son authenticité », selon Mediapart.

Avec

Carrefour pourrait supprimer 3.000 à 4.000 emplois (audio)

Nous vous l’annoncions en février dernier, ( article: Xavier Bertrand se démène pour que les entreprises décalent leurs plans sociaux après les élections), après l’élection du prochain gouverneur français à la botte d’une Europe fédérale Allemande, les plans de licenciements vont massivement tomber sur le territoire que l’on appellera dès à présent l’ a-france. ( le a privatif étant justifier par l’abandon de toutes nos souverainetés à l’Europe de Bruxelles)

Ces derniers jours, on a appris que le groupe PSA pourrait rationaliser 20 % de ses effectifs en France, ce qui correspond à la disparition d’un site de production…
Mais aussi , le groupe Carrefour serait sur le point de procéder à l’équarrissage de ses effectifs salariés en France. Le groupe coté en bourse doit faire face à la perte de son indépendance due à ses actionnaires voraces qui réclament toujours davantage de dividendes. La direction de Carrefour serait dans l’obligation pressante de procéder à des suppressions d’emplois massives, allant de 3.000 à 4.000 voir même 5.000, selon un syndicat, soit à peu près 20 postes par hypermarché. Carrefour compte 232 hypermarchés en France et 65.000 emplois !

Source

Les électeurs du vote anti-france UMPS vont se mordre les doigts….